Le 19 septembre 2006 : Un travail bénévole de S. M. que nous remercions vivement.

TOUT EN BAS! Ascenseur expressRéaction des Indiens Wayana et Teko du Haut Maroni, en Guyane francaise, à propos du projet de Parc national

 

Le 20 décembre 2006, un travail bénévole de S. M..

S. M., le 31 janvier 2007

S. M., le 31 janvier 2007

 

Parc national de Guyane : Participez à cette action en écrivant au Président de la république française

Le texte avec cartes de la revendication des Indiens Wayana et Teko (ne pas être dans la partie du parc national autorisée aux chercheurs d'or) est sur le site www.solidarite-guyane.org.

Cette demande présentée au cours de l'enquête publique vient d'être refusée. D'où cette réaction immédiate des Indiens du Haut Maroni, en Guyane francaise. Le temps presse, pour des raisons d'échéances électorales proches, l'Etat souhaite signer très prochainement le décret de création de ce parc.

Parc décrit sur www.parc-guyane.gf

_______________________________


Képétomac Tamo    Antecume Pata     Le projet de Parc national
28/12/06

Courrier posté ce jour sur le site de la Présidence de la République

Monsieur le Président de la République,

Nous, Amérindiens Wayana et Teko habitants du haut maroni, fleuve de Guyane française, venons d'apprendre par voie de presse que notre zone de subsistance ne sera pas mise sous la protection du coeur du futur parc national de Guyane, contrairement à notre revendication unanime.

Nous nous permettons de vous signifier le deuil de nos populations à perdre ainsi le dernier espoir que nous avions fondé en l'entendement de la République française à sauvegarder notre avenir. En effet, sauf à être préservé efficacement de toutes formes d'orpaillage et autres usages destructifs de la forêt amazonienne, si fragile, qui nous fait vivre, notre temps est désormais compté, après avoir su nous adapter et vivre avec dignité pendant 1000 ans, sur ces terres de Guyane.

 

Il apparait que la décision prise de ne pas accéder à notre requête relève d'un motif politique, qui voit la volonté de création de ce parc avant les prochaines élections présidentielles primer sur toutes autres considérations, les plus sensées comprises.

Il n'est qu'à examiner le tracé retenu pour ce parc pour que le plus simple bon sens y relève cette anomalie manifeste d'exclure tout notre espace de
subsistance de sa protection. Ce tracé n'est clairement que le résultat d'un mauvais travail, irrationnel, de sa détermination: une erreur que la République pourrait avoir la dignité d'admettre.

Au lieu de cela, cette incurie va nous faire disparaitre, en tant qu'entité ethnique, culturelle, économique, citoyenne. Disparaitre comme ont disparu
les Amérindiens d'Amérique du nord, sacrifiés à l'autel d'intérêts moins futiles que ceux de votre gouvernement.

Mais pourtant, nous ne sommes plus au 19eme siècle et ses génocides, ses massacres, ses terribles leçons. A l'évidence, ces leçons de l'histoire ne
suffisent pas à la République Française du 21eme siècle pour se montrer plus avisée... Ne serait-ce qu'à penser à ce qu'il restera d'elle, dans l'histoire du monde, après le mal qu'elle aura fait à nos peuples. A ce point de désolation, comment espérer rendre la France à plus de civilisation?.

Espérant votre salutaire intervention, nous vous assurons, Monsieur le Président de la République française, l'expression de notre très profond
respect.

KËPËTOMAC TAMO, collectif des Amérindiens du haut Maroni.

 

S. M.

Actions urgentes

Guyane : Un parc contre les Amérindiens

 

Le dernier projet proposé par la mission pour la création du parc de Guyane présente de nombreuses lacunes et ne semble pas répondre aux demandes et aux intérêts de nombreuses communautés amérindiennes, notamment des Wayana, Emerillons et Wayampi du haut Maroni.


ICRA vient d'écrire au Président de la République pour lui faire part des revendications amérindiennes.
Vous aussi, soutenez les Amérindiens de Guyane.

La création du parc national de Guyane est en discussion depuis plus d'une décennie. ICRA et de nombreuses communautés amérindiennes, qui militaient pour un parc au nord de la Guyane (là où la biodiversité est la plus importante) et surtout pour la création d'un territoire autonome amérindien au sud, n'ont pas été entendues.

Dans ce projet, le parc, situé au sud de la Guyane, est constitué de zones coeur (où l'activité minière est interdite) et de zones de droit d'usage (comprises dans les espaces de libre adhésion du Parc) où la pratique minière, notamment l'orpaillage, sera autorisée avec tous les dangers que représente cette activité (déjà fortement développée) pour les hommes et leur environnement.

Les analyses mercure effectuées par certains organismes comme l'association Solidarité-Guyane mettent en évidence l'accroissement du niveau d'empoisonnement des populations amérindiennes de Guyane de génération en génération, confirmant les craintes des plus éminents spécialistes mondiaux du mercure qui ont très souvent alerté sur l'évolution locale vers le syndrome de Minamata qui sera atteint dans 2 ou 3 générations au rythme actuel. Ainsi, rendre l'orpaillage légal dans ces zones où vivent de nombreuses communautés autochtones s'apparente donc à un "génocide" des peuples premiers résidents dans ces espaces.

Pour les territoires Amérindiens en zone coeur

Un certain nombre de chefs coutumiers de villages amérindiens concernés sont favorables au parc mais refusent toute activité d'orpaillage. Ils n'ont été que partiellement entendus par la mission Parc : Ainsi, dans la commune de Camopi, où les amérindiens ont autorité, une grande partie des terres seraient incluses dans le coeur de Parc afin d'être protégée de l'orpaillage, alors que sur la commune de Maripasoula, moins de la moitié des terres serait en zone coeur.

Les populations amérindiennes Wayana et Teko de cette commune redoutent à juste titre un développement accéléré des pratiques minières sur leurs terres.

Par ailleurs, la création du parc rendrait de fait caduc l'arrêté préfectoral de 1970 qui protége le pays indien en interdisant à toute personne de pénétrer sur le territoire amérindien sans autorisation préalable.
Les amérindiens du sud verraient ainsi leur acculturation et leur destructuration sociale s'accélérer avec l'arrivée de nombreux touristes en mal d'exotisme. Une deuxième colonisation de leur espace traditionnel se prépare avec la réduction de leurs prérogatives sur leurs zones de vie, lesquelles sont indispensables à la satisfaction de leurs besoins alimentaires.

De nombreuses communautés concernées par le parc, comme les Wayana et les Teko des villages du Haut-Maroni et du Tampoc, ont demandé une modification du zonage du futur parc afin de protéger leurs villages de l'activité aurifère qui détruit leur espace de vie. Ainsi, le collectif de défense Tëpëtomak Tamo des Wayana et Emérillons de Guyane a demandé cet automne, notamment au commissaire enquêteur, le rattachement de leur territoire à la zone coeur du parc. Extrait de leur lettre au commissaire :

"Cette lettre exprime la volonté de la très large majorité de nos familles à mettre notre zone de subsistance traditionnelle sous la protection du coeur du futur Parc national amazonien de Guyane.

Cet espace de subsistance comprend, dès l'amont de la ville de Maripasoula, les bassins versants des rivières Tampok, Waki, Alitani et Maroni. Toute cette zone et sa forêt amazonienne, abritant et nourrissant nos peuples, doit être protégée des nuisances causées notamment par l'orpaillage et par toute activité dégradant son biotope fragile afin que nous puissions continuer à y vivre selon nos traditions.

A cette fin, les dispositions constitutives du coeur du futur Parc amazonien de Guyane, garantissent nos droits d'usage traditionnel de la forêt et sa protection totale de toute ingérence destructrice.(...)

Nous demandons que nos territoires soient placés en zone coeur du parc afin qu'il nous soit assuré d'une perspective d'avenir à vivre, amérindiens, dans la forêt de Guyane. Une vie sans orpaillage et sans violence
.

L'état veut passer en force

Fin décembre 2006, le gouvernement annonce qu'il ne va pas donner suite aux demandes de modifications des limites du futur parc national, pas plus qu'il ne prendra en compte les recommandations des commissaires enquêteurs dans leur rapport sur le parc. Le décret de création qu'il prépare ne répondra ni aux demandes des opérateurs miniers, ni à celles des Amérindiens.

ICRA écrit au président de la République

ICRA, qui milite pour que l'ensemble des territoires amérindiens soit rattaché à la zone coeur du parc et pour le maintien de l'arrêté préfectoral de 1970 afin de protéger le pays indien d'un développement rapide d'un ethnotourisme bien souvent non maîtrisé et acculturant, soutient l'initiative du collectif de défense Këpëtomak Tamo et vient d'écrire au Président de la République afin de lui demander de tenir compte des demandes légitimes des Amérindiens de Guyane.

Vous aussi, soutenez les Amérindiens de Guyane en écrivant au Président de la République.

http://www.icrainternational.org

S. M., le 28 janvier 2007

Bonobo : Qu'est-ce que c'est que ce binz?

Anne Esperetenvironnement, nature, écologique, bio

  Abonnez-vous gratuitement à la liste d'information SOS-planete

https://www.terresacree.org   

Mail, forum, courrier des surfeurs, livre d'or...

 

Forêts tropicales : le trésor dilapidé

Au chevet des derniers peuples premiers

 

Fil d'info RSS     environnement, nature, écologique, bio environnement, nature, écologique, bioJardin

Retour au sommet de la page

Entrez dans le jardin de la base


Vous avez aimé cette page. Partagez-la
avec vos ami(e)s sur les réseaux sociaux

Partager avec vos amis sur le réseau social Google Plus Partager avec vos amis sur le réseau social Linkedin S'abonner gratuitement au fil d'info RSS du vaisseau-mère de Demain l'Homme, ex SOS-planete


   

  











Citations d'Hommes justes

Vous pouvez nous envoyez les phrases
(d'Anciens ou non) qui vous semblent
aller de soi et participer à l'ouverture
des consciences


 

Wiki sur Terre - Sois acteur du changement - Demain l'Homme


 

NEWSLETTER

Abonnement gratuit à la
newsletter bimensuelle
confidentielle de Demain l'Homme

BOX EXPRESS

Transmettez par cette
voie votre récolte d'infos vraies
(lesquelles seront vérifiées)
 


Cet annuaire est mis à jour régulièrement par Cédric, président de l'Association. Il est facile d'y inscrire GRATUITEMENT votre site


Exprimez-vous librement sur ce site



LIVRE D'OR. Expression libre


Suivre le Flux RSS de Demain l'Homme