hautSOS-Pl@net, le site de Terre sacrée. Bannière réalisée bénévolement par Frédéric Schoenahl que nous remercions vivement.

TOUT EN BAS! Ascenseur expressLa vigne transgénique arrachée en Alsace
Photo anne.esperet@free.fr Autres oeuvres superbes sur le site .L'Est Républicain du 16 septembre 2001 :

L'Inra a renoncé provisoirement à ses essais « en plein champs » sur des plants de vignes génétiquement modifiées. L'hostilité des viticulteurs alsaciens était très vive.

COLMAR. - Au cours de l'été, dans la plus grande discrétion, l'Inra a fait procéder à l'arrachage des plants de vignes transgéniques qui étaient cultivés « en plein champs » dans l'enceinte de son unité de recherche de Colmar.

Officiellement, cette décision est motivée par des considérations purement
scientifiques : « Il est apparu que les résultats n'étaient pas concluants
et que les protocoles expérimentaux n'étaient pas conformes », s'est
contenté d'indiquer Jean-Pierre Prunier, président du comité permanent OGM à
l'Inra, il y a quelques jours dans « Le Paysan du Haut-Rhin ».

Le responsable de cet établissement public évoque toutefois « l'opposition
très vive des viticulteurs alsaciens » et la volonté de l'Inra « d'installer
le débat avec les professionnels ». Charles Putz, directeur de recherche et
président du centre de Colmar confirme : « Ce programme a démarré en 1994
pour une durée limitée de huit ans. Il portait sur des travaux
d'authenticité variétale. Au bout de six ans, nous n'avons pas mesuré de
différence et ces essais ne servaient plus à rien ». Les six cents pieds
(dont 400 transgéniques et 200 témoins ) ont été arrachés.

Les recherches étaient réalisés sur des porte-greffes modifiés résistants au
court-noué, une maladie dégénérative qui frappe la vigne « de manière très
marginale », indique un chercheur.

Trop proche de l'aire AOC

Les parcelles de l'Inra sont situées à deux ou trois kilomètres à vol
d'oiseau des limites de l'aire d'appellation d'origine contrôlée, à
proximité des bans de d'Eguisheim et Herrlisheim, petits villages pimpants
de la célèbre « route des vins ».

D'où la grogne des viticulteurs, inquiets des risques de dissémination et
des effets négatifs de tels essais sur «  l'image de marque des vins
d'Alsace ». Par le biais de la puissante association des viticulteurs
d'Alsace forte de 7.000 adhérents, les professionnels ont fait entendre leur
voix pour réclamer l'arrêt de ces expériences.

En décembre de l'année dernière, une manifestation avait eu lieu à Colmar à
l'appel d'Alsace-Nature, de groupements d'agriculteurs bios très dynamiques
dans la région, d'Attac et de la Confédération paysanne, en pointe dans ce
combat contre les recherches sur les OMG hors confinement.

Rendre le viticulteur dépendant

« Depuis plusieurs années, l'Inra conduit des recherches sur la vigne
génétiquement modifiée. Des essais ont été conduits en Champagne et à
Montpellier. Mais, selon nous, les dernières directives visaient à regrouper
en Alsace l'ensemble des recherches. L'Inra comptait sur la passivité des
professionnels dans notre région », rappelle Christian Hartmann, secrétaire
de la Conf' en Alsace. Satisfaits par cette « reculade » de l'Institut, les
amis de José Bové estiment pour autant qu'il faut « rester extrêmement
vigilants ».

« D'autres projets de recherche sont déjà très avancées. Notamment sur des
levures - véritable poudre de perlimpinpin - qui permettraient de réaliser
la fermentation malolactique en même temps que la fermentation alcoolique,
le tout en quatre jour ! »

« Nous sommes la vitrine mondiale de la typicité des vins », plaide
Christian Hartmann qui voit poindre les menaces «  d'une banalisation et
d'une standardisation dans les vignobles. » Le but, selon les militants de
la Confédération paysanne serait de rendre « le viticulteur complètement
dépendant » alors, précise Christian Hartmann « que nous avons réussi à
conserver dans le terroir alsacien un savoir-faire ancestral et empirique
qui se transmet comme un artisanat ».

Alors même que les tendances sont à la « baisse des rendements » afin de
favoriser la qualité, ces « bricolages génétiques » sont jugés «
inopportuns » par la Confédération paysanne où l'on se réjouit que l'Europe
ait ajourné la directive qui devait autoriser « La circulation des matériels
végétaux transgéniques de la vigne ». « Dans notre région, de plus en plus
de grands domaines se convertissent au biologique », rappelle Christian
Hartmann, optimiste.

A L'Inra, en revanche, on se désole, à l'image de Charles Putz : « La France
risque de prendre du retard, alors que les recherches sont très avancées en
Australie par exemple. L'aveuglement rétrograde n'est pas la bonne réponse.
Nous poursuivrons donc notre travail in vitro. Nous nous donnons du temps
pour convaincre ».


François MOULIN

Actions

Logo de Terre sacrée. Louis Rocquin. Veuillez cliquer pour aller au portillon de la base.Portillon de la basehttps://www.terresacree.org    Envoyer un courrier!

  Jardin - Version avec frames

Retour au sommet de la page

 


Vous avez aimé cette page. Partagez-la
avec vos ami(e)s sur les réseaux sociaux

Partager avec vos amis sur le réseau social Google Plus Partager avec vos amis sur le réseau social Linkedin S'abonner gratuitement au fil d'info RSS du vaisseau-mère de Demain l'Homme, ex SOS-planete


   

  











Citations d'Hommes justes

Vous pouvez nous envoyez les phrases
(d'Anciens ou non) qui vous semblent
aller de soi et participer à l'ouverture
des consciences


 

Wiki sur Terre - Sois acteur du changement - Demain l'Homme


 

NEWSLETTER

Abonnement gratuit à la
newsletter bimensuelle
confidentielle de Demain l'Homme

BOX EXPRESS

Transmettez par cette
voie votre récolte d'infos vraies
(lesquelles seront vérifiées)
 


Cet annuaire est mis à jour régulièrement par Cédric, président de l'Association. Il est facile d'y inscrire GRATUITEMENT votre site


Exprimez-vous librement sur ce site



LIVRE D'OR. Expression libre


Suivre le Flux RSS de Demain l'Homme
Accès aux 150 derniers articles de Demain l'Homme pour mobiles et PC