Cet ascenseur mène tout en bas! Utilisez plutôt les escaliers. Merci.(Prière d'utiliser les escaliers!)

Mange-t-on des aliments contenant des organismes génétiquement modifiés (OGM) sans le savoir ? Une association " Terre sacrée " en est persuadée.  Pour dénoncer les dangers de ces aliments " manipulés ", elle s'est lancée dans une grande croisade anti-OGM, à l'aide d'un site Internet.

Ses animateurs ne se disent pas opposés à la science et concèdent que la manipulation génétique peut permettre aux hommes de mieux se guérir et mieux se nourrir.  Mais à quel prix, avec quelles conséquences sur l'environnement et la santé, se demandent-ils ?

Réclamant plus de transparence dans la filière des OGM, " Terre sacrée ", qui emploie un ton volontairement provocateur, tire donc la sonnette d'alarme.  Demain, voyage au pays des transgéniques, dans " la ferme de Frankestein " du futur.

A la Une de Var Matin du dimanche 19 mars 2000 :

ALIMENTS TRANSGENIQUES

La croisade anti-OGM de

"Terre Sacrée "

Jeune association varoise, " Terre Sacrée " s'est lancée corps et âme dans le combat contre les organismes génétiquement modifiés qui, selon elle, menacent d'envahir la planète. Ses membres estiment qu'on " ne peut pas tout se permettre au nom du progrès, en ignorant les risques écologiques et sanitaires. "

Dernière page, l'article de Catherine AUBRY.

Les traqueurs de transgéniques

Photo Roland Gal (Var Matin)

L'association "Terre sacrée " mène une croisade contre l'invasion des organismes génétiquement modifiés (OGM). Qui s'insinuent partout dans nos aliments, jure-t-elle, notamment par le biais de l'alimentation animale. L'association a décidé de tirer avec virulence la sonnette d'alarme.

" Les gens ont du mal à y croire. Et nous aussi, au début, on est tombé de haut. Mais la manipulation génétique existe dans l'agroalimentaire. Aujourd'hui, ça commence à se savoir, heureusement. Les consommateurs réagissent et boycottent des produits".

Les trois bouillants animateurs de " Terre sacrée ", jeune association (voir encadré), se sont lancés corps et âme dans un combat anti-OGM, voici tout juste un an. Par amour de la nature, tout simplement, ils ont mis leur nez dans des tonnes de revues scientifiques, fouiné dans des rapports publiés par des chercheurs, interrogé l'INRA, consulté le rapport de la commission du génie biomoléculaire, écrit à tout ce que la France compte d'élus, du président de la République aux maires, pour dire leurs inquiétudes.

La science avec conscienceLa spirale d'ADN est faite de gènes, lesquels fabriquent les protéïnes qui expriment les caractéristiques de tous les êtres vivants.

Leurs recherches n'ont fait que renforcer leur pressentiment : les organismes génétiquement modifiés (OGM) menacent bel et bien d'envahir la planète, martèlent-ils. Pas moins.

" Discrètement, car la transparence n'est pas de mise dans ce domaine. On nous a mis des OGM dans nos assiettes sans qu'on le sache " explique M.W., secrétaire de l'association. " Nous avons créé " Terre sacrée " justement pour informer sans relâche le citoyen. Il y a de quoi avoir peur, face au poisson-luciole ou au tabac-hamster, des essais déjà réalisés. Ça semble de la science fiction, mais ça n'en est pas. Avec l'agriculture transgénique, demain, on va créer la ferme de Frankestein. Nous, nous refusons que certains jouent aux apprentis sorciers, sans pouvoir maîtriser les nouveaux produits créés, à coups de modifications génétiques. "

Pourtant Cédric Mercier, président de " Terre sacrée ", tout comme M.W. ou Lionel Lerda, le trésorier, se défendent d'être " des allumés anti-science ". " Nous ne souhaitons pas un retour à l'âge de pierre " insistent-ils. " Mais nous sommes contre une science sans conscience. Sans éthique. On ne peut pas tout se permettre au nom du progrès. En ignorant les risques écologiques ou sanitaires. "

Dans cette croisade, ils ont une lueur d'espoir: la France, se réjouissent-iIs, est à la pointe de la lutte anti-OGM, révélée par le maïs et le soja dans nos années 1990. Les actions de José Bové avec sa Confédération paysanne à Seattle ou d'ATTAC, sans parler de Greenpeace, ont largement contribué à lancer une réflexion européenne et même internationale.

" Bombes à retardement "

La preuve : dans deux mois environ, selon une directive européenne, tout produit contenant 1 % d'OGM devra porter une étiquette le signalant. "Nous, nous souhaitions 0 % " regrette M.W.. " mais la lutte n'est pas finie. Et c'est déjà une claque pour les grandes firmes américaines notamment. Certaines ont dû abandonner les produits à OGM, boycottés par les consommateurs. "

Ces manipulations contre nature ont pour unique but une plus grande rentabilité " poursuit-il. " Par exemple, un porc gonflé aux hormones, au Texas, permet de produire 20 % de plus de viande. Ou des moutons OGM de Nouvelle-Zélande présentent une pousse de laine vertigineuse. L'objectif final étant le contrôle du marché de la bouffe, et donc le contrôle des humains, via leur seule et unique chose dont ils ne peuvent pas se passer : boire et manger ".

"Il est incroyable de ne pas respecter les limites naturelles des espèces, les simples lois du bon sens " conclut M. Walter. " A suivre cette voie, l'homme perdra forcément ses repères et au bout sa liberté. Sans parler de sa santé bien sûr. C'est pire que le problème de l'amiante. Les OGM agiront à retardement. Après, il sera trop tard... "

Bref, contre le maïs-chien ou la souris croisée avec des gènes de végétaux, " Terre sacrée " est prête " à ouvrir sa grande gueule. Nous sommes suspendus à une sonnette d'alarme et nous tirerons dessus autant qu'il le faut. "

C'est qu'ils ont l'air décidés à le faire, les bougres...

Catherine AUBRY.

Légendes photos :

  • Le bureau de "Terre sacrée ": "Nous sommes suspendus à une sonnette d'alarme pour informer la population sur les dangers des OGM ".
  • L'an dernier, 377 sites d'essais ont été autorisés sur tout l'hexagone. Sont concernés la betterave, le maïs, le colza, le saja, la vigne, le peuplier, le tabac, le tournesol ou encore la pomme de terre. Dans le Var, où l'on compte de nombreuses cultures (comme ici celle de trournesols à Tourtour), aucun site n'est concerné. (Photos Roland Gal)

Tout sur internet

Pour mener son combat anti-OGM, "Terre sacrée " a choisi pour l'instant de communiquer par internet. L'association a créée un site très important, un peu brouillon et au ton parfois légèrement grandiloquent, versant volontiers dans le catastrophisme, mais ne manquant pas d'humour, malgré la gravité du sujet.

"Terre sacrée " travaille aussi avec d'autres associations passionnées par le même sujet. Comme Inf'OGM, OGM danger, Greenpeace (qui a fait circuler "une liste noire " des produits à ne surtout pas consommer)

Liste complète des associations sur internet. https://www.terresacree.org . Ou demande de documentation à "Terre sacrée ". Catherine AUBRY

Aucun site dans le Var

"Terre sacrée " vient de recenser les communes françaises accueillant des essais de cultures transgéniques. Liste communiquée par les ministères de l'Agriculture et de l'Environnement, d'après le rapport d'activité 1998 de la commission du génie biomoléculaire.

L'association a entrepris ensuite d'écrire à chaque maire concerné, d'abord pour l'informer des expériences en cours sur son territoire, puis pour lui demander sa position vis-à-vis de ce problème.

Enfin, pour toutes les communes sans culture transgénique, l'association décernera un label "Commune garantie sans culture d'OGM ".

Et c'est le cas du Var : aucune terre ne rentre dans cette "liste noire ", comportant une centaine de noms. On respire !

Catherine AUBRY

Betterave, maïs, colza...

D'après "Terre sacrée ", 377 sites d'essais ont été autorisés l'an dernier sur tout l'hexagone. Sont concernés la betterave, le maïs, le colza, le saja, la vigne, le peuplier, le tabac, le tournesol ou encore la pomme de terre.

Ce qui représente peu de surface par rapport aux 26 millions d'hectares de cultures transgéniques dans le monde, dont la plus grande partie en Amérique du Nord.

La culture transgénique, c'est simple : il s'agit de modifier l'ADN d'une plante en intégrant un gène provenant d'une autre plante ou de tout autre organisme. On peut ainsi croiser animaux et plantes et pourquoi pas, humains et plantes... Ces manipulations génétiques, si elles sont menées à terme, permettent donc de transgresser les barrières entre les espèces. Et c'est bien ça qui affole les anti-OGM.

Catherine AUBRY

(Article paru dans "Var Matin " du dimanche 19 mars 2000.)

Retour au sommet de la pageLa "croisade" de Terre sacrée

A la Une de Var Matin du dimanche 19 mars 2000

11 décembre 2002 : Terre sacrée continue le combat

Juin 2005 : Terre sacrée, une éthique du vivant

Sacrée? - Porte - Jardin      Sommaire simplifié

Jardin de la basePortillon de la baseNéo dans Matrix (La Matrice)


Vous avez aimé cette page. Partagez-la
avec vos ami(e)s sur les réseaux sociaux

Partager avec vos amis sur le réseau social Google Plus Partager avec vos amis sur le réseau social Linkedin S'abonner gratuitement au fil d'info RSS du vaisseau-mère de Demain l'Homme, ex SOS-planete


   

  











Citations d'Hommes justes

Vous pouvez nous envoyez les phrases
(d'Anciens ou non) qui vous semblent
aller de soi et participer à l'ouverture
des consciences


 

Wiki sur Terre - Sois acteur du changement - Demain l'Homme


 

NEWSLETTER

Abonnement gratuit à la
newsletter bimensuelle
confidentielle de Demain l'Homme

BOX EXPRESS

Transmettez par cette
voie votre récolte d'infos vraies
(lesquelles seront vérifiées)
 


Cet annuaire est mis à jour régulièrement par Cédric, président de l'Association. Il est facile d'y inscrire GRATUITEMENT votre site


Exprimez-vous librement sur ce site



LIVRE D'OR. Expression libre


Suivre le Flux RSS de Demain l'Homme
Accès aux 150 derniers articles de Demain l'Homme pour mobiles et PC