Yvan Marzin

TOUT EN BAS! Ascenseur expressLe thon rouge en grand danger de surexploitation

 

 

Vos réactions à ce sujet :

LE MONDE | 12.05.2005

________________________

Les scientifiques s'inquiètent aujourd'hui de l'avenir du thon rouge (Thunnus thynnus). L'espèce est en danger de surexploitation, même si la pêche de ce grand prédateur, qui peut atteindre 3 m et peser 800 kg, ne représente qu'une petite partie ­ 60 000 tonnes sur 3,5 millions de tonnes ­ des captures mondiales de thonidés. Mais ces prélèvements importants, notamment en Méditerranée, font craindre une baisse importante de ses effectifs. D'ici quelques années, le "steak de la mer" pourrait bien n'être qu'un lointain souvenir, avertissent certains experts.
 

La Commission internationale pour la conservation du thon atlantique (Iccat), créée en 1969 pour contrôler l'importance des prises et leur impact sur la ressource, édicte des quotas pour l'Atlantique ouest et l'Atlantique est, ainsi que pour les mers adjacentes comme la Méditerranée. La ligne de séparation de ces deux zones a été artificiellement placée à 45 degrés de longitude ouest ­ à peu près au milieu de l'Atlantique ­, car on estimait dans les années 1970 que le taux de migration du thon rouge était assez faible.

Des observations réalisées par une équipe de biologistes marins américains et canadiens, sous la conduite de Barbara Block, du Tuna Research and Conservation Center (université Stanford, Californie), viennent de remettre en cause l'arbitraire de cette zone de séparation. Pendant neuf ans, de 1996 à 2004, ils ont observé 772 thons équipés de balises. Ces dernières ont permis pendant quatre ans et demi de suivre les migrations de certains d'entre eux et de recueillir par ailleurs des informations ­ localisation des bancs, profondeur de plongée, température de l'eau environnante ­ sur leur mode de vie.

Cette recherche, présentée dans la revue Nature du 28 avril, révèle que les thons se reproduisent principalement dans le golfe du Mexique et en Méditerranée, toujours au même endroit (phénomène du "homing" ). Mais il apparait surtout que les deux populations de thons ­ qu'il s'agisse d'adolescents ou d'adultes ­ se mélangent allègrement au milieu de l'Atlantique à la recherche de leur nourriture préférée : les anchois, les sardines, les maquereaux, les chinchards et les harengs.

De ce fait, "il n'est plus possible de maintenir en l'état un système de gestion qui suppose que les thons nés à un endroit n'en bougent pas" , estime Barbara Block. "Nous suggérons donc que l'Iccat crée une troisième zone de management du stock de thons rouges, entre 35 et 50 degrés de longitude ouest, affectée d'un très faible quota, avance Steven Teo, un des auteurs de l'étude. Cela permettra peut-être de réduire la mortalité des très grands thons de l'Atlantique ouest qui se nourrissent à cet endroit."

Le stock de thons rouges de cette zone proche des Etats-Unis a en effet subi dans les années 1980 une baisse estimée à 80 %. Des quotas ont bien été mis en place ainsi qu'un plan de reconstitution du stock. Mais, "dix à vingt ans après, ils ne se sont toujours pas reconstitués" , constate Jean-Marc Fromentin de l'Ifremer (Centre de recherche halieutique méditerranéenne et tropicale de Sète).

Une situation qui agace prodigieusement certains pêcheurs américains de thons rouges qui pratiquent une pêche sportive. Comme certains d'entre eux sont des hommes politiques ou des milliardaires, ils ont les moyens d'exercer un fort lobbying sur ce thème en martelant que, si "le stock de l'Ouest n'arrive pas à se reconstituer, c'est que les poissons sont trop pêchés à l'est" .

En tout état de cause, estime Jean-Marc Fromentin, "il faut féliciter l'équipe de Barbara Block. Seuls les Américains peuvent réaliser de telles choses, car le marquage coute une fortune. Un marqueur-archiviste vaut entre 2 000 et 4 000 dollars par poisson" . Sans compter le cout des bateaux à la mer.

Le chercheur français regrette cependant que les marqueurs ne restent sur les poissons qu'un ou deux ans, voire quelques mois, alors que dans l'idéal il faudrait pouvoir suivre les poissons pendant plusieurs années. Par ailleurs, si les instruments de mesure donnent des informations sur les migrations, ils n'en fournissent pas sur les quantités de poissons qui se déplacent et sur leur lieu exact de naissance.

Qu'ils soient français ou américains, les chercheurs s'inquiètent tous de la trop forte pression de la pêche de l'espèce. Côté américain, le quota de l'Iccat est de 3 000 tonnes par an. Côté Atlantique est et Méditerranée, il est de 32 000 tonnes par an. Mais, en fait, dans ce dernier cas, le volume des prises serait plus proche de 50 000 tonnes. Cela en raison de la formidable demande du marché japonais du sushi et du sashimi, puisque 60 % à 80 % des thons rouges sont destinés au pays du Soleil-Levant.

Or, "on estime que le taux de productivité du stock disponible à la pêche ne mettant pas en danger la population de thons est de 25 000 tonnes par an, explique Jean-Marc Fromentin. On tape donc dans les réserves du stock. Mais le jour où on aura épuisé ces réserves, celui-ci dégringolera à grande vitesse" .

Les scientifiques tirent la sonnette d'alarme, sans savoir précisément quelle est la taille réelle du stock méditerranéen et quand l'espèce sera menacée d'extinction. Les données disponibles pour ces estimations "proviennent essentiellement des captures de pêche" , prévient Jean-Marc Fromentin. Ce n'est pas suffisant ni assez fiable. "Nous payons là, dit-il, une longue politique de recherche pauvre en Europe dans le domaine des ressources naturelles."

Une chose est sûre : la pression de pêche sur le thon n'a jamais été aussi élevée, et les zones d'exploitation en Méditerranée se sont étendues.

Si aucune mesure n'est prise, le thon méditerranéen risque de connaître le sort de ses congénères des environs de l'Australie ­ ou de celui, catastrophique, de la morue au large du Canada ­ dont les populations se sont effondrées dans les années 1980 en raison d'une surpêche alimentant surtout le marché japonais. Privé de thons, le Japon s'est aussitôt tourné vers les réserves méditerranéennes.

Christiane Galus
Article paru dans l'édition du Monde du 13.05.2005

Anne EsperetLogo crée bénévolement par notre ami Louis Rocquin.environnement, nature, écologique, bio

  Abonnez-vous gratuitement à la liste d'information SOS-planete

https://www.terresacree.org   

Mail, forum, courrier des surfeurs, livre d'or...

 

Biodiversité : l'hécatombe!

Logo d'Helleboid camille : pastorius2000@yahoo.fr

Fil d'info RSS     nature, environnement, écologie, bio, vert  bnature, environnement, écologie, bio, vert    nature, environnement, écologie, bio, vertJardin

Retour au sommet de la page

environnement, nature, écologique, bio   Entrez dans le jardin de la base


Vous avez aimé cette page. Partagez-la
avec vos ami(e)s sur les réseaux sociaux

Partager avec vos amis sur le réseau social Google Plus Partager avec vos amis sur le réseau social Linkedin S'abonner gratuitement au fil d'info RSS du vaisseau-mère de Demain l'Homme, ex SOS-planete


   

  











Citations d'Hommes justes

Vous pouvez nous envoyez les phrases
(d'Anciens ou non) qui vous semblent
aller de soi et participer à l'ouverture
des consciences


 

Wiki sur Terre - Sois acteur du changement - Demain l'Homme


 

NEWSLETTER

Abonnement gratuit à la
newsletter bimensuelle
confidentielle de Demain l'Homme

BOX EXPRESS

Transmettez par cette
voie votre récolte d'infos vraies
(lesquelles seront vérifiées)
 


Cet annuaire est mis à jour régulièrement par Cédric, président de l'Association. Il est facile d'y inscrire GRATUITEMENT votre site


Exprimez-vous librement sur ce site



LIVRE D'OR. Expression libre


Suivre le Flux RSS de Demain l'Homme
Accès aux 150 derniers articles de Demain l'Homme pour mobiles et PC