Le Peyolt est appel� Grand-p�re par les indiens. il est au centre de leurs c�r�monies sacr�es
Choisis ton avatar ! Par la force du Grand-p�re !


TOUT EN BAS ! Ascenseur expressTestament oral d'un Ancien � ses enfants et petits-enfants

D'où vous venez...Hymne � la Vraie Vie !

La v�rit� toute crue !


ICI la version compl�te du testament en PDF (25 pages A4) � imprimer sur papier recycl�

Bonne lecture !

Voici la version audio interpr�t�e par notre ami belge Fred :

 

 



 

A tous les enfants de la Terre, � tous ceux qui ont soif,
ces mots qui d�salt�rent...

Que ces mots se propagent,
que la pluie tombe enfin et dissolve les maux !


 

"La V�rit� ? Saignante ou � point ?

- JOYEUSE !!!"

 

Rejoins le Cercle des Anciens !

Contact : et 06 21 86 14 71 (� partir de 14h, m�me le week-end)

 

 






Lettre L graphiqueorsque nous entr�mes dans la chambre d'h�pital, Grand-p�re �tait entour� d'infirmi�res et des tuyaux le reliaient � une dr�le de machine.

Grand-p�re ne paraissait pas en forme. C'est le moins que l'on puisse dire. Son visage �tait blafard et creus� de rides profondes que nous n'avions jamais remarqu�es auparavant. Il �tait si maigre que nous n'aurions jamais pens� qu'un homme puisse le devenir � ce point.

Nous avions pourtant d�j� vu sur le Web quelques images des camps de concentration d'Hitler. Ce tableau d'un autre Grand-p�re que le n�tre �tait affligeant et nous �prouvait terriblement. Il n'�tait plus le Grand-p�re qui nous prenait dans ses branches et nous faisait rire. Ce n'�tait qu'un tas d'os emball� dans de la peau terne.

Conscience

Les infirmi�res se retir�rent apr�s l'avoir bord� et lui avoir souffl� quelques mots � l'oreille.

Il ouvrit les yeux avec peine, nous vit, align�s tous les cinq devant notre m�re et notre p�re, ses filles et ses fils.

Il sourit. C'�tait enfin Grand-p�re !

 

"Vous �tes venus, mes lapins, dit-il, c'est vraiment gentil."

Nous, tous en choeur : "Bonjour Papy !!!"

Nous l'aimions !

Coeur

Ses yeux devinrent luisants, comme si des larmes �taient en train de se former sans jamais ruisseler sur ses joues creuses.

Il se racla la gorge et pronon�a ces mots :

 

"Mes petits-enfants, mes enfants, il est pour moi l'heure de vous quitter. L� o� je vais, vous irez tous un jour et nul ne sait vraiment o� �a se trouve, ni m�me si �a se trouve.

Ce que je sais, c'est que je vais rejoindre les Anciens."

 

Nous �tions effarouch�s. Pourtant Grand-p�re s'amusait souvent � nous faire peur entre deux rigolades. Mais cette fois il s'agissait d'une tout autre histoire.

esprit

Il reprit : "N'ayez pas peur ! Je suis encore parmi vous et cela me r�jouit. Mais, avant de partir pour le pays irr�el, qui ne se situe donc nulle part, il faut que je vous livre un dernier message, un secret qui nous a �t� cach�. Et ce message, vous aurez � le transmettre, si tel est votre choix, � toutes les petites filles, � tous les petits gar�ons qui viendront derri�re vous sur cette Terre.

En fait, ce message est simple. Vous le connaissez. Il est en effet grav� au fin fond de nous tous. Dans notre coeur. Mais il y a tant et tant de pens�es � l'int�rieur que nous peinons toute notre vie � les d�couvrir et � les d�crypter.

amour

Mes enfants, je suis heureux de partir. Je m'en vais, soulag�, avec l'impression d'avoir v�cu pleinement cette vie, tr�s reconnaissant de l'avoir re�ue.

Je l'ai emplie de mes d�couvertes, de mes exp�riences. J'ai, ici-bas, presque toujours accompli ma t�che avec passion, telle l'abeille, aux c�t�s de ses vielles amies de la ruche. Mais je sais que cette mission est loin d'�tre achev�e, pour peu qu'elle le soit un jour. D'autres doivent la poursuivre.

Cela est non seulement n�cessaire, mais c'est une question de Vie et de survie !"

love

Voici ce message, r�sum� bri�vement en deux phrases :

"Mes petits, m�me si vous vous sentez harcel�s de toutes parts, m�me s'il vous semble que la t�che est immense et qu'aucun d'entre nous n'est capable de se charger � ce point de toute la mis�re du monde, m�me si vous constatez la surdit� ambiante devenue reine, vous avez tout de m�me un r�le crucial, si minuscule soit-il.

Surtout ne jamais baisser les bras !"

Testament oral d'un Ancien

 

Nous �tions l�, �coutant Grand-p�re, telles des hirondelles sur un fil t�l�graphique secou� par les rafales d'un vent puissant.

Que ce soit transparent ! Ce testament a en fait �t� r�dig� par nos soins, quelques jours apr�s la c�r�monie au cours de laquelle furent dispers�es les cendres de notre Grand-p�re, � un endroit que nous seuls et quelques-uns de ses meilleurs amis connaissent...

Il s'agit �videmment d'une transcription, plus ou moins juste. Tout au long de sa vie, Grand-p�re nous avait en effet d�j� parl� du sens profond de la Vie.

L'essentiel �tait donc d�j� en nous, avant m�me de retentir dans cette chambre d'h�pital.

spiritualit�

Si donc ce testament n'est pas du mot � mot, loin s'en faut, nous nous sommes appliqu�s � en conserver l'essence. Du moins, nous avons vraiment tent� de respecter l’�tat d’esprit communiqu� par Grand-p�re.

Cet �crit fut consign� au printemps 2013, lors d'une r�union de famille, en comit� restreint.

Et vous pourriez en cesser ici la lecture ; vous en connaissez d�j� l’�me.

Mais si vous entrevoyez que ce testament complet est capable de vous aider, alors continuez. Notre explication, sans doute pu�rile et maladroite, ne fait finalement que 25 pages d'un livre ordinaire...

Connaissance

Grand-p�re prit une longue inspiration et poursuivit.

 

"Jadis, je vous l'ai d�j� dit au cours de nos promenades � la colline, la Terre �tait un joyau. Or, vous le savez : le joyau est devenu une poubelle � ciel ouvert.

Il y a dans notre Univers des milliers d'autres joyaux. La plupart ne deviennent heureusement pas pour autant des d�potoirs.

Et l'Univers que nous connaissons n'est pas le seul. Il en existe une multitude.

Ce joyau pourtant est unique, dans le sens o� c'est par lui que vous vivez aujourd'hui, et c'est l� que d'autres vivront demain.

cosmique

Un joyau n'est pas fait pour �tre enferm� dans un coffre-fort. Il doit briller � la lumi�re de tous les soleils, baignant de leur chaude lumi�re in�puisable les plan�tes qui abritent la vie biologique.

plantes sacr�es

Mes lapins, je vous aime. Vous �tes les Vivants. Vous �tes ceux qui vivent et ont conscience de vivre. C'est un privil�ge ! Immense ! Cette faveur doit �tre cultiv�e naturellement, comme le sont les arbres, les fleurs et toutes les plantes de la cr�ation.

J'ai eu une vie particuli�re. Comme chaque vie l'est, je le sais, c'est �vident ! Je ne suis pas un ph�nom�ne. Je dois maintenant m’appr�ter � fusionner. Telle est la loi. Les corps sont p�rissables. Ils ne sont pas immortels.

Pourtant, il faut que vous le sachiez : je suis d�j� n� tout au long de ma vie une bonne cinquantaine de fois, dans ce corps-ci, je le pr�cise, dans ce m�me v�hicule qui maintenant tombe en ruine.

Hymne à la Vie

Je ne parle pas ici de r�incarnations. Il ne s'agit pas du tout de cela, mais d'une allusion � toutes les prises de conscience qui permettent � l'individu de r�orienter le cours de sa vie."

Papy tourna lentement son visage vers la table de chevet, cherchant du regard s’il pouvait se d�salt�rer. L’un de nous s’empressa de porter un verre d’eau � ses l�vres.

Avec difficult�, Papy but quelques gorg�es, avant de reprendre le flot de ses paroles.

"� chacune de ces naissances, je me suis retrouv� dans l'esprit de jeunesse, avec les m�mes pieds, les m�mes mains, les m�mes oreilles et, entre elles, plein d'id�es exaltantes et d'interrogations bizarres qui se bousculaient encore dans ma t�te d'Homme.

 




� chacune de mes naissances donc, j'ai vu, de mes yeux vu, la trame. Il existe ainsi un ordre. Un ordre � l'�chelle des atomes, des mol�cules, mais pas seulement. Cet ordre a un sens. Mais c'est � chacun de le rejoindre. Il ne va pas de soi. Il ne s'impose pas. Il nous laisse libres. Tel est l'un des grands myst�res.

Vous, mes rayons de Soleil, vous �tes la Vie

L'arbre de la Vie

Moi, je dois maintenant ex�cuter un ultime passage, mais je sais que ce n'est pas ma fin.

La Vie est un �quilibre joyeux, subtil et dynamique, pas une bricole immuable. On pourrait la comparer � un funambule sur son fil.

Ainsi cet �quilibre est � ajuster en permanence. Il faut le respecter et le transmettre.

communication

Bien s�r, pour ceux qui veulent en savoir plus, pour les naturellement curieux, il y a des r�ponses. Mais elles ne sont pas n�cessairement utiles.

Certaines, mal pos�es, peuvent m�me parfois nous nuire, nous entraver et nous emp�cher d'avancer, voire d'�tre heureux.

Ces r�ponses, si elles sont extraites, il est n�cessaire de ne pas les laisser envahir notre vie, et de les remettre tranquillement en place.

Il est indispensable m�me parfois de les r�int�grer � l'endroit exact o� nous les avons d�busqu�es, et de l�cher prise.

C'est un peu comme une machine. Chaque rouage, chaque puce a son r�le. Sinon la machine se casse et ne sert plus � rien. Corbeille !

 c�r�monie

Depuis tout temps, des hommes ont cherch� la Connaissance. Certains l'ont trouv�e. Ils l'ont accept�e ou en ont fait du grand n'importe quoi.

D'autres l'ont rejet�e en bloc, constatant qu'elle ne rendait pas heureux, voire m�me pourrissait leur vie. D'o� le grand d�sarroi !

Certains ont voulu se servir de la Connaissance pour dominer les autres. Ils en ont fait des th�ories, des doctrines...

Mais cela est ridicule et nuisible

Testament oral d'un Ancien

La v�rit� est sans nom

Elle est volatile et l'on ne peut en emplir des flacons. Elle ne s'applique pas � chacun de la m�me fa�on, quiconque n'�tant pas son voisin ou le miroir de l'autre.

La v�rit� n'est pas sous copyright, il n'y a pas de marque d�pos�e. Personne ne peut la d�tenir. De plus elle est �volutive. Elle est libre. Moi-m�me qui vous parle d'elle, je ne sais pas.

Sans h�siter, je doute !!!

Et le doute fait partie de l'alchimie g�n�rale. Il est lib�rateur."

calumet

Grand-p�re peinait � trouver ses mots qui parfois nous �taient inaudibles. Il souffrait.

 

"Peut-�tre s'agit-il l� des d�lires d'un vieillard sentant sa fin venir ? Faites de ce que je vous dis l�, mes ch�rubins, ce que bon vous semble.

Quittez cette chambre d'h�pital, si vous le ressentez. Allez gambader dans les prairies. Je sais, elles sont rares, et un long cheminement de boulevards, de p�riph�riques et d'autoroutes reste � parcourir pour aller se rouler dans l'herbe.

Je suis donc n� une bonne cinquantaine de fois dans cette existence ci, et je suis encore l� pour vous parler.

Les plantes sacr�es: le peyolt appel� Grand-p�re par les indiens d'Am�rique du Nord

Il s'agit d'un paradoxe

Et cette mort qui s'annonce � moi n'est pas l'ultime. La naissance qui suit ne sera pas non plus la derni�re. La fin n'existe pas � l'�chelle de ce que nous pourrions appeler l'�me, bien que le terme ait fait le fonds de commerce des charlatans.

La fin n'est pas inscrite dans les arcanes du Cosmos."

indiens

Certains mots que disait Grand-p�re n'appartenaient pas � notre vocabulaire. Mais chacun comprenait le sens intime des phrases qui ruisselaient de son cœur.

 

"Vous pensez peut-�tre que votre Papy d�raille ? Qu'il ne sait plus ce qu'il dit ?

Rassurez-vous : mon esprit n’est pas encore brumeux. Au contraire, mes pens�es sont tr�s claires, et je sens que je ne peux partir lib�r�, apais�, sans vous avoir fait part de tout ce que j’ai trop longtemps gard� au plus profond de moi.

Ainsi, je continue. Sans doute parce que je suis obstin� et que j'ai quelque part la rage."

peyotl

Mon Dieu, et si Grand-p�re avait la rage ???

Nous risquions de le voir se jeter sur nous brusquement, nous mordant jusqu'au sang, puis se mettre � zigzaguer dans les couloirs de l'h�pital en plantant ce qui lui restait de dents dans tout membre de l'�quipe hospitali�re qui se trouverait malencontreusement sur son passage.

Nous nous m�mes, chacun dans notre coin, � �clater int�rieurement de rire. Nous savions que la rage �tait une maladie contagieuse et, dans ce cas, il faudrait vite vacciner tous les gens de la cit�...

Proie

Il reprit en souriant. De ce beau sourire espi�gle qu'on lui connaissait.

 

"Ce n'est pas un accident qui a cr�� le monde. Le hasard n'est qu'un outil mineur pour que le monde ne soit pas sans surprise.

L'impond�rable est un des pieds de biche de l'�volution biologique.

Ainsi, si les circonstances orbitales n'avaient pas plac� un ast�ro�de g�o-croiseur sur la trajectoire de la "Belle Bleue", il y a 66 millions d'ann�es, les dinosaures auraient continu� � prosp�rer et nous ne serions pas l� pour en parler.

Ils seraient peut-�tre en ce moment m�me, pare-chocs contre pare-chocs, au volant de leur voiturette..."

 

Grand-p�re rit, comme un petit enfant qui vient de casser un jouet qui ne lui plaisait pas.

La fin des dinosaures

Il reprit aussit�t : "Mais si ce minuscule �v�nement catastrophique de l'Histoire de la Vie sur Terre ne s'�tait pas produit, � ce moment-l�, la conscience telle que nous la connaissons n'aurait peut-�tre jamais surgi sur Terre.

Les exemples sont nombreux. Mais, avant mon d�part, je n'ai pas le temps de vous d�cliner l'encyclop�die du long chemin pass�. Wikipedia excelle en la mati�re !!!

Juste quelques mots pour vous faire rire. Car je suis bien s�r  conscient que ce que je vous dis l� est tout de m�me perturbant.

Notre esp�ce, il y a deux cent mille ans, apr�s avoir ingurgit�, pour survivre, quelques restes de carcasses laiss�s par les tigres � dents de sabre ou les loups rassasi�s, notre esp�ce, apr�s avoir gob� en vol quelques sauterelles sautillantes et autres grenouilles bondissantes, voire apr�s avoir d�vor� quelques cousins des lign�es les moins habiles, notre esp�ce eut l'id�e de s'attaquer au mammouth...

Banco !

La chasse au Mamouth

Or pour chasser le mammouth, il ne faut pas �tre nigaud ! C'est pourquoi notre cerveau a continu� � tant gonfler, gonfler, gonfler, qu'il a fini par atteindre la taille d'un bœuf.

Or, aujourd'hui, le constat est dramatique ou plus exactement tragi-comique.

sioux

En effet, cet �norme cerveau de primate, sur�volu� par n�cessit�, cet amas de neurones capable d'avoir compos� la septi�me symphonie ou d�pos� 24 de nos pattes sur la Lune pour y chasser les mirages, sert aujourd'hui essentiellement � aller faire nos courses hebdomadaires au Mammouth le plus proche. Auchan, Intermarch�, Leclerc, Super U, Casino... pour les intimes.

Les hypermarchés : la course à l'échalotte !

Or, les dits Mammouth & Cie sont souvent tr�s �loign�s de nos grottes, ce qui n�cessite de venir � bout de multiples obstacles, nomm�s embouteillages dans le langage moderne.

Ne serait-il pas plus sage de profiter des grises m�moires vives, � l'abandon par paresse, pour lire attentivement ce qui est �crit en caract�res microscopiques sur les �tiquettes des produits dits propres � la consommation ?

Ceci afin de ne pas se laisser empoisonner par les m�les dominants et, comme par un lointain pass�, de pouvoir SURVIVRE.

Ce serait l� une excellente chose � faire ! Je sais, la gymnastique n'est pas �vidente, le logo "�pices irradi�es" n'�tant pas obligatoire sur les produits distribu�s, par exemple, par Ducro$, le fameux "d�carcasseur" t�l�visuel.

Autre exemple d'acrobatie : l'huile de palme qui d�vaste, en ce moment m�me, les ultimes lambeaux de for�ts tropicales, qui assassine tout ce qui vit dans le vert habitat, cette graisse, essentiellement satur�e, inutile pour notre corps puisque ce dernier la fabrique en quantit� croissante, ce lent poison �tant nomm� l�galement "huile v�g�tale".

Dévastaion des forêts primaires à cause de l'huile de palme, dite "huile végétale"

Je vous en passe et des meilleures. Tiens, je vais boire � nouveau ; merci.

...Et je ne parle pas des OGM, lesquels transgressent toutes les lois de la Nature et dont sont gav�s 90% de nos animaux domestiques et bient�t l'ensemble des humains !

futur

Mais il y a aujourd'hui plein de petits gars et de nanas sympa qui heureusement nous informent sur Internet de toutes ces tromperies, tandis que les zommes politiques laissent faire, tant occup�s qu'ils sont � brasser les milliards collect�s sur nos carcasses, et � s'en mettre au passage plein les poches.

Ces politiciens v�reux qui eux, bien s�r, mangent BIO, n'�tant pas suicidaires, ni cons � ce point, et pensant forc�ment � leur propre survie. Ma foi ! Charit� bien ordonn�e commence par soi-m�me, dit le proverbe."

 

L� Grand-p�re nous prouvait qu'on pouvait mettre � genoux les multinationales par la simple pression de nos m�choires !!! Et sans descendre pour autant dans les rues avec des gourdins ! Que le plus petit geste avait du poids, pour peu qu'il se propage, si nous nous y mettions tous. Le milliard d'�tres humains crevant de faim accomplissant ce geste salvateur chaque jour, par la force des choses...

Politiciens verreux

Papy reprenait des couleurs, il s’animait, gigotait sous son drap... Il semblait revenir pleinement � la Vie, port� par l'�nergie in�puisable  d'une  jeunesse qui vient de d�serter canap�s et portables, pour donner le coup de gr�ce � la b�te naus�abonde.

 

"Ce que j'aimerais que vous reteniez de tout �a, c'est que la Vie est une alchimie dont les r�gles basiques doivent �tre respect�es si l'on r�ve du bonheur, pour l'Homme et pour toutes les cr�atures vivantes.

Communication par notre esprit

Si l'on souhaite, pour maintenant et pour demain, une autre Humanit�, plus �lev�e, une vie r�ellement nouvelle et riche de mille surprises... Une transition acceptable vers un futur paisible pour la Vie en g�n�ral.

Une existence toute simple, libre, respectueuse de soi, des autres et de tout ce qui nous entoure.

Si l'on triche � ce jeu, car il s'agit bel et bien d'un jeu, c'est comme si l'on se faisait mal � soi-m�me.

Car les autres ne sont ni plus ni moins que d'autres nous-m�mes

prospective

Ainsi ces animaux que nous incarc�rons dans nos �tables industrielles, ces b�tes � poils ou � plumes, sensibles et capables d'empathie, ces animaux eh bien, c'est nous, c'est nous que nous faisons souffrir sans nous en rendre compte."

avenir

Ainsi ces for�ts que nous rasons � un rythme effr�n� sur les cinq continents, c'est aussi nous, oui nous que nous amputons, nous que nous exterminons. M�ticuleusement. � chacune des silencieuses bouch�es frelat�es que nous absorbons sans broncher.

Nous, oui nous, moi, toi, vous mes lapins, eux qui vous suivent, vous mes amis de toujours..."

 

Grand-p�re mettait l� le doigt sur notre masochisme inculqu�. Il ne traitait pas l'Homme de sadique. Non c'�tait �vident, clair comme de l'eau de source.

Enseignement d'un sorcier yaki

"Je disais que la Vie est un jeu. Je ne d�lire pas.

Je sais que cela ne cr�ve pas les yeux, tant il y a de malheurs cach�s en ce monde.

Un jeu ? Il y a donc des r�gles. Et il y a aussi forc�ment des tricheurs et les d�s sont pip�s.

Et c'est pour cela que nous devons d'abord nous prot�ger nous-m�mes des attaques pernicieuses des inquisiteurs anonymes, des bourreaux officiels qui ont pignon sur rue.

message

Un jeu ?

Oui, souvenez-vous. Une fois les protections mises en place, chacun a choisi son propre avatar. Noir ou blanc, vert ou rouge, peu importe !

Puis on a �lu nos armes.

Apr�s, pan ! C'est la baston !

Il suffit de respecter les r�gles et d'activer instinct et intelligence. J'emploie deux mots. Mais ils ont le m�me sens."

g�n�rations futures

Grand-p�re fit une pause. Il souffrait malgr� les injections r�guli�res de la pompe � morphine.

Il posa sur nous son regard �clair�. C'�tait comme une caresse. Sublime. Nous avions la chair de poule, m�me s'il nous appelait ses lapins.

 

Il reprit : "Je vais maintenant rejoindre les Anciens. Nous devons nous concerter. J'ai moi-m�me des choses � leur dire. En effet l'avis de chacun est �cout� avec attention... et entendu. Personne, dans le cercle, ne fait la sourde oreille. Cela est du reste impossible. Personne n'a d'oreilles !

respect

J'ai bien peur, dans cette vie emplie de naissances, de ne pas avoir �cout� chaque mot prononc� par chacun des Anciens, et de n'avoir pas tout � fait suivi la voie, trac�e par moi-m�me, vers une destination propre et choisie, comme leur voix me l'avait sugg�r�. J'ai peur d'avoir �cout� les uns plut�t que les autres, et au final de ne pas �tre vraiment moi-m�me.

Lorsque j'entrerai dans le cercle, ils me conseilleront. J'�couterai encore chacun et je retiendrai seulement les avis qui r�sonnent avec l'id�e que je me fais de moi-m�me.

Mais je ne cherche pas la perfection. Quel ennui la perfection ! Vite une nouvelle m�t�orite !"

 

Grand-p�re sourit. Il �tait grave, mais ponctuait chacun de ses mots avec le sourire d�routant que nous lui connaissions.

 

"Non, la fin n'est pas la fin. La fin n'existe pas. Nous savons pourtant que m�me le Soleil va mourir dans cinq milliards d'ann�es. Nous savons pourtant que l'Univers, dans lequel il brille, dans lequel il vibre, va s'�tendre presqu'� l'infini, jusqu'� ce que chaque atome qui le constitue se d�sagr�ge.

dignit� humaine

Soit donc ! Notre Univers de mati�re a eu un commencement et aura une fin, bien qu'elle se situe dans fort longtemps. Mais le temps n'a gu�re d'importance. Il est relatif. Einstein avait vu juste. Les math�matiques et les d�couvertes qui ont suivi lui ont donn� raison. Presque sur toute la ligne.

L'Albert avait un gros cerveau, le m�me que celui de n'importe quel abruti mais, � la diff�rence de ce dernier, le g�nie l'irriguait avec le sang propuls� par son cœur.

La preuve : le jour o� il apprit que ses illuminations, d�passant largement la vitesse de la lumi�re, avaient servi, dans son dos, � concevoir la bombe atomique, il devint un militant anti-nucl�aire acharn� !

Oui cet univers qui est le n�tre, bien qu'il ne nous appartienne pas, oui notre univers a bel et bien commenc� par un Big Bang et finira dans des milliards et des milliards d'ann�es.

Mais c'est sans compter que notre Univers cohabite avec, non pas un, cent, mille, mille milliards de milliards d'autres, mais avec carr�ment une infinit� d'autres...

g�nie

Ainsi, et c'est une d�couverte que j'ai faite � travers ma cinquantaine de naissances, la mati�re dans son ensemble n'a ni commencement ni fin, elle ne s'inscrit que tr�s localement, tr�s fugitivement, dans l'espace et dans le temps.

La mati�re donc, contrairement � ce qu'en constatent nos sens, la mati�re dont nous sommes tous fa�onn�s est, en fin de compte, infinie et �ternelle. Elle est le pur produit de notre imagination. Elle est pur esprit.

D'autres formes de la matière existent dans d'autres univers

Aussi clair que 2 et 2 font 5, non ? Quelle simplicit� !

 

- Grand-p�re, dit l'un de nous en frissonnant, ce que tu racontes est illogique, �a n'a pas de sens. 2 et 2 font 4. On nous l'a appris � l'�cole. Notre corps a ses limites. Nos pens�es elles aussi. Explique-nous �a.

 

- Je sais, mon petit. Cela semble ridicule. Un psychiatre m'enfermerait si je n'�tais pas sur ce lit d'h�pital. Cependant c'est la v�rit�, celle que les Anciens reconnaissent depuis la nuit des temps.

vie �ternelle

- Je ne comprends pas. Dis-nous en plus

 

- Tu sais, lapin, les mots ne sont rien d'autre que des outils et ils peinent � r�v�ler le sens profond des choses.

Cependant je vais tenter de vous expliquer cela autrement, avant que la lucidit�, ici et dans quelques dixi�mes de nanosecondes, ne m'�chappe, avant que je ne me fonde dans le grand Tout, pour atterrir peu importe quand et o�, tr�s certainement nulle part.

 

 

Les apparences nous trompent. Ainsi quand tu te prom�nes dans une des for�ts restantes, tu te sens bien. Tu croques � belles dents dans l'instant pr�sent. Et c'est l'essentiel ! C'est � �a que sert le monde.

Mais si tu regardes de plus pr�s un arbre, si tu l'enlaces, tu vois qu'il est fait de bourgeons, de feuilles et d'�corce, en r�alit� de cellules et de vaisseaux, tu sens bien que la s�ve circule en lui jusqu'� ce qu'on le coupe.

cellules v�g�tales

Si tu entres dans une des cellules du bois, tu t'aper�ois bien vite qu'elles sont constitu�es de mol�cules, elles-m�mes compos�es  d'atomes, reli�s les uns aux autres en une chaine vivante.

Si tu entres dans ces atomes, tu constates qu'ils sont form�s de particules...

Mais cela ne s'arr�te pas l�.

Ces particules sont elles-m�mes des ensembles d'accords unis les uns aux autres comme le sont les notes d'une symphonie fantastique, qu'il est impossible d'endiguer.

Ordre cosmique

Mais cela ne s'arr�te pas l�

Chaque note se compose d'une infinit� de fr�quences vibratoires, qui se m�lent les unes aux autres, qui communient et constituent des champs d'harmonie.

Et c'est ainsi et c'est sans fin. L'ensemble est une alliance quantique. Un hymne cosmique � l'hommage de toi, petit, de vous tous, mes enfants, un gros saaluut du Vivant !

Du Vivant et non pas d'un Dieu unique ou d'un agencement de dieux qui seraient les cr�ateurs supr�mes de tout �a.

Carbone 12, structurateur du Vivant

C'est en effet pour toi, rien que pour toi, pour toutes les g�n�rations futures et pour toutes les cr�atures qui peuplent l'infinit� d'univers, que se joue en permanence cette symphonie pastorale, cet hymne au Vivant. Je ne trouve pas d'autres mots.

Tu es au centre de l'Harmonie, mais tu ne le sais pas.

L'orchestre, c'est vous mes petits, les Anciens, c'est nous !

Tu es au centre de l'Harmonie

Tout communique. Et il est si simple d'�changer quelques �treintes avec ce que nous nommons les extraterrestres !

Rencontrer les extraterrestres

Sachez aussi que le vide n'existe pas. En son sein r�side une infinit� de fluctuations imperceptibles, dont l'ensemble forge l'infinit� de tous les possibles.

Il n'y a pas d'autre v�rit�. Mais elle est inexprimable par des phrases et, sur ce lit d'h�pital, bourr� des venins crach�s par les trusts qui cherchent � r�gir nos vies et la Vie dans son ensemble, j'enfreins, quelque part, les r�gles en cherchant � vous l'expliquer avec des syllabes, des mots, qui ne signifient en fait rien..."

 

Nous �tions l� � boire les paroles de Grand-p�re. Certains mots nous �taient totalement herm�tiques, mais ce n'�tait pas grave puisque nous comprenions le sens global. Nous savions que notre grand ami allait mourir et nous �tions emplis d'une immense tristesse.

Nous ne pouvions imaginer de ne plus l’entendre, de ne plus �tre ainsi subjugu�s par ses r�cits authentiques. Comme il avait su nous faire r�ver, quand il l’avait voulu, l� il nous plongeait dans une r�alit� effarante de monstruosit�s, avant de nous amener � une r�alit� cosmique.

Pourtant, son message �tait tonique, vivace. Il r�sonnait dans notre cœur meurtri.

666 et 888

"Ne pleurez pas sur moi, mes enfants. Si vous avez � verser des larmes, qu'elles soient pour les b�tes, les abeilles, les colibris, les ours, blancs ou bruns, les grands singes, les �l�phants, les l�muriens, les crocodiles, les baleines...

Pleurez pour les grands arbres qui vous donnent toujours leur oxyg�ne, malgr� l'irrespect et l'arrogance, pour les for�ts anciennes qui ne connaissent ni amertume, ni rancune, pour les brins d'herbe, les p�querettes, pour la diversit� sauvage, pour les torrents tumultueux, les rivi�res, les oc�ans o� l'on d�verse, chaque jour,  tous les rejets industriels dont nous ne savons que faire, nos pesticides ainsi que les eaux radioactives de nos centrales nucl�aires !

Bref, si vous �clatez en sanglot, que ce soit pour le Vivant ! Pour les pierres aussi car si les hommes se taisent, oui, c'est vrai : elles crieront !

t�l�pathie

La Vie, la vraie, chaque petite existence, vaut le coup d'�tre v�cue et la seule chose que nous ayons � faire ici-bas est de respirer, d'�couter battre notre cœur, de nous extasier devant la Beaut�, devant les vraies richesses, d'aimer notre voisin m�me s'il fait une de ces tronches, d'�tre � l'�coute, de nous aimer comme c'est pas permis et dans toutes les positions et dispositions possibles, et de jouir pleinement de l'instant pr�sent, en faisant tout pour le livrer tel quel � celles et � ceux qui viennent.

Non, vraiment, ne pleurez pas sur moi. J'ai �t� fumeur comme un pompier, voleur, pr�dateur d'animaux en batterie, sorcier. Je me suis livr� sans retenue aux doux plaisirs de la bonne ch�re, tandis que d'autres comptaient un � un les grains de riz dans leur bol, alors que ceux de l�-bas, ceux loin de chez nous, n'ont vraiment pas de bol du tout.

Ecriture automatique

Je ne suis rien d'autre qu'un homo dit sapiens comme il y en a tant, comme il y en a trop. Du moins trop dans un espace limit�, m�me si je viens de vous apprendre qu'aucun espace n'est r�ellement restreint.

Tous ces univers dont je viens de vous parler sont en fait des illusions. Leur existence est relative. Seule est r�elle la joie d'�tre ensemble, de communiquer dans le Tout et de communier au Vivant.

Communier au Vivant

J'esp�re une chose, une toute petite chose. C'est de rester dans votre cœur. C'est la seule demande que je fais. D'y rester, non pas moi, mes os et mon sang, non pas moi sur une photo clou�e � un mur ou mes cendres dans une urne, mais moi tel que je suis dans les entrailles de mon �tre, moi vivant.

Testament d'un ancien

Mes petits, d'autres ont essay� de transmettre. Les artistes de tous bords, po�tes, musiciens, peintres, philosophes, penseurs. Aucun n'a vraiment r�ussi. Et vous savez pourquoi ils n'ont pas r�ussi ?

 

- Dis-le nous Grand-p�re !

 

- Ils n'ont pas r�ussi, parce qu'ils se sont laiss�s prendre, parce que leurs œuvres ont �t� d�tourn�es, vendues, achet�es, falsifi�es.

Des gens -les idiots !- s'en sont empar�s pour satisfaire leurs envies de pouvoir et de domination. Ces cr�ations gisent maintenant au fin fond de l'ab�me.

Testament oral d'un Ancien

D�terrez-les, si vous le pouvez, si vous le sentez, si telle est votre voie, mais n'en faites pas de nouveaux mus�es et encore moins de nouvelles religions.

Le seul ouvrage qui compte, c'est celui qui vient de chacun. Ainsi les artistes, les auteurs, les acteurs, c'est nous !

Et toutes ces œuvres ensemble forment le Grand Œuvre, qui n'est jamais achev� et ne s'ach�vera jamais.

Personne ne re�oit de salaire. Il n'y a que des b�n�voles !

Mais ce que je dis l� n'est pas nouveau. Le message que je vous livre aujourd'hui -mais il est tard et j'ai bient�t rendez-vous avec moi-m�me- ce message s'enracine dans des bases anciennes.

Testament oral d'un Ancien

Et c'est avec ces bases qu'il nous faut renouer.

Qu'est, en effet, un arbre sans ses racines ?

Qu'est l'oiseau sans ses ailes ?

Rien. Rien d'autre que de l'humus et du vent !

C'est avec ces racines, avec ces ailes, que nous franchirons les grands espaces et retrouverons la magie d'�tre Soi

Testament oral d'un Ancien

Mes enfants, mes petits-enfants, vous tous � venir, je vous aime et mes yeux qui vont s'�teindre ici, sont emplis de joie.

D'une joie immense et sans faille

Pas de larmes. Juste de la joie. La joie unique d'�tre en vie et de pouvoir vivre comme on l'entend sans tout massacrer pour autant.

Mes lapins ch�ris, d�tes-vous bien, de toute fa�on, qu'une fois l'ensemble des ressources non renouvelables �puis�, une fois les gisements �nerg�tiques et m�talliques dilapid�s, la Nature reprendra in�vitablement ses droits sur Terre.

Pour les cinquante millions de si�cles � venir !

La Nature est sauvage

La Nature est reine

Fusion finale ?

 

La baffe n'aura pas �t� inutile. Et l'Humanit� sera oblig�e de se tourner massivement vers les �nergies in�puisables du Soleil, du magma, du vent, des courants marins et des algues.

L'Energie est, par d�finition, intarissable. Elle ne peut jamais manquer. Comment pourrait-elle faire d�faut ?

Il suffit de s'allonger au Soleil pour que cela saute aux yeux

Ainsi, ceux qui d�tiennent les brevets -les traitres !- nous mentent sur toute la ligne.

Pour leur profit et pour rien d'autre. Ce sont des escrocs de pacotille !

Testament oral d'un Ancien

Quoiqu'il en soit, m�me si notre civilisation s'�croule, comme toutes celles qui l'ont pr�c�d�e, l'Homme, dans son essence, lui, ne disparaitra jamais. Il ne fera rien d'autre que de rena�tre et de rena�tre � l'infini.

Si je m'adresse ainsi � vous, c'est pour vous �viter de vous prendre le mur en pleine poire. C'est pour rendre possible une transition supportable vers une nouvelle Humanit�, une nouvelle Terre, qui de toute fa�on verra bient�t le jour.

Testament oral d'un Ancien

Mais je vais me taire. Sinon la rage occuperait tout mon �tre et je d�sire vivre ce passage en paix. Je sens la force vitale me quitter progressivement, mais une autre �nergie m'aspire.

Je n'ai aucun regret, j'ai r�alis� quelques fragments positifs, vous en �tes la preuve, vous, vous tous mes amours ! Et il n'y a que cela qui importe.

 

 

Le peu que l'on puisse faire, il faut le faire ! C'est ainsi que l'on se forge.

Soyez grandis de mon regard et de mon message. Il va y avoir une panne locale de secteur, mais je suis serein.

Vous �tes beaux !!!

Testament oral d'un Ancien

Je vais encore, tout de m�me, trouver la force de vous r�v�ler un dernier secret, majeur. Et ce n'est pas de la science-fiction bien que cela lui ressemble.

J'esp�re y parvenir, car je sens que tout se dissipe, que tout s'acc�l�re !

Testament oral d'un Ancien

Les cartels d'industriels milliardaires vont bient�t vous vendre, au rayon jouets et pour la modique et maudite somme de 100 euros, des casques � �lectrodes, capables de remplacer manettes de jeu vid�o, tablettes, portables, etc. que vous allez pouvoir commander par la pens�e.

Ne vous y trompez pas, ne bondissez pas de joie comme des li�vres : cette "�volution" technologique n'a rien d'anodin. Il s'agit en fait de prendre le contr�le total de votre pens�e.

Testament oral d'un Ancien

Autre chose et je file

Les "pauvres" gens qui nous dominent se sont mis en t�te de devenir immortel, sans avoir � changer d'emballage et sans perdre les bases de donn�es inscrites dans leur cerveau rapace.

Ils croient que la Terre est perdue � jamais et qu'il est urgent de d�velopper une nouvelle technologie puisant dans l'�nergie noire qui constitue les trois quarts de notre Univers.

Le projet des milliardaires : conquérir les exo-planètes !

Ces ap�tres de la technologie noire -je parle de la technologie sale et sans �thique-, ces monstres cherchent � assembler, dans leurs laboratoires top-secrets, aux �tats-Unis, en Chine et en Russie, des vaisseaux spatiaux capables de les emporter, en chair et en os, -mais aussi sous forme de codes g�n�tiques et de puces quantiques- vers les exo-plan�tes les plus proches.

Du moins dans un premier temps, car ils comptent ensuite coloniser la Galaxie enti�re et asservir les esp�ces qu'ils rencontreront.

Coloniser les exoplanètes

Comme ils l'ont fait jadis dans la foul�e d'Alexandre le Grand, Christophe Colomb ou Rockefeller.

Ainsi, eux, les riches � vomir, les oligarques, les magnats, les Monsanto, Carlos Slim Hel�, Bill Gates, Warren Buffet, Bernard Arnault, Larry Elison & Cie, & les leurs, tous ces rustres iraient demain d�poser leurs excr�ments sur d'autres joyaux de verdure, au hasard de leurs d�couvertes, pla�ant ici une poign�e de lieutenants qui continueront � asservir les foules restantes et qui laisseront, sur Terre, le reste de la population chialer dans la mis�re.

La folie à perte de vue !

Ainsi ils envisagent d'asservir la Galaxie tout enti�re...

C'est vous, et vous seuls, vous qui devez, � tout prix, emp�cher ces brutes immondes de r�aliser leur dessein funeste, c’est vous, et vous seuls mes amours, qui devez y parvenir.

Testament d'un Ancien. Hymne à la Vie !

Et puis...

 

Et puis il y eut une coupure d'�lectricit� qui nous plongea tous dans les t�n�bres.

Mais, en moins de trois secondes, les groupes �lectrog�nes de l'h�pital se mirent en route.

Grand-p�re avait ferm� les yeux. Ce furent ses derni�res paroles.

Il venait de rejoindre les Anciens, le nombre incalculable d'Anciens.

Testament oral d'un Ancien

Impossible de les compter. Leur nombre n'est pas un nombre d'Homme. Ils chantent et ils rient, se bousculent du coude dans une langue de feu qui n'en finit pas.

Ils s'expriment dans tous les dialectes possibles. Ils sont heureux, combl�s par la Vraie Vie qui les anime.

Nous le savions. Ils accueillaient Grand-p�re dans leur cercle magique

Tous les Anciens �taient des amis intimes qui jouaient comme des fous � tous les jeux possibles, du matin au soir et du soir au matin. Et rien n'�tait jou� d'avance !

Aucun n'enfreignait les r�gles. Ils �taient pourtant libres

Des poubelles au pays de Merlin l'enchanteur ! Merlin est un Ancien

Le vieux corps de Grand-p�re reposait l�, inerte, sur le lit d'h�pital.

L'appareil auquel il �tait reli� se mit � �mettre un son strident. Inharmonieux.

Nous nous bouch�mes tous les oreilles, effray�s comme un gibier terroris� qu'on a mis en joue.

Des infirmi�res se pr�cipit�rent.

Nous nous regard�mes. Il nous �tait impossible de ne pas pleurer, de ne pas hurler � la mort comme des loups. Malgr� les recommandations de Grand-p�re.

Nos parents eux aussi pleuraient. Tout le monde pleurait. Sauf les infirmi�res...

Notre m�re et notre p�re nous prirent alors gentiment dans leurs bras en tremblant.

 

 

"Venez, nous dirent-ils, Grand-p�re est l� o� il souhaitait aller. Rentrons � la maison."

 

Nous nous engouffr�mes dans les couloirs de l'h�pital. L'ascenseur �tait bond� de masses sombres. Nous emprunt�mes donc les escaliers et nous en d�val�mes les marches pour nous retrouver � l'accueil.

Il fallait signer un papier. Nos parents s'en charg�rent.

Testament oral d'un Ancien

Puis il y eut l'engloutissement par la foule aveugle, les embouteillages �voqu�s par Grand-p�re, les tapis roulants qui s'enroulaient les uns sur les autres, s'enfon�ant dans la Terre sacr�e des Anciens, le m�tro qui crissait, crissait. M�tallique.

C'�tait horrible !

Pas un oiseau ne chantait. Il n'y a pas d'oiseaux dans ces rues-l�.

Pour les entendre, il fallait prendre le chemin de fer ou l'autoroute, mais nous n'en avions ni la force, ni le cœur.

Testament oral d'un Ancien

Pourtant la Force �tait bel et bien en nous, nous avions la capacit� de soulever les rochers par la pens�e, mais nous savions tr�s bien qu'il ne fallait pas faire cet usage-l� de la Force, car nous irions � l'encontre de la gravitation universelle et de toutes les autres lois de la Nature.

Surtout, il n'�tait pas l'heure...

L'heure de lancer des messages pour sauver le monde !

Des enseignes lumineuses clignotaient � un rythme alarmant.

Des passants passaient, passaient...

D�pass�s !

Mais o� donc se trouvait le Passeur ?

Il y avait une vitrine d'�lectrom�nager avec plein d'�crans plats. Sur tous les �crans repassait le m�me crime en direct ou en diff�r�.

Un magasin de pompes fun�bres avait m�me l'insolence de s'�tre par� de guirlandes multicolores et de n�ons anim�s qui n'en finissaient plus de d�gringoler du premier �tage avant de s'�craser sur le trottoir, o� tous les chiens du quartier avaient fait leurs besoins...

Comme si c'�tait un accident !

Chacun est acteur. Il suffit de replier les décors

Un groupe de jeunes, pourtant, taguait fugitivement une des vitrines clinquantes de la cit� cadav�rique.

Ils �taient en train d'�crire en belles lettres gothiques, effa�ables avec une simple �ponge et renouvelables : "Syst�me, on aura ta peau !"

Ce n'�tait pas de la d�gradation, mais une simple t�che pour occuper les nettoyeurs, le lendemain matin...

Oui, Grand-p�re avait raison, Tout �tait loin d'�tre perdu. Chaque petit geste comptait. Rien n'�tait jou� d'avance. Il y avait de l'espoir.

De l'espoir. Il suffisait de boire � cette source et de croire... en Soi.

Il importait surtout d'agir, chacun � son petit niveau, comme un minuscule colibri cherchant � �teindre un immense incendie avec son fin bec, sous les moqueries ignobles d'une cohorte de toucans canadairs.

Oui ! Il �tait possible de replier les d�cors et de devenir acteurs de nos vies...

 

"N'est-ce pas plus dr�le que la t�l�vision-canap� ?

- Oui, l� c'est s�r, au moins on est dans le poste !"

Eteindre l'incendie qui ravage la Terre

La légende amérindienne du colibri

Légende amérindienne Toucans et colibris

Une unique phrase -m�me pas deux !- est en d�finitive � pr�server soigneusement et � entretenir pr�cieusement, tel que nous l'a signal� Grand-p�re :

"Une seule attitude � retenir : ne jamais baisser les bras !"

 

L'oc�an commence par une goutte d'eau...

 

 

Message r�dig� au printemps 2013 du calendrier jud�o truc, par les enfants et petits-enfants de Grand-p�re

En toute s�r�nit� et en pleine libert�

 

 

Sommaire Pour approfondir la fin du message : Une mission habit�e vers Mars bient�t possible, mais aussi � destination... des exoplan�tes ?

 

Testament oral d'un Ancien

 

Ce testament fait l'objet d'un copyright. Sa reproduction peut en �tre toutefois autoris�e sur demande � l'Association Terre sacr�e, � condition  de citer la Source et d'en communiquer le lien : https://www.terresacree.org/testament.html

 

 

Sommaire Version compl�te du testament en PDF (25 pages A4 pour une meilleure lecture) � imprimer sur papier recycl�

 

Sommaire Message � celles et � ceux qui croient que Dieu a cr�� le monde

Sommaire Notre site a �t� pirat� !

 

Sommaire Pied � Terre : il �tait une fois... l'Homme ! (Humour ?)

 

Testament oral d'un Ancien

 

Ce post vous est transmis gr�ce au dispositif mis en place par l'�quipe b�n�vole des lanceurs d'alerte de SOS-planete, site �dit� par Terre sacr�e (association � but non lucratif) qui, en date du 03 mai 2013, compte seulement 35 membres.

Si vous pensez que nos efforts en valent la peine, merci donc d'adh�rer ou de renouveler votre adh�sion pour 2013.

Si quelques-uns nous aident, le v�hicule continuera � avancer, sinon il s'arr�tera en chemin ! Logique, non ?

N'acceptez pas le crime organis� ! Rejoignez la Force ! Apportez votre petite pierre � une �volution joyeuse, compatible avec la Vraie Vie...

Testament oral d'un Ancien

Communion révolution. Changer le monde

 

Notre combat contre les OGM

 

Sommaire Pour s'abonner gratuitement � notre newsletter, merci de cliquer ICI

Testament oral d'un Ancien

 

Pour rejoindre l'�quipe des colibris-lanceurs d'alerte, merci d'en faire la demande ICI ou de t�l�phoner au 06 21 86 14 71 (� partir de 14h, m�me le week-end). Nous ne sommes que 7 b�n�voles � ce jour.

Nous avons aussi besoin urgent de votre aide pour entreprendre des modifications indispensables sur le module de news PHP, lequel nous a tout de m�me d�j� cout� plus de 1800 euros.

Faites des petits!Notre équipe fait en sorte que le plus petit don soit le plus efficace possible.  

SOS-planete est un travail d'équipe réalisé par des bénévoles      Sois acteur du changement

Pour devenir membre de l'Association Terre sacr�e (33 adh�rents depuis le 1er janvier 2013) ou faire un petit don d'encouragement, merci de cliquer ICI




 
Agenda vert (écologie)


Nous, les esclaves modernes ! Chantons au nez des vieux colons !       Un humain qui croit en l'Homme

 

Sommaire Nouveaux modules : "Tabac" des Anciens et Cage � fou

Sommaire Main dans le feu : "Voir le Bien" ou "Dans leurs bras"

 

 

Pacha, l'Ancien, le chat du Mich


  Rechercher sur les 32 000 pages du site SOS-planete
 
 


Une bannière de Jacques, lanceur d'alerte pour SOS-planete

environnement, nature, vert, �cologie, biologique, plan�te Terre Calendrier du Vivant     environnement, nature, vert, �cologie, biologique, plan�te TerreGardiens de la Terre !

environnement, nature, vert, �cologie, biologique, plan�te Terre Testament d'un Ancien � ses enfants et petits enfants

environnement, nature, vert, �cologie, biologique, plan�te Terre Nous les esclaves modernes !     environnement, nature, vert, �cologie, biologique, plan�te Terre Etre Soi

Deviens lanceur d'alerte    Adh�rer ou faire un don � l'association Terre sacr�e
 

Fil d'info RSS       environnement, nature, vert, �cologie, biologique, plan�te Terre SOS-planete, le site �trange qui d�range m�me les anges ;o)

Retour au sommet de la page

A ins�rer sur votre blog : Ce blog d�fend la Vie!Entrez dans le jardin de la base        

 


Vous avez aim� cette page. Partagez-la
avec vos ami(e)s sur les r�seaux sociaux

Partager avec vos amis sur le r�seau social Google Plus Partager avec vos amis sur le r�seau social Linkedin S'abonner gratuitement au fil d'info RSS du vaisseau-m�re de demainlhomme.info, ex SOS-planete



Citations d'Hommes justes

Vous pouvez nous envoyez les phrases
(d'Anciens ou non) qui vous semblent
aller de soi et participer � l'ouverture
des consciences


 

Wiki sur Terre - Sois acteur du changement - demainlhomme.info


 

NEWSLETTER

Abonnement gratuit � la
newsletter bimensuelle
confidentielle de demainlhomme.info

BOX EXPRESS

Transmettez par cette
voie votre r�colte d'infos vraies
(lesquelles seront v�rifi�es)
 


Cet annuaire est mis � jour r�guli�rement par C�dric, pr�sident de l'Association. Il est facile d'y inscrire GRATUITEMENT votre site


Exprimez-vous librement sur ce site



LIVRE D'OR. Expression libre


Suivre le Flux RSS de demainlhomme.info