ha  SOS-Pl@net, le site de Terre sacrée. Bannière réalisée bénévolement par Frédéric Schoenahl que nous remercions vivement.Sans toi, je ne suis rien. Et toi, Terrien?

 

TOUT EN BAS! Ascenseur expressLe temps court

Une thèse de Cyrill SCHWAGER

 

L'homme, par ses activités, blesse la forêt tropicale d'une profonde cicatrice, sous l'action dévastatrice de ses tronçonneuses et de ses bulldozers. Ou, pire encore, il laisse derrière lui un paysage calciné, disparu en fumée par un brûlage continuel. Tandis que le troisième millénaire prend son souffle, plus de la moitié de cette a disparu. Si aucunes mesures drastiques ne sont prises, nous serons témoins de la disparition de ce royaume luxuriant de la flore et de la faune, et cela en moins d'une décennie.

Et ce n'est pas seulement la biodiversité qui est en danger, mais tout un écosystème à l'échelle planétaire : c'est le poumon de la Terre que l'homme est en train de détruire. Prenons l'exemple de l'année 1997, où 10 millions d'hectares (l'équivalent d'un cinquième de la France) sont partis en fumée dans l'archipel indonésien ! Qui est derrière le déboisement massif de la forêt tropicale, et comment peut-on agir pour la protéger ?
***
PREMIERE PARTIE: ROLE ET PRESENTATION DE LA FORET TROPICALE

La forêt tropicale est étagée, les plus hauts arbres culminants à plus de 60 mètres de haut. Sa biodiversité est légendaire : dans certaines régions, on distingue plus de 200 espèces différentes sur un seul hectare. Dans 50 hectares de la péninsule Malayenne, il y pousse plus d'espèces d'arbres que dans toute l'Amérique du Nord. Cette forêt, qui ne recouvre que 6% de la surface de la Terre, abrite plus de 70% des espèces de la Terre. Paradoxalement, la majorité des forêts pluviales poussent sur un sol extrêmement pauvre et non fertile.

Les forêts jouent un rôle vital en protégeant les sols : en réglant leur alimentation en eau et en empêchant l'érosion ; mais dépouillés de leur couverture forestière, les sols tropicaux sont rapidement lessivés par les pluies torrentielles fréquentes en région tropicale ( des études ont montré que les sols boisés absorbent 10 fois plus d'eau que les pâturages). Bien souvent, en plus des glissements de terrain, la coupe forestière entraîne des inondations massives, ce qui est notamment le cas en Inde. Par ailleurs, les forêts ont un rôle essentiel de fabrication d'oxygène par photosynthèse et de stockage de gaz carbonique CO2 contenu dans l'atmosphère: les forêts ont donc un rôle de régulation de l'atmosphère de notre Terre, constituant des « puits de carbone ».

DEUXIEME PARTIE: LA DESTRUCTION DE LA FORET TROPICALE

La destruction de cette si vaste forêt tropicale devient évidente lorsqu'on voyage le long des routes ou que l'on suit le cours des principaux fleuves qui la traverse. Là où le terrain a été convertit en pâturage, ce qui est souvent le cas en Amérique latine, les chances de récupération diminuent chaque année au fur et à mesure que les animaux broutent le sol.

1) LES PAUVRES
Bien souvent, ce sont les pauvres qui sont sur le banc des accusés! On accuse les paysans sans terre de pratiquer une agriculture extensive et de provoquer ainsi un abattage massif dans le monde. Il est vrai que ce sont effectivement les paysans qui allument les feux et qui manient les tronçonneuses. Pourtant, comme l'a dit l'écologiste James Nation, les paysans effectuent une bonne partie du déboisement mais « ce ne sont que des pions dans le jeu d'un général »

Dans de nombreux cas, les paysans qui vont travailler en forêt ont été dépossédés de leur terres par la contrainte en raison de l'extension abusive des grandes propriétés, ou pour permettre la mise en oeuvre de projets industriels, et ils n'ont pas d'autres possibilités que d'exploiter la forêt s'ils veulent survivre. Une des causes majeures du problème est l'accès illégal à la propriété.

Au Brésil, où 42% sont des grandes exploitation (Latifundia) appartenant à 1% de la population, des paysans pauvres sont expropriés des terres qu'ils exploitent par la violence, quelquefois même tués (à Eldorado de Carajas, plusieurs paysans sans terre ont été exécutées à bout portant ou massacrées avec leurs propres outils de travail par des hommes payés par les 'fazendeiros', les grands propriétaires de la région). Pourtant, les sols fertiles ne manquent pas: si l'on partageait les grands domaines du sud, il y aurait assez de terrain pour tout le monde sans qu'il soit besoin de cultiver l'Amazonie (dans les latifundia, des milliers d'hectares restent en friche). Mais plutôt que d'instituer une réforme foncière, beaucoup de gouvernements de PVD ont préféré utiliser les forêts comme « dépotoir » pour les paysans sans terre.

Depuis le milieu des années 60, le gouvernement brésilien a activement favorisé la colonisation l'Amazonie en propageant le slogan: « une terre sans hommes pour des hommes sans terre ». Mais en dépit de la promesse qu'on leur a faite d'un bon terrain approprié, les colons on souvent été réduits à la pénurie en raison de la faible fertilité des sols.

2) LA MONDIALISATION, LE COMMERCE

En Amérique Centrale, la plus grande partie de la viande de boeuf est exportée vers l'Amérique du Nord, mais cette viande étant maigre pour le goût, elle est surtout utilisée pour fabriquer des hamburgers ou des produits surgelés. Mais ce commerce a très peu contribué à l'amélioration du sort des pauvres qui ne peuvent s'offrir le luxe de manger du boeuf. Selon la loi brésilienne, quiconque déboise une zone forestière peut revendiquer le terrain pour lui. Ainsi, en moins d'un demi-siècle, l'Amazonie brésilienne a déjà perdu l'équivalent de la superficie de la France de forêt, partie en fumée pour faire place à de grandes exploitations d'élevage extensif, à très faible rendement.

Par ailleurs, le bassin Amazonien, très riche en minéraux, attire par ailleurs les compagnies minières qui se montrent très peu scrupuleuses envers l'environnement et utilisent le bois comme source d'énergie. La forêt doit aussi affronter depuis peu un péril supplémentaire : l'expansion fulgurante du soja, dont le Brésil est le deuxième producteur et exportateur mondial.

Certaines banques américaines, qui, à la poursuite de profits, soutiennent souvent financièrement des exploitations qui mènent à destruction de l'environnement, posent l'une des plus grandes menaces pour les forêts d'Amérique Latine. Ainsi, Citigroup, l'une des plus puissante banque américaine, a été montré du doigt comme étant le plus grand financier de projets à grande échelle en Amérique Latine.

En 1998, Citibank a signé 36 contrats d'une valeur de 2 milliards de dollars, se placant ainsi comme le financier majeur à favoriser la coupe à blanc, l'exploitation minière et pétrolifère dans les écosystèmes fragiles. Ces banques se font du profit aux dépens des droits humains et de l'environnement.

3) LES GOUVERNEMENTS

Au Brésil, la colonisation fait partie d'une stratégie générale visant à ouvrir les forêts à l'exploitation commerciale et à intégrer les habitants. Des milliers d'hectares ont été dégagés pour y installer des plantations ou les transformer en pâturages; les arbres ont étés débités ou mis en pièce par des explosions de mines. Les forêts tropicales recèlent des quantités importantes de minerais et de pétrole, et les projets d'exploitation de ces ressources ne cessent de croitre. Pour fournir de l'énergie pour la métallurgie, il a fallu abattre une quantité considérable de bois (jusqu'à 10 000 km2 par ans pour certaines de mines gigantesques d'Amazonie ou l'on découvert de l'uranium, des diamants et de l'étain). Pour obtenir l'énergie nécessaire au développement économique, des barrages ont été construits, engloutissant des km2 de forêts sous les eaux.

Dernièrement, le gouvernement brésilien a lancé le projet Avança Brésil, qui prévoit l'investissement de 40 milliards de dollars dans des ouvrages d'infrastructure d'ici à 2007 dans le Nord du pays. Ce projet va contrecarrer les différents programmes de protection de la forêt tropicale brésilienne en cours.

Le plus important d'entre eux étant le Programme pilote de conservation de la forêt tropicale brésilienne, financé à hauteur de 340 millions de dollars par les pays du G7 et l'Union européenne. Selon les projections des scientifiques, si les chantiers prévus sont effectivement menés à leur terme, le rythme de déforestation entraînera, dans le scénario le plus optimiste, la destruction de 28 % de la forêt amazonienne brésilienne. Au total, quelque 6 000 kilomètres de routes, carrossables tout au long de l'année, devront servir de support à la relance de la colonisation dans la région.

La construction de barrages hydroélectriques, l'aménagement de voies fluviales et l'installation de gazoducs complètent un plan directeur élaboré en comptant sur une participation déterminante des capitaux privés. Pour se rendre compte de l'impact de la construction d'une route dans la forêt tropicale, prenons l'exemple de la BR-364, ouverte en 1982, qui traverse l'Etat de Rondônia, en Amazonie occidentale : En six ans, suite à l'intense migration qu'elle avait favorisée, 36 000 kilomètres carrés avaient disparu sous de gigantesques brûlis.

Pour des raisons de rentabilité immédiate, l'intérêt général passe en second plan. Les grandes compagnies minières, par exemple, font ce qu'elles veulent, car leurs lobbies sont extrêmement puissants et bien organisés, et font pression sur les gouvernements, ainsi les paysans qui sans terre n'obtiennent pas de réponses concrètes a leur revendications.

TROISIEME PARTIE: LES CONSEQUENCES

1) CONSEQUENCES LOCALES SUR LES PEUPLES DE LA FORET

Résultat du déboisement, des millions d'habitants du Tiers-Monde sont condamnés à une existence dégradée et appauvrie, avec une très faible perspective d'amélioration. Mais pour les indigènes qui vivent dans la forêt même, les répercussions du déboisement sont encore bien pires. Cela détermine la perte de leur identité, de leur culture et de tout leur mode d'existence.

Ces populations dépendent de la forêt pour leur alimentation, pour les matériaux de construction de leurs habitations, de bois de leurs instruments agricoles, les herbes de leur médecine traditionnelle, les fibres et les colorants de leurs vêtements, et le matériel de fabrication des objets de leur religion et de leur culture. Et, ce qui est tout aussi important, ils entretiennent des liens culturels profondément enracinés avec la forêt elle-même, liens qui vont bien au-delà de leur économie et qui confère un sens à leur existence. Beaucoup d'entre eux succombent à la maladie, tandis que d'autre partent à la dérive et finissent dans des taudis où ils deviennent proie de l'alcoolisme, de la prostitution et des maladies mentales.

2) CONSEQUENCES GLOBALES

Par ailleurs, les forêts ont un impact majeur sur le climat à l'échelle planétaire car elles contiennent des quantités massives de carbone. Or le déboisement, spécialement quand la forêt est incendiée, ajoute à l'atmosphère des quantités considérables de gaz carbonique. Ainsi, le déboisement accroît l'effet de serre, avec des conséquences désastreuses à l'échelle planétaire.

QUATRIEME PARTIE: AGIR

1) AU NIVEAU POLITIQUE

Il semble que les forêts tropicales attirent de moins en moins l'intérêt des gouvernements des pays industrialisés ; il paraît que les gens s'émeuvent de moins en moins sur le sort de ces forêts. Les pays industrialisés connaissent une bonne croissance économique, le niveau de vie des habitants augmente d'une façon générale, pourtant beaucoup de gens préfèrent se tourner vers le profit que vers le sort d'un écosystème fragile. Les médias ne s'emploient pas à sensibiliser les esprits sur le sujet, et il est vrai que beaucoup de gens sont mal informés sur l'ampleur du désastre, ne savent pas comment agir, ou ignorent la situation actuelle de ces régions du globe.

Un mode d'action efficace pour préserver la forêt est d'interdire la construction de routes, la coupe commerciale du bois, la prospection de pétrole et l'exploitation minière. Opération difficile dans des pays ou les lobbies industriels ont des moyens de pression énormes sur les gouvernements.

2) ET VOUS ?

Comme l'on suggéré les ONG, on peut bien vivre en Amazonie sans tout déboiser comme le prouvent les tribus nomades qui y vivent depuis des siècles. Des projets adaptés peuvent être mis en oeuvre pour aider les paysans a utiliser intelligemment les ressources de la forêt, notamment en interdisant la coupe a blanc qui laisse peu de chances a la végétation de reprendre.

D'autre part la création de réserves naturelles protégées et confiées aux indigènes pourrait être une bonne solution et ceci grâce à l'aide des pays industrialisés du G7. Dans ces même sites pourrait être développé un écotourisme au profit des communautés, améliorant leur conditions de vie et ainsi réduisant la dégradation de leur environnement.

De plus, des accords comme ceux de Kyoto pourraient favoriser la préservation de la forêt, notamment en proposant aux états et aux entreprises de déduire de leur facture énergétique le carbone capturé « artificiellement », car la forêt constitue des « puits à carbone », piégeant le CO2.

Chaque voix compte pour soutenir une organisation qui vise a préserver ce temple de verdure et a défendre les peuples de la forêt : non seulement aider financièrement, mais le participer a des pétitions et à des manifestations est aussi une arme très efficace pour soutenir les aspirations des opprimés contre les lobbies puissants des industriels et grands exploitants (ainsi en 1986, Rainforest Action Network a lancé un boycott contre la chaine de fast-food Burger King, qui importait la viande de boeuf des pays d'Amérique Latine, ou les forêts étaient transformées en pâturages, et conséquemment au boycott, les ventes de Burger King ont baissé de 12%).
***
CONCLUSION

L'être humain n'a qu'une seule planète pour vivre, un seul havre, un seul oasis dans cet univers inhospitalier. Que fait-il? Il le détruit, inlassablement, année après année, jour après jour. La course au soi-disant progrès nous a fait oublier les sages leçons que certains de nos ancêtres avaient apprit durant le long cheminement des siècles. Il vous sera peut-être difficile de vous imaginer l'ampleur du désastre, mais essayez par exemple de vous représenter des arbres de la hauteur d'un immeuble de 20 étages ou plus qui tombent sous l'action du feu ou de la scie ; ou encore des tribus indigènes décimées après la destruction de leur milieu, ou qui trouveront refuge dans des bidonvilles et auront une existence inhumaine au milieu de monticules de déchets.

Comme le disait Châteaubriant si bien avant moi « les forêts précèdent les peuples, les déserts les suivent » . La création de la forêt tropicale a duré des millénaires, et « Quand un arbre tombe, on l'entend ; quand la forêt pousse, pas un bruit. » (proverbe africain) ; Nous n'entendons pas les craquements ou crépitement des arbres qui tombent, mais nous pouvons freiner l'hécatombe. D'autres « puits de sagesses » comme le moine Saint Bernard disait qu'« il y a plus à lire dans les forêts que dans les livres », à vous de voir quel message il voulait faire passer...

« Nous n'avons pas hérité la Terre de nos pères, nous l'empruntons a nos enfants », pensez-y !

Cheekyface

RAN (Rainforest Action Network) est l'une des plus célèbres organisation qui depuis longue date se bat aux cotés des populations locales pour préserver les forêts primitives. Son mode d'action passe notament par des pétitions, des sensibilisations et des boycotts, des conférences, et une étroite collaboration entre les indigènes et les gouvernements.

Le saviez-vous? Chacune des 200 personnes les plus riches du monde détient l'équivalent de la fortune de 1,2 milliards de personnes pauvres environ. Les 3 individus les plus riches de la planète, leur fortune est supérieure au PIB des 48 pays les plus pauvres.

Logo de Terre sacrée. Louis Rocquin. Veuillez cliquer pour l'agrandir.Les forêts tropicales

https://www.terresacree.org   

Liste d'information sos-planete.  Entrez dans le jardin de la base

Retour au sommet de la pagenature, environnement, écologie, bio, vertAnnuaire de liens utiles   nature, environnement, écologie, bio, vertProposer un nouveau site  nature, environnement, écologie, bio, vert

nature, environnement, écologie, bio, vert   nature, environnement, écologie, bio, vertNo frames   nature, environnement, écologie, bio, vert   animal29.gif (329 octets)Jardin


Vous avez aimé cette page. Partagez-la
avec vos ami(e)s sur les réseaux sociaux

Partager avec vos amis sur le réseau social Google Plus Partager avec vos amis sur le réseau social Linkedin S'abonner gratuitement au fil d'info RSS du vaisseau-mère de demainlhomme.info, ex SOS-planete


   

  











Citations d'Hommes justes

Vous pouvez nous envoyez les phrases
(d'Anciens ou non) qui vous semblent
aller de soi et participer à l'ouverture
des consciences


 

Wiki sur Terre - Sois acteur du changement - demainlhomme.info


 

NEWSLETTER

Abonnement gratuit à la
newsletter bimensuelle
confidentielle de demainlhomme.info

BOX EXPRESS

Transmettez par cette
voie votre récolte d'infos vraies
(lesquelles seront vérifiées)
 


Cet annuaire est mis à jour régulièrement par Cédric, président de l'Association. Il est facile d'y inscrire GRATUITEMENT votre site


Exprimez-vous librement sur ce site



LIVRE D'OR. Expression libre


Suivre le Flux RSS de demainlhomme.info
Vous surfez sur mobiles, cliquez ICI