Le 19 septembre 2006 : Un travail bénévole de S. M. que nous remercions vivement.

TOUT EN BAS! Ascenseur express

La Tasmanie réduit en copeaux ses eucalyptus géants

 

Le 20 décembre 2006, un travail bénévole de S. M..

 

Mitsubishi menace de cesser ses importations si cet Etat australien poursuit la déforestation.

Sydney de notre correspondant

Le groupe japonais Mitsubishi a déclaré, mardi 18 mai, qu'il pourrait cesser d'importer des copeaux de bois de Tasmanie si le gouvernement de cet Etat australien ne lui garantissait pas l'arrêt de la destruction des forêts d'eucalyptus hauts de plus de 80 mètres. En réponse à une lettre envoyée par les associations de protection de l'environnement Greenpeace et Wilderness Society, la multinationale, troisième plus gros importateur de bois tasmanien avec un volume annuel de 400 000 tonnes, a précisé qu'elle "condamnait l'exploitation non durable des forêts anciennes de Tasmanie".

Le 9 mars, Takahiko Miyoshi, président du principal acheteur de copeaux tasmaniens, Nippon Paper Industries, a adressé au premier ministre de cet Etat, le plus pauvre d'Australie, une missive lui demandant de résoudre rapidement la polémique concernant l'industrie forestière dans la région.

"Jusqu'à maintenant, les Japonais soutenaient complètement Gunns [le plus gros exploitant forestier] et le gouvernement tasmanien, résume Ed Mathew, de la Wilderness Society. Mais, pour la première fois, le marché japonais
exprime un doute important." La déclaration de "Mitsubishi est louable et elle représente un challenge pour les partis libéraux et travaillistes [les deux principaux mouvements politiques en Australie] pour qu'ils suivent ce mouvement", insiste Bob Brown, un sénateur écologiste. Mais le temps
presse...

La Tasmanie est le seul Etat où la destruction de forêts inviolées depuis le début de la colonisation s'aggrave d'année en année. Les forestiers souhaitent en effet couper le plus d'arbres possible avant l'annonce de la prochaine réforme, prévue pour 2010.

Le gouvernement basé à Hobart semble, lui, enclin à vendre aux bûcherons un maximum de zones boisées, qui appartiennent presque toutes à la couronne d'Angleterre. La production annuelle de copeaux de bois destinés à l'industrie papetière, qui a commencé il y a tout juste trente-deux ans dans cette île, devrait ainsi dépasser cette année 5 millions de tonnes. Ces chiffres ne sont que des estimations, car les travaillistes au pouvoir refusent de dévoiler, depuis l'an 2000, le volume exact d'arbres coupés.

L'industrie forestière n'est pas, non plus, soumise à la loi australienne
sur la liberté de l'information (Freedom of Information Act), ce qui rend extrêmement difficile le travail des chercheurs. Certains faits sont toutefois reconnus par tous.

UN PAYSAGE LUNAIRE

Aujourd'hui, à peine un quart des surfaces boisées de la région sont restées intactes. Mais près de 90 % des eucalyptus géants, dont certains âgés de plus de quatre cents ans, ont déjà été coupés. Sur les 13 000 hectares
épargnés, la moitié sont promis aux tronçonneuses dans les mois à venir.

La disparition de ce patrimoine naturel unique est encore plus choquante au vu des méthodes employées par les forestiers. Après avoir rasé l'ensemble des arbres de leurs zones de coupe, les compagnies larguent par hélicoptère du napalm afin de bruler les souches laissées en terre. Le passage des flammes plonge des vallées entières dans une épaisse fumée brune durant
l'automne. Les collines, autrefois couvertes d'un manteau de verdure, offrent un paysage lunaire marqué par les profondes entailles laissées par le passage des bulldozers. Lorsque le sol est encore tiède, les employés des
compagnies forestières dispersent sur le terrain des carottes imbibées d'un poison, le 1080, afin de détruire les animaux tels que wallabies, opossums et wombats qui se nourrissent des pousses des jeunes arbres.

Gunns et ses concurrents allèguent que les forêts repousseront après leur passage. Mais ils se contentent de remplacer des forêts riches de nombreuses espèces par une seule essence importée pour sa croissance très rapide. Les
forestiers expliquent également qu'ils font vivre de nombreux salariés, un facteur important dans un Etat où le taux de chômage atteint 8,6 %, contre 5,7 % pour l'ensemble de l'Australie. Le gouvernement de Tasmanie a
longtemps juré que la coupe des forêts anciennes employait 10 000 personnes.

Le chiffre serait plutôt compris entre 300 et 500 personnes, selon John Gay et l'association professionnelle Timber Workers for Forests.

Frédéric Therin


Le lien pour l'actualité:

http://www.amisdelaterre.org


Merci à JM vernochet pour cet article.

S. M., le 23 janvier 2007

Bonobo : Qu'est-ce que c'est que ce binz?Anne Esperet

  Abonnez-vous gratuitement à la liste d'information SOS-planete

https://www.terresacree.org   

Mail, forum, courrier des surfeurs, livre d'or...

 

Forêts tropicales : le trésor dilapidé

Comment participer au changement dans ma vie de tous les jours?

 

Fil d'info RSS     environnement, nature, écologique, bioJardin

Retour au sommet de la page

Entrez dans le jardin de la base


Vous avez aimé cette page. Partagez-la
avec vos ami(e)s sur les réseaux sociaux

Partager avec vos amis sur le réseau social Google Plus Partager avec vos amis sur le réseau social Linkedin S'abonner gratuitement au fil d'info RSS du vaisseau-mère de demainlhomme.info, ex SOS-planete


   

  











Citations d'Hommes justes

Vous pouvez nous envoyez les phrases
(d'Anciens ou non) qui vous semblent
aller de soi et participer à l'ouverture
des consciences


 

Wiki sur Terre - Sois acteur du changement - demainlhomme.info


 

NEWSLETTER

Abonnement gratuit à la
newsletter bimensuelle
confidentielle de demainlhomme.info

BOX EXPRESS

Transmettez par cette
voie votre récolte d'infos vraies
(lesquelles seront vérifiées)
 


Cet annuaire est mis à jour régulièrement par Cédric, président de l'Association. Il est facile d'y inscrire GRATUITEMENT votre site


Exprimez-vous librement sur ce site



LIVRE D'OR. Expression libre


Suivre le Flux RSS de demainlhomme.info
Vous surfez sur mobiles, cliquez ICI