Yvan Marzin

TOUT EN BAS! Ascenseur expressArrachage d'OGM: les "Faucheurs" dénoncent une "répression disproportionnée"

 

Autres articles dans cette page :

 

 

 

 

 

 

10/09/2004

________________________________

Le collectif des Faucheurs volontaires, basé à Millau, a qualifié vendredi dans un communiqué de "totalement disproportionnée" l'intervention des forces de l'ordre lors d'une tentative de fauchage d'un champ de maïs OGM, dimanche dernier à Solomiac (Gers).

"La mobilisation des forces de l'ordre (200 gardes mobiles, 30 gendarmes, des maîtres-chiens, un hélicoptère) a été démesurée et les moyens employés (gaz lacrymogènes, grenades assourdissantes, violents coups de matraques, tirs depuis l'hélicoptère) totalement disproportionnés par rapport à l'attitude non-violente des manifestants", indique le Collectif des faucheurs.

Selon les pompiers, une soixantaine de personnes ont été prises en charge. Parmi elles, le collectif signale de "nombreux blessés (éclats de grenades, tympans percés, brûlures, une jambe cassée)" et indique que "11 personnes ont été violemment interpellées ... juste pour être entendues comme témoins, puisqu'aucun délit n'a été commis".

Le préfet du Gers, Jean-Michel Fromiont, a fait état de 60 personnes incommodées par les gaz lacrymogènes, 2 manifestants et 10 gendarmes blessés.

Après "ces événements déplorables", les faucheurs volontaires disent être "encore plus déterminés" et donnent rendez-vous à leurs sympathisants samedi à Riom (Puy-de-Dôme) pour accompagner trois des leurs, convoqués après un fauchage à Marsat le 14 août, et s'autodénoncer comme certains l'ont fait à Toulouse et Millau le 27 août.

Sommaire de la page

*Collectif - anti OGM du Gers*

*Maison des ensembles *

*50 chemin de baron*

*32 003 Auch cedex*

*Contact : 05 62 05 30 37 - 05 62 61 84 00*

*Violence d'Etat délibérée contre la démocratie , les citoyens ...*

Le collectif anti-OGM demande la démission immédiate du Préfet du Gers

Alors que 70% de la population et la majorité des Conseils Régionaux
sont contre les essais en plein champ ...

Alors que le Préfet du Gers a été débouté en appel au tribunal
administratif au profit du Maire de Mouchan qui avait pris un arrêté
anti-OGM sur sa commune.

Alors que les municipalités de Solomiac et de Vic - Fezensac et le
Conseil Général du Gers, élus représentant la volonté des citoyens ont,
par délibération et voeux, affiché clairement leur opposition à tout
essai en plein champ sur leurs communes et dans le Gers.

Le préfet du Gers, militaire de carrière, devant 1000 personnes femmes,
hommes, enfants, personnes âgées, handicapés venus une fois de plus
dénoncer les risques inhérents à la culture et aux essais d'OGM en plein
champ a décidé d'employer brutalement et quasi militairement les
nombreuses forces à sa disposition.

Décision prémédité puisque les services de l'hôpital d'Auch auraient été
prévenus la veille par les services de la préfecture que des blessés
pourraient arriver en nombre ce dimanche !

Sans aucune négociation, ni sommation, les citoyens, pacifiques, ont subi :

Tirs tendus (interdit par la loi), grenades soufflantes et lacrymogènes
dont certaines lancées de l'hélicoptère, tirs de flash-ball à bout
portant, coups de matraques, coups de pieds, laché de chiens policiers...

Le bilan est lourd : côté citoyens 60 blessé-e-s (source pompiers) dont
4 ont du être admis aux urgences de l'Hôpital d'Auch blessures à l'oeil,
éclats de grenade dans le dos, tympans percés, jambe cassée, état de
choc...coté militaire deux blessés également victimes des tirs aveugles
de l'hélico.

Ce bilan au regard de cette violence déployée par les forces de l'ordre
aurait pu être beaucoup plus grave ...

Le collectif anti-OGM du Gers qualifie l'attitude du préfet
d'irresponsable et de totalement disproportionnée.

Devant cette attitude bornée (refus de rencontrer les collectifs
présents à la Mairie de Solomiac) inadmissible et brutale face à des
citoyens et élus venus de toute la France, responsables tout au long de
cette action (aucune violence de leur part) le collectif anti-OGM du
Gers demande la démission de ses fonctions et le départ immédiat du
préfet du Gers.

Après contact avec leurs avocats les victimes qui seront soutenues par
le collectif se réservent le droit de porter plainte contre le préfet
pour blessures volontaires. Le collectif invite ceux et celles qui ont
été blessés à nous contacter.. .

Le collectif anti-OGM du Gers soutient la démarche du Président du
Conseil Général, présent à Auch lors du rassemblement précédant la
manifestation, qui a réitéré sa volonté d'organiser un référendum
d'initiative populaire dans notre département.

Le collectif anti-OGM soutient totalement cette démarche, cette
initiative va dans le sens du débat citoyen que demande notre collectif
depuis des années et invite toutes les municipalités qui ne l'auraient
pas fait à prendre des arrêtés contre les essais d'OGM en plein champ
sur leur territoire.

Cette technologie n'a toujours pas fait la preuve qu'elle est sans
danger. Les scandales de la vache folle, de l'amiante, de la dioxine, du
sang contaminé doivent conduire à faire preuve de la plus grande prudence.

Cette technologie qu'on veut imposer au monde paysan au nom du « progrès
» est une source de profit considérable pour les multinationales de
l'agro-alimentaire. En instaurant un brevet sur le vivant à travers la
production de variétés génétiquement modifiés, les multinationales
mettent les paysans en situation de dépendance totale vis à vis d'elles.

Le gouvernement et le préfet du Gers ont choisi leur camp en imposant, y
comprit militairement, les intérêts des multinationales : OGM, ici,
déménagement d'usines ailleurs.

Le collectif anti-OGM du Gers qui travaille depuis plus de cinq ans
reste plus que jamais déterminé à lutter contre les OGM et reste à la
disposition de toutes et tous afin d'apporter des éléments
d'informations aux citoyens et municipalités ... Contact : 05 62 61 84
00 ou 05 62 05 30 37

Sommaire de la page

3° RASSEMBLEMENT DES FAUCHEURS VOLONTAIRES
dimanche 5 septembre 2004 Auch Gers

Dimanche lacrymo

Retour de manif extrèmement dure, nous étions entre 600 et 1000
pêrsonnes, avec des enfants des personnes agées et la fleur à la
bouche, forts de notre nombre, de la présence de quelques élus Verts
surtout, et de notre inévitable José et sa cohorte de journaliste nous
pensions neutraliser ce champs d'OGM dans le Gers en un tour de mains.

C'était sans compter sur un énorme déploiement de garde-mobiles armés
et casqués jusqu'aux dents, avec véhicules militaires,hélico etc ,la
grosse armada nous attendait sur place, à peine arrivions nous sur le
champ que nous avons été arrosés de bombes lacrymos et de grenades
assourdissantes par tirs et par hélico.immédiatement Bové a été
ceinturé et évacué dans une gendarmerie, quatre manifestants ont été
arrêtés (dont Patrick Terris d'Ariège et Raymond Leduc ) et interrogés
dans l'enceinte de leur camp retranché.

Les manifestants sont revenus autour du champ et en ont fait le siège
réclamant la libération des 4 prisonniers mais sans aucun espoir de
pénétrer dans les champs gardés par plus de deux cents garde mobiles.
Un par un les prisonniers ont été libérés, le dernier assez culotté
s'est échappé avant la sortie en direction des champs dans une ultime
tentative pour détruire quelques plants, mal lui en a pris, il a été
évidemment rapidement rattrapé et violemment coincé contre une bagnole
de la gendarmerie.

A 7 h 30 sans sommation alors que les gens manifestaient dans le calme,
tout d'un coup les forces de l'ordre nous ont tiré dessus avec leurs
lacrymos en tirs tendus.

Plusieurs personnes ont été blessées ou assourdies par les
explosions,au centre de soins des pompiers 60 personnes ont été
soignées et plusieurs avaient des éclats de bombes lacrymo et de la
poudre qui avaient pénétré la chair, au moins 6 ont été dirigées sur
les hopitaux d'Auch et de Purpan.

Une personne a été molestée à terre et gravement blessée à l'oeil, une
autre frappée à la tête.
À 9 heures une partie de la manif se retrouvait devant la gendarmerie
qui libérait enfin José Bové, celui ci invitait à poursuivre la lutte
et la neutralisation des essais dans les plus brefs délais, il n'en
resterait que 20%.

     L'extrême violence des forces de l'ordre est un fait nouveau dans
ce genre de manif anti ogm, le pouvoir contre l'avis réprobateur de 70
% du peuple a décidé clairement de défendre par tout les moyens les
intérêts  des multinationales et de briser les résistances qui
s'organisent.

                             pascal pavie
                      confédération paysanne de l'Aude

Sommaire de la page

Auteur: Bakou " scenerebelle@no-log.org "

L'operation anti OGM de Solignac dans le Gers comme on vous la racontera surement pas !

Plus çà va, plus çà va plus ! ! !

  Frinch'minin, c'est ce que j'ai trouvé, en phonétique masquée,
approchant le plus l'accent québecquois., parceque moi j'aime bien
l'accent québecquois. Je ne vous ai jamais parlé en québecquois ?
Pourquoi je vous dis çà ? Parceque je ne sais pas comment commencer
blaireaux !( c'est pas beau hein ,comment commencer, Hein non
plus,c'est pas beau, mais il faut dire que l'attitude de l'armée
Françoise n'a pas été belle non plus.

  Nous, gentils tout et tout, on vient juste pour faire le ménage à
Solognac. Faire disparaitre les quelques OGM négligemment perdus par
Mon santo ,et le vôtre si vous n'y faîtes pas gaffe. Frinch'minin, (
Ha ! vous voyez qui y'a un fil ) moi j'vous l'dis père ben , si tout et
toutes les techniciens de surface étaient accueillis à coup de grenades
dans la tronche, y'aurait moins de ces immigrés. Figurez-vous, Marie
Chantal de Seillière ,que certains de ceux-ci, sont si colorés que mon
bronzage en est ridicule ! d'autres, quelle horreur, osent ressembler à
des palestiniens génocidés par Sharon ! Mais que fait notre gendarmerie
nationale ?

  Ben justement, leur gendarmeries nationale pour l'heure elle est,
comme en Palestine, très occupée ! Hé bé voui, y'a plein d'ennemis
intérieurs qui voudraient qu' le bonheur soit dans l' pré.Y'a même des
civils qui s' font passer pour des bébés, dans des véhicules maquillés
en poussette, avec défaut d'immatriculation à la clé. Mais nous
gendarmes on nous la fait pas ! Bang bang bang ! tous pareil à la
grenade et aux gaz irritants.çà pleure çà crie, aaah je jouis dans ma
coquille !

  Bon on arrive tout collés après une heure de bagnole. Heureusement les
locaux nous ont préparés un p'tit kilomètre de marche, histoire de
refaire fonctionner les membres qui servent beaucoup dans ce genre
d'opération. Yeeep ! l' comité d'accueil est du genre conséquent . Y'a
les mêmes couleurs qu'a Cournon mais là , les mobiles qui bougent pas
sont tous sous gamelle avec écran pour débroussailler.Là ou on sent
d'entrée que çà va être encore plus chaud qu'à Cournon, c'est en
passant devant un poste de secours avancé installé par les pompiers,
qui ont été "réquisitionnés" par l'empaffé, pardon, le préfet. Ils ont
du matos pour soigner les yeux, et de l'eau comme il en pleuvait avant
le réchauffement de la planète ! Conclusion les ordres étaient dès le
départ de nous massacrer.

  Le champ est entièrement ceinturé par deux rangs de barrières et
derrière chaque rang les schtroumfs grognons. les premières barrières
tombent facilement. On avance en pack et on vient au contact du second
barrage. Là c'est pas la même. Tout de suite çà cogne. Coups de
matraques dans l'estomac, coups de matraques sur les doigts qui
traînent sur les barrières, coups de matraques sur tout ce qui se
présente.

  Les barrières sont quand même abattues. Alors là ils paniquent ! Y'à
même un branleur à tête de collégien pubère d'chez eux qui pleure...
répètent sans cesse : reculez ...reculez...reculez . Mais que nenni, on
r'cule pas, enfin d'une certaine manière moi si...parceque je progresse
en leur tendant mon cul, çà fait moins mal que dans la gueule.Mais
quand je me retourne c'est juste pour les voir lâcher...... un chien !
ça c'est une première. Il se rue sur un pote tombé à terre et pendant
qu'il se protège du clébard les bleus le cogne !

  On parvient à récupérer quelques camarades, mais d'autres, blessés
sont traînés au sol, embarqués dans des fourgons. A ce moment la
glorieuse armée Française, protectrice des multinationales et non des
citoyens, perd pied, elle est en passe de se faire déborder. Alors ils
balancent les grenades dans la foule, à tir tendu interdit par leur
propre règlement.,droit dans la tronche. Pas possible de s'incruster
.On reflue mais çà leur suffit pas. C'qui veulent les emmanchés, c'est
apocalypse now. ... l'hélico ...qui dégueule des chapelets de grenades
sur nos carcasses ! y'a des gens qui tombent touchés par les éclats. Je
m'affale comme une merde molle, les bronches et les yeux en feu, un
camarade me propose de l'eau.....non mec,merci, mais faut pas céder à
la tentation, c'est le cureton de la paroisse qui l'a dit. La peau qui
brule comme sortie d'un bain d'acide. Du moins selon l'idée que je m'en
fait ,pacequ' j'reconnais que j'me suis jamais ni prêté, ni vendu à
l'expérience.Çà se calme.On va bloquer les bahuts, mais ils ont déjà
réussi à virer Josè et Solwene à la Gendarmerie du bled. Sur place il
reste Francis Brousse blessé , à qui les fafs refusent un toubib, et
d'autres potes ,dont on n'a pas pas les noms, vu qu' le gros mal rasé
que sa barbe raye la visière et qu'on pourrait croire qu'il veut
ressembler à un salopard d'gauchiste aprés 272 h d'garde à vue, veut
pas communiquer. Hé Hé, quand le porte parole local des faucheurs nous
dit çà, le troufion s'énerve " non monsieur, non monsieur," qui dit
l'empaté, "c'est pas qu'la gendarmerie veux pas communiquer, c'est
qu'elle veux rien dire" traduction comme on a peur de dire des
conneries,( j'm'étais même pas rendu compte qu'ils pouvaient dire autre
chose mais bon ) on attend un qu'a l'droit d'les dire vienne se faire
foutre de sa gueule. Jean Émile sanchez demande à ce que le préfet
ramène sa viande, mais l'autre fait un caprice et y veut que ce soit
Jean é....... qui aille à la pref. pas question et finalement nos
camarades sont relâchés un par un. Et là un geste magnifique qui nous a
tous déridés...enfin pas les schtroumfs ! Un des libérés dont j'ai pas
le nom ,mais çà va revenir, au moment de franchir les barrières a
brusquement obliqué et foncé sur les Ogm sous nos acclamations. Bon la
division charlemagne qui s'est ruée derrière lui ne l'a pas ressorti
tout de suite, alors j'vous laisse imaginer c'qu'il a ramassé !

  Pendant les libérations, alors qu'on n'avait même pas dit qu'on les
imaginait bien à quatre pattes derrière leur mère, leur petite sour et
même leur grand frère, ils se sont remis à nous balancer une nouvelle
salve de grenades à hauteur d'homme... et de femmes aussi pace'qu'on
les oblige à respecter la parité. Alors là ,j'avoue que j'leur ai fait
savoir qu'à mon se ns ils seraient très à leur place au milieu d'une
assemblée de très beaux et très jeunes Grecs en érection et dans un tel
état de manque que même eux feraient l'affaire !

  Çà faisait un moment qu'on les étudiait. Y'avait des p'tits jeunes pas
finis de dresser, qui en étaient à leur première sortie champêtre. Sont
dangereux ceux là, parcequ'ils balisent très vite. Les vieux aguerris
,qui sont tellement dans leur trip qu'ils n'entendent même pas les
ordres d'halte au feu , le genre "tout c'que j'ai dans les fouilles
j'le balance, après j'arrête" sont dangereux aussi ceux là .

  Et pis y'en avait un.... Tout grand tout maigue, tout coupant, le
style que tu tiens par les pieds, tu fais tourner très vite et tu nique
d'un coup tout un champ d'OGM . Cui là avec ses petits yeux très noirs
très rapprochés brillants d'intelligence comme ceux de Busch, des yeux
dans lesquels tu pouvais lire la méchanceté à l'état brute. Cui là au
berceau son père a dû dire "tu sera faf mon fils, je connais bien ta
mère tu sera aussi fils de pute". Mâchoires serrées il arpentait le
terrain derrière les barrières, tel un chien gardien de camp de
concentration , écrasant sa matraque sur tout ce qui les effleurait.

  Ben moi j'suis content quand même parcequ'il y a un afflux de nouveaux
militants qui vont prendre la relève. Comment je l'sais ? Facile. Il
n'y avait qu'à écouter le nombre de camarades qui étaient convaincus
qu'ils pouvaient par le seul pouvoir des mots, faire basculer les
trouflicards en notre faveur.. En rentrant avec jocelyn du C.R.O.A.C.
on a évoqué nos souvenirs de barricades au quartier latin en regrettant
le temps ou on pouvait faire morfler les bleus autant qu'ils nous
faisaient morfler. Maintenant ils sont blindés de partout, pieds,
tibias épaules couilles. Tiens leur coquille ! çà me rappelle
l'adolescence, quand on se mettait du coton dans le slip pour faire
croire aux filles qu'on étaient monté comme des ânes. Bon moi j'suis
juste monté sur des ânes. Quand on se déloquait le soir ,on aurait dit
un père Noël avec un grand nez ,enfin....... avec un nez quoi ! J'suis
content quand même parceque j'ai pu mettre des visages sur mes
camarades du site d'Altermonde,Jean et madeleine Dornac,Aggie,Dimitri

  Bilan positif, tout les camarades ont été libérés, en dernier José et
Solwène Le champ n'a pas été fauché, mais il est condamné, les bleus le
savent ils l'ont dit à José. Bilan négatif , il y a des camarades
salement amochés. Là où je ne suis pas d'accord avec toi José, c'est
quand tu dis "ne nous trompons pas d'adversaires, ce ne sont pas les
gendarmes" Désolé compagnon, mais ils ont prouvés aujourd'hui qu'ils
étaient au service de la mafia sur laquelle s'appuie l'OMC. Certes ils
obéissent aux ordres mais c'était la même ligne de défense qu'avaient
adoptés les salopards nazi et derrière laquelle se réfugient toutes les
ordures de la planète.

  Bakou, l'ex intermittent toujours faucheur

  Josselyn of CROAC, m'a fait remarquer fort justement que dans
l'épisode qui s'est déroulé devant la gendarmerie de Clermont-Ferrand,
j'avais écris "des frites offertes par un camarade de Montpellier"
rétablissons la vérité historique, c'est un camarade de là haut qui à
eu ce geste de solidarité.( fait toi connaître et à Riom samedi je
t'embrasserais) Seconde remarque du même Josselyn of CROAC (sur qui
pèse lourdement la suspicion d'être un chieur) je n'ai même pas parlé
de cette accordéoniste géniale grâce à laquelle le temps ne nous a pas
paru long "fais toi reconnaître à Riom, je t'embrasserais avec plus de
facilité que le barbu des frites)

Source:http://nice.indymedia.org/article.php3?id_article=7087

Sommaire de la page

Des "faucheurs volontaires" se sont heurtés aux forces de l'ordre dans le Gers

LEMONDE.FR | 06.09.04

*Les manifestants, qui étaient au nombre d'un demi-millier, s'étaient
réunis à l'appel du collectif "Faucheurs d'OGM", pour faucher un champ
de maÏs transgénique. Mais selon des témoins, des incidents ont très
rapidement éclaté entre les manifestants et les quelque 200 gendarmes
mobiles qui avaient été mobilisés. *

Plusieurs centaines de membres du collectif des "Faucheurs volontaires",
qui voulaient détruire une parcelle de maïs OGM dans le Gers, ont été
repoussées dimanche 5 septembre, pour la première fois, par les forces
de l'ordre, qui s'étaient contentées, lors des opérations précédentes,
de relever les identités.

Les militants - 600 selon les organisateurs, 400 selon la police - se
sont heurtés aux gendarmes aux abords d'une parcelle d'OGM à Solomiac,
dans le nord-est du Gers, et une dizaine de personnes dont José Bové ont
été arrêtées peu après 17 h 30.

M. Bové est sorti de la gendarmerie de Mauvezin (Gers) vers 20 heures
après avoir été entendu pendant deux heures par les gendarmes comme
témoin. Les autres personnes arrêtées avaient été remises en liberté peu
avant. //"J'ai été interrogé comme témoin, et j'ai dit que je n'avais
rien à déclarer, comme c'est mon droit.// (...) //Les pouvoirs publics
sont acculés et font acte de violence",// a par ailleurs déclaré le
leader syndical paysan.

L'ancien porte-parole de la Confédération paysanne a estimé que
l'attitude du gouvernement est// "un aveu de faiblesse".// Et
d'ajouter// //: //"Ce qu'il faut faire c'est un débat et un référendum
national."//

**GRENADES LACRYMOGÈNES ET COUPS DE MATRAQUE**

Les manifestants avaient tenté de pénétrer sur la parcelle et avaient
été repoussés par des grenades lacrymogènes et des coups de matraque.
Vers 18 h 30, les forces de l'ordre étaient toujours déployées devant la
parcelle, tandis que les manifestants s'étaient repliés à une
cinquantaine de mètres, chaque camp déplorant deux blessés.

Du côté des gendarmes, on regrettait que les faucheurs aient voulu
forcer le barrage, femmes et enfants en tête.

Jean-Emile Sanchez, un des porte-parole de la Confédération paysanne a,
lui, jugé le //"déploiement des forces de l'ordre disproportionné par
rapport à la manifestation". "On a vu de quel côté était la violence",//
a-t-il lancé. Mireille Ferri, vice-présidente (Verts) du conseil
régional d'Ile-de-France, a déclaré, de son côté, avoir été bousculée.

Cette intervention vigoureuse de la centaine de gendarmes mobilisés est
la première dans le bras de fer juridico-politico-médiatique ayant
opposé tout l'été les anti-OGM à l'Etat, qui a autorisé les
expérimentations d'OGM en plein champ dans quinze départements. Un
changement d'attitude après plusieurs succès de la //"désobéissance
civile".//

Les //"faucheurs volontaires", //3 200 personnes à ce jour se déclarant
prêtes à assumer les conséquences judiciaires d'arrachages illégaux
d'OGM, avaient mené à bien leurs expéditions à Menville (Haute-Garonne)
le 25 juillet, à Cournon-d'Auvergne (Puy-de-Dôme) et au sud de
Pithiviers (Loiret), le 14 août.

Des poursuites judiciaires ont été engagées après ces opérations contre
les militants les plus connus. Ils sont convoqués le 16 septembre devant
le tribunal correctionnel de Toulouse, notamment le député (Verts) Noël
Mamère et son homologue européen Gérard Onesta, José Bové et le
secrétaire national des Verts, Gilles Lemaire.

Le camp des anti-OGM a reçu également le renfort de plusieurs conseils
régionaux et, en dernier lieu, du président du conseil général
socialiste du Gers, Philippe Martin.

M. Martin, venu saluer les manifestants dimanche à Auch avant
l'expédition de Solomiac, a annoncé vendredi qu'une pétition //"pour ou
contre les OGM"// serait bientôt lancée dans son département et que si
plus de 10 % du corps électoral la signait, un référendum départemental
aurait lieu après le 1^er janvier 2005.

**Avec Agence Française de Presse et Reuters**

Sommaire de la page

Les collectivités territoriales s'engagent

La Confédération paysanne se félicite des deux nouvelles initiatives
prise par des collectivités territoriales à faire reconnaître leur droit
pour choisir et exiger le type d'agriculture et de consommation qu'il
convient de privilégier sur un territoire donné.

Le 31 août dernier, le Conseil régional de Bretagne et le Gouvernement
de l'Etat du Parana (Brésil) ont signé un accord de partenariat visant à
privilégier l'importation de produits exempts d'OGM
"http://www.confederationpaysanne.fr/glossaire.php3?id_breve=9"

  vers la Bretagne et les autres régions d'Europe et, à mettre en oeuvre
une filière complète sans OGM en Bretagne. Cette démarche volontariste
est un signe fort pour engager la région Bretagne dans un autre modèle
d'agriculture.

De même qu'elle soutient l'initiative annoncée, aujourd'hui, par voie de
presse par le Président du Conseil Général du Gers (Mr Philippe Martin),
d'organiser, dans un horizon que nous espérons proche, une consultation
de tous les électeurs du département pour les inviter à se prononcer
pour ou contre les OGM.
"http://www.confederationpaysanne.fr/glossaire.php3?id_breve=9"

Ces deux initiatives viennent renforcer la nécessité de reconnaissance
et prise en compte de l'expression des collectivités territoriales
(communes, départements, régions...) par les pouvoirs publics.
"http://www.confederationpaysanne.fr/glossaire.php3?id_breve=9"

La Confédération paysanne soutient par conséquent la nouvelle initiative
du Collectif des Faucheurs Volontaires : le 05 septembre à Auch (Maison
des Ensembles à 14h00) dans le Gers, à visage découvert, une opération
de neutralisation des essais OGM au champ.
"http://www.confederationpaysanne.fr/glossaire.php3?id_breve=9"

   "http://www.confederationpaysanne.fr/glossaire.php3?id_breve=9"

CP Confédération Paysanne 3 septembre 2004
"http://www.confederationpaysanne.fr/glossaire.php3?id_breve=9"

Sommaire de la page

OGM: François d'Aubert veut un gendarme devant chaque champ de maïs transgénique

AP | 10.09.04

CLERMONT-FERRAND (AP) -- A la question «faut-il un gendarme devant chaque champ de maïs transgénique?», le ministre délégué à la Recherche François d'Aubert a répondu vendredi par la positive. «Je le souhaite», a-t-il ainsi déclaré lors d'un déplacement à Clermont-Ferrand (Puy-de-Dôme).


M. D'Aubert a profité d'une visite dans les laboratoires Biogemma, victimes le 14 août dernier de la destruction d'une parcelle de maïs transgénique par le collectif des «faucheurs volontaires», pour réaffirmer que ce type d'action s'apparente à «du vandalisme politique» qui n'a «pas de raison d'être».

Il a par ailleurs insisté sur le fait que «le gouvernement et les pouvoirs publics entendent faire respecter les règles», avant d'ajouter que ce type «de matériaux de recherches sont précieux parce que ce sont des trésors scientifiques».

Enfin, le ministre a annoncé que des moyens supplémentaires seront accordés à Génoplante, le programme commun entre la recherche privée et publique sur la recherche biotechnologique, dès le budget 2005.

Le déplacement de M. D'Aubert survient à la veille d'un rassemblement de militants anti-OGM à Riom. Ces derniers entendent se dénoncer volontairement à la gendarmerie après l'action des «faucheurs volontaires» dans un champ de maïs OGM le 14 août à Marsat (Puy-de-Dôme). AP
 
 

Témoignage sur les violences policières contre les faucheurs d'OGM

Alors voila, en ce qui nous concerne, nous étions venus de Montpellier à 9, parmi nous il y avait, tout confondu, des membres du CROAC (Collectif de Résistance et d'Offensive Anti Capitaliste), des Antipubs et des Décroissants.

Arrivés sur place vers 12h. Réunion collective de préparation, pendant laquelle absolument tout le monde ignore la violence qui va suivre, puisque les autres fauchages s'étaient trés bien passés, sans violence.
José Bové, conseille aux femmes de passer devant afin de montrer qu'elles aussi sont en lutte, et qu'elle puissent arracher de l'ogm, on conseille même de leur faire une allée d'honneur jusqu'aux OGM et on demande à ceux qui ont déjà fauché les autres fois de laisser l'honneur de le faire aux nouveaux car le champ n'est pas grand et que pour les 800 que nous étions il était clair que tout le monde ne pouvait pas faucher.

Sur ce, nous p artons, j'étais même un peu déçu, me disant, bon ça ne va prendre que 5 à 10 minutes sur place, alors que nous aurons roulé en tout 6h30 pour l'aller retour Auch Montpellier...

Nous arrivons sur un grand terrain. Au loin on aperçoit les barrières, gardées par les CRS qui entourent non pas le champ d'OGM mais bien plus que ce dernier (avec le désacord du maire de la ville qui avait fait passé un arrété anti-ogm !). Et encore derrière cette barrière une nouvelle barrière elle même à 50 mètres autour du champ, elle aussi gardée par les CRS mais pas seulement, il y avait des véhicules de l'armée.

Ce que nous pensions c'était que comme les autres fois on avancerait vers les CRS, ils se conteraient de nous bloquer, qu'il faudrait pousser un peu mais sans plus pour atteindre la parcelle et faucher le champ volontairement et qu'ils nous convoqueraient tous ensuite à la gendarmerie.

Ce ne fut pas le cas et loin de là. Et les informations données par les médias sont loin de la réalité sur place (et pourtant ils étaient là, mais pas dans l'action).

La tête de cortège arrive au niveau des barrières, sans attendre que le reste du groupe soit entièrement arrivé, ils attrappent les barrières et les tire vers eux, créant une ouverture.
Nous aussi en tête, nous avançons dans la 1ère strate, mais toujours LOIN, TRES LOIN du champ d'OGM, nous avançons bras levées en l'air, nous étions venus non-violents ; parmi nous, femmes, enfants, vieux, familles complètes, nous n'étions pas un black block c'était clair. Nous avançions avec pour horizon et objectif la seconde barrière de CRS. Les premiers CRS qui étaient derrière les premières barrières après l'ouverture des barrières ont tout de suite reculés, et soudainement, sans sommation et alors que rien ne le justifie puisqu'il n'y a eu AUCUNE VIOLENCE DE NOTRE PART, nous avons reçu la 1ère lacrymogène.

Au début, je me suis dit, bon ok, c'est bon, c'est juste pour no us impressionner ou nous ralentir, alors je l'ai contournée et je continuer à avancer, et là on a reçu encore 2 ou 3 lacrymogènes... tout à tir tendu et il y eu les premiers blessés. Sur le coup j'ai pas tout compris, j'ai tenté rapidement de voir à quel point il était bléssé (j'ai un diplôme de secouriste), ça allait, ça saignait mais rien de grâve apparament pour ceux-là. Déterminé à faucher de l'OGM, nous continuons d'avancer. Et c'est là qu'est arrivé l'inimaginable (pas dit aux médias ! ! ! !). Un hélicoptère présent depuis le début, mais que nous croyons venu pour filmer ou observer commence à nous lancer des explosifs à fragmentation. Ces objets tombent du ciel, explosent en l'air, se scindent en 3 parties brulantes et tombent sur le sol.

Pendant que dans le même temps on nous lance des lacrymogènes et des engins qui explosent en touchant le sol, non identifiés. QUand je parle d'explosifs et d'explosion il n'y avait pas de flamme, mais par contre il y avait réellement explosion, les champs de blé que nous traversions pour éviter ces charges en témoignent, et les 60 blessés comptabilisés par les pompiers sur place aussi (chiffre baissé à 4 quand France Info parle de ce fauchage) dont 4 iront à l'hopital pour blessures graves, parmi les 4 deux CRS et deux faucheurs volontaires.

On notera que les CRS se sont fait mal eux même ! Nous ne pouvions pas les atteindre, ils étaient trop loin, leurs conneries d'explosifs ont du leur exploser dans les mains.
Pour ma part, alors que je me rendais compte que devant, nous n'étions plus qu'une poignée et que ces tirs d'hélico, ça mettait vraiment les boules, avec les autres nous reculons en courant pour essayer d'atteindre une distance suffisante.

Mais les tirs étaient derrière nous certes... mais aussi devant, l'hélico faisait des rasages ! NOus nous en sommes sorti, je ne sais encore comment. IL y eu un long temps de vide, nous nous regardions tous les uns les autres , complètement ahuris, les visages à moitié décomposés par l'incompréhension et la fatigue.

Notre nombre diminue d'environ 200 ou 300, mais d'autres continuaient d'arriver. On s'organisa à distance, on se réunit et on repartit vers cette rangée de CRS que nous avions pu atteindre, l'hélico ayant dû partir (probablement plus d'essence, il était là depuis plus d'une heure), cette fois, on ne nous tira pas dessus.

On arrive sur place, on demande la libération de quelques uns (dont José Bové) qui se sont déjà fait embarquer et nous les empêchons de partir avec eux (on se jette sur les véhicules, on les bloque avec leur propres barrières...). Ils sont contraints de les garder sur place et les ont cependant intérrogés dans la plus grande illégalité, c'est a dire sans avocats.
Parmi les prisonniers, un au moment de sa libération, alors qu'il retournait vers nous, FINTE ! et réussi à courir vers le champs d'OGM car il était à ce momment derrière les barrière s des CRS censées entourer le champ. Il se fait poursuivre par 8 CRS dont certains tombent en le poursuivant, par leur propre incompétence.

Il réussit à rentrer dans le champ d'OGM, tellement grand que nous ne voyons plus rien, évidemment il sera rattrapé plus tard et relaché encore mais cette fois ci sévèrement accompagné jusqu'à nous. C'est le seul qui a réussi a rentrer dans le champ d'OGM. Nous nous mettons alors à pousser un peu les barrières, il faut bien qu'on les enlève ces OGM ! Certains montent sur les barrières et se font sévèrement blésser par les CRS à coup de matraques.

La situation n'avancera pas plus vers le champ, les CRS pris de paniques pour rien, balancent à nouveau des lacrymogènes et l'hélico est à nouveau présent mais ne tire pas (ou ne bombarde pas comme vous voulez).
On fuit comme on peut en arrière. Alors que je fuyais j'aperçois, une mère accompagnée de ces deux enfants une d'environs 8 ans et l'autre de 12 ans. La petite f ille, ne pouvait plus marcher, la fatigue et la peur certainement, j'ai dû la transporter sur mon dos, suivi par sa mère et son autre fille jusqu'a ce que nous soyons suffisament loin.

Je ne veux plus jamais revivre une telle chose. Ces CRS et leur armée ont délibérément tiré sur des familles, sur des enfants, au risque de les tuer, ils savaient qu'il étaient là, et parmi ceux matraqués il y avait beaucoup de vieux, des personnes qui n'avaient visiblement pas la force de se défendre, juste venus pour marcher et enlever ces OGMs.

Si on le refait je reviendrais quand même, et je crois que cette fois ci tout le monde apportera son matériel photographique même au risque de le perdre, pour avoir la preuve hallucinante de la chose. C'était Apocalypse Now, c'était le VIet Nam ? Non pas loin, c'était les faucheurs d'OGM volontaires à AUCH ! Vraiment incroyable !

Nous appriment plus tard que le préfet qui avait donné l'ordre et l'autorisation de cette ba rbarie et qu'il n'y est pas pour rien donc dans les 60 blessés physiques et les non comptabilisés blessés émotionnels, comme cette petite fille totalement appeurée que je me suis retrouvé à transporter sur mon dos.

Nous imaginons que les OGM seront fauché évidement clandestinement prochainement, malgré une probable garde continue (comme à Cournon) de la parcelle.

Après l'action nous avions tous rendez vous au commissariat d'à côté, nous voulions tous témoigner (600 personnes donc) pour les 3 personnes encore gardées (dont José Bové) dans ce commissariat (ils les ont embarqués par un autre chemin, nous n'avons pas pu les empécher). Vu notre nombre à 21h30 et quelques, devant cette mairie ils les ont relaché avec vitesse.

La lutte continuera. La seule chose qu'a réussi pour ma part à me faire de voir l'armée et la police se lancer dans une violence aveugle et hallucinante, faire monter une rage que je m'ignorai (bien que contenue), pour avoir tiré alors que des enfants étaient la, et l'envie encore plus justifiée de retirer des OGM.

Par ailleurs j'ai vécu (mais c'est moins surprenant) la désinformation des médias, pourtant présents sur place... mais visiblement il y a certaines choses qu'il n'ont pas pu ou voulu dire.

BUGIN (Montpellier)

http://www.hns-info.net/article.php3?id_article=4425

Sommaire de la page

Faucheurs d'OGM, nouveau témoignage sur les violences et méthodes policières

http://www.hns-info.net/article.php3?id_article=4450

Voici mon compte rendu perso sur la journée de fauchage à Auch du dimanche 5
septembre

Nous sommes arrivés sur le site où se trouve la parcelle OGM aux alentours
de 17h. Nous étions très nombreux (il semblerait que 200 voitures soient
comptées, ce qui nous compte aux alentour de 600/800).

La marche vers le champs était d'environ 800m, nous étions avec Bugin et
d'autres antipubs montpellierains dans les premiers rangs, et hônetement, en
me retournant je ne voyais pas la fin de la file. On y trouvait tous les
âges, apparement les gens étaient venus agir en famillle.

Un hélicoptère survolait notre marche, et quelques Gendarmes disposés avant
l'entrée du site nous comptaient. Certains d'entre nous ont fait des signes
de main à l'hélicoptère, histoire de lui faire coucou.

Le site était protégé par des barrières sur un périmètre de 50m autour du
champ, avec dedans d'autres barrières de sécurité et plusieurs camions
militaires et fourgonnettes de la gendarmerie, énormément de CRS en tenue
Robocop, signe qu'ils étaient pas là pour rigoler.
Autre signe, les pompiers étaient aussi présents sur le site, éloignés, en
retrait. Au vu de tous les moyens déployés, on a vite compris que le député
du Gers n'était pas vraiment quelqu'un de primesautier.

Bon cependant, on allait pas se laisser démonter par tant, nous sommes
rentrés sur le site en déplaçant les premieres barrières de sécurité, levant
les mains bien haut devant les CRS pour leur montrer notre pacifité.
(respectant ainsi les consignes d'action donné par José Bové). On avance,
sans violence, on pousse, on avance vers le champs, on y croit on vas y
arriver, ils reculent..... L'hélicoptère nous observe toujours.


Pfok, enfin, j'entends une sorte de bruit comme ça, un bruit sourd de
quelque chose qui tombe, puis d'un coup je vois d'autres objets tomber
partout autour de moi dans le champ, pfok , pfok, pfok.

Puis détonnation, mon oreille siffle, j'entends mal, de la fumée lacrymogène
s'étend partout autour de moi. Pas question de reculer pour le moment, je
mets mon tshirt devant la bouche et essaye de continuer à avancer vers le
champ OGM.

Je perd Bugin, je me rapproche vers d'autres gens, on y vois rien avec cette
fumée...

Mes poumons crâment, ma gorge brule, mes yeux explosent, pfok pfok pfok, les
grenades continuent de tomber, j'essaie de voir d'où ça vient, car elles me
frôlent drôlement ces grenades, devant moi des mecs se font embarqués, je
respire plus, il faut que je sorte.
Je fais demi tour et tente de sortir le plus vite possible, je respire très
mal, j'ai littéralement l'impression que je vais cracher mes poumons...

D'un seul coup une douleur me prend dans le genou, je viens de me prendre
une grenade lacrymo dessus, il semble qu'ils les envoient avec des lances
grenades, mon voisin à moins de chance, il se la prend dans la gueule.
Même lorsque l'on fait demi-tour, ils continuent à nous tirer dessus.

Une fois sorti dans un endroit plus à l'écart, je tente de reprendre mon
souffle, j'essuie la morve qui coule de mon nez, c'est très difficile de
reprendre son souffle.
Un gamin d'environ 12 ans, les yeux rouges me propose de l'eau, je peux même
pas lui répondre.

Et là je me retourne, et je comprends d'où viennent ces grenades....
L'helicoptère, c'est lui qui nous canarde...
Je vois ce que j'appelerais une sorte de petit missile sortir et se
fragmenter dans l'air, les fragments se dirigeant vers les gens venus
faucher, lachant des lacrymos.
Sans déconner, on se croirait dans Apocalyspe now.... Ils emploient un
hélicoptère pour nous tirer dessus en tir tendu ! ! ! Pour tirer sur une
foule comprenant des gosses ! ! Pour protéger une parcelle de champ qui est
presque plus petite que le jardin de mon père ! ! ! Mais y'a quoi dans ce
champ ? De l'or ? Du pétrole ?

Beaucoup ont fait comme moi et se sont repliés, la situation se calme.
Nous nous retrouvons peu à peu devant les barrières, on respire, les CRS
sont devant nous, froids comme des machines.
Je remarque une dizaine de personnes marquées par les éclast des grenades.
Je me dis que j'ai de la chance de ne pas en avoir pris une sur le coin de
la gueule.
On réclame la libération des 7 interpellés, ils sont libéré un par un durant
la fin de l'après midi.
L'un d'eux d'ailleurs nous amuse beaucoup en refusant de sortir, et de
courrir vers le champ au nez et à la barbe des militaires ! 2 gendarmes se
croutent bien en voulant plonger pour l'attraper.
Bref, il est attrapé, gardé une heure puis relaché.

A un moment, les gens font du bruit, gueulent devant les gardes mobiles et
commencent à secouer les barrières, les CRS devaient très certainement tendu
car ils ont cédé à la panique, j'ai entendu "Grenade, Grenade", mon premier
réflexe fut de fuir, ne voulant pas réediter l'expérience passée.
Heureusement que ce ne fut pas celui de Bugin, repérant une fillette qui
était tombée, il la prise avec lui pour la sortir de ce cauchemar. Ça mérite
d'être salué.
Pendant ce temps là, les CRS continuent de nous tirer dessus au
lance-grenade, alors que l'on fuit.
La chasse au lapin ? Vous connaissez ?

Bilan de la journée, 60 blessés dont 4 en hospitalisation.
2 blessés coté CRS, ils se sont blessé entre eux en plus ces cons. Si les
journaux vous parle d'affrontements, ne les croyez pas, on n'a rien affronté
du tout, mais putain, par contre qu'est-ce qu'on à pris.

Dernière édition par Jiheff le Jeudi 9 Septembre 2004, 19:13

Source/auteur : Brigades AntiPub
Mis en ligne le vendredi 10 septembre 2004, par Ludo

Sommaire de la page

Anne EsperetLogo de Terre sacrée. Louis Rocquin.environnement, nature, écologique, bio

  Abonnez-vous gratuitement à la liste d'information SOS-planete

https://www.terresacree.org   

Mail, forum, courrier des surfeurs, livre d'or...

Le point sur les OGM

Le saviez-vous? " 2.000 arbres des forêts tropicales humides sont abattus par minute dans le monde".


Vous avez aimé cette page. Partagez-la
avec vos ami(e)s sur les réseaux sociaux

Partager avec vos amis sur le réseau social Google Plus Partager avec vos amis sur le réseau social Linkedin S'abonner gratuitement au fil d'info RSS du vaisseau-mère de Demain l'Homme, ex SOS-planete


   

  











Citations d'Hommes justes

Vous pouvez nous envoyez les phrases
(d'Anciens ou non) qui vous semblent
aller de soi et participer à l'ouverture
des consciences


 

Wiki sur Terre - Sois acteur du changement - Demain l'Homme


 

NEWSLETTER

Abonnement gratuit à la
newsletter bimensuelle
confidentielle de Demain l'Homme

BOX EXPRESS

Transmettez par cette
voie votre récolte d'infos vraies
(lesquelles seront vérifiées)
 


Cet annuaire est mis à jour régulièrement par Cédric, président de l'Association. Il est facile d'y inscrire GRATUITEMENT votre site


Exprimez-vous librement sur ce site



LIVRE D'OR. Expression libre


Suivre le Flux RSS de Demain l'Homme
Accès aux 150 derniers articles de Demain l'Homme pour mobiles et PC