jYvan Marzin que nous remercions du fond du coeur pour son excellent travail bénévole (juillet 2002).

TOUT EN BAS! Ascenseur express

Terre sacrée a testé pour vous :

L'arnaque du bout du monde

  Spanish  English  Portugais

Témoignage d'Isabelle ex secrétaire de l'association Tzamarenda de Chambly

Témoignage d'Éric et de Teresa Shiki, femme Shuar d'Equateur

LETTRE AUX ASSOCIATIONS TZAMARENDA et Y.A.M.I., CASONA LATINA, Etc... de Fanny Abad et Javier Rosillo

OH!!!... LES 1ères ARNAQUES DATENT DU SIECLE PASSÉ, 1996 : Piedad Coello (Quito)!!!

Imaginez. On vous propose de vivre 5 mois au bout du monde, en Equateur pour être exact, parmi les membres du peuple Shuar (Jivaro) dit de "Yawints" et de vous enseigner les mystères de la jungle dans ce qui est appelé "Université des Sciences ancestrales". Le tout pour seulement 750 euro voyage non compris. Vous êtes tentés par l'aventure et vous voilà parti naïvement.

Vous découvrez dès l'arrivée que l'endroit où vous allez passer cinq mois de votre vie est en fait une cabane isolée, spécialement construite pour y accueillir les occidentaux, à une heure seulement de marche du village le plus proche, c'est à dire dans une forêt de reboisement et non pas dans la forêt primaire. Pas de village, pas de villageois, pas de communauté, pas de familles vivant là, pas de femmes, ni d'enfants. Juste un petit singe attaché à une corde et Tzamarenda, le "chef", le "chamane", on ne sait pas, et quelques uns de ses acolytes allant et venant, vivant en ville à la mode occidentale, s'approvisionnant au supermarché du coin, se soignant avec des médicaments chimiques, usant du téléphone portable et d'internet.

La big déception ! Surtout qu'on vous demande de payer, dès la descente du bus, l'ensemble des 750 euros en liquide.

Donc ces Shuars-là, de "Yawints", ne vivent plus du tout traditionnellement. Ils ne chassent pratiquement plus, ni ne pêchent. Ils ne travaillent pas non plus.  Et pourtant ils se la coulent douce. C'est qu'ils ont créé  l'Association
Y.A.M.I. (Yawints Arutam Mura International) destinée à faire rentrer des devises à la pelle. Ils ont en somme découvert un bon filon et ils l'exploitent à leur façon. Leur "messager" Tzamarenda parcourt le monde pour trouver des pigeons. Même des associations s'y sont laissés prendre en recueillant des fonds et en faisant des dons pour aider ces pauvres indiens.

Dans ces conditions, qu'a donc à nous apprendre Tzamarenda, grand bénisseur de stades devant l'Eternel, et son université équatorienne?

Bref c'est bien Monsieur dollar qui est tapi là à la lisière de la jungle et qui vous attend de pied ferme. Rien de bien spirituel.

Ne donnez rien, n'y allez pas. Réfléchissez, ce serait trop beau! Il s'agit d'une vulgaire escroquerie. Ces shuars-là, de "Yawints", ne réduisent plus les têtes mais bien les bourses. Ce sont des charlatans.

Les vrais, les purs, il n'est pas si facile de les rencontrer.


Michel WALTER

Pour Terre sacrée le 2 mai 2006

 

Tzamarenda bénissant les stades allemands de la coupe du monde de football.

Saber más sobre eso : Tierra sagrada testó para ustedes : La estafa del cabo del mundo

Terre sacrée has tested on your behalf : The scam from the far end of the world

Terra Sagrada testou para vocês : A vigarice do cabo do mundo 

 

 

Le chaman équatorien Tzamarenda Naychapi, en voyage promotionnel à l'occasion de la Coupe du monde de football, a pris la pose avec Miss Equateur devant le Parlement berlinois.

 

De Isabelle Milheiro le 24 mai 2006 :

Bonjour à tous,

Vous avez été en contact avec l'amérindien Shuar de l'Équateur d'Amazonie Abrán Tzamarenda Naychapi Estalin, de Palora Puyo Pastaza /Morona Santiago (Mura Yawints'), soit lors d'une conférence, soit par l'intermédiaire de votre cercle de connaissances.

Nous cherchons à attirer votre attention sur le fait que son plumage ne ressemble pas à son ramage...

En effet, nous le connaissons depuis 2004 et avons constaté que cette personne utilise la douloureuse cause environnementale et sociale amazonienne pour oeuvrer pour un compte dont nous n'avons ni les tenants, ni les aboutissants. Une seule chose est sûre notre aide n'est pas utilisée selon la destination prévue et le message qu'il véhicule. De même que ni lui ni sa famille ne vivent de manière ancestrale comme il le fait croire. Face à ces découvertes, au lieu de se montrer conciliant, le « Messager » préfère user de pugnacité, d'arrogance, de désintéressement, tourner le dos en nous classifiant d'ignorants et aller vers d'autres « pigeons », cela dans un total irrespect envers ceux qui l'ont aidé du fond du coeur et en urgence. Au lieu de se justifier, il préfère nous écarter et chercher d'autres « braves » gens de bonne volonté, qu'il monte les uns contre les autres, prétextant que nous ne sommes que des blancs destructeurs, préférant l'argent à la fraternité et que notre argent est sale.

Ce Shuar-là se permet de faire tout et n'importe quoi et c'est à nous de pardonner tout, parce que nous avons tout de mauvais, nous sommes les « blancs » qui ne comprenons rien, fautifs de tout ce qui leur arrive et quand nous nous permettons d'être éclairés et de fermer le robinet, nous avons même droit aux insultes, à notre tour nous sommes les « sales adhérents » et ainsi de suite, il le dit, il est sur le chemin. (De la multiplication maximum de pigeons, qui finissent en se taisant soit par honte, soit par peur). Nous sommes bien loin de la philoS. amérindienne...

C'est dommage, parce qu'il est un élément d'un ensemble dangereux et néfaste, pour le peuple Shuar, qu'il utilise en se travestissant de tenues folkloriques, que jamais les ancêtres shuars n'ont porté. Le peuple est en réelle difficulté et le restera tant que ce genre de messager perdurera.

De plus, il agi de manière dramatique, en cueillant des âmes sensibles et en utilisant une cause qu'il ne défend en rien. Si nous sommes dans l'erreur qu'il le prouve, c'est tout ce que nous lui avons demandé, mais il préfère répondre par l'attaque et l'insulte. Aucune justification des fonds reçus connus ni d'un réel travail de défense local. Ce que nous avons constaté pour l'instant c'est qu'il se remplit les poches et qu'il fait beaucoup de folklore. S'il ne peut pas justifier de l'utilisation des fonds, c'est qu'il mène une vie de grand train, pendant que vous trimez pour lui envoyer de l'argent.

Les sommes récoltées sont incalculables, des milliers et des milliers de dollars, certainement une escroquerie internationale défiant toute concurrence dans le même thème !

Nous vous communiquons cette information parce que nous oeuvrons pour un meilleur demain.

Isabelle Milheiro, mpmi@libertysurf.fr

Ex Secrétaire de l'Association Tzamarenda de Chambly 60230 France.

Lettre ouverte d'Isabelle au Messager Shuar de l'Équateur( ?!) Tzamarenda Naychapi, qui est un amérindien avec bien peu de sagesse, sans état d'âme et sans regrets !

Spanish  English  Portugais

De Isabelle Milheiro le 3 mai 2006 :

Le tribunal m'a donné raison hier lors du délibéré du 2 mai 2006, suite à l'audience du 4 avril en raison d'un flou artistique de papiers ! Je devrais m'en réjouir, pourtant cela n'est pas le cas...

Quand je t'ai rencontré le 10 juillet 2004, tu étais porteur d'un message. Un très grand message. C'est ce que tu m'as fait croire et c'est en ce message qu'ont cru également toutes les personnes qui se sont mobilisées pour t'aider. J'ai totalisé entre Chambly, Marseille, Suisse et moi, seulement les sommes connues de moi, tu as reçu de nous plus de 40 000 euros, en un an. C'est déjà une belle somme ! Mais à cela il conviendra d'ajouter les sommes, que je ne connais pas, des autres groupes de France, Suisse, Allemagne, Espagne, etc.

Tout va bien pour toi ? La vie est belle ? Tu peux donc te permettre de « jouer » comme tu dis. Pas moi, je n'ai ni le temps, ni l'envie.

Tu aimerais te débarrasser de ces embrouilles comme d'un mouchoir en papier sale, en faisant passer ceux qui te dérangent, pour dérangés, mauvais, frustrés, etc... Ces qualités-là sont les tiennes, ce qui m'anime moi, c'est que les fabricants de mouchoirs se sont attaqués aux parcelles de forêt ancienne et transforment ces arbres en mouchoirs en papier et tu ne les défends pas aussi bien que tu le fais croire.

 

Vous découvrez dès l'arrivée que l'endroit où vous allez passer cinq mois de votre vie est en fait une cabane isolée, spécialement construite pour y accueillir les occidentaux, à une heure seulement de marche du village le plus proche, c'est à dire dans une forêt de reboisement et non pas dans la forêt primaire.

 

Certes, nous t'avons aidé de notre propre volonté, mais nous aidions un PEUPLE Premier de la Grande Amazonie, menacé et en GRAND DANGER, représenté par son Messager Abrán Tzamarenda Naychapi Estalin. Tu nous as menti. Nous avons donné avec notre GRAND CŒUR et toi tu as fait du vent avec nos dons. Que fais-tu de tout cet argent ? Pourquoi n'envoies-tu pas tes factures d'hôpital, d'analyses, de sauvegarde de territoire, d'achat de matériels scolaires, etc. ? Si c'est à autre chose que tu l'as utilisé, dis à quoi, tout simplement.

Pour l'instant je ne t'ai pas réclamé mes dons. Je t'ai juste demandé de justifier une petite partie de cette somme, parce que je dois la justifier moi-même à mon Organisation de recyclage, et cela te mets en colère, tu cherches par tous les moyens à prouver frustration, méchanceté et je ne sais quelles autres aberrations. Mais TON « jeu » à toi, a un je ne sais quoi de déjà entendu précédemment, avec une autre association à Blois et encore une autre à Montpellier... et Tarbes et les autres... la liste est longue. Tu abuses tout le monde sur ton passage, jusqu'à ton propre peuple.

Les premiers 1500 $ que tu as reçu en septembre 2004, cela a été difficile, mais tu as fini par signer une attestation et mettre un tampon. Je ne t'ai rien demandé de plus. Ta colère et tes insultes qui s'empilent, ne font que confirmer ta mauvaise foi. Et qu'est-ce que je découvre ? Que YAMI n'existait pas avant 2006 !

Pourquoi aujourd'hui le fait que je demande un justificatif pour les 1523 € de janvier, qui t'ont permis de te soigner (peut-être), et les 1850 € de septembre, qui t'ont permis de voyager (c'est sûr), ne trouvent pas de justificatif auprès de l'association Tzamarenda de Chambly ? C'est pourtant si facile de sortir une facture d'achat de billet, et une autre pour le reste. Pourquoi tant de problèmes se posent ? Pourquoi préférer répondre par l'attaque ? Cela prouve surtout que quelque chose cloche et si quelque chose cloche, le monde entier doit le savoir.

Quand on « joue », ou on gagne, ou on perd.

 

Ce que je pense, c'est que nous avons tous été très conciliants, compréhensifs, patients, arrangeants, mais surtout nous avons tous répondu à tes demandes d'argent en urgence. Immédiatement tu recevais notre aide du fond du coeur et notre soutien. Nous avons écrit au Président de la République, à toutes les ONG, dénoncé, traduit... Nous nous sommes attachés à ton combat... tes maladies... tes territoires... et tu n'aurais rien à nous justifier ?! Tu nous as détourné de notre objectif d'aider ta Communauté, les enfants, les écoles, pour t'aider toi personnellement et tu oses nous accuser maintenant de sales donateurs ! Si tu trouves notre argent sale, rend-le pour te purifier !

Tout être humain même guerrier serait touché et serait affecté de cette situation, toi non. Il n'y a donc rien d'humain en toi, ni paix en ton esprit, ni amour dans ton coeur ?

Méditation française : « Ce qu'il y a de terrible avec l'argent gagné au « jeu », c'est qu'on le dépense d'abord et qu'on le reperd après » (Tristan Bernard).

Remplace argent par amour, amitié ou fraternité, c'est pareil.

Isabelle Milheiro

mpmi@libertysurf.fr

Pour toujours Messagère de l'Amour et de la Paix, des choses justes et bonnes.

 

 

Ceci est un témoignage à l'attention des internautes visitant le site de Terre Sacrée et à leurs dynamiques animateurs.

Je me nomme Éric Gerber, omnipraticien en thérapies énergétiques depuis 22 ans, actif au sein d'actions humanitaires depuis 12 ans et conférencier depuis 17 ans sur le thème de la conscience cellulaire et des mémoires cellulaires.

J'ai rencontré, avec un groupe d'amis, en 2004, Tzamarenda Naychapi Estalin, prétendu messager d'un peuple vivant en Amazonie Équatorienne et dont le devenir est menacé, par l'exploitation abusive de la forêt, par les pétroliers ayant eux-mêmes corrompu le gouvernement. C'était une époque ou nous souhaitions étendre nos actions humanitaires à l'étranger  désireux d'y associer la sauvegarde de la planète.

Le message de Tzamarenda résonna à l'époque avec nos attentes et nous décidâmes d'organiser un voyage dans leur communauté en été 2005, pour une durée de 4 semaines. Nous fûmes effectivement touchés par la condition de ce peuple et étant sollicités par Tzamarenda et son beau-frère Tsere pour le rachat des titres de propriété de leurs territoires, nous fîmes entre l'été et la fin de l'année 2005, don d'une somme d'argent de 10 000 dollars. De plus, nous pûmes fournir à la communauté des matériels de première nécessité, répondant aux besoins de leurs femmes, mettre en place des systèmes de parrainages pour des étudiants et financer l'achat d'un panneau solaire et d'une pompe à eau.

Au travers de tout cela, je pu constater de nombreuses incohérences entre le discours de Tzamarenda et les actes réellement posés. Y étant retourné en début 2006, je fis une petite enquête auprès des autorités officielles à Quito et me rendis compte que de nombreux abus de confiance avaient été commis par Tzamarenda. A savoir que l'argent versée avait été utilisée à des fins personnelles par ce personnage, et cela au détriment de son peuple, lui réellement dans le besoin.

Je viens donc, associé à mes amis, dénoncer de tels abus et mettre en garde toutes personnes mues comme nous par une véritable fibre humaniste, contre la manipulation que ce personnage ne manquera pas d'effectuer. En effet, nous ne sommes pas les seuls en France et en Europe à avoir subi cela.

Je reste a la disposition de toute personne désireuse de plus de détails, pour développer ce sujet, sachant qu'il a été pour nous douloureux d'en venir là et que notre positionnement actuel a été mûrement réfléchi.

Éric GERBER 23 05 2006

gerberfrance@yahoo.fr

Lettre à tous les amis de la Terre Sacrée et de la Mère Nature et à tous ceux qui ont ou vont croiser la route de certaines personnes mal intentionnées

 

Témoignage d'Isabelle ex secrétaire de l'association Tzamarenda de Chambly

 

France, juin 2006

Chers ami(e)s,

Je suis une des fondatrices de l'Association Tzamarenda France en octobre 2004, au sein de laquelle j'ai occupé le poste de Secrétaire jusqu'en octobre 2005.

Cette association a été créée parce que Abran Tzamarenda Naychapi Estalin, de Palora, Puyo Pastaza, Parroquia 16 de Agosto, Équateur en Amérique latine est arrivé en France avec un groupe de danseurs et musiciens Shuars. Il a participé à diverses conférences au cours desquelles il demandait de l'aide, des moyens, de l'argent, au nom du peuple Shuar. Il nous faisait croire qu'il était le messager du peuple Shuar qui vivait en Amazonie équatorienne et qui était menacé de disparition en raison de l'exploitation abusive de la jungle par les pétroliers. Il montrait des vidéos des communautés indigènes et demandait des aides financières pour aider son peuple.

Devant tant de désastres, nous avons créé l'Association, dont les objectifs étaient d'aider le peuple Shuar, surtout les enfants et les étudiants de YAMI (Yawints' Arutam Mura Internacional), ainsi que l' "Université des Sciences Ancestrales", qui selon ses allégations était conforme et légalement inscrite au Registre des Écoles de l'Équateur à Quito (?!). Entre tous les contacts, nous avons fait des dons dépassant 40 000 € (euros) en un an.

Il nous adressait des demandes extrêmement urgentes pour l'aider à lutter contre une pandémie de grippe dans les communautés Shuars, 9.000 $ pour payer sa commande de comprimés pour la fièvre, somme renégociée avec une pharmacie locale à 7.000 $, également pour se soigner lui-même, très souvent malade, pour traiter son problème d'estomac et ses nombreuses hospitalisations. Les sommes qu'il nous demandait oscillaient entre 1 000 y 4 000 $ toujours en urgence, cas de vie ou de mort. Surtout deux hospitalisations à cause de l'estomac et une opération du coeur, entre autres raisons, parfois des demandes incohérentes et sans aucun sens, dans le but d'obtenir de l'argent rapidement. Trop souvent trompés, nous avons cru ses affabulations et lui avons fait parvenir de l'argent, mais il ne nous adressait jamais les justificatifs des dépenses  manquant de temps, puis les courriers étaient postés mais n'arrivaient jamais, que d'excuses... J'ai donc commencé à chercher et j'ai découvert que dès qu'il recevait l'argent, notre mythomane hypocondriaque quittait l'Équateur vers d'autres horizons et je l'ai trouvé au moment le plus critique de maladies ou d'invasions de territoires, en conférencier dans des salons internationaux latino-américains (Uruguay, Brésil), chantant et dansant, ou purifiant Londres et encore dernièrement nettoyant les douze stades de la coupe du monde 2006, des mauvais esprits en enterrant des plumes...

Il nous demandait également de l'argent en urgence pour régulariser les titres de propriété des territoires des ancêtres, avant qu'il ne soient repris au cours de l'audience du lendemain par colons, métis et bien d'autres voleurs de son imagination, terrains qu'il avait hypothéqués pour sauver une communauté du dernier malheur survenu. Entre l'été et la fin de l'année 2005, nous avons envoyé plus de 10.000 dollars et, à cette date, toujours pas un seul justificatif, ce que nous réclamons depuis début 2005, tandis que nous sommes en possession de tous les reçus des transferts de fonds, preuve de nos affirmations.

Un groupe a rendu visite à la communauté et a pu vérifier nombreuses incohérences, contradictions et mensonges entre le discours de Tzamarenda et les actions qu'il mène réellement et ont pu vérifier les nombreux abus de confiance commis par Tzamarenda. Qu'a-t-il donc fait avec les fonds, nous attendons toujours sa réponse. Ce qui a été clairement trouvé, c'est qu'il les a utilisé à des fins personnelles et non comme prévu au profit du peuple Shuar.

Les sommes ainsi récoltées sont incalculables, des milliers et des milliers de dollars... Ce dont nous sommes certains, c'est qu'il s'agit bel et bien d'une extraordinaire arnaque internationale, pénalisant l'entier peuple Shuar et créant la confusion chez tous les bénévoles oeuvrant pour cette cause !

C'est pour cette raison que nous le dénonçons, en vous faisant parvenir notre protestation. Nous lui avons demandé de nous faire état de l'utilisation des fonds qu'il collecte en trompant le monde entier et qu'il réponde à nos accusations devant la société et le peuple Shuar, dont il utilise le nom pour ce faire.

Nous souhaitons informer le plus grand nombre de personnes des activités peu crédibles de Tzamarenda. Merci de faire circuler cette lettre à tout votre carnet d'adresses, pour que d'autres ne soient piégés. Nous sommes en contact avec de nombreuses personnes et des organisations à qui il est arrivé la même chose, qui connaissent les actes déplorables de Tzamarenda et qui confirment nos dires. Vous trouverez ICI entre autres témoignages, celui de Teresa Shiki de la Fondation OMAERE, Parc Ethnobotanique de Puyo Pastaza.

Merci de votre attention.

Cordialement,

Isabel Milheiro,

+33 674.244.233 - mpmi@libertysurf.fr

Ex Secrétaire de l'Association Tzamarenda de Chambly 60230 France.

 

Traduction jp.cattelain@wanadoo.fr

Mise en garde

Logo d'Helleboid camille : pastorius2000@yahoo.fr

 

Mots clefs : Tzamarenda - UNCIA - YAMI - Yawints - Shuar - Mura - Washints - Jivaros

Fil d'info RSS     Portillon de la base vivante   Jardin

Retour au sommet de la page

   Entrez dans le jardin de la base

 

Citations d'Hommes justes

Vous pouvez nous envoyez les phrases
(d'Anciens ou non) qui vous semblent
aller de soi et participer à l'ouverture
des consciences


 

Wiki sur Terre - Sois acteur du changement - Demain l'Homme


 

NEWSLETTER

Abonnement gratuit à la
newsletter bimensuelle
confidentielle de Demain l'Homme

BOX EXPRESS

Transmettez par cette
voie votre récolte d'infos vraies
(lesquelles seront vérifiées)
 


Cet annuaire est mis à jour régulièrement par Cédric, président de l'Association. Il est facile d'y inscrire GRATUITEMENT votre site


Exprimez-vous librement sur ce site



LIVRE D'OR. Expression libre


Suivre le Flux RSS de Demain l'Homme
Vous surfez sur mobiles, cliquez ICI