Le 19 septembre 2006 : Un travail bénévole de S. M. que nous remercions vivement.


TOUT EN BAS! Ascenseur express

Réveil spirituel et volonté éthique

Albert Schweitzer
Le 20 décembre 2006, un travail bénévole de S. M..



 S. M., le 31 janvier 2007

S. M., le 31 janvier 2007

S. M., le 31 janvier 2007

S. M., le 19 mars 2007

Le 20 décembre 2006, un travail bénévole de S. M..

S. M., le 31 janvier 2007

S. M., le 19 mars 2007

Le 20 décembre 2006, un travail bénévole de S. M..

S. M., le 31 janvier 2007

par Albert Schweitzer

 

Texte déniché par Malika, lanceuse d'alertes pour Terre sacrée.



Asservissement de l'Homme moderne

L'aptitude de l'Homme moderne à la culture a baissé parce que les conditions d'existence où il est placé le brident et altèrent son psychisme.

Un pionnier de la civilisation, c'est-à-dire un Homme de pensée clairvoyante et d'action, doit, de toute évidence, être un esprit à la fois profondément réfléchi et indépendant. Plus ses activités sont dominées de quelque façon par un souci de lutte pour la vie, plus les tendances égocentristes font taire les aspirations désintéressées. L'intérêt personnel s'immisce alors dans l'idéal culturel et le corrompt.

L'indépendance matérielle et la liberté de penser sont intimement liées entre elles. Toute civilisation est basée sur le préalable de l'indépendance . Seul des hommes libres sont capables de prendre des initiatives réfléchies et de les appliquer.

Mais de nos jours, la liberté, comme le temps de la réflexion, sont en régression.

Si le développement économique avait permis à des cercles de plus en plus étendus d'accéder à une aisance modeste et durable, la civilisation en aurait bénéficié bien davantage que de toutes les conquêtes matérielles dont on se glorifie en son nom. Sans doute ces performances contribuent à rendre l'humanité plus libre que par le passé à l'égard de la nature, mais, en même temps, elles réduisent le nombre des existences indépendantes : par les machines, le maître-artisan est supplanté par l'ouvrier d'usine ; le commerçant indépendant est de plus en plus remplacé par les employés salariés des grandes entreprises.

L'aliénation de l'individu qui en résulte est encore aggravée par les impératifs de l'emploi, concentré dans les grandes agglomérations, où s'entassent des foules sans cesse grossissantes, arrachées au sol nourricier, à la maison familiale, à la nature. Elles subissent ainsi un traumatisme psychique grave et la sentence - qui veut que la perte de son champ et de sa maison marque le commencement d'une vie anormale - n'est que trop vraie.

Certes, les luttes des classes ouvrières dressées contre la commune menace de l'asservissement de l'individu contiennent également des revendications culturelles - dans la mesure où elles réclament, parallèlement à l'élévation du niveau de vie, l'amélioration du développement de l'esprit. Mais elles nuisent à la pureté de la représentation du concept culturel en soi, parce que, dans la formulation de ses revendications, l'intérêt général de l'humanité prise dans son ensemble n'est pas déterminant. En raison des intérêts personnels divergents et contradictoires, qui s'affrontent au nom du progrès de la civilisation, les réflexions sur la culture en tant que telle passent à l'arrière-plan.



Surmenage entraînant la régression de la réflexion personnelle

A l'asservissement s'ajoute le surmenage. Depuis deux ou trois générations, quantité d'individus ne sont plus que des machines de production et non des Hommes. Tout ce qu'on raconte sur la valeur morale et culturelle du travail ne signifie plus rien pour eux. L'esprit de l'Homme moderne s'enlise dans l'accumulation démesurée d'occupations accablantes, et cela dans tous les milieux sociaux. L'enfant est déjà la victime indirecte de ce surmenage. Ses parents, prisonniers de l'inexorable lutte pour la vie, ne peuvent pas se consacrer normalement à lui, ce qui le prive de choses irremplaçables pour son développement. Plus tard, submergé lui-même par des occupations incessantes, il est poussé à rechercher des distractions extérieures faciles. Passer ses maigres loisirs en tête-à-tête avec lui-même, à réfléchir et à lire, ou bien en compagnie d'amis à s'entretenir de sujets intéressants, exigerait de lui un effort qui lui répugne. Ne rien faire, se distraire pour se changer les idées et pour oublier, tel est son besoin physique de détente ; il aspire à ne plus penser à rien.

La mentalité des gens qui gaspillent et ne savent plus canaliser leur pensée, se répercute sur les organismes qui devraient servir à promouvoir la culture et donc aussi la civilisation. L'attrait du théâtre est en baisse au profit des lieux de plaisir, tout comme le livre sérieux vient après le livre divertissant. Les revues et les journaux doivent flatter de plus en plus les goûts de leur clientèle et choisir la présentation la plus spectaculaire et la plus facile à assimiler. La comparaison entre la presse moyenne d'aujourd'hui et celle d'il y a cinquante ou soixante ans, montre à quel point elle doit s'adapter pour plaire.

Une fois envahies par l'esprit de superficialité, les institutions dont la mission était de développer la vie spirituelle, exercent à leur tour, par ricochet, une influence sur la société qui les a réduites à cet état, et tuent en elle l'esprit de réflexion.

Cet état d'esprit produit par une société qui ne réfléchit plus, se répand parmi nous avec la force d'une marée montante et engendre une image dépréciée de l'Homme. Chez nous et chez les autres, la seule chose qui compte, c'est le taux de rendement du travailleur. Et quant au reste, nous nous résignons à ne pas valoir grand-chose.

Pour ce qui est du manque de liberté et d'esprit de concentration, les conditions d'existence se présentent sous leur jour le plus défavorable pour les habitants des grandes villes. C'est pourquoi ce sont eux qui sont le plus menacés spirituellement. Les grandes villes ont-elles d'ailleurs jamais favorisé l'épanouissement d'une haute spiritualité de l'individu ?en tout cas, aujourd'hui la situation est telle que la vraie civilisation a besoin d'être sauvée de la contamination de l'esprit des grandes villes et de leurs habitants.



Spécialisation et cloisonnement des individus

A cette aliénation de l'Homme et à son impuissance à se concentrer s'ajoute un autre obstacle psychique au développement de la civilisation : le cloisonnement. Les progrès énormes de la science et de ses applications impliquent la nécessité de limiter le champ d'activité de l'individu à un domaine précis et restreint. Il en résulte une organisation du travail basée sur la spécialisation qui réduit les Hommes à n'être plus que des fragments d'eux-mêmes. Les résultats obtenus sont certes magnifiques, mais la signification spirituelle du travail pour le travailleur en souffre : comme il n'est fait appel qu'à des capacités partielles et non à la personnalité toute entière du travailleur , ce rétrécissement d'horizon se répercute sur sa mentalité. Les forces qui stimulent la personnalité dans une oeuvre d'envergure tombent en sommeil lorsque les tâches se restreignent et se vident d'intelligence au sens large du terme. L'artisan d'aujourd'hui n'embrasse plus le cycle de sa profession dans son ensemble, comme le faisait son prédécesseur. Sa réflexion, son imagination, son savoir ne sont plus tenus en éveil par les problèmes qui surgissent toujours à nouveau. Ses dons de créateur et d'artiste s'atrophient. Au lieu de prendre normalement conscience de sa valeur devant une oeuvre qui est entièrement le fruit de sa réflexion et de sa personnalité, il doit se contenter de jouir d'une fraction de sa capacité de réussite parfaite qui, au-delà de la perfection fragmentaire du détail, ne voit pas l'imperfection de l'ensemble.

Dans toutes les branches il apparait de plus en plus que la spécialisation à outrance menace aussi bien l'individu que la vie de l'esprit en général dans la société. On a déjà pu remarquer que les maîtres chargés de l'enseignement de la jeunesse n'ont plus la culture générale nécessaire pour lui faire sentir les connexions étroites entre les différentes sciences et pour élargir ses horizons jusqu'à leurs dimensions naturelles.

Dans l'administration, l'enseignement, les entreprises de toute sorte, l'espace vital naturel nécessaire à toute activité est encore rétréci aussi étroitement que possible par des contrôles et des décrets. Quelle différence entre la sujétion actuelle des instituteurs dans certains pays et la liberté dont ils jouissaient autrefois ! Et que toutes ces consignes ont rendu l'enseignement mort et impersonnel !

C'est ainsi que, par nos méthodes de travail, nous subissons une chute de notre spiritualité en tant qu'individus, dans la mesure où la production matérielle de la société est montée en flèche. Là aussi se vérifie la loi tragique qui veut qu'à chaque gain correspond quelque part une perte.



Déshumanisation de l'Homme

L'Homme aliéné, surmené, dépersonnalisé et cloisonné est en outre exposé au danger de tomber dans la déshumanisation.

Notre comportement normal d' Homme à Homme nous est rendu difficile. L'agitation de notre manière de vivre, l'augmentation des déplacements, la promiscuité dans le travail et dans l'habitat, au milieu des gens entassés sur un espace restreint, nous rendent sans cesse et de mille manières, étrangers les uns aux autres.

Les conditions de vie ne permettent plus d'avoir entre nous un comportement spontané. Les contraintes qui pèsent sur la manifestation naturelle de notre sympathie humaine sont si généralisées et si fréquentes que nous nous y habituons, jusqu'à ne plus voir combien notre indifférence est contre-nature. Nous n'éprouvons plus de regret lorsque la situation est souvent telle qu'elle nous empêche de témoigner d'Homme à Homme notre compréhension et nous finissons par nous l'interdire, même quand il serait facile et opportun de le faire.
Par la force des choses, c'est le psychisme de l'habitant des grandes villes, qui est le plus gravement perturbé, et, à son tour, il agit dans le sens le plus défavorable sur la mentalité générale de la société.

Tout sens de notre affinité avec le prochain nous échappe. Dès lors, nous nous engageons sur le chemin de l'inhumanité. Chaque fois que la conscience de la solidarité qui doit nous unir directement disparaît, la culture et l'éthique sont ébranlées. L'instauration d'une inhumanité systématiquement implacable n'est plus alors qu'une question de temps.

Se distancer des inconnus par un glacis de froideur, et rester insensible à toute sympathie, ne passe plus pour de la rustrerie, mais pour de la bienséance. Notre société a également cessé de reconnaître à tous les Hommes la valeur et la dignité d'Homme en tant que tel. Des portions entières de l'humanité sont classées pour nous « matériel humain » et « objets humains ». Si, depuis quelques décennies il a été possible de parler, avec une légèreté grandissante, de guerres et de conquêtes comme de manoeuvres de pièces sur un échiquier, c'est parce que l'idée s'était répandue que le sort des individus n'entrait pas en ligne de compte, mais, seuls, les chiffres et le matériel qu'ils représentaient. Lorsqu'une guerre éclate, toute l'inhumanité qui est en nous se déchaîne.

Dans l'enseignement actuel et dans les livres scolaires, le sentiment humanitaire est relégué dans un coin obscur, comme s'il ne devait plus aujourd'hui être le point de départ essentiel de la formation de la personnalité et mériter pour notre génération d'être maintenu à contre-courant de l'évolution en cours. Jadis il en était autrement. Le sentiment humanitaire s'imposait, non seulement à l'école, mais dans la littérature et jusque dans les romans d'aventures : le héros de De Foë, Robinson Crusoé, s'inspire continuellement de cet esprit humanitaire ; il se sent si directement concerné, qu'il se préoccupe, même en cas de légitime défense, d'épargner le plus de vies humaines possible. Il est si loyalement fidèle à cet esprit humanitaire qu'il y puise sa raison d'être de son esprit d'aventurier. Où trouverions-nous de nos jours, dans des oeuvres de ce genre, pareil mobile d'action ?



Super-organisation de la société

Autre obstacle à la culture : une super-organisation des structures administratives.

Si indispensable que soit la réglementation, à la fois comme préalable et comme conséquence de la civilisation, il est évident aussi qu'à partir d'un certain degré, l'organisation se fait au dépens de la vie de l'esprit. Les personnalités et les idées sont alors assujetties aux institutions, au lieu de les dominer et de leur insuffler de la vie.

Lorsque dans un domaine quelconque, une organisation d'envergure crée du neuf, les débuts sont brillants ; mais dans la suite, ils pâlissent. Tout d'abord les ressources existantes sont mises en valeur, puis les influences préjudiciables à la vie et l'originalité de chacun se font sentir. Plus l'organisation est fortement structurée et plus son action paralysante freine l'activité créatrice et spirituelle des individus. Il y a des nations civilisées qui ne réussissent pas à se remettre ni économiquement ni spirituellement des répercussions d'une centralisation administrative trop envahissante, remontant à un passé trop lointain.

La transformation d'une forêt en un parc soigneusement entretenu peut être utile dans bien des cas. Mais c'en est fini alors de la riche végétation qui assurait naturellement le maintien des essences pour l'avenir.

Des collectivités publiques, religieuses, économiques s'efforcent aujourd'hui de se donner une structure interne propre à leur conférer à la fois un maximum de cohésion intérieure et le maximum d'efficience dans leur rayonnement extérieur. Règlements, discipline, dispositions techniques, tout est poussé à un degré de perfection inconnu autrefois. Le but envisagé est atteint. Mais inversement et dans la même mesure, toutes ces collectivités cessent d'être des organismes vivants et ressemblent toujours davantage à des machines perfectionnées. Leur vie intérieure perd de sa richesse et de sa diversité, parce que les personnalités y dépérissent nécessairement.

L'Homme moderne se dilue étrangement dans la masse. C'est peut-être là son trait le plus caractéristique. La dévaluation de la réflexion personnelle le rend pathologiquement réceptif aux idées toutes faites mises en circulation par la société et ses organes. Comme, en outre, grâce à une structuration poussée, la société s'est acquis une puissance inconnue jusqu'alors dans la vie de l'esprit, l'aliénation de l'Homme à l'égard de l'ensemble, est devenue telle qu'il cesse presque d'avoir une vie spirituelle propre. Il est flasque comme une balle de caoutchouc ramollie qui garde l'empreinte de toutes les pressions. La collectivité dispose de lui, et lui endosse comme du prêt-à-porter toutes les opinions dont il a besoin pour vivre, qu'il s'agisse de collectivités nationales et politiques, ou de communautés croyantes ou incroyantes.

En renonçant ainsi aux droits élémentaires de l'individu, notre génération se rend incapable de faire naître des idées nouvelles, ou même de réadapter efficacement celles qui ont cours ; elle assiste passivement à la prise de pouvoir des idées conformistes, dont l'exclusivisme unilatéral et les conséquences dernières débouchent sur l'extrémisme le plus dangereux.

Voilà comment nous sommes tombés dans un nouveau Moyen-Age. Par une décision collective, la liberté de penser a été mise hors d'usage, parce que la majorité s'interdit de se former des opinions personnelles et se contente de suivre en toutes choses le mouvement, uniquement selon son appartenance à tel ou tel groupe politique ou autre.

Nous ne retrouverons notre liberté de penser que lorsqu'un nombre suffisant d'individus aura recouvré son indépendance spirituelle et lorsqu'il aura su établir avec les organisations qui aliénaient son âme, des relations naturelles dans la dignité. Notre libération de ce nouveau Moyen-Age sera beaucoup plus difficile que celle de jadis, dont l'humanité européenne avait triomphé. A cette époque-là, c'était un combat contre l'emprise d'autorités extérieures imposées par les données historiques. Aujourd'hui, il s'agit d' amener la grande masse des individus à vouloir se frayer un passage par une sortie de secours hors de la dépendance spirituelle où elle s'est emmurée elle-même. Peut-il y avoir tâche plus ardue?

On n'a pas encore pris la mesure de notre pauvreté spirituelle. D'année en année, les collectivités améliorent leur technique de bourrage de crâne, vide de pensée. Les méthodes d'action ont été poussées à un tel point de perfection et ont trouvé une adhésion si massive, que la certitude de réussir à élever les pires absurdités au rang d'opinions accréditées - quand l'opportunité s'en fait sentir - n'a pas besoin d'être justifiée au préalable.

En renonçant à l'indépendance de notre pensée, nous avons perdu en même temps - ce qui était inévitable - notre foi dans la vérité. Notre vie spirituelle s'est désorganisée. La super-organisation qui régit le domaine public aboutit à l'organisation du vide intérieur.

Non seulement intellectuellement, mais aussi moralement, les relations entre l'individu et la société sont perturbées. En même temps qu'à ses propres opinions, l'Homme d'aujourd'hui renonce à son propre jugement éthique. Pour trouver bon ce que la société déclare tel en paroles et en actes et pour condamner ce qu'elle trouve mauvais, il étouffe les scrupules qui l'envahissent : il les fait taire non seulement devant les autres, mais aussi au dedans de lui-même. Il n'y a pas de scandale que son sentiment d'appartenance à la collectivité ne finisse par admettre et même par approuver. Son sens critique se noie dans l'opinion de la masse, de même que son sens moral dans les conventions admises.

Un Homme asservi, surmené, déshumanisé, réduit à n'être qu'un fragment de lui-même, un Homme qui aliène son indépendance d'esprit et son jugement moral à la société super-organisée, un Homme victime des entraves de tout genre qui font obstacle à sa culture, tel est celui qui chemine actuellement sur le sombre sentier d'une sombre époque. Pour les dangers qui le menacent de tous côtés, la philosophie n'a montré aucune compréhension. Elle n'a rien fait pour lui tendre une planche de salut. Elle n'a même pas donné l'alarme en le poussant à réfléchir à la situation nouvelle qui lui était faite.

La terrible vérité selon laquelle avec le progrès de l'histoire et du développement économique continu, la civilisation se trouve non pas encouragée mais entravée, n'a jamais réussie à se faire entendre.



Les individualités, seuls agents de régénération

Le renouveau de la civilisation bute sur le fait que seules les individualités peuvent entrer en ligne de compte pour promouvoir ce mouvement, à l'exclusion de tout autre facteur.

Ce renouveau n'a rien à voir avec des mouvements émotionnels de la masse, car ceux-ci ne sont jamais que des réactions à des circonstances extérieures. La civilisation, au contraire, ne peut se régénérer que si, en toute indépendance de la mentalité collective régnante et en opposition avec elle, il naît chez un grand nombre d'individus une orientation nouvelle des idées qui peu à peu gagne l'opinion des masses et finit par la déterminer. Seul un sursaut éthique serait capable de nous sortir de notre inculture actuelle. Or, l'éthique n'est jamais conçue que par des individus.

La décision finale engageant l'avenir d'une société ne dépend pas de la perfection plus ou moins poussée de son organisation, mais de la valeur plus ou moins grande de ses membres. Dans l'évolution de l'histoire, le rôle le plus important et le moins facilement décelable, ce sont les changements non ostentatoires mais vastes qui se font jour dans la mentalité propre d'un grand nombre d'individus. Ce sont là les prémisses qui préparent les évènements. C'est pourquoi il est si difficile de comprendre les Hommes et les évènements du passé. Nous ne pouvons donc faire aujourd'hui que des présomptions conjecturales sur la valeur personnelle de l'élite d'alors et sur la façon dont cette élite s'insérait dans la société, en recevait des influences et réagissait sur elle.

Mais une chose est claire. Là où la collectivité a une emprise plus forte sur l'individu que l'individu sur la collectivité, c'est la décadence, parce que la grandeur dont tout dépend, c'est-à-dire la valeur intellectuelle et morale de l'individu, est alors nécessairement entravée. Il en résulte un appauvrissement de la pensée et de la moralité de la société tout entière, qui la rend incapable de comprendre et de résoudre les problèmes auxquels elle doit faire face. Tôt ou tard, elle s'effondre en catastrophe.

Puisque nous en sommes là, c'est aux individus à prendre plus fortement conscience de la grandeur de leur mission et à remplir à nouveau la fonction qu'ils sont seuls à pouvoir assumer, à savoir mettre sur pied un idéal éthique et spirituel. Si cet appel n'est pas entendu par un grand nombre d'individualités, rien ne pourra nous sauver.

Une opinion publique nouvelle devra se former sans intervention officielle. L'opinion publique actuelle n'est entretenue que par la presse, la propagande, les organisations et les pressions exercées par le pouvoir et par l'argent qui se mettent à sa disposition. A cette propagation artificielle des idées doit s'y opposer une autre, naturelle, d'Homme à Homme, basée uniquement sur la justesse de la pensée et la réceptivité de l'auditeur à la vérité. Sans arme, à la façon des premiers combattants de l'esprit, elle devra affronter sa rivale qui marche contre elle comme Goliath contre David, avec l'armure puissante des temps d'aujourd'hui.

Le corps à corps qui va s'engager n'aura aucune commune mesure avec d'autres analogies historiques. Sans doute, le passé a connu des affrontements de penseurs indépendants, dressés isolément contre une coalition d'opinions invétérées. Mais jamais le problème ne s'est présenté comme aujourd'hui, parce que cet esprit qui se manifeste partout dans les organisations modernes, dans l'irréflexion moderne, dans les passions populaires modernes, est un phénomène sans précédent.

Dans les cas désespérés, c'est l'esprit qui est l'instance suprême

L'Homme d'aujourd'hui aura - t'il l'énergie nécessaire pour accomplir ce que son intelligence exige de lui, et que les temps d'aujourd'hui veulent lui rendre impossible ?

Dans les collectivités super-organisées qui le tiennent de mille manières en leur pouvoir, il devra redevenir une personnalité indépendante et réagir contre elles. Au moyen de tous leurs organismes, elles tenteront de le maintenir à leur dévotion en faisant tout pour le dépersonnaliser. Si elles craignent tant les caractères forts, c'est parce qu'avec eux, la voix de l'intelligence et celle de la vérité, qu'elles voudraient museler, risqueraient de se faire entendre. Leur pouvoir tyrannique n'a d'égal que leur peur.

Les conditions économiques forment avec les collectivités une tragique alliance. Avec une cruauté féroce, elles font de l'Homme moderne un être sans liberté, sans réflexion
personnelle, sans indépendance, sans largeur de vues ni esprit humanitaire. Elles constituent les dernières choses que nous puissions changer.
A quelle tâche immense les forces de l'esprit vont devoir s'attaquer ! Elles devront sensibiliser les peuples à l'écoute de la vérité vraie, alors qu'aujourd'hui les seules vérités qui ont cours sont les slogans de la propagande. Elles devront destituer le patriotisme néfaste et introniser un patriotisme noble ayant les yeux fixés sur les buts que l'humanité doit atteindre. Elles devront faire reconnaître à nouveau que la civilisation est l'affaire des individus et de l'humanité toute entière, à laquelle les peuples doivent participer, alors qu'actuellement la civilisation nationale est adulée comme une idole et que la notion même d'humanité civilisée s'est effondrée. Elles devront diriger l'attention des peuples vers la primauté de la culture, alors que les difficultés croissantes de la vie accaparent toujours davantage les esprits par des soucis matériels, si bien que le reste n'est plus que fantasme. Elles devront nous rendre la foi au progrès, alors que l'emprise de l'économique sur le spirituel devient de jour en jour plus désastreuse et entretient une démoralisation grandissante.

Elles devront nous redonner de l'espoir, alors que non seulement les institutions et les associations laïques et religieuses, mais aussi les Hommes éminents et admirés, se dérobent en toute occasion, alors que des savants et des artistes se distinguent par leur inculture et que des célébrités, qui passent pour être des penseurs et se prennent pour tels, se comportent dans les instants critiques comme de simples écrivains de métier ou comme des universitaires conformistes.

Tout cela se jette en travers de ceux qui veulent refaire la civilisation. Un sourd désespoir plane sur nous. Comme nous comprenons maintenant les Hommes de la décadence gréco-romaine, qui, incapables de résister aux évènements et abandonnant le monde à son sort, se sont repliés sur eux-mêmes ! Comme eux nous restons stupéfiés devant ce qui nous arrive. Comme eux nous entendons la voix insidieuse des sirènes qui nous disent que la seule manière de supporter la vie est de se laisser couler au fil des jours. Ne plus penser à ce qui nous arrive et ne plus rien attendre de la vie... Dormir en paix dans la résignation...

En comprenant que la civilisation est fondée sur la conception que nous nous faisons du monde et qu'elle ne peut naître que d'un réveil spirituel et de la volonté éthique du grand nombre, nous serons bien forcés de nous représenter clairement les difficultés d'une régénération qui échapperaient à une réflexion superficielle. Mais, en même temps, cette prise de conscience nous élève au-dessus de toutes les notions de possible et d'impossible. Si l'esprit éthique suffit à déterminer l'évolution des évènements dans le sens du progrès culturel, nous accèderons de nouveau à la civilisation, pour peu que nous retrouvions une conception du monde et une disposition d'esprit susceptibles d'aboutir au renouveau.

L'histoire de notre faillite aura au moins le bon côté de proclamer cette vérité : dans les cas désespérés, c'est l'esprit qui est l'instance suprême. A nous de donner à l'avenir, par notre action, une preuve éclatante de cette vérité !

Texte écrit en 1915 par Albert Schweitzer (1875 - 1967)

Une entête réalisée bénévolement par Renée-Andrée ORABONA que nous remercions vivement.

Bonobo : Qu'est-ce que c'est que ce binz?Surpopulation mondiale de l'humanité. Est-il encore temps de faire quelque chose? nature

https://www.terresacree.org   

Mail, forum, courrier des surfeurs, livre d'or...

Brevets technologiques entre les mains des magnats du pétroleGardiens de la Terre!

 

environnement, nature, vert, écologie, biologique, planète TerreLe Titanic, un sacré exemple pour l'humanité

sauver la vie, sauver la planèteRévolution verte et révolution des planètes      environnement, nature, vert, écologie, biologique, planète TerreL'homme doit renaitre

Nature et environnement Respect de la dignité humaine

environnement, nature, vert, écologie, biologique, planète TerreComment participer au changement dans ma vie de tous les jours?

 

Fil d'info RSS    environnement, nature, vert, écologie, biologique, planète TerreJardin    

Retour au sommet de la page

Entrez dans le jardin de la base


Vous avez aimé cette page. Partagez-la
avec vos ami(e)s sur les réseaux sociaux

Partager avec vos amis sur le réseau social Google Plus Partager avec vos amis sur le réseau social Linkedin S'abonner gratuitement au fil d'info RSS du vaisseau-mère de demainlhomme.info, ex SOS-planete


   

  











Citations d'Hommes justes

Vous pouvez nous envoyez les phrases
(d'Anciens ou non) qui vous semblent
aller de soi et participer à l'ouverture
des consciences


 

Wiki sur Terre - Sois acteur du changement - demainlhomme.info


 

NEWSLETTER

Abonnement gratuit à la
newsletter bimensuelle
confidentielle de demainlhomme.info

BOX EXPRESS

Transmettez par cette
voie votre récolte d'infos vraies
(lesquelles seront vérifiées)
 


Cet annuaire est mis à jour régulièrement par Cédric, président de l'Association. Il est facile d'y inscrire GRATUITEMENT votre site


Exprimez-vous librement sur ce site



LIVRE D'OR. Expression libre


Suivre le Flux RSS de demainlhomme.info