TOUT EN BAS! Ascenseur expressBluff? Les raéliens annoncent la naissance du premier bébé cloné

Claude Vorilhon dit Raël

Vos réactions à ce sujet :

Brigitte Boisselier, présidente de Clonaid


Brigitte Boisselier, présidente de la société Clonaid, liée à la secte des raéliens, a provoqué une avalanche de réactions sceptiques et de condamnations à travers le monde en annonçant vendredi la naissance le 26 décembre de "Eve", premier bébé conçu selon elle par clonage.

Le bébé, une petite fille de 3,1 kg, "est venue au monde jeudi à 11h55" dans un pays non précisé, a déclaré cette Française, chimiste de formation, lors d'une conférence de presse à Hollywood (Floride, sud-est), au nord de Miami.


Mais Brigitte Boisselier n'a apporté aucune preuve scientifique ni documents à l'appui de ses dires, ne fournissant que peu de détails sur une entreprise menée dans le plus grand secret.

Face aux questions dubitatives des journalistes exigeant des preuves de l'existence d'un tel bébé, Mme Boisselier a indiqué qu'elle avait accepté de laisser un journaliste américain indépendant, accompagné d'experts, superviser un processus de vérification scientifique.

Michael Guillen, ancien reporter pour la chaine ABC, a précisé qu'il se rendrait au domicile des parents dans les prochains jours avec des généticiens et techniciens de réputation indiscutable pour y effectuer des prélèvements d'ADN sur la petite fille et sa mère et vérifier qu'ils sont rigoureusement identiques. Le résultat des tests sera disponible, selon Mme Boisselier, dans huit à dix jours.

"Nous avons utilisé l'ovule de la mère" pour cloner cette dernière et "l'accouchement s'est passé par césarienne (...) La mère a 31 ans. C'est elle qui a été clonée et c'est elle qui a porté le bébé clone", a précisé Mme Boisselier.

Cette annonce a été reçue avec le plus grand doute par la communauté scientifique, suscitant également une vague de réprobation dans les grandes capitales occidentales. Le généticien français Axel Kahn a estimé qu'il s'agissait "purement et simplement de propagande".

Le gynécologue italien Severino Antinori, qui avait promis la naissance d'un bébé cloné pour janvier, a dit douter de la réalité de la naissance revendiquée par les raéliens.

Tout comme son ancien partenaire, l'andrologue américain Panos Zavos, lui aussi lancé dans la course au clonage humain, qui s'est dit "soupçonneux", en suspectant les raéliens de vouloir se faire de la publicité.

A la Maison Blanche, le président George W. Bush a indiqué qu'il allait presser le Congrès de voter un projet de loi interdisant le clonage humain.

Le président français Jacques Chirac a pour sa part renouvelé "sa condamnation énergique" du clonage humain reproductif et a appelé tous les Etats à "se rallier sans plus tarder" à la proposition franco-allemande visant à "la prohibition universelle" de cette pratique "criminelle".

Le mouvement des raéliens a été fondé en 1975 par un ancien journaliste français, Claude Vorilhon, qui se fait appeler "Raël". Il affirme que la vie humaine sur Terre a été établie par des extra-terrestres arrivés en soucoupes volantes il y a 25.000 ans et que les humains ont été créés par clonage. Selon lui, le clonage permettra à l'humanité d'atteindre un jour la vie éternelle en permettant de renouveler régulièrement son enveloppe corporelle.

Si la naissance d'un clone était confirmée, elle marquerait l'entrée de l'humanité dans l'ère de la reproduction asexuée. Pour la première fois en effet, un enfant ne serait plus le fruit de la combinaison génétique d'un père et d'une mère mais la reproduction à l'identique de l'un des deux parents. Si elle existe bien, "Eve" serait donc une copie génétique parfaite de sa mère: sa "jumelle" à 31 ans d'intervalle.

Mme Boisselier ne compte pas en rester là. Elle a annoncé la naissance prochaine de quatre autres bébés conçus par clonage, dont l'un la semaine prochaine d'un couple de lesbiennes dans un pays d'Europe du Nord.

Sommaire de la page

Clonage d'un bébé : doutes, inquiétude et indignation

PARIS (Agence Française de Presse), le 27-12-2002


L'annonce par la secte des raéliens de la naissance d'un bébé cloné, non confirmée de source scientifique indépendante, a suscité vendredi doutes, inquiétudes et indignation dans le monde.

L'Eglise orthodoxe russe a condamné le clonage humain, mettant en avant le risque d'une "profonde crise morale", tandis que le président américain George W. Bush faisait savoir qu'il allait presser le Congrès de voter un projet de loi interdisant toute forme de clonage humain. Selon un porte-parole du patriarcat de Moscou, le père Vsevolod Tchapline, "si des clones humains sont produits pour satisfaire le désir égoïste de personnes voulant s'offrir une deuxième, une troisième, une centième vie, une profonde crise morale s'ensuivra".

Le président Bush "pense, comme la plupart des Américains, que le clonage est profondément inquiétant et soutient fermement le projet d'une loi interdisant tout clonage humain", a pour sa part déclaré le porte-parole de la Maison Blanche, Scott McClellan. C'est le "clonage humain reproductif" que le président français Jacques Chirac a condamné, estimant que "cette pratique, contraire à la dignité de l'homme, est criminelle".

Il a appelé tous les Etats à "se rallier sans plus tarder" à la proposition de "convention visant la prohibition universelle du clonage humain reproductif", présentée aux Nations unies par la France et l'Allemagne. L'adoption de ce texte a été bloquée cet automne à l'Onu par une coalition organisée par les Etats-Unis et le Vatican qui ont obtenu le renvoi du texte en commission. Washington a expliqué vouloir faire interdire tout clonage humain, qu'il soit à usage reproductif ou thérapeutique.

Interrogé après l'annonce de la naissance d'un bébé cloné, le porte-parole de l'Onu Fred Eckhard s'est limité à déclarer : "Personne ne peut s'attendre à ce que le secrétaire général des Nations unies Kofi Annan envoie des fleurs", tout en relevant que "cette annonce ne peut pas être automatiquement acceptée comme un fait". Les scientifiques ont également émis des doutes, relevant, comme le généticien français Axel Kahn, qu'il n'y avait "strictement aucune preuve" de la naissance d'un bébé cloné. "Si les raéliens veulent le prouver, qu'ils apportent cette preuve scientifique. Tant qu'elle n'est pas apportée, il s'agit purement et simplement de propagande", a ajouté M. Kahn.

"Nous n'y croyons pas", ont fait savoir des scientifiques allemands. Et si ce devait être le cas, ce serait "complètement irresponsable d'avoir tenté" cette expérience, a déclaré la porte-parole de l'association des chercheurs scientifiques allemands (DFG), Eva-Maria Streier. Plusieurs scientifiques américains se sont également inquiétés de voir des expériences "sauvages" de clonage reproductif mettre en danger le clonage dit "thérapeutique". C'est "une catastrophe politique", car "cela va nourrir la confusion dans l'esprit du public", a expliqué la biologiste et juriste américaine Alta Caro.

Le clonage humain "fait courir des risques à l'organisme et est inacceptable" d'un point de vue éthique, "car il ne respecte pas l'identité de la personne", a estimé Marcelo Palacios, président du comité scientifique de la Société internationale de bioéthique (Sibi), dont le siège est en Espagne. La Sibi avait adopté en 2000 une déclaration affirmant que "la création d'individus humains génétiquement identiques par clonage devait être interdite".

"Il reste encore à démontrer qu'il y a bien eu" un clonage, a également insisté M. Palacios. En Suisse, l'éventualité d'un tel clonage a suscité de vives réactions. Le président de la Commission nationale d'éthique pour la médecine humaine (CNE) Christoph Rehmann-Sutter, a qualifié de "charlatanisme" et d'"acte criminel" l'expérience de clonage annoncée par les raéliens.

"Si le clonage est avéré, il s'agit d'une abomination", a affirmé pour sa part Marc Aellen, le porte-parole de la Conférence des évêques suisses (CES). L'Autorité britannique chargée de la fécondation humaine et de l'embryologie (HFEA) s'est déclarée "préocupée" par l'annonce de la naissance d'une petite fille clonée, tout en relevant qu'il faut "d'abord voir si c'est vrai".

Sommaire de la page

Lundi 30 décembre 2002

Le généticien Axel Kahn demande une prohibition universelle du clonage reproductif

PARIS (AP) - Le généticien français Axel Kahn condamne, dans un entretien publié
lundi dans "L'Humanité", le clonage reproductif qu'il juge "profondément immoral" et
dont il demande la prohibition universelle et définitive.


Pour le chercheur, directeur de l'Institut Cochin de génétique moléculaire et
président du Groupe des experts de haut niveau sur les Science de la Vie auprès de
la Commission européenne, aucun progrès scientifique n'est à attendre du clonage
reproductif.

"Le clonage reproductif appliqué à l'être humain est, dans son fondement même, un
crime contre l'humanité," estime-t-il.
"Qu'une personne décide par avance du sexe, de
la forme du visage, de l'enveloppe corporelle et même, c'est probable, de certains
traits de caractère d'un autre être, relève ni plus ni moins d'une offense aux droits
de l'homme".

Selon lui, les obstacles à la poursuite de ces expériences sont à la fois biologiques
et éthiques.

"Nous savons que cette technique est réalisable. Elle s'est pratiquée à de nombreuses
reprises sur les animaux, notamment sur les vaches et les souris. Mais à chaque fois,
le taux de réussite varie de 1 sur 80 à 1 sur 100."

Pour Axel Kahn, en admettant que les Raëliens, grâce à leur armée de jeunes femmes
prêtes à faire don de leur utérus et de leurs ovules pour le bien de la secte, aient
réussi à donner naissance à un clone, "restent tous les doutes quant à l'avenir de
l'enfant. Chez les animaux, énormément de petits issus de la reproduction par le
clonage meurent à la naissance ou dans les jours qui suivent. Quand ils survivent, on
observe un vieillissement prématuré ou une tendance affirmée à l'obésité."

Malgré l'engagement de la communauté scientifique et les condamnations de cette
expérience de la part des gouvernements du monde, pour Axel Kahn, le combat n'est pas
gagné.

"Je milite et je continuerai à militer pour que l'ONU ait une intervention forte
auprès de tous les Etats afin que ceux-ci adoptent une législation qui interdise
définitivement le clonage reproductif. Cela n'empêche certainement pas qu'il se
pratique. Le meurtre est interdit dans tous les pays, et pourtant on tue".

Pour Axel Kahn, "la liberté de chercher (...) s'arrête là où commence l'intégrité de
la personne". AP


Un site trés complet sur le mouvement raëlien : http://membres.lycos.fr/tussier/rael.htm

 

Clonage humain : la secte des Raëliens tente les premières grossesses

La Documentation Française propose un long dossier sur les questions de bioéthique

Sommaire de la page

 Sans la brevetabilité du vivant, nous n'en serions pas là

Un crime contre l'humanité

'annonce, vraie ou fallacieuse, de la naissance du premier bébé cloné a soulevé une légitime indignation de la communauté internationale, unie dans la condamnation de ce que l'on pourrait appeler un crime contre l'humanité, car c'est en réalité bien de cela qu'il s'agit. Si toute prise de conscience est bonne à prendre et si les citoyens peuvent espérer qu'il en sortira, enfin, une réglementation internationale condamnant, sans aucune dérogation, le clonage reproductif et permettant la sanction pénale inévitable de ceux qui chercheront à se soustraire à cette interdiction, qu'il s'agisse des parents, des médecins ou des intermédiaires, cette seule mesure n'est pas suffisante, car elle ne cherche qu'à corriger tardivement les effets d'une évolution, sans s'attaquer à ses causes.

La première cause est à rechercher dans la marchandisation de la vie, sous toutes ses formes, qui s'est notamment traduite par la brevetabilité du vivant admise par l'Europe. Une décision prise sous la pression des chercheurs, des laboratoires et des agrosemenciers qui arguaient de l'impossibilité de rivaliser avec les Etats-Unis dont la Cour suprême avait admis, à une voix de majorité, voici vingt ans, la brevetabilité du vivant. Dès lors que le vivant végétal et animal est brevetable, l'humain est dans la ligne de mire. L'hypocrisie consistant à interdire le brevet direct mais à permettre le brevet sur la cellule ou le gène modifié ne trompe évidemment personne et sûrement pas les promoteurs des OGM. Il est du reste particulièrement piquant d'entendre les principaux responsables et thuriféraires des OGM, en France et en Europe, jouer les vierges effarouchées à propos du clonage et se transformer en chantres de l'éthique, oubliant au passage que sans la brevetabilité du vivant, il n'y aurait pas de clonage.

En effet, et c'est la deuxième cause de notre présente tragédie, la valeur marchande étant devenue la seule référence, plus aucune valeur morale ne résiste devant l'appât du gain. Clonaid, société commerciale, va vendre au prix fort le clonage, et les hésitations de nos politiques devant les besoins de la recherche et surtout les nécessités économiques invoquées par tous les laboratoires sont largement responsables de la situation. Comment ne pas songer, et la concomitance des événements y appelle, que l'Académie de médecine, adoptant récemment un avis sur les OGM, a cru bon de le justifier par les seules considérations économiques, alors qu'il n'existe à l'heure actuelle aucune étude scientifique sérieuse, avec un délai de latence suffisant, pour juger de l'effet sur la santé publique des OGM?

Faute de gouvernance mondiale capable, y compris dans le cadre d'instances existantes comme l'ONU, d'imposer un minimum de règles communes destinées simplement à permettre la survie de l'humanité, les décisions sont prises dans d'autres sphères et sont imposées au reste du monde. La restauration du politique devient une question de vie ou de mort, à terme, des humains et elle impose que tout ne soit pas permis en matière de recherche et de sciences appliquées. Même si une partie de la communauté scientifique reste viscéralement attachée à la liberté absolue de la recherche scientifique, il est temps de sortir de cette virtualité qui consiste à faire croire que la liberté du chercheur existe toujours. C'est largement faux, depuis que le marché précède la recherche appliquée, qui elle-même précède la recherche fondamentale. De même qu'il aurait dû être possible, au nom de l'ingérence éthique, d'interdire les expériences de Mengele, il faut pouvoir interdire certaines recherches ou expériences contraires aux règles minimales de l'éthique universelle.

Car, et c'est la troisième cause du mal, le matérialisme ambiant a convaincu nombre d'humains qu'ils étaient devenus des démiurges et que les mythes qui fondent l'histoire universelle étaient susceptibles de devenir des réalités. Il en va notamment ainsi du mythe des mythes, celui de l'éternité. Faust comme nouveau destin permettant toutes les transgressions, la duplication à l'infini des bourreaux, des criminels et des dictateurs, mais aussi l'apparition d'une nouvelle espèce dont nous ne savons en réalité rien.

La réalité est qu'il faut réapprendre l'humilité et sortir du scientisme fou dans lequel nous a plongés la croyance quasi religieuse dans notre capacité infinie à tout maîtriser, jusque et y compris notre propre création. C'est en revenant à la réflexion sur la réalité de la condition humaine, sa responsabilité à l'égard d'elle-même comme à l'égard des autres espèces que nous pourrons trouver les voies salvatrices capables de nous corriger de nos folies pendant qu'il en est encore temps. Sans doute se font déjà entendre les voix non dénuées d'arrière-pensées commerciales de ceux qui s'offusqueront du risque d'obscurantisme. Mais le principal risque d'obscurantisme ne vient-il pas de ceux qui veulent plonger l'humanité dans les ténèbres du pur matérialisme en oubliant que l'espoir, si nécessaire à la vie, ne peut venir que de l'aspiration à un monde meilleur, à un idéal, sans cesse recherché mais jamais atteint? A défaut des politiques, c'est à nous, société civile, de rappeler cette vérité et d'exiger qu'elle soit respectée.

Libération du 3 janvier 2003

Anne Esperet

nature

   Abonnez-vous gratuitement à la liste d'information SOS-planete

L'autre canular de Raël : la machine à cloner

Sommaire de la page

L'actualité des clones

Secte des Raëliens : Naissance d'un deuxième bébé clone en Europe

https://www.terresacree.org   Mail, forum, courrier des surfeurs, livre d'or...

Le saviez-vous? 2 milliards d'hommes survivent avec moins d'un euro par jour

Logo d'Helleboid camille : pastorius2000@yahoo.fr

nature, environnement, écologie, bio, vertAnnuaire de liens utiles   Proposer un site web génial dans notre annuaire vert   nature, environnement, écologie, bio, vert

 nature, environnement, écologie, bio, vert   nature, environnement, écologie, bio, vertJardin

Retour au sommet de la page

 environnement, nature, écologique, bio    Entrez dans le jardin de la base


Vous avez aimé cette page. Partagez-la
avec vos ami(e)s sur les réseaux sociaux

Partager avec vos amis sur le réseau social Google Plus Partager avec vos amis sur le réseau social Linkedin S'abonner gratuitement au fil d'info RSS du vaisseau-mère de Demain l'Homme, ex SOS-planete


   

  











Citations d'Hommes justes

Vous pouvez nous envoyez les phrases
(d'Anciens ou non) qui vous semblent
aller de soi et participer à l'ouverture
des consciences


 

Wiki sur Terre - Sois acteur du changement - Demain l'Homme


 

NEWSLETTER

Abonnement gratuit à la
newsletter bimensuelle
confidentielle de Demain l'Homme

BOX EXPRESS

Transmettez par cette
voie votre récolte d'infos vraies
(lesquelles seront vérifiées)
 


Cet annuaire est mis à jour régulièrement par Cédric, président de l'Association. Il est facile d'y inscrire GRATUITEMENT votre site


Exprimez-vous librement sur ce site



LIVRE D'OR. Expression libre


Suivre le Flux RSS de Demain l'Homme
Accès aux 150 derniers articles de Demain l'Homme pour mobiles et PC