Yvan Marzin

TOUT EN BAS! Ascenseur express Les anciennes souches de poules françaises volent au secours de la biodiversité

 

Vos réactions à ce sujet :

LE MONDE | 28.02.2005

________________________

Sur le thème : "Pour sauver la biodiversité, faites un geste simple : mangez aussi des oeufs à coquille blanche !", la fédération ProNaturA France, qui rassemble quelque 200 000 éleveurs et défenseurs des animaux et de la nature, entend frapper un grand coup lors de l'édition 2005 du Salon international de l'agriculture de Paris, où elle présentera pour la première fois un stand basse-cour. 

ProNaturA France veut lancer une campagne pour la sauvegarde de la cinquantaine de races de poules anciennes françaises répertoriées qui, pour la plupart, pondent des oufs à coquille pâle. "Nous voulons faire comprendre aux Français qu'en réfléchissant avec leur ventre ils permettront à des exploitants agricoles d'avoir à nouveau des débouchés en élevant des races locales", explique Jean-Emmanuel Eglin, secrétaire de la Fédération.

La gauloise-dorée, la faverolles, la cou-nu- du-Forez, la sans-queue, la coucou-de-Rennes, la noire-du-Berry ou la crève-cour et la courtes-pattes, entre autres, faisaient la richesse des basses-cours d'antan, avant la mutation industrielle qui bouleversa l'agriculture après la seconde guerre mondiale.

Si rien n'est fait, ces races, désormais à très faibles effectifs, sont menacées d'une disparition certaine à brève échéance malgré les efforts d'une poignée d'éleveurs qui, en collectionneurs passionnés, sont les seuls à les entretenir encore.

Selon le Comité national pour la promotion de l'ouf, une organisation interprofessionnelle, 15 milliards d'oufs, produits par 2 500 éleveurs, sont consommés, par an, en France, à raison de 250 unités par personne ! 70 % de la production sont à coquille brune, pondus par des poules issues d'une souche sélectionnée dans l'Hexagone dans les années 1960, l'isabrune, devenue l'isabrown, poule commune rousse, petite, mais grosse pondeuse, élevée intensivement pour les besoins du marché.

TORDRE LE COU AUX IDÉES REÇUES

Le choix des oufs à coquille brune, qui répondait à des critères de marketing - la couleur blanche étant plus facilement salissante, donc souvent d'apparence moins propre - est devenu, ainsi, une habitude pour les consommateurs. Ces derniers, s'ils s'intéressaient à ce qu'ils mangent, tordraient le cou à un tas d'idées reçues : la couleur du plumage de la poule n'a rien à voir avec celle de la coquille de l'ouf, dont le goût n'est pas déterminé par cette dernière ; la couleur du jaune n'est pas non plus un critère de qualité (tous les oufs se valent), puisque l'adjonction d'un caroténoïde - la lutéïne - peut le foncer à volonté.

A l'Institut national de la recherche agronomique (INRA), on trouve sympathique l'initiative de ProNaturA, mais on préfère s'intéresser à la préservation des races anciennes en accentuant les recherches sur la composition interne de l'ouf ou sur la chair. "La qualité de la viande des volailles locales est supérieure à toutes les autres. L'avantage de manger des oufs de races anciennes est qu'ils sont pondus par des poules de parcours", explique Joël Besnard, du département physiologie animale et système d'élevage du centre de Tours.

Ce centre, à la demande du conseil général d'Indre-et-Loire et d'éleveurs tourangeaux, a relancé la race dite géline-de-Tours - en recréant un troupeau-pedigree - que l'on trouve, dorénavant, sur les meilleures tables de la région sous le label "Dame noire".

En partenariat avec le Syndicat des sélectionneurs avicoles et aquacoles français (Sysaaf), l'Institut a aussi créé une banque de sperme de coq - que l'on obtient par un habile massage dorsal - pour la sauvegarde du patrimoine génétique aviaire français, l'un des plus riches d'Europe.

Toutefois, même si vous avez pris la décision de ne plus manger que des oufs à coquille blanche pour préserver la biodiversité, sachez que la jolie-marans (Charente-Maritime) pond des oufs d'un roux intense et que la poule de l'abbé Keller (Alsace), plus connue sous le nom de javanaise, nous offre les siens d'un bleu turquoise. Enfin, ceux de l'anglo-saxonne leghorn, poulette de batterie s'il en est, sont d'un blanc éclatant.

Ali Habib

ARTICLE PARU DANS L'EDITION DU MONDE DU 01.03.2005

Anne EsperetLogo de Terre sacrée. Louis Rocquin.environnement, nature, écologique, bio

  Abonnez-vous gratuitement à la liste d'information SOS-planete

https://www.terresacree.org   

Mail, forum, courrier des surfeurs, livre d'or...

 

Biodiversité : l'hécatombe!

Logo d'Helleboid camille : pastorius2000@yahoo.fr

Fil d'info RSS      nature, environnement, écologie, bio, vertJardin

Retour au sommet de la page

environnement, nature, écologique, bio   Entrez dans le jardin de la base


Vous avez aimé cette page. Partagez-la
avec vos ami(e)s sur les réseaux sociaux

Partager avec vos amis sur le réseau social Google Plus Partager avec vos amis sur le réseau social Linkedin S'abonner gratuitement au fil d'info RSS du vaisseau-mère de Demain l'Homme, ex SOS-planete


   

  











Citations d'Hommes justes

Vous pouvez nous envoyez les phrases
(d'Anciens ou non) qui vous semblent
aller de soi et participer à l'ouverture
des consciences


 

Wiki sur Terre - Sois acteur du changement - Demain l'Homme


 

NEWSLETTER

Abonnement gratuit à la
newsletter bimensuelle
confidentielle de Demain l'Homme

BOX EXPRESS

Transmettez par cette
voie votre récolte d'infos vraies
(lesquelles seront vérifiées)
 


Cet annuaire est mis à jour régulièrement par Cédric, président de l'Association. Il est facile d'y inscrire GRATUITEMENT votre site


Exprimez-vous librement sur ce site



LIVRE D'OR. Expression libre


Suivre le Flux RSS de Demain l'Homme