D'après les statistiques de notre serveur, chacun des 8.500 à 105.000 visiteurs quotidiens de Demain l'Homme consulte à chaque fois en moyenne une quinzaine de pages de la Base De Données, laquelle en dénombre plus de 36.000, accumulées depuis février 1999, date de la fondation de notre ONG, basée essentiellement -nous nous permettons de le rappeler ici- sur... l'Amitié

Nous reconnaissons que, pour un humain normal, cela est trop ! Au bout d'un moment, même si ce que le visiteur apprend est juste et le passionne, il n'en peut plus et n'a plus qu'une envie : envoyer tout balader. Complètement saoulé par les maux, il sature ! A moins que le fond de sa carafe ne soit fêlé, rapidement la moindre goutte de travers et ça déborde ! La fuite devient alors l'unique secours. Le salut !

 La Vérité est en effet si éloignée des préoccupations quotidiennes et des diversions des grands médias, qu'il est impossible de rester longtemps à ce niveau de conscience, le remède devenant pire que le mal...

Croyant que Demain l'Homme fonctionne par l'opération du Saint Esprit, cumulée avec la précipitation naturelle à fuir, chacun oublie alors de glisser une petite pièce dans le dispositif pour que nous autres, lanceurs d'alerte bénévoles, puissions continuer à alimenter, améliorer, maintenir l'hébergement sur Internet et assurer pérennité du vilain petit canard qui donne le tournis à tout le monde.

C'est pourquoi nous vous conseillons de rester sobre dans vos recherches et découvertes, de ne visionner pas plus de 5 pages par jour, d'aller ensuite arroser le jardin, surtout de bien penser à vous, de choyer vos enfants présents, puis de revenir éventuellement plus tard faire le plein de nouvelles infos qui vous permettront alors petit à petit de faire votre part, en toute connaissance de cause, et sans épuisement, pour lutter pacifiquement, de votre côté et en famille, contre le grand désarroi...

Donc tout va très bien Madame la Marquise ! Attention tout de même, en vidant l'eau sale du bain, de ne pas laisser le bébé s'engouffrer dans le tourbillon.

Fermer la popup  Fermer la popup