Yvan Marzin

déforestation en Amazonie - Etat de Para au nord du Matto Grosso - Image SPOT du 15 mai 1986.

TOUT EN BAS! Ascenseur expressL'Amazonie, un paradis à protéger

A perte de vue, la forêt vierge!

 

Vos réactions à ce sujet :

Par Christian Selles.

Publié dans Terre d'escale le 13 août 2003

 ________________________________

Le bassin du fleuve Amazone est une des régions les plus riches du monde, tant biologique qu'économique. Sa taille, difficile à calculer, s'estime à 600 millions d'hectares. Toute l'Europe Occidentale pourrait y être contenue. Ce fleuve coule, dans sa majeure partie, au Brésil, mais passe aussi par le Pérou, la Bolivie, l'Équateur, le Venezuela, la Colombie, etc. Cela rend difficile la défense et la protection de cet écosystème, déjà qu'il ne se gère pas de façon conjointe  chaque pays prend des mesures indépendamment des autres.

L'Amazonie, en plus d'être la forêt la plus grande du monde, est indispensable pour l'humanité. En elle se trouve 50% de la biodiversité mondiale et 70% des espèces végétales et animales de la planète. De plus, sa variété unique de plantes, d'animaux et d'insectes la rend encore plus importante. Tous les jours on découvre des espèces exclusives à cette région et qu'avec la même temporalité disparaissent d'autres espèces sans avoir été découvertes. On évalue que l'on connaît seulement moins de 50% des espèces existantes dans le bassin amazonien.

Mais cette richesse positive passe pour être négative lorsqu'il est question des dangers qui dévastent l'Amazonie. De nombreuses entreprises destinées à l'exploitation forestière spolient les ressources sans aucun type de scrupule, frappant des populations indigènes et réduisant la taille de l'environnement forestier. Du côté brésilien, on perd 3 millions d'hectares par année, et selon des sources gouvernementales, 80% de cette exploitation est complètement illégale.

Si on réalise le parcours du fleuve en avion, on aperçoit des embarcations qui transportent du bois noble comme l'acajou ou le chêne sans autorisation  on observe également dans la forêt des "coups de hâche" qui résultent être des pistes d'atterrissage pour ces contrebandiers de la nature, et en certaines occasions s'élèvent des colonnes de fumée d'incendies provoqués afin de rogner l'espace du bassin amazonien. La raison de ces incendies est la spéculation concernant le terrain. Beaucoup de personnes paient afin de posséder une propriété avec vue sur la forêt amazonienne ou veulent créer une zone de culture d'espèces tropicales qui, postérieurement, exportera pour obtenir de grands bénéfices.

Devant l'augmentation de la contamination, on a observé que les arbres ont grandi afin de "respirer", mais ils ne peuvent lutter contre les scies, la gazoline ou la machinerie. Plusieurs scientifiques croient que l'antidote de beaucoup de maladies incurables à l'heure actuelle se trouve dans les plantes amazoniennes encore à découvrir, et avertissent du danger que supposent les attentats qui se commettent dans cette région.

Cent-vingt nations indigènes vivent en Amazonie, aux alentours de quelques 300.000 personnes, cet effectif se réduisant doucement. En certaines d'entre-elles se trouvent des populations encore non contactées, sans relation quelconque avec le reste du monde "développé" et ignorant la menace que cela suppose pour leur survie. L'Amazone est leur autoroute et les petites rivières leurs routes secondaires. Ils n'ont pas besoin de l'asphaltage qui a été réalisé dans la région amazonienne brésilienne afin de faciliter l'entrée d'entreprises multinationales.

Le Brésil héberge la plus grande partie de l'Amazone, quelque 60%, étant le premier pays tant qu'au degré de la biodiversité. Dans les dernières années, l'exploitation de gisements minéraux comme ceux d'or ou d'émeraudes, la sur-exploitation forestière ou le développement d'élevages et de cultures déterminées a rogné le territoire de la forêt amazonienne. A l'heure actuelle, seulement les deux-tiers restent intacts. Selon une étude élaborée par l'Instituto Nacional de Pesquisa da Amazônia brasileno, si l'on terminait le plan '' Avance Brésil '', qui comprend des routes trans-amazoniennes, des dizaines de ports, des aéroports, des gazoducs, des milliers de kilomètres de lignes électriques et autres activités déprédatrices, en 2020 il ne resterait seulement que 4,7% de la forêt vierge. Preuve que la privatisation de l'Amazonie se réalisait, c'est qu'en 1999 huit entreprises transnationales étaient propriétaires de presque 2 millions et demi d'hectares.

Le nouveau président brésilien Lula est partisan d'un développement économique pour le Brésil. Cela est réellement nécessaire, mais on ne peut oublier que pendant sa campagne électorale l'écologie occupait une place prépondérante  il doit maintenant tenir cette promesse. Dans les dernières décades, tout développement économique a été accompagné d'attaques constantes contre la nature. Lula doit être conscient que la croissance économique n'est pas obligée de se faire accompagnée d'une détérioration écologique. Le développement doit être soutenable, et l'exploitation des ressources naturelles rationnelle qu'ils servent pour l'amélioration de la qualité de vie des peuples.

Le bassin du fleuve Amazone ne doit pas souffrir d'une mercantilisation comme ont soufferts d'autres grandes réserves naturelles du monde. Une cinquième partie de l'eau douce mondiale coule dans cette région et implique un des derniers poumons qui reste dans le monde. On ne peut privatiser la gestion des ressources naturelles comme cela commence à se faire au Pérou avec l'exploitation pétrolière de sa partie amazonienne, ou avec la prolifération de zones destinées à la culture de la coca. Les gouvernements des 9 pays amazoniens ne peuvent mettre un prix à chaque espèce ou gène et établir des mesures environnementales afin de protéger l'Amazonie. Le sens commun doit prévaloir à la fin dans le référent au binôme politique-écologie.

 Traduction de l'espagnol : Pierre Trottier. À visiter le site RISAL, une mine sur l'Amérique Latine.

Source : http://www.terredescale.net/article.php3?id_article=289

Anne EsperetLogo de Terre sacrée. Louis Rocquin.environnement, nature, écologique, bio

   Abonnez-vous gratuitement à la liste d'information SOS-planete

https://www.terresacree.org

Mail, forum, courrier des surfeurs, livre d'or...

Forêts tropicales : le trésor dilapidé

Le saviez-vous? Selon le site de la Convention sur la biodiversité, 34.000 plantes et 5.200 espèces animales, dont un huitième des espèces d'oiseaux, sont en voie d'extinction.


Vous avez aimé cette page. Partagez-la
avec vos ami(e)s sur les réseaux sociaux

Partager avec vos amis sur le réseau social Google Plus Partager avec vos amis sur le réseau social Linkedin S'abonner gratuitement au fil d'info RSS du vaisseau-mère de Demain l'Homme, ex SOS-planete


   

  











Citations d'Hommes justes

Vous pouvez nous envoyez les phrases
(d'Anciens ou non) qui vous semblent
aller de soi et participer à l'ouverture
des consciences


 

Wiki sur Terre - Sois acteur du changement - Demain l'Homme


 

NEWSLETTER

Abonnement gratuit à la
newsletter bimensuelle
confidentielle de Demain l'Homme

BOX EXPRESS

Transmettez par cette
voie votre récolte d'infos vraies
(lesquelles seront vérifiées)
 


Cet annuaire est mis à jour régulièrement par Cédric, président de l'Association. Il est facile d'y inscrire GRATUITEMENT votre site


Exprimez-vous librement sur ce site



LIVRE D'OR. Expression libre


Suivre le Flux RSS de Demain l'Homme