Tout en bas! Ascenseur express pour les habitués du site...Extraits d'une brochure éditée par les Editions BEDE, 47, place du Millénaire, 34000-MONTPELIER http://www.globenet.org/bede/ avec le soutien de la Fondation Charles-Léopold Mayer Pour le progrés de l'Homme (FPH) Février 2000. La Bibliothèque d'Echange de Documentation et d'Expériences (BEDE) élabore en réseau un système d'échanges Nord-Sud d'informations sur l'environnement. Elle appuie, entre autres, le développement de la Veille citoyenne sur les OGM en Afrique. BEDE édite Interface, un CD-Rom annuel, sur les enjeux de la biodiversité, des OGM et des droits de propriété intellectuelle.

Il est temps de mettre en place une étude sur l'état mental de des dirigeants d'entreprises. L'OMS pourrait s'y coller. ;o). (M.D.) Copyright © 1999 Paris - Baldassarra Conseil - All rights reserved. CBA.Agriculture transgénique

Par précaution, l'arrivée dans nos assiettes de plantes et d'animaux génétiquement modifiés doit être suspendue et faire l'objet d'un vrai débat public.

Entre banalisation et diabolisation, construire le débat

(Pas d'ascenseur!)

Les avancées des applications de la recherche en génétique sont si rapides que la société en perd à la fois le sens et le contrôle. Les controverses autour des OGM sont extrêmement vives dans le public comme parmi les scientifiques. Entre la banalisation d'un événement extraordinaire et la diabolisation de technologies porteuses d'espoir ( ?), il existe un espace pour un véritable débat de société. Pour un nombre croissant d'organisations de la société civile et de gouvernements, les fortes présomptions sur les risques causés par la dissémination des OGM en agriculture devrait conduire à mettre en oeuvre immédiatement le principe de précaution. Le principe de précaution traduit une attitude de prudence et d'abstention dans un contexyte marqué par l'incertitude scientifique et l'éventualité de dommages graves et irréversibles. L'appel à un moratoire total sur la commercialisation et la dissémination des OGM doit se généraliser afin que puisse s'organiser de manière sereine un débat rassemblant tous les acteurs de la société. Objectif : permettre l'élaboration d'un cadre réglementaire plus adapté. Les citoyens ne peuvent laisser aux scientifiques et aux pouvoirs publics la seule responsabilitré d'orchestrer la discussion au risque de voir éluder les vraies questionsCopyright Louis ROCQUIN. terresacree@francimel.com.

La ferme de Frankenstein

Par précaution, l'arrivée dans nos assiettes de plantes et d'animaux génétiquement modifiés doit être suspendue et faire l'objet d'un vrai débat public.

Oui, la science est porteuse d'espoir. Oui, la connaissance de notre patrimoine génétique nous aide à comprendre le fonctionnement du vivant. Oui, la manipulation de ces gènes peut, en théorie, permettre aux Hommes de mieux se guérir et de mieux se nourrir( ?). Mais tout ce qui est génétique n'est pas pour autant synonyme de progrès. Les citoyens ont le droit d'abord d'être informés, ensuite de prendre le temps de débattre puis enfin d'accepter ou de refuser ce qui sort des laboratoires de recherche. Surtout quand il est question d'organismes génétiquement modifiés. Dans leur forme actuelle, les OGM présentent en effet des risques réels pour l'environnement, la santé et la démocratie. Il est temps d'ouvrir le débat de fond sur la ferme des nouveaux Frankenstein!

Plantes, animaux ou micro-organismes artificiellement manipulés, les OGM ne sont pas des organismes vivants comme les autres. Car s'ils sont vivants, ils ont - comme la créature de Frankenstein!- été inventés et créés par l'Homme. Les OGM sont de nature industrielle et bouleversent à la fois les règles fondamentales de la biologie et du droit. Un bouleversement dont les entreprises de biotechnologie et certains scientifiques aimeraient minimiser la portée mais qu'il ne faut, au contraire, absolument pas banaliser.

Copyright Louis ROCQUIN. terresacree@francimel.comLE GENIE GENETIQUE :

Une technologie puissante complètement maîtrisée ?

Le génie génétique est l'ensemble des techniques de biologie moléculaire qui portent sur le matériel héréditaire. Ces techniques permettent d'identifier un gène dans la molécule dADN, de l'isoler, de le transférer d'un organisme à un autre, ou encore de le modifier.

La précision des techniques moléculaires ne doit pas être surestimée.

Tout n'est pas sous contrôle dans les laboratoires. Les morceaux d'ADN transférés ne contiennent pas seulement le gène cible, appelé également gène d'intérêt, mais aussi des gènes marqueurs, de l'ADN non caractérisé (ADN "poubelle"). De plus, le lieu d'intégration du transgène dans le génome hôte est aléatoire. Résultat : Ia capacité de nuisance à moyen terme de nouveaux organismes et la stabilité du gène dans le processus dévolution restent inconnue.

Les transferts artificiels de gènes transgressent les barrières entre les espèces.

La sélection génétique a toujours existé. Depuis la nuit des temps, les agriculteurs croisent des variétés pour en obtenir de nouvelles, plus performantes. Tel est également le but poursuivi par les entreprises de biotechnologie qui créent les OGM. Mais Ia différence - et elle est de taille - vient de ce que la transgénèse permet de transgresser les barrières entre les espèces. Alors que les paysans ne pouvaient - et ne pourront jamais - croiser naturellement une plante avec un animal, les généticiens peuvent, eux, introduire un gène animal ou humain dans une tomate ou un lapin. Les implications sur l'évolution de Ia diversité biologique et sur les équilibres entre les espèces (dont l'espèce humaine) de cette révolution biotechnologique sont complètement imprévisibles.

LE VIVANT SOUS CONTROLE D'UN MONOPOLE INDUSTRIEL ?

Copyright Louis ROCQUIN. terresacree@francimel.comLe fait d'avoir été transformés artificiellement par des procédés techniques confère aux OGM un statut Juridique particulier. À la différence des autres êtres vivants, ils peuvent être brevetés comme des objets industriels. Même si le brevetage des plantes et des animaux est fortement remis en cause par de nombreux citoyens et des organisations non gouvernementales, plusieurs pays industrialisés, dont l'Union européenne, l'ont déjà inscrit dans leur législation.

Les variétés transgéniques mettent les agriculteurs sous dépendance

Le brevetage des plantes transgéniques sonne le glas de l'indépendance des agriculteurs. Les paysans qui utilisent des variétés brevetées perdent en effet le droit de conserver une partie de leur récolte pour s'en servir comme semence l'année suivante. Le brevetage oblige donc l'ogriculteur à acheter choque année de nouvelles semences. Et pour empêcher tout risque de fraude, les multinationales étudient aujourd'hui Ia mise sur le marché de variétés génétiquement modifiées pour donner des semences stériles. Les procédés techniques - dits procédés "Terminator" - ont déjà été breveté, ils sont toujours en cours d'expérimentation.

Un enjeu de taille : le contrôle du vivant et de l'alimentation

Accepter le brevetage des plantes ou des animaux transgéniques revient à accepter Ia mise en place de droits exclusifs sur une espèce vivante. Le danger de monopolisation est d'autant plus grand que seule une poignée de multinationales défient Ia totalité du marché des semences génétiquement modifiées. Ces géants de l'agro-chimie contrôlaient déjà le marché des pesticides, insecticides et autres herbicides. La diversification de leurs activités tend donc à une plus grande intégration des filières et à un contrôle accru de toute Ia chaîne alimentaire depuis le champ de l'agriculteur jusqu'à l'assiette du consommateur.

TRIPLE MENACE SUR L'ENVIRONNEMENT, LA SANTE ET LA SECURITE ALIMENTAIRE ?

Poisson transgénique comparé à un spécimen normal.Les entreprises de biotechnologie répètent que les OGM ne sont pas des organismes fondamentalement nouveaux. Pour elles, les techniques de manipulation génétique ne diffèrent guère des techniques de sélection conventionnelles. Cette conception n'est pas partagée par un grand nombre d'écologues, de biologistes des populations, de médecins et d'agronomes, qui considèrent plutôt que les OGM, disséminés sur des milliers d'hectares et introduits dans d'innombrables produits alimentaires, peuvent engendrer de nouveaux risques. Des risques écologiques, des risques sanitaires et des risques pour la sécurité alimentaire. Rien n'est encore sûr mais de nouvelles études amènent leur lot de révélations qui renforcent les doutes de la prétendue innocuité des OGM.

Copyright Louis ROCQUIN. terresacree@francimel.comRisques écologiques

On ne maîtrise pas tout dans la nature. Et certainement pas les flux naturels Copyright Louis ROCQUIN. terresacree@francimel.comde gènes. Qui empêchera les insectes ou le vent de transporter du pollen de plantes résistantes à un herbicide ou à un insecte - qui représentent aujourd'hui plus de 75% desCopyright Louis ROCQUIN. terresacree@francimel.com variétés transgéniques mises sur le marché - vers des plantes sauvages apparentées? La plante issue de ce croisement possédera-t-elle aussi ce gène de résistance. Dommage. Surtout s'il s'agit d'une plante parasite dont les agriculteurs doivent protéger leurs cultures. Sans compter que Ia résistance aux insectes - rendue possible par l'introduction dans la plonte d'un gène permettant la production de toxines - favorise l'émergence d'insectes eux aussi résistants et peut affecter les insectes utiles et Ia microfaune du sol.

Risques sanitaires

La mise sur le marché de plantes tolérantes aux herbicides est une aubaine pour les fabricants de produits chimiques qui sont également les producteurs de ces plantes transgéniques (ce qui n'est évidemment pas une coïncidence. Mais ce n'est certainement pas une aubaine pour le consommateur qui voit arriver dans son assiette des produits ayant été soumis à des traitements intensifs. Une partie des scientifiques s'inquiète également d'une possible flambée allergique dans les années à venir avec l'introducfion dans notre alimentation de produits transgéniques contenant de nouvelles protéines. D'autres craignent que les OGM amplifient le phénomène de résistance aux antibiotiques que l'on observe en milieu hospitalier. Un grand nombre de plantes transgéniques cultivées aujourd'hui contiennent en effet un gène marqueur de résistance aux antibiotiques, introduit pour faciliter Ia moanipulation génétique, qui est au centre d'une controverse quant à ses effets à long terme.

Copyright Louis ROCQUIN. terresacree@francimel.com

Risques sur la sécurité alimentaire

Les cultures, elles aussi, se mondialisent. Il y a quelques dizaines d'années, les agriculteurs de chaque pays, voire de chaque région ou de chaque terroir, cultivaient leurs propres variétés, fruit d'un long travail de sélection. Aujourd'hui, l'heure est à l'uniformisofion. L'intensification des méthodes agricoles amène les paysans à adopter les mêmes variétés "industrielles" ou à quitter la terre. Résultat : la diversité des plantes cultivées a fortement diminué, les sols se sont appauvris et les paysans pauvres se sont exilés vers les villes. Le développement des OGM va accentuer cette tendance. Avec tous les dangers que cela comporte : une plus grande dépendance des agriculteurs vis à vis de leurs fournisseurs mois aussi une moins grande résistance de ces monocultures aux maladies et aux ravageurs.

UNE FILIERE TRANSPARENTE ?

Transparente, la filière OGM ? Pas vraiment Le déficit d'information du public sur ces nouvelles techniques et la facon dont elles sont contrôlées -et évaluées, donne l'impression d'une opacité entretenue. Le besoin de transparence est d'autant plus légitime qu'elle seule permet au public de participer au débat démocratique. Pourtant, aujourd'hui encore, on est loin de cette transparence. Difficile par exemple de savoir où sont cultivées les parcelles de plantes transgéniques. Difficile également de connaître - et c'est peut-être là le point le plus important pour les consommateurs - les produits qui contiennent des OGM. D'abord parce que la réglementation sur l'étiquetage n'est pas assez rigoureuse. Mais aussi parce que les limites techniques de la traçabilité n'offrent pas une totale garantie de sécurité sur l'absence d'OGM. L'heure où le consommateur pourra librement choisir des aliments garantis sans OGM n'est pas encore arrivée.

PLUS BAS! Copyright Louis ROCQUIN. terresacree@francimel.com

Porte du site  An 2000 : Des laboratoires américains et suisses sont en train de fabriquer des lignées de cochons avec des gènes humains. L'industrie transgénique espère ainsi approvisionner les hôpitaux en organes à greffer. A quand la vie éternelle? ONG Retour au sommet de la pageTerre sacrée (association loi 1901 à but non lucratif), . Informations d'alerte et de reflexion. Restons en contact : https://www.terresacree.org - - Robot de recherche des communes françaises utilisées à des essais de cultures transgéniques : https://www.terresacree.org/communes.htm - Le point sur les OGM

Le point sur les OGM

Jardin de la base

Version avec frames - - Jardin

OGM : La guerre du troisième millénaire -   Pour revenir à cette page, prière d'utiliser ce bouton Sommaire simplifié


Vous avez aimé cette page. Partagez-la
avec vos ami(e)s sur les réseaux sociaux

Partager avec vos amis sur le réseau social Google Plus Partager avec vos amis sur le réseau social Linkedin S'abonner gratuitement au fil d'info RSS du vaisseau-mère de demainlhomme.info, ex SOS-planete


   

  











Citations d'Hommes justes

Vous pouvez nous envoyez les phrases
(d'Anciens ou non) qui vous semblent
aller de soi et participer à l'ouverture
des consciences


 

Wiki sur Terre - Sois acteur du changement - demainlhomme.info


 

NEWSLETTER

Abonnement gratuit à la
newsletter bimensuelle
confidentielle de demainlhomme.info

BOX EXPRESS

Transmettez par cette
voie votre récolte d'infos vraies
(lesquelles seront vérifiées)
 


Cet annuaire est mis à jour régulièrement par Cédric, président de l'Association. Il est facile d'y inscrire GRATUITEMENT votre site


Exprimez-vous librement sur ce site



LIVRE D'OR. Expression libre


Suivre le Flux RSS de demainlhomme.info
Vous surfez sur mobiles, cliquez ICI