Tout en bas! Ascenseur express Communiqué de terresacree.org du 11 novembre 1999.

Les OGM : la science sans conscience! Le génie génétique incontrôlable...

Copyright EMEL Frédéric Schwentzel

 

A la veille du troisième millénaire, l'hydre agro-alimentaire dominante Monsanto trinque sans vergogne avec l'ogre pharmaceutique Novartis (Dernières nouvelles sur le sujet Monsanto/Novartis, maîtres du XXIème siècle?). Monsanto, çà va, on commence à connaitre (saccharine cancérigène, 500 morts dans une explosion d'engrais en 1947, un des premiers désastres de l'industrie chimique, agent Orane, round-Up, Terminator, poison, venin! 1) mais Novartis?   Plus bas!

Novartis, c'est un mutant du laboratoire suisse Sandoz qui, peu avant la dernière guerre mondiale, découvrit la clef chimique des portes de la perception. C'est pas n'importe qui. C'est lui qui, cette année, a créé les premiers porcelets transgéniques humanisés par introduction de gènes d'employés salariés dans des cellules porcines. La firme suisse vend même ses chérubins à prix d'or à des laboratoires français. Oui, pincez-vous, vous êtes bien toujours en 1999, à bord du vaisseau spatial Terre.

Ces noces de titans entre Monsanto et Novartis sont loin d'être un mariage d'amour. Il s'agit d'une stratégie banale dans la guerre commerciale qui se livre à la barbe du bon sens. Manipulation, calcul, busine$$. Les monstres sont pris en flag.  

Copyright EMEL Frédéric SchwentzelOù est l'avis de la Vie? Celui du Sage? Celui des gens? L'avis des six milliards d'estomacs pris en otage à l'aube de l'an 2000? Bras-dessus, bras-dessous, tambour battant, les multinationales cherchent à présenter, aux foules hallucinées, leurs biotechnologies rutilantes comme étant la réponse définitive à la faim dans le monde. Elles seules seraient capables de nourrir les inévitables (?) dix milliards d'humains venus s'offrir un séjour sur Terre en 2050. (Les préservatifs gratuits pour le Tiers Monde, connais pas!..) Elles amélioreraient au passage la qualité de l'air qu'on respire, et régénéreraient d'un coup de baguette magique l'environnement tout entier (actuellement et officiellement mis à genoux par la mondialisation et les technologies malpropres). De vraies fées des logis. Ecologiques et tout. Elles éradiqueraient enfin les maladies héréditaires, virales ou autres. Bref, elles seraient capables de tout, et que du meilleur. La preuve : elles permettent déjà d'obtenir des légumes miracles qui s'allument quand ils ont soif, grâce à des gènes de méduse ou de luciole. Et Dieu sait quels virus OGM Saddham et Bill préparent dans leurs bunkers!     Plus bas!

Mirage, vitrine. Gavage de crâne! Miroirs aux alouettes! Poudre aux yeux! Les biotechnologies servent uniquement à remplir les poches de ceux qui détiennent la matière grise, la matière tout court, le pognon. Elles sont en fait un tremplin royal vers la sélection guidée et l'eugénisme, c'est à dire "les méthodes qui visent à améliorer le patrimoine génétique de groupes humains, en limitant la reproduction des individus porteurs de caractères jugés défavorables ou en encourageant celle des individus porteurs de caractères jugés favorables." ("L'eugénisme, qui implique un jugement de valeur du patrimoine génétique des individus, à partir de l'observation d'un petit nombre de caractères physiques ou mentaux, a donné lieu à des formes graves de discrimination et de répression, particulièrement dans l'Allemagne nazie" Petit Larousse 1995). Plusieurs milliers de séquences de l'ADN humain sont déjà brevetées par des sociétés américaines et japonaises! Allons-nous bientôt corps et âmes appartenir aux rapaces bioteck?

 

Copyright EMEL Frédéric Schwentzel

 

De peur d'être dépassés, les Instituts de recherche agronomiques et pharmaceutiques publico-privés se trouvent obligés d'emboîter le pas aux trusts biotechnologiques. Ils infiltrent à leur tour (manipulations obligent!) les collectifs anti-OGM (à tatons, notons-le, il y a chez eux des hommes de bonne foi pour qui l'éthique compte!) ils se glissent et se faufilent afin d'orienter le débat qui reste au stade larvaire, scientifique, alimentaire, écologique, et médicamenteux. Débat qui laisse rêveur, le social et l'éthique arrivant bons derniers. L'information restant timide. Et la passion pas très ardente.    Plus bas!

Peu de nos concitoyens sont conscients du problème qu'eux et leur progéniture courent. Cela ressemble trop à de la science-fiction. On se croirait dans une série X-files. La réalité a pourtant bel et bien dépassé la fiction, notre technologie est réellement en train de nous doubler : le maïs-chien et le maïs scorpion existent, ainsi que la pomme de terre-méduse, fluorescente comme il se doit, la vache qui produit du lait de femme et le porc Envirolink qui digère le phosphore. Des scientifiques ont été jusqu'à fabriquer des coccinelles sans ailes, des souris-plantes et même des rats plus pensants que la normale, autant dire des Mickey. (Cette dernière Plus bas! technologie, dite de "thérapie génique", est annoncée comme immédiatement transférable à l'homme. La tentation doit être grande pour les découvreurs de servir de cobayes et devenir ainsi les premiers humains "supérieurs"...) A quand Disneyland transgénique?

Il y a trois jours, nouvelle alarmante, on a appris que le virus de la mosaïque du choux-fleur, couramment utilisé comme vecteur lors de transferts de gènes dans les plantes transgéniques, peut, selon les John Innes Centre and Sainsbury Laboratory, échanger des séquences avec le virus HIV. Avant hier, un chercheur anglais, le professeur Warwick, a annoncé qu'il allait se faire greffer une puce électronique pour tenter de contrôler les mouvements de son corps et même, si possible, ses émotions. Dans peu de temps, vous allez voir, on nous greffera directement des trottoirs, des pantouffles ou des pijamas. Si ce n'est pas déjà fait. Tout va si vite!   Plus bas!

De toutes façons, qu'est-ce qu'on y peut? entend-on. Et puis, après la vache folle, les farines animales enrichies aux boues de stations d'épuration, au jus de transfo ou au sirop de dioxine, après les veaux américains boostés aux hormones transgéniques, les vaches de synthèse... les gens, il faut les comprendre, c'est le raz le bol de riz logique et général. C'est le raz de marée d'informations! Les OGM, la saturation! Alors, de chaque côté du petit écran, tout le monde préfère dormir, au chaud si possible. Chacun est d'ailleurs pris dans ses petits problèmes personnels, familiaux, conjuguaux, extra-conjuguaux, bref par son travail. En réalité, nous sommes tous des cobayes de laboratoire déjà bourrés de lécithine de soja transgénique. Et les enfants de nos enfants risquent d'être tous des OGM. Des branchies pour les uns, des ailes pour les autres, pourquoi pas des roulettes, moins de muscles, plus de cerveau, le choix sera grand... Et la situation de plus en plus grave. Et surtout plus rien de naturel! De l'artificiel à gogo, du "soleil vert" pour les gogos...

 

Copyright EMEL Frédéric Schwentzel

 

Saisissant l'urgence du débat éthique, notamment sur le copyright des quelques 100 000 gènes humains et des milliards de gènes du vivant (patrimoine mondial de l'humanité) et sur la commercialisation abusive des OGM alimentaires, nous demandons à l'ONU, au nom de la Dignité et du Respect des droits de l'Homme et du Vivant, à chacun et à tous (puisque les politiques avouent être les jouets des groupes industriels parfois plus riches que les états qu'ils administrent) de dresser des tables autour desquelles chaque porte-parole de collectif en lutte, chacun, aura une chaise.

Cet appel est publié officiellement, à quarante jours de l'an 2000, dans la liste de diffusion du Collectif OGM=DANGER. Merci de le répercuter par tous les moyens disponibles et bon appétit! Nous devons nous dôter des moyens de faire entendre notre point de vue face à des grainetier-chimistes bourrés aux as qui, en trinquant à leur santé, parlent de fabriquer des vaches de trois étages et des éléphant-roses.

Divagations. Non, la vague est là. Il faut la prendre. Surfons au côte à côte, quelques soient nos tribus. Quelques soient nos différences. Non seulement nous avons à apprendre la tolérance, mais nous devons nous battre ensemble pour le respect de la Vie. Nous brûlons tous du même désir, notre objectif est unique : Ne pas laisser les ogres milliardaires retapisser le monde avec leur papier peint foireux et badigeonner ce qui reste de naturel de leurs excréments technologiques puants supplémentaires. La planète est déjà assez abîmée comme ça!   Plus bas!

La Terre n'est pas une prostituée. On refuse qu'elle soit maquillée par des maquereaux, par des pieuvres multinationales tentaculaires, seulement soucieuses du porte-feuilles de leurs dirigeants. On veut juste que la Terre reste elle-même (elle est trop belle!) qu'il y pousse encore plein de grands arbres vivants qui aient des racines et des branches. Sans blagues, les petits pois fluorescents (pour parer aux pannes de courant des soirées hi-tech de l'après bug) c'est pas de la rigolade : le transgénique risque vraiment de tous nous niquer! Beau prodige! Si on le laisse s'infiltrer dans le Vivant (même à seulement 1%) il va le contaminer en quelques décénies et le booster comme une baudruche. Nos enfants ne connaitront pas la nature! Non, que vive plutôt l'An 01!   Plus bas! 

Copyright Louis ROCQUIN. terresacree(at)francimel.comEt nous, ressemblons à quelque chose. Chacun sa spécialité, sa petite pierre à apporter. Un coup de crayon, une plume, un bout de carcasse, une cervelle, un coeur... Les ressources ne manquent pas. Tous les allié(e)s sont bienvenu(e)s. C'est le bonheur des hommes qui est en jeu, le lien avec l'origine. C'est ici et maintenant que ça se joue. C'est de chacun qu'il y a besoin. Trinquons à la santé du monde! Avant qu'il ne soit trop tard...

Reproduction libre. Merci d'utiliser un préservatif et de citer la source :

 

 

1) Voir l'imposant dossier MONSANTO dans le Courrier International N° 452 du 1er au 7 juillet 1999.

  Plus bas! 

Monsanto/Novartis, maîtres du XXIème siècle?

Marianne du 13 décembre 1999. Après avoir fait condamner Microsoft pour abus de monopole, le gouvernement américain va peut-être s'en prendre à Monsanto, le géant de l'agroalimentaire. Ce jour-là marquera véritablement le changement de millénaire. Car si ce siècle qui s'achève est celui de l'électron et de ses applications à l'informatique, le prochain sera à coup sûr celui des Science de la Vie. D'un maître du monde à l'autre, la course à la première place est lancée.

En 1993, Monsanto, numéro quatre de la chimie américaine, entreprend d'être le premier à installer des plantes transgéniques sur le marché. Ces recherches suscitent-elles des craintes? Qu'à cela ne tienne. Les lobbystes entrent en action, allant jusqu'à occuper des fonctions stratégiques à la FDA (Food and Drugs Administration), l'organisme régulateur américain. Les autorisations de mise sur le marché suivent. Quatre ans après l'avoir décidé, Monsanto est devenu le numéro un de l'agroalimentaire : la moitié du soja américain est génétiquement modifié, 38% du maïs. Mais à force de négliger les craintes des consommateurs, le Microsoft de l'alimentaire a gagné une image de fournisseur de "nourriture Frankenstein" Et le cours de l'action a recemment chuté.

C'est le moment qu'a choisi son challenger suisse, NOVARTIS, pour s'associer au suédois AstraZeneca et lui ravir ainsi la première place mondiale. Dans l'ombre du tonitruant américain, l'éternel mais discret second n'en était pas pour autant inactif. Quand l'un passe en force auprès des instances politiques, l'autre subventionne les laboratoires. Qui ramassera la mise? Rendez-vous dans une dizaine d'années. Jean Claude JAILLETTE     Plus bas! 

 

Copyright EMEL Frédéric Schwentzel

RETOUR A LA PORTE Retour au sommet de la pagehttps://www.terresacree.org -

OGM : La guerre du troisième millénaire!Retour à la page d'accueil. - Porte

Jardin


Vous avez aimé cette page. Partagez-la
avec vos ami(e)s sur les réseaux sociaux

Partager avec vos amis sur le réseau social Google Plus Partager avec vos amis sur le réseau social Linkedin S'abonner gratuitement au fil d'info RSS du vaisseau-mère de Demain l'Homme, ex SOS-planete


 










Accès aux 150 derniers articles de Demain l'Homme pour mobiles et PC