hautSOS-Pl@net, le site de Terre sacrée. Bannière réalisée bénévolement par Frédéric Schoenahl que nous remercions vivement.

Sommaire de la page : Un objet génétique non identifié dans le soja OGM de Monsanto - Un intrus dans le soja OGM - La science conforte les craintes anti OGM - Monsanto rassure, Greenpeace craint

TOUT EN BAS! Ascenseur expressUn objet génétique non identifié dans le soja OGM de Monsanto
Le Tofu extrait du soja est riche en vitamines BGenetique. Un fragment d'ADN inconnu découvert dans un OGM relance la polémique sur les transferts de gènes.

Par JULIE LASTERADE

Le vendredi 17 aout 2001

Il y a un intrus dans le génome du soja génétiquement modifié du géant de l'agroalimentaire Monsanto. En étudiant très finement son patrimoine génétique, des chercheurs belges ont repéré et isolé un petit fragment d'ADN
dont la présence restait insoupçonnée (1). «Il n'est pas décrit dans le
dossier déposé en 1994 par Monsanto», explique Marc De Loose, du centre pour
la recherche en agriculture de Melle (Belgique). Cinq cent trente-quatre
paires de bases passées jusque-là inaperçues (y compris des chercheurs de
Monsanto), qui n'appartiennent ni au gène de résistance à l'herbicide Round
up introduit par la société américaine, ni à la plante originelle. Mais
placées sur l'un des deux points d'insertion du gène rapporté. D'où
viennent-elles? Quelle est leur incidence? C'est ce que les chercheurs et
Greenpeace aimeraient maintenant bien savoir. L'organisation internationale
écologiste vient d'ailleurs de lancer un appel aux scientifiques pour
«l'aider à identifier l'origine de cet ADN inconnu».

Réparation. «Pour l'instant, il n'y a aucune preuve scientifique qui laisse
supposer que ce fragment supplémentaire pose un problème», insiste le
chercheur belge. Il ne semble jouer aucun rôle particulier, ne dérive pas du
vecteur qui a servi à introduire le gène de résistance dans la plante, ni
d'un autre organisme étranger. «Il provient le plus probablement d'un
réarrangement naturel du génome, continue Marc De Loose. Pour introduire un
gène de résistance, il faut casser l'ADN original de la plante, le fragment
supplémentaire a pu apparaitre lors de la réparation. Nous allons essayer
d'en savoir plus en étudiant le phénomène sur une plante modèle comme
Arabidopsis thaliana.»

En attendant, Monsanto assure que son soja ne risque rien, «les autorités
compétentes n'ont pas remis en cause sa commercialisation puisque, même s'il
n'avait pas encore été détecté, le fragment d'ADN était présent dans le soja
que ces autorités ont évalué», affirme Stéphane Pasteau, directeur
scientifique de Monsanto agriculture en France. La méthode mise au point par
Marc De Loose et son équipe pourra désormais permettre de «vérifier
l'exactitude des dossiers techniques, de compléter des informations déjà
existantes» déposées par les entreprises, ou de détecter d'éventuelles
fraudes. De façon indépendante et sans l'aide des compagnies.

Mystères. Mais, pour Pierre-Henri Gouyon, généticien et directeur du
laboratoire écologie systématique et évolution (CNRS), cette découverte
prouve surtout qu'«il reste plein de choses à découvrir sur ce qu'il se
passe lors des transferts de gènes. Malgré les importants moyens mis en
place pour connaître ce qu'il se passe au niveau moléculaire, on ne sait pas
tout. Mais les plus grosses incertitudes touchent le comportement écologique
des OGM. Or, dans ce domaine, les efforts de recherche sont moins grands et
plus compliqués».

(1) European Food Research and Technology, volume 213, issue 2.

Sommaire de la page

Un intrus dans le soja OGM

XAVIER DUCARME
Mis en ligne le 17/08/2001
- - - - - - - - - - -

Des chercheurs belges ont détecté un élément étranger dans le génome de la plante
 
EPA

La crainte des mauvais tours éventuels que pouvaient jouer à l'humanité les organismes génétiquement modifiés, exprimée par les anti-OGM, était-elle justifiée? On peut le craindre. Un groupe de chercheurs belges du centre de recherche en agriculture de Melle, près de Gand, vient de détecter la présence d'un intrus dans le génome du soja génétiquement modifié du géant agroalimentaire Monsanto. Ce fragment d'ADN n'est pas nommé dans le dossier déposé en 1994 par la multinationale; il n'appartient ni au matériel qu'elle y a introduit pour que la plante devienne résistante à l'herbicide Roundup ni au soja naturel.

«Pour l'instant, il n'y a aucune preuve scientifique que cet élément étranger pose problème», précise Marc De Loose, responsable de la recherche. Il est possible, selon lui, que ce fragment ait pu apparaitre lors de la «réparation» de la plante, «cassée» pour introduire le gène de résistance.

Monsanto assure de son côté que son soja ne présente aucun danger. Son directeur scientifique, Stéphane Pasteau, répète que les autorités européennes sont au courant depuis plus d'un an et que les autorisations n'ont pas été remises en cause. Pourquoi dès lors, ces séquences ADN ne sont-elles pas mentionnées dans le dossier d'origine? Parce que, selon M. Pasteau, les méthodes et les techniques évoluent. A l'époque, il n'était pas possible d'isoler ce fragment.

L'association écologiste internationale Greenpeace, pour sa part, voit dans cette découverte une preuve supplémentaire que la technologie des OGM n'est pas maîtrisée. «On savait déjà que le soja de Monsanto présentait une tige moins robuste, explique Roland Moreau, directeur pour la Belgique. On sait aujourd'hui également que l'ADN est différent.» L'organisation rappelle la sagesse du principe de précaution. Greenpeace International vient en tout cas de lancer un appel aux scientifiques pour «l'aider à identifier l'origine de cet ADN inconnu».

Quoi qu'il en soit, la méthode mise au point par Marc De Loose et son équipe permettra désormais de vérifier avec plus de précision l'exactitude des dossiers techniques déposés par les promoteurs d'organismes génétiquement modifiés.

Sommaire de la page

La science conforte les craintes anti-OGM

PAR XAVIER DUCARME

Plusieurs études dont une belge confirment les arguments des opposants aux aliments transgéniques
 
ANALYSE
 
Les promoteurs des organismes génétiquement modifiés n'ont de cesse de répéter qu'il s'agit là de l'avenir de l'agriculture, que les progrès agronomiques et nutritionnels qu'ils apportent vont permettre de réduire la malnutrition et la pollution des terres. Ils ont peut-être raison. Reste que l'air du temps ne plaide pas en leur faveur. Coup sur coup en effet, plusieurs études scientifiques sont venues apporter de l'eau au moulin des opposants, déjà de plus en plus soutenus par une opinion naturellement encline à la prudence. Des études d'autant plus crédibles que les conclusions se sont plus ou moins imposées au corps défendant de leurs auteurs.
 
INTRUS DANS L'ADN
 
C'est particulièrement le cas de l'étude publiée tout récemment par le Belge Marc De Loose, du centre public de recherche agronomique de Melle, près de Gand. Dans le cadre du développement d'une méthode visant à identifier la présence d'OGM dans une substance, le chercheur a découvert des fragments d'ADN qui ne correspondaient à rien de connu dans le soja transgénique de Monsanto. Ce fragment n'appartient pas au soja naturel et ne fait pas non plus partie du matériel génétique qui a été introduit par Monsanto pour que la plante devienne résistante à l'herbicide total vendu par la multinationale américaine, le Roundup.
 

Cette découverte, M. De Loose tente d'en diminuer la portée, en signalant qu'il s'agit du résultat d'un phénomène tout à fait naturel qui est également observé lorsqu'une variété de plante est obtenue par croisement. C'est sans doute vrai. Mais la découverte de cet objet génétique non identifié, bien qu'inoffensif, permettra assurément aux opposants toujours plus virulents de ce qu'ils appellent l'alimentation «Frankenstein» de faire valoir l'un de leurs arguments phares: l'inconnue scientifique. Le fait que Monsanto ait mis sur le marché en 1994 un organisme dont certaines caractéristiques directement liées à sa nature transgénique n'ont pu être mises au jour que cinq ans plus tard plaident qu'on le veuille ou non en faveur d'une certaine application du principe de précaution. Car, comment en effet assurer que dans dix ans, d'autres propriétés, peut-être moins anodines, ne seront pas décelées?

DISSÉMINATION
 
Le résultat de l'étude gantoise est dans ce sens à rapprocher de la récente étude publiée par l'agence française de sécurité sanitaire des aliments (Afssa), qui elle aussi, peut-être de manière moins innocente, a démontré que les inquiétudes formulées par les anti-OGM n'avaient rien d'iconoclaste. Les experts français de l'organisme public ont en effet établi qu'une partie non-négligeable (19 échantillons sur 112 prélèvements) des semences de colza, de soja et de maïs officiellement conventionnels comportaient un signal, le «promoteur 35S», caractérisant la présence d'organismes génétiquement modifiés. Pour le maïs, 41 pc des prélèvements étaient ainsi pollués. Des résidus de soja OGM ont même été identifiés dans certaines semences de maïs conventionnelles, ce qui montre l'existence d'un brassage tout à fait imprévu entre espèces transgéniques et non transgéniques.

 

Une fois de plus, la réalité des faits rencontre les appréhensions des détracteurs, lesquels, il faut le reconnaître, brandissent depuis plusieurs années le spectre de la dissémination, craignant que les cultures OGM en plein air ne gagnent peu à peu du terrain au contact de la flore naturelle, en dépit des mesures de confinement imposées par les autorités.

Sommaire de la page

Monsanto rassure,

Greenpeace craint

Les réactions ne se sont pas fait attendre suite à la publication des résultats de l'étude gantoise.

Monsanto, le géant de l'agroalimentaire transgénique tient à rassurer. Stéphane Pasteau, directeur scientifique chez Monsanto, répète que les autorités européennes sont au courant de la présence de ces fragments d'ADN depuis plus d'un an et que les autorisations n'ont pas été remises en cause car elle ne présente aucun danger sur le plan sanitaire. Quant à savoir les raisons pour lesquelles Monsanto n'a pas mentionné l'existence de ces séquences d'ADN non indentifiées, M. Pasteau explique que les méthodes et les techniques évoluent et qu'à l'époque, il n'était pas possible de les isoler.
 
Greenpeace, y voit en revanche la preuve supplémentaire que la technologie des OGM n'est pas maîtrisée. «On savait déjà que le soja de Monsanto avait une tige moins robuste que son équivalent non transgénique, explique Roland Moreau, directeur de Greenpeace Belgique. On sait aujourd'hui, que l'ADN est également différent.» L'organisation plaide dès lors en faveur de l'application du principe de précaution. «On nous dit qu'on n'a pas la preuve que les OGM sont dangereux. Moi, ce que je veux, c'est que les scientifiques puissent nous donner la preuve qu'il n'y a pas de risque. Nos assiettes et nos champs ne sont pas des laboratoires.» (X. Du.)
 

© La Libre Belgique 2001

Merci à Sébastien Denys "sdenys@ulb.ac.be" pour cette compilation d'articles

Etude publiée par l'agence française de sécurité sanitaire des aliments (Afssa)

flechhan.gif (4956 octets)

Pollution génétique : colza, maïs, soja : les OGM sont intenables!

Non aux brevets sur la vie (Autocollants à commander via http://www.resistanceisfertile.com)Sommaire de la page

Le point sur les OGM

  Portillon de la base  Entrez dans le jardin de la base

Retour au sommet de la pagehttps://www.terresacree.org   

Jardin


Vous avez aimé cette page. Partagez-la
avec vos ami(e)s sur les réseaux sociaux

Partager avec vos amis sur le réseau social Google Plus Partager avec vos amis sur le réseau social Linkedin S'abonner gratuitement au fil d'info RSS du vaisseau-mère de Demain l'Homme, ex SOS-planete


   

  











Citations d'Hommes justes

Vous pouvez nous envoyez les phrases
(d'Anciens ou non) qui vous semblent
aller de soi et participer à l'ouverture
des consciences


 

Wiki sur Terre - Sois acteur du changement - Demain l'Homme


 

NEWSLETTER

Abonnement gratuit à la
newsletter bimensuelle
confidentielle de Demain l'Homme

BOX EXPRESS

Transmettez par cette
voie votre récolte d'infos vraies
(lesquelles seront vérifiées)
 


Cet annuaire est mis à jour régulièrement par Cédric, président de l'Association. Il est facile d'y inscrire GRATUITEMENT votre site


Exprimez-vous librement sur ce site



LIVRE D'OR. Expression libre


Suivre le Flux RSS de Demain l'Homme