terresacree.org

TOUT EN BAS! Ascenseur expresshautSOS-Pl@net, le site de Terre sacrée. Bannière réalisée bénévolement par Frédéric Schoenahl que nous remercions vivement. (Pas d'ascenseur)

La diversité du vivant menacée par la mondialisation
La Journée mondiale de la biodiversité du 22 mai 2001 est consacrée aux espèces invasives, qui, en colonisant de nouveaux territoires, compromettent l'équilibre de nombreux écosystèmes. L'impact écologique et économique de ces "aliens" se chiffre en centaines de milliards de dollars

LE MONDE du 22.05.2001

Homo Sapiens est sans conteste l'espèce la plus envahissante de la planète. Mais elle entraîne dans son sillage, volontairement ou non, nombre d'organismes qui, à leur tour, colonisent de nouveaux milieux, entrent en compétition avec les autochtones, au point parfois de les supplanter et de mettre en péril l'équilibre de ces écosystèmes. Ces "invasions biologiques" sont au cour s de la Journée mondiale de la biodiversité, organisée mardi 22 mai. L'Union mondiale pour la nature (IUCN), qui en est un des promoteurs, souhaite attirer ainsi l'attention du grand public et des "décideurs" sur un phénomène aux conséquences écologiques - mais aussi économiques - considérables.

A vrai dire, le problème est aussi ancien que l'humanité: les premiers Asiatiques à passer le détroit de Béring pour prendre pied en Amérique étaient accompagnés de chiens, et les Polynésiens ont emporté sur leurs nouveaux territoires du Pacifique environ une trentaine de végétaux. Les guerres et colonisations ont accentué ce processus: les Conquistadors ont eu pour alliés les germes de la rougeole et de la variole, qui ont tué des millions d'Amérindiens. Du fait de leurs nombreuses campagnes, les militaires ont toujours été de grands pourvoyeurs, souvent involontaires, d'aliens: le serpent arboricole brun, originaire de Papouasie-Nouvelle-Guinée, en est un exemple. Enroulé dans le logement du train d'atterrissage des avions, il a envahi Guam à la faveur de la seconde guerre mondiale et menace aujourd'hui, grâce à un nouveau voyage incognito, les lézards et oiseaux d'Hawaï.

LE DANGER D'EXTINCTION

La nouveauté, au cours du siècle qui vient de s'achever, souligne Jeffrey McNeely, directeur scientifique de l'IUCN et auteur d'un ouvrage intitulé Le Grand Brassage, c'est l'incroyable intensification du commerce mondial - le montant des échanges a été multiplié par 17 entre 1965 et 1990 - et avec elle l'accroissement de la circulation des organismes vivants, à des fins commerciales ou par le biais du tourisme. Les espèces invasives ne mettent pas toujours en péril la biodiversité. La faune de Grande-Bretagne n'a jamais été aussi variée depuis le néolithique. Elle s'est enrichie de 21 espèces de mammifères, sur les 49 actuellement dénombrées. Après l'introduction d'un poisson censé détruire les larves de moustiques, le lac Nakuru (Kenya), qui n'abritait que des flamants roses, deux espèces d'algues et quelques invertébrés, accueille désormais une trentaine d'espèces d'oiseaux pêcheurs.

Cependant, "des preuves accablantes montrent l'effet profondément négatif des introductions sur les autres espèces et la biodiversité, tant sur un plan local que global", note Jeffrey McNeely dans le rapport de l'IUCN.

Il ne faut pas se tromper de perspective: si de nombreuses îles présentent une plus grande diversité qu'à l'origine-en Nouvelle-Zélande, par exemple, il y a presque autant de végétaux invasifs (1570) que de plantes indigènes (1790)-les nouveaux venus ont concouru à la disparition d'espèces endémiques. Si bien que globalement "l'unique a été remplacé par le commun". Actuellement, 20% des espèces de vertébrés en danger d'extinction sont menacées par des aliens.

ENVASEMENT ET DÉFORESTATION

Les introductions d'espèces ont aussi des conséquences économiques énormes (politiques de contrôle, utilisation accrue de pesticides, pollutions afférentes). Les moules zébrées, qui envahissent les canalisations des installations Menu Flash (portillon de la base)

industrielles des zones tempérées, auraient couté entre 750 millions et 1 milliard de dollars aux Etats-Unis et en Europe, entre 1989 et 2000. Le budget annuel des herbicides utilisés entre 1983 et 1992 en Grande-Bretagne pour détruire une douzaine d'espèces de plantes nuisibles s'élève à 344 millions de dollars. La destruction des lapins coute 373 millions de dollars par an à l'Australie. Ces "externalités", comme les désignent les économistes, sont le plus souvent à la charge du contribuable.

Les voies de dissémination sont diverses, souvent fortuites. Une étude du Bureau d'évaluation technologique (OTA) du Congrès américain avait montré en 1993que, sur les 4500 espèces exotiques recensées aux Etats-Unis, 20% avaient causé de sérieux dégâts économiques et écologiques, et parmi elles 81% de celles détectées entre 1980 et 1993 avaient été importées inintentionnellement. Comme le moustique tigre asiatique, transporté dans des pneus usagés, et la moule zébrée, introduite dans les Grands Lacs d'Amérique du Nord par l'eau de ballast des navires.

On estime à 3000 le nombre d'espèces transportées chaque jour autour du monde dans ces réservoirs, susceptibles à tout moment d'être relarguées dans l'environnement. Les exemples foisonnent: étoile de mer japonaise menaçant l'industrie conchylicole australienne, crabe japonais désormais commun sur les côtes nord-atlantiques américaines, méduse américaine Mnemiopsis leidyi, responsable de la quasi-disparition de la pêche aux anchois en mer Noire et en mer d'Azov.

Mais les introductions délibérées contribuent pour une large part aux dégradations causées par les aliens. La perche du Nil (Lates niloticus), importée dans le lac Victoria pour des raisons économiques, rapporte 400 millions de dollars par an à l'exportation. Mais elle a causé la disparition de douzaines d'espèces de poissons endémiques et son fumage a entraîné la déforestation des alentours du lac. Déforestation qui à son tour se traduit par l'envasement et l'eutrophisation des eaux, compromettant à terme la productivité du lac-par ailleurs infesté par un autre alien, la jacinthe d'eau.

LA STRATÉGIE DE LA PRÉVENTION

Les solutions à ces problèmes ne sont jamais simples, rappelle Jeffrey McNeely. Pour se débarrasser d'un ravageur (Choristoneura fumiferana) des forêts de l'ouest du Canada, on a abondamment utilisé le Matacil, un insecticide, dont l'un des composants, un solvant inerte, a causé le déclin des stocks de saumon dans la rivière Restigouche. Supprimer un alien peut aussi mettre en péril des espèces endémiques, comme certains reptiles et amphibiens qui, sitôt privés de l'abri d'ajoncs introduits à Sri Lanka il y a cent cinquante ans, ont été dévorés par les corbeaux.

Pourtant, souligne Jeffrey McNeely, "l'efficacité des politiques de contrôle a été démontrée par les études couts-bénéfices, et il est prouvé que la prévention est la meilleure stratégie". La Convention pour la biodiversité, adoptée à Rio en 1992, prévoit bien dans son article8-h que les pays signataires devront "empêcher l'introduction, contrôler ou éradiquer les espèces étrangères qui menacent les écosystèmes, les habitats ou les espèces". Mais dans les faits, regrette le chercheur, la politique de contrôle des espèces se heurte à l'orthodoxie du commerce international, qui prône la liberté des échanges.

La prise de conscience est donc urgente de la part des pouvoirs publics. Ainsi des agences internationales pour le développement, "qui bien souvent semblent préférer, regrette le rapport de l'IUCN, introduire des espèces étrangères -provenant bien souvent du pays qui finance le programme d'assistance-plutôt que de promouvoir les espèces indigènes". La FAO et d'autres agences des Nations unies le font pourtant pour un grand nombre de plantes, arbres et légumes, connues pour leur capacité d'invasion dans plusieurs pays.

Hervé Morin

"Il devient indispensable que l'humanité formule un nouveau mode de penser si elle veut survivre et atteindre un plan plus élevé." Albert Einstein.

Biodiversité : l'hécatombe! Peuples premiers

Jardin de la basehttps://www.terresacree.org    Retour au sommet de la pageEnvoyer un courrier!

Jardin

Version avec frames


Vous avez aimé cette page. Partagez-la
avec vos ami(e)s sur les réseaux sociaux

Partager avec vos amis sur le réseau social Google Plus Partager avec vos amis sur le réseau social Linkedin S'abonner gratuitement au fil d'info RSS du vaisseau-mère de Demain l'Homme, ex SOS-planete


   

  











Citations d'Hommes justes

Vous pouvez nous envoyez les phrases
(d'Anciens ou non) qui vous semblent
aller de soi et participer à l'ouverture
des consciences


 

Wiki sur Terre - Sois acteur du changement - Demain l'Homme


 

NEWSLETTER

Abonnement gratuit à la
newsletter bimensuelle
confidentielle de Demain l'Homme

BOX EXPRESS

Transmettez par cette
voie votre récolte d'infos vraies
(lesquelles seront vérifiées)
 


Cet annuaire est mis à jour régulièrement par Cédric, président de l'Association. Il est facile d'y inscrire GRATUITEMENT votre site


Exprimez-vous librement sur ce site



LIVRE D'OR. Expression libre


Suivre le Flux RSS de Demain l'Homme
Accès aux 150 derniers articles de Demain l'Homme pour mobiles et PC