hautSOS-Pl(at)net, le site de Terre sacr�e. Banni�re r�alis�e b�n�volement par Fr�d�ric Schoenahl que nous remercions vivement.

Le docteur Antinori menac� par le Conseil de l'Ordre italien

TOUT EN BAS! Ascenseur expressUn m�decin italien va oser
Photo anne.esperet(at)free.fr Autres oeuvres superbes sur le site .Le docteur Antinori lance un programme de clonage humain reproductif

LE MONDE | 07.08.2001

le sp�cialiste italien, devant la condamnation unanime dont le clonage humain reproductif fait l'objet, a indiqu� que son �quipe pourrait devoir op�rer sur un bateau situ� dans les eaux internationales. Le docteur Severino Antinori, gyn�cologue-obst�tricien italien, devrait annoncer, mardi 7 ao�t � Washington, dans le cadre d'un colloque de l'Acad�mie am�ricaine des sciences, le lancement du premier programme international de clonage humain � vis�e reproductrice. Selon le Sunday Times
(du 5 ao�t), le sp�cialiste italien va, dans un premier temps, proposer
cette technique � pr�s de deux cents femmes volontaires de plusieurs pays.
Le docteur Antinori avait d�j� annonc� son intention de mettre en ouvre ce
proc�d� de procr�ation scientifiquement assist�e qui est condamn� par la
quasi-totalit� des institutions �thiques nationales et internationales (Le
Monde du 21 juin). Selon le Sunday Times, le m�decin italien, qui dirige
une clinique � Rome c�l�bre pour appliquer les techniques de procr�ation
assist�e chez les femmes m�nopaus�es, a constitu� une �quipe internationale
compos�e de vingt sp�cialistes, dont un biologiste mol�culaire britannique.

La plupart des demandes qui ont �t� retenues proviennent, selon le docteur
Antinori, de femmes vivant avec un homme souffrant de st�rilit�. Huit des
deux cents femmes sont d'origine britannique.

 La prise en charge sera effectu�e gratuitement.

En pratique, l'op�ration sera similaire � celle qui, en 1997, a permis la
cr�ation de Dolly. Il y aura dans un premier temps stimulation de la
fonction ovarienne de la femme et pr�l�vement d'un nombre �lev� d'ovocytes.

Ces cellules seront ensuite �nucl�es et on introduira en leur sein le noyau
d'une cellule pr�lev�e sur le corps de l'homme. Si les chercheurs
obtiennent que l'embryon ainsi cr�� in vitro se d�veloppe, ils le placeront
dans l'ut�rus de la future m�re. L'enfant qui verrait ainsi le jour serait
pratiquement le double g�n�tique de l'homme st�rile. Outre la condamnation
�thique dont elle fait l'objet - au nom du respect de la dignit� humaine -
dans la plupart des pays industrialis�s, cette technique soul�ve une s�rie
de graves questions quant � son innocuit�.

Le recul dont on dispose en mati�re de clonage reproductif chez l'animal
montre que les manipulations n�cessaires � l'obtention d'un embryon peuvent
induire une s�rie d'anomalies et de malformations. Cette pratique peut
aussi �tre � l'origine d'une mortalit� pr�coce. En l'�tat actuel des
connaissances, de tr�s nombreuses tentatives sont d'autre part n�cessaires
avant d'obtenir un embryon, ce qui impose de disposer d'un nombre �lev�
d'ovocytes. Tous ces �l�ments ne font nullement h�siter le sp�cialiste
italien qui, devant la condamnation unanime dont le clonage humain
reproductif fait l'objet, a indiqu� que son �quipe pourrait devoir op�rer
sur un bateau situ� dans les eaux internationales.

Outre la communication du docteur Antinori, la r�union de Washington sera
marqu�e par la pr�sence de Brigitte Boisselier, ancienne sp�cialiste de
biochimie de la soci�t� Air Liquide et repr�sentante de l'Eglise ra�lienne.
Cette secte a elle aussi annonc� son intention de financer un programme
voisin de celui du docteur Antinori (Le Monde du 8 juin). Ian Wilmut, du
Roslin Institute d'Edimbourg, cr�ateur de Dolly, ainsi que les professeurs
Andr� Van Steirteghem (Universit� libre n�erlandophone de Bruxelles) et
Alan Trouson (Clayton, Australie), deux des meilleurs sp�cialistes mondiaux
de la reproduction humaine et animale, seront �galement pr�sents.

Jean-Yves Nau

Sommaire de la page

Clonage humain : le Dr Antinori menac� par le conseil de l'ordre italien

LE MONDE | 07.08.2001

Le docteur italien Severino Antinori, qui projette de mettre prochainement
en oeuvre un programme de clonage humain, se heurte � la r�ticence de ses
confr�res et risque la radiation. � la veille de la pr�sentation, mardi 7
ao�t, � Washington, devant l'Acad�mie am�ricaine des sciences, d'un
programme de clonage reproductif dans l'esp�ce humaine, le pr�sident
am�ricain, George W. Bush, a fait savoir qu'il demeurait fermement oppos� �
toute tentative de ce type. L'annonce de ce programme devait �tre faite par
le docteur Severino Antinori, un gyn�cologue-obst�tricien exer�ant dans une
clinique de Rome et qui a acquis une certaine notori�t� internationale en
acceptant de mettre en ouvre les techniques de procr�ation m�dicalement
assist�e chez des femmes m�nopaus�es. "Si le but de ce programme est de
cloner un �tre humain, le pr�sident est oppos� � toute tentative en ce
sens", a d�clar�, lundi, Scott McClellan, l'un des porte-parole de M. Bush
� Crawford, le village texan o� le pr�sident am�ricain est en vacances.

En pr�sence de Panayiotis Michael Zavos, g�n�ticien am�ricain d'origine
grecque avec qui il pr�voit de mener son entreprise controvers�e, le
docteur Antinori devait indiquer devant l'Acad�mie am�ricaine des sciences
que les premi�res tentatives de clonage reproductif chez les deux cents
couples volontaires qui ont d'ores et d�j� �t� s�lectionn�s seraient faites
en novembre.

Pour le m�decin italien, il est clair que rien ne doit s'opposer � la mise
en ouvre de la technique du clonage � des fins de reproduction, qui
constituera selon lui une avanc�e scientifique majeure. "Vous ne pouvez pas
mettre de barri�res au clonage th�rapeutique, a d�clar� le docteur
Antinori, lundi 6 ao�t, � l'agence Reuters. Cloner nous aidera � mettre fin
� de nombreuses maladies, � donner aux hommes st�riles la chance d'avoir
des enfants. Nous ne pouvons pas passer � c�t� d'une pareille occasion".

PROC�DURE DISCIPLINAIRE

Le m�decin italien n'a pas encore fait savoir o� il r�aliserait son
programme, la plupart des pays industrialis�s interdisant, de mani�re
explicite ou pas, une telle pratique. Pour sa part, le conseil de l'ordre
des m�decins italiens, s'il est favorable au clonage th�rapeutique (qui
pr�voit la cr�ation ou l'utilisation d'embryons sans programmer leur
d�veloppement), est fermement oppos� au clonage reproductif uniquement �
des fins de pr�vention ou de gu�rison de maladies. Cette instance a
d'ailleurs entam� une proc�dure disciplinaire � l'encontre du docteur
Antinori en mars dernier, lorsque le m�decin romain avait, pour la premi�re
fois, d�voil� ses intentions.

Le docteur Mao Falconi, pr�sident de ce conseil pour la r�gion de Rome, a
pr�cis� que le docteur Antinori risquait, au terme de cette proc�dure,
d'�tre radi�. Ce conseil a par ailleurs demand�, lundi, au Parlement
italien d'adopter une l�gislation en vue de criminaliser le clonage humain
reproductif.

"Le docteur Antinori doit se rappeler que l'ordre des m�decins a plusieurs
fois r�it�r� qu'il respectait le protocole du Conseil europ�en interdisant
la cr�ation d'un �tre humain g�n�tiquement identique � un autre, a indiqu�,
dans un communiqu�, Giuseppe Del Barone, pr�sident du conseil de l'ordre
des m�decins italiens. L'ordre a �galement confirm� une nouvelle fois sa
propre opposition � une telle pratique, consid�r�e comme contraire � la
dignit� de l'homme". Le docteur Del Barone a par ailleurs accus� son
confr�re de "privil�gier le folklore par rapport � la science".

Jean-Yves Nau

Sommaire de la page

Clonage humain : un m�decin italien va oser

Un professeur italien doit annoncer aujourd'hui le lancement d'un
programme de clonage humain en novembre. 200 couples volontaires
souffrant de probl�mes de fertilit� seront trait�s gratuitement. D�but
d'une pol�mique.

Mis en ligne le 07 ao�t 2001

Un embryologiste italien va lancer la premi�re tentative mondiale de
clonage humain aupr�s de 200 femmes volontaires de plusieurs pays. Une
annonce du Sunday Times qui intervient en pleine pol�mique internationale.

                         Traitements "gratuits"

Le professeur italien Severino Antinori, dont la clinique � Rome a
permis � une femme de 62 ans d'avoir un enfant en 1994, doit annoncer
dans la journ�e devant l'Acad�mie nationale des Sciences � Washington,
le lancement en novembre prochain de son programme de clonage. Une
pr�sentation qui risque d'�tre fra�chement accueillie. La Chambre des
repr�sentants am�ricaine a en effet vot�, le 31 juillet, un projet de
loi criminalisant toute forme de clonage humain, y compris le clonage �
des fins th�rapeutiques, au grand dam de la communaut� scientifique. Ce
texte doit toutefois �tre examin� par le S�nat avant d'�tre promulgu�.

Le professeur Antinori a affirm� que 200 couples, dont huit
britanniques, ont �t� s�lectionn�s dans le monde et seront trait�s
"gratuitement". La plupart d'entre eux ne peuvent avoir d'enfant en
raison de la st�rilit� du mari. "Ils ne peuvent devenir p�re par voie
naturelle", a soulign� le professeur Antinori, dans le journal. Le
sp�cialiste a reconnu que face � l'hostilit� internationale au clonage
humain, il pourrait devoir op�rer dans un pays �loign� voire sur un
bateau sillonnant les eaux internationales.

La communaut� scientifique a exprim�, � plusieurs reprises, de larges
r�serves sur le clonage de b�b�s, soulignant les risques de fausses
couches, d'enfants morts-n�s ou encore de malformations.

Les mises en garde du Conseil de l'ordre des m�decins italiens

"Le docteur Antinori doit se rappeler que l'ordre des m�decins a
plusieurs fois r�it�r� qu'il respectait le protocole (sur le clonage
humain) du Conseil europ�en interdisant la cr�ation d'un �tre humain
g�n�tiquement identique � un autre. L'ordre a �galement confirm� une
nouvelle fois sa propre opposition � une telle pratique, consid�r�e
comme contraire � la dignit� de l'homme", affirme lundi un communiqu� du
pr�sident de l'ordre des m�decins, Giuseppe Del Barone. Rappelant que le
code de d�ontologie m�dicale interdit ce type d'exp�rimentations, M. Del
Barone a pr�venu que "l'ordre des m�decins sera vigilant" afin d'assurer
le respect du code et a accus� M. Antinori de "privil�gier le folklore
par rapport � la science".  Le vice-pr�sident de l'Ordre des m�decins de
la province de Rome, Mario Falconi, a �t� beaucoup plus s�v�re et a
annonc� que l'ordre "a entam� une proc�dure disciplinaire contre le
professeur Antinori en raison de ses pr�c�dentes d�clarations qui sont
en contradiction avec le code de d�ontologie". "Il sera tr�s rapidement
appel� � r�pondre devant le Conseil", a affirm� M. Falconi ajoutant que
le controvers� gyn�cologue "risque de ne plus pouvoir exercer la
profession de m�decin" en Italie.

Severino Antinoni, le docteur abuse - Kadhafi bient�t clon� comme Dolly?

   Nouvelles

L'actualit� des clones

flechhan.gif (4956 octets)Non aux brevets sur la vie (Autocollants � commander via http://www.resistanceisfertile.com)

Menu Flash (portillon de la base)Sommaire de la page

 https://www.terresacree.org   

Jardin

Entrez dans le jardin de la baseRetour au sommet de la page


Vous avez aim� cette page. Partagez-la
avec vos ami(e)s sur les r�seaux sociaux

Partager avec vos amis sur le r�seau social Google Plus Partager avec vos amis sur le r�seau social Linkedin S'abonner gratuitement au fil d'info RSS du vaisseau-m�re de Demain l'Homme, ex SOS-planete


 










Citations d'Hommes justes

Vous pouvez nous envoyez les phrases
(d'Anciens ou non) qui vous semblent
aller de soi et participer � l'ouverture
des consciences


 

Wiki sur Terre - Sois acteur du changement - Demain l'Homme


 

NEWSLETTER

Abonnement gratuit � la
newsletter HEBO
confidentielle de Demain l'Homme

BOX EXPRESS

Transmettez par cette
voie votre r�colte d'infos vraies
(lesquelles seront v�rifi�es)
 


Cet annuaire est mis � jour r�guli�rement par C�dric, pr�sident de l'Association. Il est facile d'y inscrire GRATUITEMENT votre site


Exprimez-vous librement sur ce site



LIVRE D'OR. Expression libre


Suivre le Flux RSS de Demain l'Homme