Nature, environnement
Le Douc en voie de disparition au centre du Viêt-nam au centre-est du Cambodge.

L'homme est responsable de la sixième extinction des espèces

TOUT EN BAS ! Ascenseur expressChaque petit geste compte

S. M., le 19 mars 2007

Jean-Christophe Vié, vous êtes directeur adjoint du programme sur les espèces de l'UICN (Union internationale pour la conservation de la nature, principale association mondiale de protection de l'environnement).

Comment jugez-vous la situation actuelle de la biodiversité ?

Alarmante.

Les chiffres prouvent que la planète connaît actuellement sa 6 e extinction mondiale des espèces, cette fois-ci entièrement causée par l'activité humaine : le rythme de la disparition des espèces est mille fois supérieur à ce qu'il était avant l'apparition de l'homme.

Notre liste rouge documente le statut des espèces animales et végétales les plus faciles à identifier dans la biodiversité : sur les 45 000 espèces les mieux connues, 17 000 sont menacées. Si on extrapole au nombre total d'espèces, soit au moins 1,8 million, ce sont probablement des centaines de milliers qui peuvent s'éteindre. Au-delà du danger guettant quelques populations résiduelles – le vison d'Europe, le rhinocéros noir, le poisson scie…

C'est la disparition en masse qui est inquiétante.

Quelles en sont les causes ?

L'apparition d'espèces invasives, la chasse ou la pêche excessive, la destruction des habitats naturels et le changement climatique. Cela provoque des effets en chaine. Prenons l'exemple des coraux. Un tiers des espèces pourrait disparaitre à cause des dynamitages pour construction, ou du réchauffement de la planète. Cela acidifie les océans, et les coraux meurent. Les poissons qui se nourrissaient grâce à eux disparaissent, les populations locales n'ont plus de quoi pêcher et les touristes ne viennent plus plonger.

Si en 2002, la communauté internationale s'est fixée pour objectif de stopper la disparition de la biodiversité en 2010, ce n'était d'ailleurs pas pour des raisons éthiques ou esthétiques : elle a reconnu que la lutte contre la pauvreté et la survie de l'espèce humaine dépendaient de celle de la nature.

« Aux citoyens de faire pression »

Mais cet objectif n'a pas été atteint. Pourquoi ?

On ne s'en donne pas les moyens. Cela fait pourtant des années que des gens de tous bords tirent la sonnette d'alarme. Mais ni les scientifiques, ni les millions de réfugiés climatiques n'ont été écoutés à Copenhague…

Les gouvernements ne peuvent toutefois pas tout faire : aux citoyens de faire pression sur les entreprises et les politiques. D'où l'intérêt pédagogique de cette «année de la biodiversité».

Comment agir ?

Les forêts primaires d'Asie sont coupées pour planter des palmiers. Les consommateurs doivent s'assurer de ne pas cautionner cela, en évitant l'huile de palme ou les agro-carburants, et en refusant d'acheter du bois exotique, ou des produits en bois non certifiés du label FSC.

On doit moins manger de viande, car l'élevage contribue à la déforestation partout dans le monde, ou de saumon. L'élevage des saumons exige beaucoup de poissons pour les nourrir.


Source : lalsace.fr

Une entête réalisée bénévolement par Renée-Andrée ORABONA que nous remercions vivement.

Oui le salut de la vie terrestre, mais pas sans l'homme!Logo d'Eric Dernoncourt pour Terre sacrée nature

https://www.terresacree.org   

Mail, forum, courrier des surfeurs, livre d'or...

 

Fil d'info RSS       environnement, nature, vert, écologie, biologique, planète TerreJardin    

 

Retour au sommet de la page

Valid XHTML 1.0 Transitional    Entrez dans le jardin de la base

 


Vous avez aimé cette page. Partagez-la
avec vos ami(e)s sur les réseaux sociaux

Partager avec vos amis sur le réseau social Google Plus Partager avec vos amis sur le réseau social Linkedin S'abonner gratuitement au fil d'info RSS du vaisseau-mère de Demain l'Homme, ex SOS-planete


   

  











Accès aux 150 derniers articles de Demain l'Homme pour mobiles et PC