Tout en bas! Ascenseur express.Sommaire de la page : La lutte de Terre sacrée contre les OGM

environnement, nature, vert, écologie, biologique, planète TerreElle vient des trippes!   

D'après une scientifique de l'INRA, les biotechnologies se développent dans un climat de compétition exacerbée, ce qui fait courir un risque de fuite en avant.

Pokémon (Monde Diplomatique. Août 2000)

Pot de terre contre pot de fer?

12 avril 2000 : La nouvelle majorité du Parlement européen a donné le feu vert à l'ouverture de l'Europe au marché mondial des OGM, (voir articles du Monde) prétextant qu'il serait inacceptable que nous prenions du retard face aux américains dans le domaine des bio-technologies.

Les 63% des consommateurs français qui, d'après les derniers sondages, ne veulent pas des OGM dans leur alimentation, vont apprécier ce geste démocratique des parlementaires européens.

Les paturages transgéniques expérimentaux vont donc pouvoir fleurir en toute quiêtude et les cargos d'outre Atlantique déverser sur nos quais les farines hi-tech destinées à la blédine et aux biscuits des petits écoliers.

Eh oui! -Souvenez-vous (23/10/1999: L'Europe accepte 1% d'OGM dans les aliments)- La présence de 1% (d'un OGM spécifique) est maintenant autorisé dans l'alimentation humaine.

Ce qui, au passage, veut dire qu'un produit alimentaire qui contient 0,9% de lécitine de soja transgénique, 0,9% d'amidon de maïs modifié et 0,9% de suif de porc élaboré avec des gènes humains peut, en toute légalité, ne pas être étiquetté comme renfermant des OGM.

Dans le language du nouvel ultra libéralisme commercial, c'est ce qu'on appelle la TRANSPARENCE!

Sommaire de la page

La lutte de Terre sacrée contre les OGM (ainsi que celle d'autres groupes militants) ressemble à s'y méprendre à celle de Don Quichotte.) Quelques pots de terre, fragiles et rigolards, partent naïvement à l'assaut du rutilant pot de fer. L'issue de la bataille ne laisse de doûte à personne : au contact du métal, la première ligne des pots de terre va se briser en mille morceaux, comme une lame contre les récifs... Hi! Hi! C'est sans compter qu'il existe ici-bas des milliards de pots de terre, tout un océan qui se déchaîne contre un seul et unique pot de fer.

Alors, avant que le sinistre bidon n'ait pulvérisé tous les pots de terre, l'eau salée va lui ronger les côtes et l'occider. Il va rouiller! Au bout du compte, il y aura bien assez de survivants chez les pots de terre pour tourner l'argile, tourner la terre. Oui, elle tourne, elle tourne la Terre dans nos coeurs!

Sommaire de la page

Le Monde Diplomatique Août 2000

Pokémon

Qui ne connaît Pokémon ? A la fois jeu vidéo sur Game Boy de Nintendo, dessin animé et jeu de cartes à collectionner, Pokémon et sa myriade de sous-produits marchandisés ont envahi le monde à la vitesse de l'éclair.

Formé de la contraction des mots pocket monster (monstre de poche), le terme Pokémon désigne des sortes d'elfes transgéniques, des lutins de l'ère biotech, des «créatures qui vivent dans les herbes, les fourrés, les bois, les cavernes, les lacs (1)». Il y en a 150 différents. Ils sont tous uniques, avec leur propre caractère génétique. Certains sont très rares, d'autres difficiles à attraper. Le jeu consiste à s'emparer des Pokémon. Après les avoir capturés, il faut les domestiquer, les entraîner, pour qu'ils opèrent une mutation d'espèce. Ils peuvent alors changer d'aspect, se métamorphoser, bref, « évoluer » (c'est ce concept darwinien qui est utilisé dans le jeu), et avoir de nouvelles aptitudes, plus de pouvoirs...

A l'heure de la révolution des biotechnologies, du clonage et de l'invasion des organismes génétiquement modifiés (OGM), est-il étonnant que cette épopée de « mutants gentils » fascine les enfants ?

Les capacités d'intervention sur le patrimoine génétique ne cessent de croitre. Et la production d'animaux transgéniques, le clonage, le séquençage du génome humain, la thérapie génique, la brevetabilité du vivant, le dépistage génétique des maladies héréditaires et l'utilisation de tests génétiques soulèvent de sourdes inquiétudes (2).

On se souvient que, dès les années 60 et 70, aux Etats-Unis, des chercheurs comme le docteur José Delgado, l'un des plus chauds partisans du contrôle de l'esprit en vue d'arriver à une « société psycho-civilisée », affirmaient que la question philosophique centrale n'était plus : « Qu'est-ce que l'homme ? », mais : « Quel genre d'homme devons-nous fabriquer ? »

Le professeur Marvin Minsky, l'un des pères de l'ordinateur, a pronostiqué : « En 2035, l'équivalent électronique du cerveau, grâce à la nanotechnologie, sera peut-être plus petit que le bout de votre doigt. Cela signifie que vous pourrez avoir, à l'intérieur de votre crâne, tout l'espace que vous voudrez pour y implanter des systèmes et des mémoires additionnels. Alors, petit à petit, vous pourrez apprendre davantage chaque année, ajouter de nouveaux types de perceptions, de nouveaux modes de raisonnement, de nouvelles façons de penser et d'imaginer (3). »

L'Américain Francis Fukuyama n'a-t-il pas soutenu que, « d'ici les deux prochaines générations, les biotechnologies nous donneront les outils qui nous permettront d'accomplir ce que les spécialistes d'ingénierie sociale n'ont pas réussi à faire. A ce stade, nous en aurons définitivement terminé avec l'histoire humaine, parce que nous aurons aboli les êtres humains en tant que tels. Alors commencera une nouvelle histoire, au-delà de l'humain (4) » ?

Depuis le clonage de la brebis Dolly, en février 1997, on sait que celui de l'homme est à portée d'éprouvette. La science a dépassé la fiction dans la mesure où elle fait plus fort que le « procédé Bokanosky », imaginé par Aldous Huxley dans Le Meilleur des mondes. Car Dolly ne résulte d'aucune fécondation : son embryon a été créé par simple fusion du noyau d'une cellule adulte avec l'ovule énucléé d'une brebis porteuse. On a cloné, depuis, des souris à Hawaï, des moutons en Nouvelle-Zélande et au Japon, des chèvres en Amérique du Nord, etc. Dès 1998, la revue scientifique britannique The Lancet estimait que, malgré les mises en garde morales et mondiales, la création d'êtres humains par clonage était devenue « inévitable », et elle appelait la communauté médicale à « l'admettre dès maintenant ».

C'est dans cet esprit que les médias ont annoncé la naissance d'une nouvelle ère le 26 juin 2000, date du décryptage des quelque trois milliards de paires de bases, enchaînées le long des vingt-trois chromosomes qui composent notre patrimoine héréditaire. Cela va permettre le séquençage des gènes impliqués dans des maladies. Potentiellement, les bénéfices pour l'humanité sont énormes, l'identification d'un gène responsable d'une maladie héréditaire ouvrant la voie à la découverte d'un possible traitement et à sa guérison.

Mais on est loin d'avoir pris l'exacte mesure des conséquences de cette découverte, qui peut déboucher sur de dangereuses dérives. La génétique permet désormais à l'homme de procéder, comme jamais, à « une appropriation sauvage du monde, la version moderne de l'esclavagisme ou de la mise en coupe des ressources naturelles, comme l'ont montré les entreprises coloniales (5) ». Car breveter des gènes revient à privatiser un patrimoine commun de l'humanité. Et vendre l'information à l'industrie pharmaceutique - qui la réserverait à quelques privilégiés - risque de transformer cette avancée scientifique majeure en nouvelle source de discrimination (6).

De surcroît, l'ingénierie génétique préfigure un eugénisme de type nouveau ouvrant sur une sorte de transhumanité. Ne voit-on pas là resurgir le fantasme de l'« enfant parfait », sélectionné en fonction de l'excellence de son code génétique ?

Nos sociétés osent à peine se l'avouer. Une indicible frayeur commence à les hanter : l'espèce humaine va-t-elle faire l'objet d'un usinage en règle ? Avec recours massif aux biotechnologies lourdes ? Pour fabriquer des Pokémon humains ou transhumains ? Allons-nous vers une invasion des HGM : des hommes génétiquement modifiés... ?

IGNACIO RAMONET (Le Monde Diplomatique)

Merci à Philippe Onda ponda@chpg.mc pour sa contribution.

http://www.monde-diplomatique.fr/2000/08/RAMONET/pokemon.html

Sommaire de la page

Pyrale male, parasite du maïs, déjà bio-résistante. Comme nous, l'insecte se creuse les méninges pour venir à bout de Monsanto, Novartis & Cie, bref du Complexe génético-industriel. ;0) Grâce à une mutation brutale de son intelligence, elle s'est subitement mise à réfléchir et a décidé de s'attaquer directement au blé et à l'oseille, encore intacts. On se demande si un savant indépendant n'a pas donné un coup de main à la Pyrale en lui implantant le fameux gène de la sous-unité NR2B (gène d'intelligence déjà greffé germinalement sur des souris de laboratoire).

Sur la liste du Collectif OGM-Danger :

"...Les biotechnologies se développent dans un climat de compétition exacerbée, ce qui fait courir un risque de fuite en avant. En ce sens, le mouvement de suspicion de groupes écologistes ou consuméristes pourrait s'avérer utile en conduisant à prendre des mesures de prudence, à condition toutefois qu'on évite une crispation dans une guerre de tranchées." Sylvie Bonny INRA-ESR, BP 1, 78850 Grignon. bonny@grignon.inra.fr (Le Courrier de l'environnement n°34, juillet 1998)

Le point sur les OGM - La "croisade" de Terre sacrée - Celera : l'homme et la mouche - Colza, maïs, soja : les OGM sont intenables! Retour au sommet de la page- Groupes bio-résistants - Pot de terre contre pot de fer? - Porte - Sommaire de la page     Pour revenir à cette page, prière d'utiliser ce bouton Sommaire simplifié - Jardin

Pour revenir à la porte du site, cliquer ici! Portillon de la base Jardin de la base


Vous avez aimé cette page. Partagez-la
avec vos ami(e)s sur les réseaux sociaux

Partager avec vos amis sur le réseau social Google Plus Partager avec vos amis sur le réseau social Linkedin S'abonner gratuitement au fil d'info RSS du vaisseau-mère de Demain l'Homme, ex SOS-planete


   

  











Citations d'Hommes justes

Vous pouvez nous envoyez les phrases
(d'Anciens ou non) qui vous semblent
aller de soi et participer à l'ouverture
des consciences


 

Wiki sur Terre - Sois acteur du changement - Demain l'Homme


 

NEWSLETTER

Abonnement gratuit à la
newsletter bimensuelle
confidentielle de Demain l'Homme

BOX EXPRESS

Transmettez par cette
voie votre récolte d'infos vraies
(lesquelles seront vérifiées)
 


Cet annuaire est mis à jour régulièrement par Cédric, président de l'Association. Il est facile d'y inscrire GRATUITEMENT votre site


Exprimez-vous librement sur ce site



LIVRE D'OR. Expression libre


Suivre le Flux RSS de Demain l'Homme
Accès aux 150 derniers articles de Demain l'Homme pour mobiles et PC