Bientôt 5 milliards d'années d'existence. Attention : ça ressemble encore à la Terre; ça a le goût de la terre; mais ça risque bientôt de ne plus être la Terre. N'altère plus la Terre! Colision de galaxies photographiée par le télescope spatial Hubble.Communiqué de l'association Terre sacrée du 23 avril 2000. Mise à jour du 14 décembre 2001

La nouvelle Europe est-elle une fédération démocratique?

12 avril 2000 : Le parlement donne le feu vert aux OGM - Reproduction libre

Protester contre les résultats honteux de la révision du texte de la directive 90-220 - (Pas d'ascenseur!)

Robot d'enquête sur les multinationales

Communiqué : Les OGM ne représentent pas seulement des risques pour la santé humaine et une menace de "pollution génétique" pour l'environnement.

Fruits de la transgression des règles fondamentales de l'Evolution, (ce puissant moteur qui, en quatre milliards d'années, a enfanté toutes les espèces vivantes) les nouveaux venus, impossibles dans la nature, menacent la bio-diversité dans son ensemble. Du fait de leur "supériorité " génétique, les OGM sont en effet programmés pour remplacer implacablement toutes les espèces sélectionnées par l'homme au long de l'Histoire, ainsi que toutes les espèces sauvages. Les OGM nous interpèlent donc sur le monde artificiel et uniforme que nous sommes en train de bâtir pour nos enfants.

Photo anne.esperet@free.fr Autres oeuvres superbes sur le site .jpg Pire ! On ne peut s'empêcher de penser que la présence insidueuse des OGM sur notre table (sous forme indéfinie d'ingrédients non traçables : lécitines, amidons, huiles, farines, levures...) constitue une atteinte grave à la démocratie. Ces "montages à la Frankenstein " ont en effet été introduits sur le marché sans aucune publicité. (Les concepteurs n'étaient-ils pas fiers de leurs versions Béta? ) Le grand public n'a même pas été mis au courant du déferlement. On ne lui a d'ailleurs jamais demandé son avis. On lui a directement fait tester la première génération d'OGM, sans lui expliquer de quoi il s'agissait. Cela s'appelle un coup fourré. Bel exemple de transparence ! Les OGM remettraient-ils tout en question ? En parler serait-il dangereux pour le porte monnaie de ceux qui les conçoivent ?

La plupart des sondages d'opinion réalisés nous révèlent qu'en l'état actuel de la situation, les gens ne veulent pas d'aliments transgéniques à leur table (63% des français). Il faut dire que l'idée de se retrouver (dans dix ans ?) assis devant une salade niçoise contenant des gènes de méduse, de castor ou d'humain, n'est guère ragoûtante. Et qui veut continuer à servir de cobaye de laboratoire à une petite dizaine de firmes multinationales qui couvrent 81% des marchés de la nourriture et des produits pharmaceutiques ? Qui veut que ses gosses sortent des cornues de Pharmacia? Qu'ils soient gavés de la blédine du docteur Moreau ?

Geste démocratique ? Le 12 avril dernier, la nouvelle majorité du Parlement européen en a déçu plus d'un en se prononçant en faveur des OGM. (article du Monde du 13 avril 2000) Va-t-on laisser quelques parlementaires livrer à la normalisation nos terroirs, nos cultures, nos traditions, nos paysages ? Brader nos bêtes, nos légumes, toute la pharmacopée des plantes ? Autoriser la transformation subite de Dame nature en chantier de construction pour milliardaires débridés et sans respect? Est-il normal d'accorder à une bande d'industriels le droit de braquer la banque des gènes ethniques de l'humanité? Va-t-on abandonner, sans mot dire, le patrimoine mondial du vivant aux manipulations obscures d'un cartel de trafiquants de graines?

Nous savons que ces firmes géantes sont soumises, comme les autres, aux règles effrénées d'une mondialisation à outrance qu'impose un marché commercial ultra-libéral ne répondant à aucune autre éthique que celle du profit. Ces multinationales doivent en effet impérativement rentabiliser à court terme leurs onéreux investissements, alors qu'à la vue de leurs expérimentations chimériques, quelque peu hasardeuses et potentiellement dangereuses, le principe de précaution s'impose d'emblée pour une durée conséquente.

Novartis AG, International Paper Corp., Dow Chemical, Zeneca Group. Monsanto, Westvaco Corp.AgrEvo, Pioneer Hi-Breed International, Savia, Fletcher Challenge Forests, Plant Genetic Systems , Rhône Poulenc, Dupont etc... ne travaillent ni pour l'avancement de la recherche fondamentale, ni au bonheur de l'humanité, comme elles le prétentent sournoisement. Ce ne sont que de vulgaires compétiteurs dopés par la course au profit.

Cette dizaine d'ogres sans conscience a, en toute bonne foi, pris en otage douze milliards d'estomacs et de foies, lié vingt quatre milliards de pieds et de poings. Et, de toute évidence, nos cerveaux les allèchent ! Du haut de leur estrade, affublées d'attributs haut de gamme, ces "entités " décident de ce qu'il est bon ou mauvais pour nous de manger. Elles monopolisent le boire et le penser. Cherchant à imposer leur façon de voir (dictature simpliste) elles menaçent de faire disparaitre des plantes dont les peuples ont usage depuis des millénaires et de les remplacer par des assemblages transgéniques de leur cru, "plantes Graal " qui contiendraient, en bonnes proportions, toutes les vitamines, acides gras essentiels, acides aminés, sels minéraux nécessaires aux mammifères primates que nous sommes, de sorte qu'il n'y ait plus jamais besoin de varier les menus ("Soleil Vert ", vous connaissez?).

Pinçons-nous. Un tabac secrétant de l'hémoglobine est-il bien actuellement en culture au pied d'un maïs-chien? Des laboratoires suisses et américains sont-ils vraiment en train d'assembler des porcs de compagnie, sortes de banques vivantes d'organes de rechange pour prolonger la vie perso des riches et augmenter en conséquence le nombre de bouches à nourrir ? La chèvre-araignée, maintenant adulte, produit-elle dans son lait la super fibre covoitée, souple et résistante ? Le Fusarium oxysporum va-t-il servir à faire disparaitre toutes les plantes de nos grands mères, toutes les herbes non agrées par le ministère de la Xfilisation ? N'entend-on pas murmurer qu'il serait peut-être bon de trier nos gènes (air connu !) d'enlever les indésirables, de doter notre hérédité ( ?) de caractéristiques provenant de l'aigle, de la chauve-souris, du champignon ou du scorpion, tout cela pour mettre au point rapidement un surhomme, blindé, encapsulé, asseptisé, résistant à tout, y compris au lynchage de ces ancêtres ?

Stratégie oblige : Les dirigeants de ces firmes bio-technologiques cherchent, de plus en plus souvent, à faire passer les militants anti OGM pour des pourfendeurs du Progrès, des assassins de la Science, des néanderthaliens, des idiots apeurés qui ne savent même pas de quoi ils parlent. En gros : "Faîtes comme tout le monde, broutez! Et surtout contentez-vous de ce qu'on vous donne! D'autres crient famine."

A perte de vue, la forêt vierge!Les journalistes eux-aussi en prennent pour leur grade. Ils sont tout bonnement accusés de n'avoir pas répercuté en son temps les communiqués des industriels de l'agro-alimentaire et, maintenant, de succomber au sensationnel en gobant les demi-vérités professées par la "populace " (sic) ignare et "manipulée par des activistes manichéens ".

Mais la Science, la Science du Vivant, n'est-ce pas l'outil qui nous plonge au coeur de la connaissance du monde et de nous-mêmes? La véritable science, n'est-ce pas la curiosité innée de l'enfant, l'ouverture passionnée de l'esprit aux choses de la vie, la prise de conscience de notre petitesse dans la nuée des soleils, de notre fragilité, de notre chance ? La Science avec conscience, n'est-ce pas simplement l'étonnante faculté d'adaptation de la nature qui a permis à l'homme de survivre depuis quelques centaines de millénaires, l'Homme qui, petit à petit, s'éveille au beau milieu de l'expérience cosmique et qui, fort de son nouveau savoir, se doit enfin d'assumer ses responsabilités au regard de sa descendance?

Ancienne forêt amazonienneNous sommes de simples citoyens. Nous pensons que c'est MAINTENANT OU JAMAIS qu'il faut choisir les technologies dont l'humanité a réellement besoin pour le bonheur de tous. Le feu n'est un allié digne que s'il sert à autre chose (par exemple) qu'à conduire au bûcher tous les arbres d'une forêt primaire telle que l'Amazonie. Il faut bien réfléchir à l'usage que l'enfant humain compte faire des biotechnologies. (Ce n'est pas parce qu'on sait le faire qu'il faut le faire !) Et tenir particulièrement compte des caprices et des dérives inévitables.

Sentant l'humanité embarquée de force vers un futur dont elle ne rêve pas, pensant donc que la démocratie, la liberté, la santé, l'environnement, la bio-diversité, tout l'équilibre de la bio-sphère jusqu'au droit des peuples à garder leurs cultures... sont baffoués à cause du développement incontrôlable et irréversible des OGM, notre association demande ce jour au gouvernement français, aux autres gouvernements de la Communauté européenne, aux représentants de toutes les nations, ainsi qu'à l'O.N.U. :

  1. Que la tutelle de la réglementation du Génie Bio-moléculaire soit confiée aux ministères de la Santé et de l'Environnement, et non à celui de l'Agriculture et de la pêche.
  2. Que l'information concernant les OGM soit transparente et accessible à tous. Le débat ne peut rester indéfiniment confiné au cercle restreint de la communauté scientifique industrielle. Etant ligotés par un salaire, ses membres ne peuvent être impartiaux. Du reste, pourquoi faudrait-il être titulaire d'un doctorat de génétique pour avoir son mot à dire ? C'est tout de même nous qui, en définitive, payons l'addition. La survie de l'humanité ne dépendant pas des OGM, le débat public inéluctable sera, avant tout, d'ordre éthique, philosophique. Dans quel monde voulons-nous vivre?
  3. Afin que l'équilibre soit respecté dans la présentation de l'information, nous demandons que les moyens soient donnés, à tous les militants anti OGM (coordonnés ou non), de contrebalancer les milliard$ de la propagande médiatique à laquelle se préparent les firmes biotechnologiques. (Monsanto a annoncé qu'il s'accordait "4 ans pour éduquer les consommateurs ") ! A suivre...
  4. Nous demandons enfin que soit organisé en France, dans chaque pays de la communauté européenne et dans tous les pays du monde, un grand référendum sur les OGM.

    Une mouche du vinaigre transgénique, avec des yeux verts et lumineux grâce à un gène de méduse

    Association Terre sacrée (Loi 1901. Parce qu'on la massacre!) (France). Tel : 06 21 86 14 71. Site internet : https://www.terresacree.org E-mail :

Robot d'enquête sur les multinationales agroalimentaires. Chiffre d'affaires (milliards Euros)

Le site de Terre sacrée

Les géants de l'agroalimentaire cherchent à diffuser leurs OGM dans les pays du Sud - Robots d'enquête - Robots tr@queurs - Liste noire des communes françaises - Les OGM : Pourquoi ils sont dangereux? - Référendum européen sur les OGM - Pot de terre contre pot de fer? - Les sages contre les brevets - Porte - https://www.terresacree.org

Sommaire de la page

Le Parlement européen rouvre la voie à la culture d'OGM

Les eurodéputés ont adopté, mercredi 12 avril, une nouvelle directive qui autorisera la production d'organismes génétiquement modifiés tout en renforcant les contrôles. Les industriels se félicitent. Les écologistes regrettent le rejet d'un amendement engageant la responsabilité des producteurs

« L'EUROPE dit 'oui' aux biotechnologies » : Europabio, l'association européenne des industries biotechnologiques, ne cachait pas sa satisfaction, mercredi 12 avril, après le vote du Parlement européen sur la nouvelle directive relative aux organismes génétiquement modifiés (OGM). Les contraintes que redoutaient le plus les industriels ont en effet été rejetées sous l'influence du Parti populaire européen (PPE, centre droit). En revanche, le vote qui donne un nouveau cadre législatif régissant les autorisations de culture des OGM devrait permettre de lever le moratoire qu'avait adopté le conseil des ministres le 24 juin 1999 : cette suspension des autorisations était liée à l'actualisation du texte encadrant les OGM.

Cette nouvelle directive doit remplacer la directive existante, dite 90/220,
qui date de 1990 et avait été élaborée alors que les OGM en étaient à leurs
balbutiements. Se référant explicitement au « principe de précaution », le
document rouvre donc la possibilité de culture des OGM, mais en
l'accompagnant de précautions renforcées. Il soumet les autorisations de
cultures transgéniques à l'examen, par les autorités compétentes, des
risques qu'ils ont pour l'environnement. La procédure n'est pas
substantiellement changée par rapport au régime antérieur, qui prévoit un
va-et-vient entre comités des Etats membres et comité européen.

Mais les critères d'examen des OGM seront, cette fois, plus précis et les
dossiers seront soumis à une consultation du public. Par ailleurs, un
registre public permettra de connaître les localisations des cultures transgéniques.
Le texte instaure aussi un système de biovigilance, limite à dix ans la
durée des autorisations et prévoit la possibilité de retirer une
autorisation si de nouvelles connaissances scientifiques le justifiaient.
Enfin, il impose l'étiquetage à tous les stades de la mise sur le marché.

RESPONSABILITÉ NON SPÉCIFIQUE

Malgré ces précautions, les opposants aux OGM se sentent floués, et les
écologistes parlaient de « Berezina ». Bien que souvent majoritaires, les
partisans d'un texte plus sévère, emmenés par le Parti socialiste européen
(PSE) et les Verts, ont perdu sur plusieurs points considérés comme majeurs.
En particulier, l'assemblée a rejeté un amendement introduit par le
rapporteur, David Bowe (PSE), qui imposait aux producteurs d'OGM d'assumer
la responsabilité civile de tout dommage causé à la santé humaine ou à
l'environnement. Cette contrainte, aux conséquences financières
potentiellement très élevées, aurait constitué un frein aux OGM.

Patricia McKenna (Verts) a demandé, sans convaincre, pourquoi les groupes
industriels « ont peur d'une responsabilité civile si leurs produits ne
présentent aucun risque ». Le PPE a jugé qu'il n'y avait pas à légiférer sur
ce point, les OGM devant relever d'un régime de responsabilité général et
non spécifique. Un texte sur la responsabilité environnementale sera élaboré
dans un avenir indéterminé.

Le PPE a également imposé un vote autorisant les OGM portant un gène de
résistance aux antibiotiques jusqu'en 2005, rejetant la demande d'une
interdiction immédiate. Les défenseurs de l'environnement ont encore été
battus sur un amendement interdisant le transfert de gènes d'OGM à d'autres
organismes de l'environnement, le PPE ayant fait valoir que l'évaluation des
risques concernant ces transferts constituait une garantie suffisante.

« CHANGEMENT DE MAJORITÉ »

Pour Marie-Noëlle Lienemann (PSE), vice-présidente du Parlement, « ces
votes, en recul par rapport à la première lecture, témoignent du changement
de majorité du Parlement, qui est désormais sous l'influence des intérêts
économiques et financiers ». Un jugement que réfute Françoise Grossetête
(PPE) : « Nous n'avons pas été approchés par des lobbys, mais nous estimons
qu'il ne faut pas d'interdiction générale des OGM, ces organismes pouvant
avoir des effets positifs en médecine. » Quant aux Verts, par la voix
d'Alexander de Roo, ils ont jugé le résultat totalement étranger « aux
préoccupations de la société ».

Quoi qu'il en soit, le vote est incontestablement une bonne nouvelle pour
les promoteurs des OGM, qui enregistrent leur première victoire depuis deux
ans. Il rouvre la possibilité légale de cultures transgéniques. Avant de
s'appliquer, la nouvelle directive doit cependant, aux termes de la
procédure de « conciliation », être examinée par le comité paritaire
réunissant représentants du Parlement et représentants du conseil des
ministres. La position prudente du Parlement semble devoir être avalisée
dans ses grandes lignes par le conseil, et la directive pourrait être mise
en ouvre avant la fin de l'année. A moins que la présidence portugaise
n'active cette procédure, c'est donc la France - et son ministre de
l'environnement, Dominique Voynet - qui pourrait présider au redémarrage des
cultures transgéniques.

Hervé Kempf et Rafaële Rivais à Strasbourg.

Dominique Voynet assure que la France restera ferme sur le contrôle des OGM

Le vote du Parlement européen suscite une controverse sur sa portée. Les
Verts qualifient cette décision de « désastre ». Les agriculteurs de la
FNSEA et du CNJA s'opposent eux-aussi à cette initiative et réclament une
filière « non-OGM »

DOMINIQUE VOYNET est en colère. Mais pas inquiète. Alors que le Parlement
européen a voté, mercredi 12 avril, un projet de directive qui rouvre la
possibilité de cultiver des organismes génétiquement modifiés (OGM) (Le
Monde du 14 avril), la ministre écologiste de l'environnement, « ne voit
aucune raison de douter de la volonté des ministres de s'en tenir à la
position d'extrême réserve par rapport aux OGM, adoptée en juin [1999]. »
Le conseil des ministres européens avait adopté, le 24 juin, un moratoire
suspendant les autorisations de ces cultures. « Le compromis qui devra
être trouvé ne le sera pas sur la base d'une position molle », a confié au Monde la ministre.

Dans un communiqué publié jeudi, elle affirme que « la France mettra toute
son énergie pour obtenir une directive qui protège complètement la santé
des consommateurs et l'environnement ». La ministre « déplore que le Parlement
européen, dominé par une majorité conservatrice, n'ait pas saisi
l'opportunité de renforcer » le dispositif de précautions autour des OGM.

Les amis de Mme Voynet - cela devient une habitude - sont moins
optimistes. Le député vert européen Alain Lipietz, juge que le vote de Strasbourg a
été « un désastre », au cours duquel deux batailles importantes ont été
perdues : la première sur la responsabilité civile des producteurs ; la deuxième
sur les OGM présentant des gènes résistant aux antibiotiques, qui pourront
être cultivés jusqu'en 2005. « Le Parlement a adopté une position sensible aux
lobbies et la conciliation portera sur extrêmement peu de points », assure
M. Lipietz. L'un des porte-parole des Verts, Denis Baupin, estime, dans un
communiqué, que « le moratoire doit être poursuivi ». Jean-Luc Bennahmias,
secrétaire national des Verts, juge, pour sa part, que la directive
européenne est « en l'état, inacceptable. Le moratoire est arrêté, c'est
totalement inconséquent ». Certain que la ministre de l'environnement
montera vivement au créneau », il ne doute pas que d'autres pays
appuieront cette position.

S'il peut y avoir des divergences d'appréciation sur la marge de manouvre
qui existe pour modifier le projet de directive, il n'y en a, en revanche,
aucune sur le fond, chez les Verts. Le député Noël Mamère juge que ce vote
scandaleux, bat en brèche tout ce qui avait été construit depuis trois
ans sur le moratoire ». Il laisse la porte ouverte « à tous les risques en
matière de pollinisation sauvage », ajoute-t-il, les insectes risquant de
transporter d'un champ à l'autre de l'ADN. « Ce débat souffre de la même
opacité que le nucléaire », soutient l'élu de Gironde.

Le Parti socialiste demande également que « la position sur la
responsabilité civile des grands groupes industriels soit corrigée et
celle sur la culture d'OGM résistants aux antibiotiques supprimée au plus vite,
sinon immédiatement ». Géraud Guibert, secrétaire national à
l'environnement ajoute que « compte tenu du climat général de l'opinion et des
incertitudes scientifiques qui demeurent il n'y a aucune raison de changer d'avis ».

Les défenseurs des OGM ne se trouvent pas dans la majorité, cela paraît
évident, mais l'on constate surtout un manque d'information sur les
procédures engagées au niveau européen. Interrogé vendredi matin par Le
Monde, Christian Jacob, député de Seine-et-Marne et secrétaire national à
l'agriculture du RPR, a indiqué qu'il n'était pas encore informé dans le
détail du vote intervenu à Strasbourg. Toutefois, l'ancien président du
Centre national des jeunes agriculteurs (CNJA) estime que « le zéro OGM
est une fumisterie, puisque personne ne peut le garantir ». M. Jacob affirme
que « l'actuel moratoire ne peut pas durer » et qu'« à l'approche des
négociations avec les Américains dans le cadre de l'Organisation mondiale
du commerce, il faut établir une norme très stricte, un seuil au-delà duquel
soit le produit devrait être interdit à la vente, soit le consommateur
devrait être obligatoirement informé de la présence d'OGM ». Il rejoint en
cela les exigences en matière de traçabilité exprimées par la France.


GROUPE DE TRAVAIL

Du côté des agriculteurs, Didier Marteau, le secrétaire général adjoint de
la FNSEA, déclare que son organisation « veut à la fois de la transparence
et faire preuve de responsabilité sur cette affaire ». « Il y a une énorme
contradiction et hypocrisie à laisser entrer par cargos entiers dans les
ports français du maïs ou du soja OGM venant des Etats Unis ou du Brésil
pour l'alimentation du bétail ou les industries agroalimentaires et à
interdire leur culture en France », explique-t-il. Avec 37 partenaires
professionnels et trois ministères, la FNSEA a créé l'an dernier un groupe
de travail destiné a voir comment on peut mettre sur pied une filière
alimentaire totalement non OGM, clairement identifiée et certifiée. Le
rapport de ce groupe de travail, auquel participe le ministère de
l'agriculture, est prévu en octobre. « Je voudrais bien que le ministre
s'exprime. Il manque un peu de courage ! », confie M. Marteau.

Justement, le ministre de l'agriculture, resté discret pour « laisser à
Dominique Voynet le rôle de chef de file », a cependant précisé au Monde
qu'il n'avait « personnellement, pas d'enthousiasme pour les OGM, et même
plutôt de la prévention. Ce problème devrait se régler tout seul et très
vite car ce sont les consommateurs eux-mêmes, par leurs exigences de
transparence, qui le régleront ».

A propos de la question controversée de savoir s'il faut rendre publics les endroits et les noms des agriculteurs qui cultivent des plantes OGM, le ministre observe : « Je me suis engagé à la transparence afin qu'on sache où sont ces cultures. Mais si, après avoir donné des précisions, les champs de ces agriculteurs sont saccagés, alors je dis non. Je ne veux pas qu'une décision administrative aboutisse à livrer à la vindicte des agriculteurs ».

François Grosrichard et Béatrice Gurrey édition du Monde du samedi 15 avril 2000

nature

thraffin@altern.org   vous propose le texte suivant à envoyer à votre député pour
protester contre les résultats honteux de la révision du texte de la directive 90-220 :

Madame, Monsieur le député,

Sensible comme vous sans doute, je l'espère, à la protection de notre
environnement et à la sécurité alimentaire de nos concitoyens, je
viens d'apprendre qu'une nouvelle fois le principe de précaution
auquel les autorités françaises se disent fermement attachées, vient
d'être bafoué au niveau de l'Europe. En effet, les propositions
largement soutenues par les citoyens européens (Sondage
Eurobaromêtre) pour renforcer d'une part le principe de
responsabilité des producteurs d'Organismes Génétiquement Modifiés
(OGM) en cas de pollution génétique et pour interdire d'autre part
les OGM contenant un gène de résistance aux antibiotiques viennent
d'être rejetées, à la plus grande satisfaction des industriels de la
biotechnologie, lors du vote de révision de la directive 90-220 sur
la dissémination des OGM. Ce rejet malgré une majorité de suffrages,
mais une majorité non reconnue par le réglement de votation du
Parlement Européen dans le cadre de la Co-décison avec la Commission
Européenne, interroge par ailleurs sur la réalité du respect de la
règle démocratique par l'Europe.

Je ne peux que trouver surprenant, voire choquant que les
représentants des citoyens européens prennent plutôt la défense des
intérêts des grandes puissances économiques privées, que la
protection des citoyens et des biens publics que constitue notre
environnement. Quelle Europe , quel monde construisons nous ainsi ?

Je vous demande donc, comme représentant des citoyens français, de
mobiliser vos collègues et votre groupe parlementaire afin
d'intervenir auprès des députés européens -si loin- afin qu'ils
révisent leurs positions sur cette question que beaucoup estiment de
la plus haute importance.
Il me parait pour ma part comme à un nombre croissant de citoyens
qu'il conviendrait de décider d'un moratoire de 5 ans sur la
production, l'importation et la commercialisation des produits
contenant des OGM. Ce moratoire aurait le mérite de simplifier la
question de l'étiquetage et de l'information des consommateurs de
plus en plus inquiéts de la manipulation de la nourriture. Ceci nous
conduit  à la manipulation génétique du vivant avec les risques biens
connus d'une dérive eugéniste, tapie au fond de notre histoire, toute
prête à ressurgir des failles de notre inconscient, réveillée par les
appétits marchands.

Pour finir, et pour nous garantir au moins en France d'une non
dissémination des OGM, je pense qu'il serait opportun qu'une loi
puisse autoriser les Maires à interdire toute culture transgénique
sur le territoire de leur commune.

En vous remerciant de porter devant les autorités compétences ces
quelques propositions de bon sens et qui satisferont aux attentes de nos concitoyens.

Thierry RAFFIN Citoyen.
Lutte contre les OGM - OGM Danger http://www.altern.org/ogm

Photo HubbleSacrée Terre! Parce qu'on la massacre! (Photo NASA)"Le vivant a une première propriété fondamentale, celle de se re-produire et de se multiplier. Il est donc à tous. C'est un bien commun de l'humanité. Vouloir réserver cette propriété aux investisseurs par quelque méthode que ce soit, c'est céder à l'exigence des marchands de chandelles de nous faire condamner les portes et fenêtres pour lutter contre la concurrence indue du soleil. C'est un gâchis." Jean-Pierre Berlan, directeur de recherches à l'INRA.

Pot de terre contre pot de fer? - Bio-résistants

Retour au sommet de la pagePour revenir à la porte du site, cliquer ici!Droit des peuples à garder leurs cultures! - Le point sur les OGM

Le point sur les OGM

Version avec frames - Jardin

Sommaire de la page - Porte - https://www.terresacree.org

Jardin de la base


Vous avez aimé cette page. Partagez-la
avec vos ami(e)s sur les réseaux sociaux

Partager avec vos amis sur le réseau social Google Plus Partager avec vos amis sur le réseau social Linkedin S'abonner gratuitement au fil d'info RSS du vaisseau-mère de demainlhomme.info, ex SOS-planete


   

  











Citations d'Hommes justes

Vous pouvez nous envoyez les phrases
(d'Anciens ou non) qui vous semblent
aller de soi et participer à l'ouverture
des consciences


 

Wiki sur Terre - Sois acteur du changement - demainlhomme.info


 

NEWSLETTER

Abonnement gratuit à la
newsletter bimensuelle
confidentielle de demainlhomme.info

BOX EXPRESS

Transmettez par cette
voie votre récolte d'infos vraies
(lesquelles seront vérifiées)
 


Cet annuaire est mis à jour régulièrement par Cédric, président de l'Association. Il est facile d'y inscrire GRATUITEMENT votre site


Exprimez-vous librement sur ce site



LIVRE D'OR. Expression libre


Suivre le Flux RSS de demainlhomme.info
Vous surfez sur mobiles, cliquez ICI