Tout en bas!Florent LAMIOT flamiot@club-internet.fr

a écrit, le jeudi 18 mai 2000 00:49, sur la liste du Collectif OGM-Danger (extraits):

Passionnantes réflexions sur l'évolution des espèces et la biodiversité

En voie de disparition au Bouthan(...) Sur le territoire dénommé "France métropolitaine" , c'est bien l'homme préhistorique, et non les 3 dernières glaciations très dures qui se sont succédées, qui ont détruit presque totalement dès la fin de la préhistoire, les millions d'herbivores ("tondeuses à gazon", créateurs et gestionnaire de vastes "dentelles" ou "mosaïques" des clairières, de forêts, d'habitats naturels, et autres corridors de migration) qu'étaient par exemple les bisons, mammouths, rhinocéros laineux, cerfs, bouquetins, mouflons, isards, cerf mégacéros, rennes, élans, antilope Saïga, hippopotames, éléphants nains, ours des caverne, aurochs, castors européen, etc... et la pléiade de prédateurs qui avaient pour "fonction" de stabiliser les populations dans ce qu'on pourrait cette fois plus justement appeler un certain état d'équilibre (dynamique).. (lion des cavernes, hyène, ours brun, loup, lynx, loutre, glouton, puis aujourd'hui renards, fouines, belettes et autres mustélidés souvent).. (sauf erreur de ma part, ces espèces ont bien vécu "chez nous", avec nos ancêtres, à des époques où les climats étaient proches de ce qu'ils sont aujourd'hui...)

Même les lièvres et lapins, qui sont les derniers herbivores de nos campagnes (hors forêt) ont du mal à vivre.. Et hormis quelques espèces qui s'adaptent aux pesticides,  les insectes, limaces, escargots qui comptent encore parmi les derniers "grands" herbivores de certaines campagnes intensivement cultivées, disparaissent eux même, silencieusement. Il faut donc bien par des actions de gestion "artificielles", compenser, "remplacer" les "fonctions écologique" disparues, qu'assumaient gratuitement ces espèces (dont on notera qu'elles se sont adaptées  efficacement et rapidement  aux glaciations, et même il y a bien longtemps, via leurs ancêtres, mais avec beaucoup de pertes et des millions d'années de "cicatrisation", aux grandes méga-catastrophes géoclimatiques...)

ChenilleL'écologie rétrospective (hélas non enseignée aux biotechnogénéticiens) nous rappelle  que :  prairies, landes, coteaux calcaires, espaces ouverts en général, hautes futaies.. n'ont pas toujours été des systèmes artificiels, loin de l'équilibre.. Ils sont (étaient) au contraire un équilibre dynamique, des éléments stabilisants de la biosphère, la condition et la conséquence de la biodiversité, résultante d'une très longue évolution.. Et ils existaient bien avant l'homme, pour d'autres raisons.. Les milieux ouverts n'étaient pas rares.Les zones humides étaient immenses et nombreuses, entretenues par les barrages de castors, les embâcles naturels, et on imagine mal le cerf mégacéros, promenant sa ramure de 3 à 4 m de large dans une forêt dense... Non ?  la grande futaie est elle peut être (en Europe de l'ouest artificielle.. mais qui a le souvenir des arbres qui poussaient sur les très riches terres du cambraisis, de l'arrageois, les sols de la champagne pouilleuse ?  Il n'en reste plus même de traces fossiles, tant l'agriculture et les guerres ont labouré et retourné et épuisé ces sols.

Pour moi,   l'agriculture moderne, ni même celle du moyen âge, ni la sylviculture n'ont apporté de biodiversité comparable à ce qu'elles ont fait perdre.. contrairement à ce que j'entend souvent. Certes de nombreuses espèces d'animaux ou légumes ou fruits "domestiques" ont été sélectionnés avec talent par nos ancêtres.. mais combien de chances de survie ont ils relâchés dans la nature.. ?

Poisson transgénique (au dessus) comparé à un spécimen normal (au dessous).Je reconnais cependant volontiers que l'agriculture extensive (qui est une science et un travail plus fin, sensible et difficile que l'intensive), une certaine agriculture biologique (bocagère notamment, qui conserve les réseaux protecteurs de haies, mares, talus, ruisseaux, bocages, etc.), ont en quelque sorte longtemps partiellement suppléé aux fonctions des grands herbivores (qu'elles ont aussi fait disparaitre).. remboursant en quelque sorte, un peu au moins sa dette écologique.. jusqu'à l'aire du labour intensif, du remembrement, des engrais, et maintenant des OGPyrale male, parasite du maïs, déjà bio-résistante. Comme nous, l'insecte se creuse les méninges pour venir à bout de Monsanto, Novartis & Cie, bref du Complexe génético-industriel. ;0) Grâce à une mutation brutale de son intelligence, elle s'est subitement mise à réfléchir et a décidé de s'attaquer directement au blé et à l'oseille, encore intacts. On se demande si un savant indépendant n'a pas donné un coup de main à la Pyrale en lui implantant le fameux gène de la sous-unité NR2B (gène d'intelligence déjà greffé germinalement sur des souris de laboratoire).M, nouvelle menace sur la diversité biologique.

Vite, il n'est presque pas trop tard.

 

Merci à Florent Lamiot pour sa contribution. flamiot@club-internet.fr

Retour au sommet de la pagePorteBiodiversité : l'hécatombe! - Porte - https://www.terresacree.org Envoyer un courrier!

MAISON   Jardin de la base


Vous avez aimé cette page. Partagez-la
avec vos ami(e)s sur les réseaux sociaux

Partager avec vos amis sur le réseau social Google Plus Partager avec vos amis sur le réseau social Linkedin S'abonner gratuitement au fil d'info RSS du vaisseau-mère de Demain l'Homme, ex SOS-planete


   

  











Citations d'Hommes justes

Vous pouvez nous envoyez les phrases
(d'Anciens ou non) qui vous semblent
aller de soi et participer à l'ouverture
des consciences


 

Wiki sur Terre - Sois acteur du changement - Demain l'Homme


 

NEWSLETTER

Abonnement gratuit à la
newsletter bimensuelle
confidentielle de Demain l'Homme

BOX EXPRESS

Transmettez par cette
voie votre récolte d'infos vraies
(lesquelles seront vérifiées)
 


Cet annuaire est mis à jour régulièrement par Cédric, président de l'Association. Il est facile d'y inscrire GRATUITEMENT votre site


Exprimez-vous librement sur ce site



LIVRE D'OR. Expression libre


Suivre le Flux RSS de Demain l'Homme
Accès aux 150 derniers articles de Demain l'Homme pour mobiles et PC