Tout en bas!Pour revenir à la porte du site, cliquer ici!L'étau se referme sur l'huître stérile

Par CATHERINE COROLLER (Libé du 29 mai 2000)

Autre article : L'HUÎTRE DES 4 SAISONS OU le POÈME BIOTECHNOLOGIQUE

2009 : Les triploïdes -huitres stériles- font des petits

Huitre naturelle"Les coquillages sont parmi les derniers produits naturels. Perdre cette image serait gênant."

Goulven Brest, de l'Ifremer

 

(Pas d'ascenseur!)

L'huître triploïde, cette chimère génétiquement modifiée dotée de trois paires de chromosomes au lieu de deux, va-t-elle disparaitre des plateaux de fruits de mer? Son sort pourrait être scellé le 9 juin lors d'une réunion - organisée par la Direction des pêches maritimes et de l'aquaculture du ministère de l'Agriculture - qui promet d'être houleuse. A l'issue des débats, la triploïde sera soumise à une obligation d'étiquetage ou interdite.

 

Laitance

En 1997, le laboratoire de l'Ifremer (Institut français de recherches pour l'exploitation de la mer) de La Tremblade en Charente-Maritime obtient des huîtres creuses tétraploïdes, comportant quatre paires de chromosomes. Pour arriver à ce résultat, les scientifiques ne leur ont pas ajouté des gènes appartenant à une autre espèce, comme dans le cas des organismes génétiquement modifiés, mais ont réussi à conserver des chromosomes qui existent dans l'animal mais sont normalement expulsés lors de la fécondation. Croisées à des individus diploïdes du milieu naturel (dotés de deux génomes de base), ces tétraploïdes donnent des triploïdes. Avantage: ces huîtres sont stériles, elles ne produisent donc pas de laitance, cette matière blanchâtre qui freine leur consommation les mois autres qu'en R (de mai à août). Et comme elles ne s'épuisent pas à se reproduire, elles grossissent plus vite.

D'après André Gérard, chef du laboratoire de génétique et pathologie de l'Ifremer et directeur de la station de La Tremblade, les éleveurs gagneraient de 30 % à 40 % de croissance sur deux, trois ans. Ceci permet aux écloseurs de vendre les naissains plus cher (jusqu'à 10 centimes l'unité au lieu de 6) aux ostréiculteurs, lesquels en tirent néanmoins un bénéfice accru.

Baptisée du joli nom vendeur "huître des quatre saisons", la triploïde paraissait bien partie pour conquérir les palais. Sauf qu'une partie de la profession, menée par Goulven Brest, président du Comité national de la conchyliculture, interprofession qui rassemble toute la filière, y compris la grande distribution, lui a déclaré la guerre. "Les coquillages sont parmi les derniers produits naturels existants, explique Goulven Brest. Perdre cette image serait extrêmement gênant. On s'interroge sur la réaction du consommateur." Et la grande distribution, qui sait l'opinion publique plutôt hostile aux manipulations génétiques, partage assez largement cette crainte.

Deuxième critique: la stérilité de la triploïde ne serait pas sans faille: "Et s'il s'avère qu'elle ne l'est pas, nous considérons qu'il existe un risque", prévient Goulven Brest. Lequel? Là, les avis divergent. "On peut imaginer une stérilité assez importante dans le milieu naturel", s'inquiète le président du CNC. Mais André Gérard, très agacé, s'inscrit en faux: "Si les triploïdes se croisaient entre elles, ça donnerait des animaux normaux." On en saura plus dans quelques mois, l'Ifremer devant livrer les premiers résultats sur leur stérilité réelle ou supposée et les effets de celle-ci sur les générations suivantes à la fin de l'été.

 

Médailles

Autre critique: Goulven Brest ne juge pas leur goût meilleur que celui des diploïdes. "Les huîtres stériles, à la chair goûtée, commencent à être commercialisées. Les spécialistes affirment qu'elles sont à l'huître naturelle ce que le chapon est au poulet", titrait en une l'hebdomadaire le Progrès de Cornouaille et Courrier du Léon et du Tréguier le 9 octobre 1999. André Gérard confirme: "Gustativement, c'est prouvé. Normalement, les diploïdes sont plus grasses l'été et plus sucrées l'hiver. Avec les triploïdes, on n'a plus cette différence. D'ailleurs, elles ont obtenu bien plus de médailles, notamment d'or, aux concours agricoles."

Le 9 juin, une féroce bataille opposera donc partisans et adversaires des triploïdes. A priori, l'obligation d'étiquetage est acquise. Mais Goulven Brest laisse planer la menace d'une interdiction. Au-delà, la réunion devrait permettre également de savoir enfin quel pourcentage des quelque 135 000 tonnes d'huîtres creuses produites en France (contre un peu plus de mille de plates) sont triploïdes. Sur ce seul point, les ennemis sont d'accord. Pour l'heure, la production est marginale.

 

Libération du lundi 29 mai 2000

 

Sommaire de la page

 

L'HUÎTRE DES 4 SAISONS OU le POÈME BIOTECHNOLOGIQUE

 

 

2 avril 2002

 

« Vaches surélevées, cochons surbaissés et allongés, des lapins lumineux (pour les chasseurs bien sur !), et pourquoi pas l'huître sans coquille parce que quand même.... c'est embêtant à ouvrir !!!!... Mais où va ce monde ? ???.... »

 

Actuellement, la production française d'huître (+ de 150000 tonnes ) répond à la demande. Quel est donc l'intérêt de produire plus et plus vite si des risques même minimum existent?  D'autant que les populations trop nombreuses d'huîtres deviennent plus fragiles et sont plus exposées aux épizooties (épidémies).

 

 

Les origines :

 

L'idée de créer cette huître est née de 3 problèmes (au moins) :

 

            1- La crainte d'une nouvelle épizotie sur l'huître Japonaise dernière espèce de remplacement (car s'ils investissent dans la création, ils ne savent pas soigner les huîtres !...)

 

            2- De la prolifération anarchique mais pourtant bien naturelle des naissains (larves d'huîtres) sur les huîtres, les parasitant en freinant leur croissance.

 

            3- Mais le plus vrai , c'est surtout la course aux profits, le moindre effort, le tout plus vite quelqu'en soit les conséquences, avec comme cerise sur le gateau: le consommateur passif.

 

 

 

Qu'est-ce que cette huître triploïde ou huître des 4 saisons  ?

 

Il faut déjà ne pas la confondre avec un OGM puisque l'on ne lui ajoute pas les gènes d'une autre espèce, la technique est différente:

 

- En 1994 les laboratoires d'IFREMER ont réussi à conserver les chromosomes qui existent dans l'animal mais qui sont normalement expulsés lors de la fécondation. Les larves sont donc tétraploïdes (4 jeux de chromosomes), et croisées à des diploïdes (les normales qui ne possèdent que 2 jeux) elles donnent une nouvelle variété à 3 jeux de chromosomes : La Triploïde.

 

- Un producteur (SATMAR) a aussi mis au point une nouvelle technique permettant la production d'oeufs triploïdes : juste après la fécondation, ils ajoutent une infime quantité d'un extrait obtenu à partir de la culture d'un champignon, ceci empêche qu'un lot de chromosomes soit expulsé de l'oeuf.

 

Ce caractère triploïde rend l'huître presque stérile (Un nombre pair est le signe de la fertilité) et donc non laiteuse (dommage pour ceux qui les aiment comme ça !).

 

 

Les avantages :

 

- L'absence d'activité de reproduction lui permet de consacrer toute son énergie à sa croissance. Elle grandit donc 2 fois plus vite que l'huître « naturelle » et au lieu de 3 à 4 années, il ne lui faut qu'entre 8 et 12 mois pour être commercialisable.

 

- Son jeune âge lui donne un aspect externe plus agréable sensé plaire aux consommateurs que nous sommes et donc, nous sommes tous « coupables » de n'acheter que des produits n'ayant pas de défauts d'apparence...

 

- Finies les histoires des mois en R où elles ne sont pas laiteuses, elle est donc commercialisable toute l'année !

 

 

Les inconvénients :

 

- Les risques ne sont pas nuls vu le peu de recul que nous avons . Il faut se poser la question d'un éventuel accident qui provoquerait la dissémination d'une grande quantité de tétraploïde (qui elles, sont fertiles !) dans le milieu marin.

 

- Le plancton naturel présent dans le milieu marin dont l'huître se nourrit, ne suffirait plus si la production d'huître est trop importante.

 

- Ce processus de reproduction suppose un cout supplémentaire (même s'il engendre un gain plus rapide en raison de la vitesse de croissance). L'achat des naissains deviendrait obligatoire alors que l'ostréiculteur n'en avait pas forcément besoin puisqu'il pouvait les capter directement dans l'eau.

 

Transparence, Traçabilité et Etiquetage :

 

A défaut d'être un OGM, l'huître des 4 saisons est biotechnologiquement manipulée. Elle relèverait de la réglementation sur les «nouveaux produits », (novel foods) et donc de procédures spécifiques européennes.

 

L'huître triploïde échappe de ce fait aux études toxicologiques et à l'étiquetage « novel foods » donc vendue sur le marché sans que l'acheteur puisse l'identifier. Pourtant, il n'existe pas de données disponibles sur le potentiel accumulateur des huîtres triploides vis-à-vis des polluants de l'environnement (métaux lourds, bactéries, phycotoxines...)

 

Donner à ce produit un nom aussi attirant et séduisant berne le consommateur.

 

 

Les réactions  :

 

- L'AFSSA a été saisie par la DGCCRF qui s'inquiète de l'innocuité du produit.

 

- Le principe de la vérité sur l'étiquette, défendu au Parlement Européen, pourrait aussi imposer d'informer les consommateurs sur la nature de l'huître qu'ils achètent;

 

- La DPMA est elle aussi entrée en débat ou il ressort que ce produit sera soumis à l'obligation d'étiquetage ou interdit.

 

- Les ostréiculteurs militent, en faveur de la transparence. Le milieu conchylicole est divisé et si certains y voient là «l'huître aux oeufs d'or»,d'autres craignent la dépendance vis-à-vis du monopole de 2 à 3 écloseries sur le marché français, d'autres réclament un conservatoire génétique de l'espèce et un réseau de bio-vigilance;

 

- Bruxelles a déjà répondu qu'il n'y a pas de justification à des mentions obligatoires particulières. Toutefois, les producteurs, sur une base volontaire, peuvent informer les consommateurs sur les caractéristiques de ce produits.

 

- La DGAL n'est pas plus favorable à l'étiquetage obligatoire.

 

 

Constat

 

Cela fait une dizaine d'année que cette huître est cultivée en catimini et cette innovation est commercialisée sans guère de recul.

 

Nous en consommons entre 15000 et 20000 tonnes par an soit 10 à 15% de la production sans être au courant de la spécificité du produit !

 

Après de nombreuses recherche sur internet il s'avère difficile de trouver les informations pour connaître l'issu des discussions sur l'étiquetage et le produit lui-même.

 

Un autre problème et pas des moindres, est  le dépot de  brevet de ces nouveaux produits, qui représente la privatisation du vivant. Le vivant a une première propriété fondamentale, celle de se reproduire et se multiplier. Il est donc à tous le monde, c'est un bien commun de l'humanité.

 

Dans un article datant de Juin 2000 d'IFREMER intitulé « Savoir et comprendre avant de diaboliser », on nous explique qu'il ne faut pas faire l'amalgame entre OGM et ces huîtres. Soit, mais cet article fait l'apologie du « un de plus ce n'est pas grâve » : Les betteraves à sucre, la banane, les agrumes sans pépins (les clémentines sont des mandarines triploïdes) , les truites ( 20% de la production de truite d'élevage), les saumons (avec difformités et lésions de la peau, Bon appétit!) ....les exemples sont beaucoup plus nombreux.

           

En effet, nous consommons journellement des produits manipulés et c'est d'après ce constat que nos chercheurs et industriels estiment que nous devons en consommer encore plus.

Et le principe de précaution ?

 

Alors que de plus en plus de consommateurs et producteurs se tournent vers le BIO, certains en sont encore à évoluer dans l'aberration....

 

Si dame nature avait voulu trouver cela logique, elle l'aurait elle-même crée !

 

Contrarier le cycle naturel, c'est déjà oublier les leçons des farines animales, les poulets à la dioxine, la vache folle, la tremblade  du mouton,....... Et tout ce que dame nature nous prépare en répression de nos manipulations d'apprentis sorciers.

 

Alors, amateurs d'huîtres, pour le prochain réveillon, une douzaine d'huîtres ou des moules de bouchot ????

 

------------------------

 

Sources :

 

DGCCRF : Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes,

DPMA : direction des pèches maritimes et de l'aquaculture du ministère de l'agriculture,

DGAL : Direction générale de l'alimentation,

CNC : Comité national de la conchyliculture

AFSSA : Agence francaise de sécirité sanitaire des aliments

INRA:Institut national de recherche agroalimentaire

IFREMER : Institut francais de recherche pour l'exploitation de la mer

SATMAR : Société atlantique de mariculture qui commercialise des naissains d'huîtres triploîdes

GRAINOCEAN : 2nd Producteur de naissains

 

 

Texte inédit de Nathalie "verts-nord2@nordnet.fr"

 

 

Le site de Terre sacrée

 

Salit tout sauf les consciences!Jean-Pierre Berlan, directeur de recherches à l'INRA : "Le vivant a une première propriété fondamentale, celle de se re-produire et de se multiplier. Il est donc à tous. C'est un bien commun de l'humanité. Vouloir réserver cette propriété aux investisseurs par quelque méthode que ce soit, c'est céder à l'exigence des marchands de chandelles de nous faire condamner les portes et fenêtres pour lutter contre la concurrence indue du soleil. C'est un gâchis."

 

2009 : Les triploïdes -huitres stériles- font des petits

 

Pour revenir à la porte du site, cliquer ici!Retour au sommet de la page

 

https://www.terresacree.org - Jardin

 


Vous avez aimé cette page. Partagez-la
avec vos ami(e)s sur les réseaux sociaux

Partager avec vos amis sur le réseau social Google Plus Partager avec vos amis sur le réseau social Linkedin S'abonner gratuitement au fil d'info RSS du vaisseau-mère de Demain l'Homme, ex SOS-planete


   

  











Citations d'Hommes justes

Vous pouvez nous envoyez les phrases
(d'Anciens ou non) qui vous semblent
aller de soi et participer à l'ouverture
des consciences


 

Wiki sur Terre - Sois acteur du changement - Demain l'Homme


 

NEWSLETTER

Abonnement gratuit à la
newsletter bimensuelle
confidentielle de Demain l'Homme

BOX EXPRESS

Transmettez par cette
voie votre récolte d'infos vraies
(lesquelles seront vérifiées)
 


Cet annuaire est mis à jour régulièrement par Cédric, président de l'Association. Il est facile d'y inscrire GRATUITEMENT votre site


Exprimez-vous librement sur ce site



LIVRE D'OR. Expression libre


Suivre le Flux RSS de Demain l'Homme
Accès aux 150 derniers articles de Demain l'Homme pour mobiles et PC