TOUT EN BAS! Ascenseur expressL'ordre transgénique mondial de  GEORGE W

 

 

Vos réactions à ce sujet :

Nous avons reçu, le 23 juillet 2002, l'award du meilleur site d'Espace webmaster.

"Le site SOS-planete a obtenu l'Award 2002 pour l'ensemble des points suivants : Charte graphique d'une grande qualité, grande qualité du contenu présenté, rapidité d'ouverture, convivialité, rédaction et articles bien faits. L' ensemble du site est bien construit, original, agréable et mérite l'award 2002 de Web Net Visa Service."

Le site SOS-planete a obtenu l'Award 2002 pour l'ensemble des points suivants : Charte graphique d'une grande qualité, grande qualité du contenu présenté, rapidité d'ouverture, convivialité, rédaction et articles bien faits. L' ensemble du site est bien construit, original, agréable et mérite l'award 2002 de Web Net Visa Service.

*Nos autres awards

Par Clôde De Guise, août 2003 

 _______________________________________________________________

 
APRÈS LA GUERRE DU PÉTROLE, les États-Unis se livrent à une guerre grotesque contre les agriculteurs, les consommateurs et l'environnement en tentant de les soumettre à un « ordre transgénique mondial ».
 

Septembre 2002, le monde est en état de choc. Le président zambien, Levy Mwananwasa, refuse l'aide alimentaire des États-Unis, alors que le taux de malnutrition infantile atteint 59 % dans son pays, malmené par la sécheresse.
 
Comment a-t-il osé refuser cette aide ? Le maïs offert par les américains était génétiquement modifié (GM) et le président Mwananwasa craignait pour l'avenir de la production agricole de son pays parce que le maïs pouvait être illégalement utilisé comme semence par certains.
 
Le refus de la Zambie pose donc la question ultime les affamés ont-ils le choix de refuser les aliments GM ?
 
L'exploitation des affamés
 
Quant à l'administration Bush et aux propagandistes de l'industrie de la biotechnologie, ils accusent les environnementalistes de prendre en otage les affamés. Or, si on impose les OGM à l'Afrique, ce n'est pas par manque de choix. Moins de la moitié de la production de maïs est transgénique aux États-Unis (43 %). Trouver du maïs conventionnel pour nourrir les affamés est donc possible.
 
Dans les faits, les États-Unis sont le seul pays au monde à imposer une aide alimentaire en nature plutôt que d'accorder une aide financière pour l'achat des surplus régionaux. Cela s'explique aisément puisque partout dans le monde les cultures transgéniques américaines ont été boudées. Le gouvernement s'est donc ramassé avec des surplus de plus en plus importants de maïs et de soya GM. Pour résoudre ce problème, les États-Unis ont commencé à refiler ces excédents au Programme alimentaire mondial des Nations Unies (PAM). Une façon pour eux de subventionner leurs exportations et de créer de nouveaux marchés potentiels en Asie, en Amérique latine et en Afrique.
 
En recourant au PAM, les Américains ne sont pas actuellement tenus de dire aux 83 pays bénéficiaires que la livraison d'aide alimentaire contient des OGM ou des ingrédients qui en sont dérivés. Et cela, malgré le fait que nombre de pays pauvres ont émis des interdictions visant les OGM, et qu'ils ont clairement exigé d'être prévenus lors de l'importation de produits issus du génie génétique.
 
L'industrie de la biotechnologie alimentaire fait le pari que la famine va venir à bout de la résistance de la majorité des pays en voie de « développement ». Ils espèrent queles paysans ne vont pas se contenter de manger ces céréales GM mais qu'ils vont en semer même s'ils contreviennent aux normes nationales de leurs pays.
 
Pour imposer les aliments GM, les États-Unis ont démontré qu'ils n'avaient absolument aucun scrupule, étant prêts à utiliser tous les moyens possibles pour les distribuer. Ainsi, en 2003, le Sénat a adopté la loi intitulée, The US Leadership Against HIV/Aids, Tuberculosis, and Malaria Act. Cette loi stipule que les États africains qui refusent l'aide alimentaire GM pourraient être privés d'aide en médicaments pour traiter le VIH/SIDA.
 
Les États-Unis, l'OMC et la biosécurité
 
Les Américains ont un autre ennemi de taille à mater l'Union européenne (UE) qui leur donne du fil à retordre. L'UE a été l'une des premières à restreindre l'importation des OGM, à exiger l'étiquetage obligatoire et la traçabilité. Le marché d'importation européen de maïs transgénique américain se chiffrait à 305 millions de dollars américains en 1996 et il n'était plus que de deux millions en 2001. L'UE a été suivie par la Chine, le Japon et la Corée dans l'adoption de normes plus sévères concernant les OGM.
 
Les États-Unis ont donc déposé une plainte formelle, le 13 mai dernier, (appuyés par l'Argentine et le Canada qui, avec les États-Unis, produisent 97 % des OGM sur la planète) contre le moratoire sur les OGM imposé par l'UE. Ce moratoire ainsi quel'ensembledes mesures prises par l'UE serre la vis à Washingtonet l'empêchede faire la pluie et le beau temps concernantle commerce internationaldes OGM. 
 
Le gouvernement Bush se sent d'autant pluspressé dans le temps que le Protocole de Carthagène sur la biosécurité entrera en vigueur le 11 septembre prochain.
 
Les pays qui l'ont ratifié seront alors en mesure, au nom du principe de précaution, de refuser les OGM sur la seule présomption qu'ils pourraient mettre à risque la santé des populations ou être nuisibles pour l'environnement et ce, en l'absence de preuves scientifiques formelles. Ce que tentent les Américains est d'affirmer la primauté de l'OMC sur le protocole considérant que les restrictions sur les OGM sont des « barrières commerciales ». Ce chantage est d'autant plus honteux qu'il y a quatre ans, la majorité des membres de l'OMC s'est opposée à l'inclusion des OGM dans le mandat de l'organisation.
 
Washington souhaite donc faire approuver par l'OMC une norme mondiale inférieure basée sur les mécanismes réglementaires étasuniens. Une norme dictée par les grandes entreprises de la biotechnologie, dominées par Monsanto qui produit plus de 90 % des plants GM dans le monde. Ces entreprises ont investi des sommes considérables dans le développement des plantes GM et elles veulent un retour sur l'investissement qui soit profitable. Pour cela, elles ont besoin de développer de nouveaux marchés et les pays du Sud sont la cible idéale.
 
Gifle à George W.
 
L'adoption finale, en juillet dernier, par le Parlement européen de règlements les plus stricts et complets au monde concernant les OGM est une véritable gifle au projet du président américain qui pensait intimider l'Europe en ayant recours à l'OMC pour forcer l'acceptation des OGM en Europe et ailleurs. Les nouveaux règlements européens devraient entrer en vigueur en mars 2004. Ils prévoient notamment :
 
• l'étiquetage obligatoire pour tous les produits contenant ou étant dérivés de plus de 0,9 % d'OGM (la norme était de 1 %) pour chaque ingrédient.
 
• l'étiquetage obligatoire pour l'alimentation et les additifs destinés aux animaux contenant ou étant dérivés d'OGM (cette mesure est nouvelle). Comme 90 % des importations d'OGM par l'Europe sont utilisées dans l'alimentation animale, l'étiquetage obligatoire pour ces produits va augmenter le rejet des OGM par le marché européen ;
 
• un système complet de traçabilité des OGM, obligeant tous les producteurs de l'agroalimentaire de spécifier tous les ingrédients contenant des OGM utilisés dans de la fabrication de la nourriture destinée à la consommation humaine ou animale.
 
Notre bon gouvernement du Canada, véritable caniche de Bush, n'a pas encore ratifié le Protocole sur la biosécurité et refuse toujours de reconnaître et d'appliquer le principe de précaution qui justifierait, entre autres, l'arrêt de la dissémination des OGM dans l'environnement.
 
La 5e Conférence ministérielle de l'OMC aura lieu à Cancun au Mexique, du 10 au 14 septembre et coïncidera avec l'entrée en vigueur du Protocole sur la biosécurité. Malgré le fait que le président américain soit allé personnellement faire son lobby dans les pays africains en juillet dernier, auront-ils le courage de s'élever contre l'arrogance du plan Bush-Monsanto ? L'OMC ne doit en aucun cas porter atteinte au Protocole sur la biosécurité pour l'affaiblir. Enfin, la nouvelle réglementation européenne devrait être la norme mondiale en matière d'OGM. Pour en savoir plus sur le Protocole de Carthagène sur la biosécurité :
 
 

Mot exact résultats par page

Anne Esperetenvironnement, nature, écologique, bio

Logo de Terre sacrée. Louis Rocquin.  

 

 

Le point sur les OGM

https://www.terresacree.org   Mail, forum, courrier des surfeurs, livre d'or...

Le saviez-vous? En 2003 un enfant meurt de la faim toutes les 7 secondes sur la Terre. (Jean Ziegler Rapporteur spécial des Nations Unies pour l'Alimentation)

Logo d'Helleboid camille : pastorius2000@yahoo.fr

nature, environnement, écologie, bio, vertAnnuaire de liens utiles   Proposer un site web génial dans notre annuaire vert   nature, environnement, écologie, bio, vert

nature, environnement, écologie, bio, vert   nature, environnement, écologie, bio, vertJardin

Retour au sommet de la page

 environnement, nature, écologique, bio Abonnez-vous gratuitement à la liste d'information SOS-planete 


Vous avez aimé cette page. Partagez-la
avec vos ami(e)s sur les réseaux sociaux

Partager avec vos amis sur le réseau social Google Plus Partager avec vos amis sur le réseau social Linkedin S'abonner gratuitement au fil d'info RSS du vaisseau-mère de Demain l'Homme, ex SOS-planete


   

  











Citations d'Hommes justes

Vous pouvez nous envoyez les phrases
(d'Anciens ou non) qui vous semblent
aller de soi et participer à l'ouverture
des consciences


 

Wiki sur Terre - Sois acteur du changement - Demain l'Homme


 

NEWSLETTER

Abonnement gratuit à la
newsletter bimensuelle
confidentielle de Demain l'Homme

BOX EXPRESS

Transmettez par cette
voie votre récolte d'infos vraies
(lesquelles seront vérifiées)
 


Cet annuaire est mis à jour régulièrement par Cédric, président de l'Association. Il est facile d'y inscrire GRATUITEMENT votre site


Exprimez-vous librement sur ce site



LIVRE D'OR. Expression libre


Suivre le Flux RSS de Demain l'Homme
Accès aux 150 derniers articles de Demain l'Homme pour mobiles et PC