hauhauttSOS-Pl@net, le site de Terre sacrée. Bannière réalisée bénévolement par Frédéric Schoenahl que nous remercions vivement.TOUT EN BAS! Ascenseur express

Autre article : L'être humain pourrait posséder beaucoup plus que 30.000 gènes

Les bouleversantes révélations de l'exploration du génome humain

LE MONDE du 12 février 2001

L'ESPÈCE HUMAINE est bien loin de disposer d'un vaste capital génétique  ;
son patrimoine héréditaire n'est guère plus complexe que celui des êtres
vivants qui la précèdent dans le grand arbre de l'évolution et l'on
peinerait à vouloir rechercher, d'un point de vue génétique, ce qui
distingue les différentes races et ethnies qui composent le genre humain.
Tels sont les principaux enseignements d'une série d'études menées à
l'échelon international et rendues publiques, lundi 12  février. Publiées
par les revues Science et Nature, elles sont le résultat des travaux de deux
équipes, l'une de la société privée Celera, du Maryland, aux Etats-Unis,
dirigée par le généticien Craig Venter  ; l'autre, d'un consorsium
international de séquençage du génome humain, financé par des fonds publics. Ces résultats feront date dans l'entreprise immense que constitue
l'établissement de la cartographie exhaustive de tous les composants du
patrimoine génétique de l'espèce humaine.

 Nous avons moins de gènes que nous le croyions. La première surprise, et
elle est de taille, concerne le nombre des gènes parfaitement identifiés ou
bien localisés au sein du génome de l'espèce humaine. A partir de données de séquençage qui couvrent environ 95  % du génome, les auteurs de Nature et de Science situent entre 26  000   et 39  000  le nombre total des gènes humains. «  En supposant que le décompte total s'établisse à un point
intermédiaire d'environ 30  000, il en résulterait que les êtres humains
possèdent seulement 13  000  gènes de plus que Drosophila melanogaster,la
mouche du vinaigre dont le patrimoine génétique a été décrypté il y a moins
d'un an  », a expliqué Craig Venter à Lyon, vendredi  9  février, lors d'une
rencontre avec la presse internationale.

Ces déclarations doivent être rapprochées des communications récentes du
groupe Celera affirmant que le nombre des gènes humains atteignait  -  voire dépassait  -  les 100  000, ce que contestaient les équipes publiques
engagées dans cette compétition.

 Les races n'existent pas. Cette fois, ce n'est pas une surprise, mais une
importante confirmation. «  Chaque individu sur terre partage 99,99  % du
même code génétique avec le reste des humains, soulignent les auteurs de
Science.

En fait, des individus de groupes raciaux différents peuvent présenter plus
de similarités génétiques entre eux que des individus pris au sein d'un même groupe. Les variations individuelles ne représentent que 0,01  % de
l'ensemble du génome. »

 La part des gènes. Deuxième surprise  : pour les responsables de
l'hebdomadaire américain, cette avancée dans le décryptage du génome humain, au-delà des nouvelles perspectives médicales qu'elle autorise, est riche «de révélations possibles sur la place que nous occupons dans le panorama varié des êtres vivants.» De l'aveu même de Craig Venter, la nouvelle cartographie génétique fait que, contrairement à une forme d'idéologie du « tout biologique » véhiculée depuis plusieurs années, il n'y a pas de « bons » ni de «mauvais» gènes. Pour cette simple raison, il faut
imaginer, de manière plus complexe, des réseaux d'un autre ordre qui restent
à identifier et à comprendre. Réseaux dans lesquels les gènes ne seraient
plus la clé de voute de l'organisation du vivant. En d'autres termes, les
derniers résultats des programmes de décryptage réduisent, de manière
paradoxale, la part qui revient aux gènes dans la lecture et la
compréhension des pathologies ainsi que dans la compréhension et
l'explication du comportement.

Tout indique aujourd'hui qu'au-delà du seul décryptage du génome de notre espèce, cette étape devrait préluder à de nombreux développements dans les domaines de la biologie, de l'anthropologie, des différentes sciences
humaines et pourrait peut-être bouleverser l'approche, depuis longtemps
controversée, des rapports complexes qu'entretiennent l'inné et l'acquis.

«  Les généticiens sont désormais confrontés à un véritable problème. Non
seulement le nombre de gènes humains n'est pas élevé mais beaucoup sont
identiques à ceux retrouvés dans d'autres espèces, y compris ceux du
développement, explique Pierre Sanigo (Institut Cochin de biologie
moléculaire, Paris), auteur, avec Jean-Jacques Kupiec, d'un récent ouvrage
original sur ce thème (Ni Dieu ni gène, Seuil). Dans un autre domaine on voit bien que le séquençage du VIH, réussi en 1985, ne nous a pas donné la solution pour combattre le sida. Il faut donc impérativement, pour comprendre, élargir les investigations, s'intéresser aux conditions de développement, à l'ADN répétitif, à l'écologie cellulaire, aux grands équilibres. Ces derniers résultats confortent la lecture de ceux qui pensent que les gènes nous fourniront à eux seuls les futurs remèdes aux maladies.   »

Cette étape  de  la  recherche survient vingt ans après le lancement du
programme de décryptage du «  Grand livre de la vie », projet qui se
proposait d'établir l'intimité de la structure de l'ensemble des millions
d'éléments qui - sous la forme d'une double hélice d'ADN contenue au sein
des chromosomes présents dans le noyau de chacune de nos cellules -
constituent le patrimoine héréditaire de l'espèce humaine. Ce projet a
également pour but d'identifier, au sein de ce gigantesque enchaînement, ces entités fonctionnelles, les gènes, qui sont, notamment, à l'origine, via le
code génétique, de la synthèse des protéines et qui jouent à ce titre un
rôle clef dans le métabolisme cellulaire et la physiologie de l'organisme.

Le fait qu'une série de maladies, héréditaires ou non, soit la conséquences
ADNd'anomalies structurelles de certains gènes laisse espérer - au delà des
acquis de science fondamentale  - que cette entrprise puisse ouvrir la voie
à la mise au point de nouvelles strétégies thérapeutiques, médicamenteues ou pas. A ce titre, toutes les avancées dans ce domaine sont « auscultées»
avec le plus grand soin par les milieux économiques et financiers
spécialisés dans ce secteur comme l'a montré la deuxième édition du Forum
international des Science de la Vie inauguré à Lyon le jeudi 8 février par
Jacques Chirac et qui s'est clos le lendemain en présence de Laurent Fabius, ministre de l'économie, des finances et de l'industrie.

L'étape précédente date de moins d'un an lorsque les gouvernements de
différents pays industrialisés annonçaient, solennellement, la publication
de la première ébauche de la structure fine du génome humain (Le Monde du 27 juin 2000) à partir de travaux menés dans une vingtaine d'états au sein  consortium public « Projet du génome humain » (HGP). Aujourd'hui le HGP, en association étroite avec le groupe privé et concurrent Celera que dirige J. Craig Venter, révèle les derniers résultats de cette entreprise cartographique hors du commun.


J.-Y.  N. (Merci à Catherine Roux)

 

Sommaire de la page

 

L'être humain pourrait posséder beaucoup plus que 30.000 gènes (étude)

http://www.larecherche.fr/Agence Française de Presse/n010824145626.51h2s1td.html

WASHINGTON, 24 août (Agence Française de Presse) - L'être humain pourrait posséder beaucoup
plus que les quelque 30.000 gènes identifiés par les deux équipes
scientifiques, l'une publique et l'autre privée, qui ont établi la carte
du génome humain au début 2001, écrit un autre chercheur dans un article
publié vendredi par la revue américaine Cell.
 

Une équipe conduite par le docteur Michael Cooke, du Genomics Institute
de la Novartis Research Foundation à San Diego (Californie) a procédé à
la comparaison des travaux de la société privée américaine Celera
Genomics et du Projet public international du génome Humain (HGP, Human
Genome Project).

Il apparait , selon le Dr Cooke, que ces deux équipes ont identifié deux
séries de gènes dont seulement un peu plus de la moitié sont identiques.
Environ 25.000 gènes ont été identifiés seulement par une équipe ou l'autre.

Sur cette base, le Dr Cooke estime que le nombre de gènes humains est
largement supérieur à 30.000.

Mais en l'état actuel des recherches, personne ne peut dire combien de
gènes ont échappé aux deux équipes occupées à établir la carte du génome
humain, et combien de gènes identifiés seulement par l'une de ces
équipes sont valides.

Dans une autre étude publiée en juillet par la revue Genome Biology, une
équipe de chercheurs plaçait le nombre de gènes humains dans une
fourchette de 65.000 à 75.000.

Et certains scientifiques, comme William A. Haseltine, président de la
société Human Genome Science à Rockville (Maryland) font état de
résultats encore bien supérieurs, qui pourraient atteindre entre 90.000
et 120.000 gènes, un chiffre considéré comme trop élevé par une majorité
de spécialiste.

Au début 2001, les deux équipes travaillant sur le séquençage du génome
humain avaient annoncé que les êtres humains possèdent quelque 30.000
gènes, soit à peine deux à trois fois plus qu'une mouche et bien moins
que les 100.000 ou 140.000 estimés auparavant.

La séquence du génome humain comporte toutes les informations
nécessaires à à la vie, et donc à la création d'un être humain. En
comprenant comment les gènes fonctionnent, les scientifiques pourraient
trouver des moyens de bloquer ou de prévenir les maladies génétiques et
d'étendre de manière considérable l'espérance de vie humaine.

--------

SOS-Planete, le site de l'association Terre sacrée
(France), parce qu'on la massacre! https://www.terresacree.org : base vivante
d'information (Environnement, biodiversité, biotechnologies, alternatives,
éthique, découvertes...)

"Il devient indispensable que l'humanité formule un nouveau mode de penser
si elle veut survivre et atteindre un plan plus élevé." Albert Einstein.
"Nous pensons qu'un monde autre  que celui dont la
réunion du G 8 de Gênes a constitué la consternante caricature est
possible." Attac

Retour au sommet de la pageLa carte génétique humaine de Jacques Testard - Sommaire de la page

Menu Flash (portillon de la base)Jardin de la baseNouvelles Jardin


Vous avez aimé cette page. Partagez-la
avec vos ami(e)s sur les réseaux sociaux

Partager avec vos amis sur le réseau social Google Plus Partager avec vos amis sur le réseau social Linkedin S'abonner gratuitement au fil d'info RSS du vaisseau-mère de Demain l'Homme, ex SOS-planete


   

  











Citations d'Hommes justes

Vous pouvez nous envoyez les phrases
(d'Anciens ou non) qui vous semblent
aller de soi et participer à l'ouverture
des consciences


 

Wiki sur Terre - Sois acteur du changement - Demain l'Homme


 

NEWSLETTER

Abonnement gratuit à la
newsletter bimensuelle
confidentielle de Demain l'Homme

BOX EXPRESS

Transmettez par cette
voie votre récolte d'infos vraies
(lesquelles seront vérifiées)
 


Cet annuaire est mis à jour régulièrement par Cédric, président de l'Association. Il est facile d'y inscrire GRATUITEMENT votre site


Exprimez-vous librement sur ce site



LIVRE D'OR. Expression libre


Suivre le Flux RSS de Demain l'Homme
Accès aux 150 derniers articles de Demain l'Homme pour mobiles et PC