o

 

TOUT EN BAS! Ascenseur expressLes fumées de la colère

 

Programme SETI de recherche de vie extraterrestre technologique

 

Action Santé Environnement participe à cette initiative partie de Lunel et relaie l'information.

Richard Lapujade pour ASE acsenv@free.fr  site : http://ase.ouvaton.org

Anti-incinération des déchets : les fumées de la colère...

L'inquiétude grandit en France ; un peu partout les citoyens s'organisent, donnent de la voix, se regroupent :
Région Parisienne, Languedoc-Rousiillon, Haute-Savoie, Vendée, Bretagne, Ardennes, Région P.A.C.A., etc. 
D'un commun accord, ces associations ont mis sur pied une GRANDE JOURNEE NATIONALE CONTRE L'INCINERATION DES DECHETS LE SAMEDI 30 NOVEMBRE 2002.
Au plan local, ...(indiquer ce que votre association a choisi de faire : manifestation, conférence de presse, blocage d'un site, au minimum remise d'une motion en préfecture : si les 95 préfets sont sollicités, cela donnera vraiment une dimension nationale à notre action)
A Paris, le rendez-vous est fixé devant le Ministère de l'écologie et du développement durable (20 avenue de Ségur Paris 7ème) à partir de 11 heures. Une conférence de presse s'y déroulera à midi. Ce rassemblement soutiendra la délégation venue des quatre coins de France pour déposer en début d'après-midi une demande de moratoire sur tout nouveau projet d'incinérateur auprès du 1er Ministre.
+ joindre le texte du moratoire
 
 Paris, le 30 novembre 2002

à Monsieur le Président de la République Française
à Monsieur le Premier Ministre du Gouvernement
à Madame la Ministre de l'Ecologie et du Développement Durable
à Mesdames et Messieurs les Ministres

Les associations ci-dessous signataires constatent qu'un grand nombre d'incinérateurs de déchets sont actuellement envisagés dans l'urgence par des élus qui n'ont pas su mettre en place une politique de gestion et de réduction des déchets efficace en 10 ans, conformément à la loi de 1992 demandant pour juillet 2002 la fermeture des décharges d'ordures brutes.

Il est de plus en plus avéré que l'incinération représente un danger pour la santé publique.  De nombreux incinérateurs ont été fermés en 2001 et 2002 : ces mesures salutaires n'ont pas pour but d'arrêter d'incinérer mais de mettre en place une nouvelle génération d'usines dites propres dont tout laisse penser qu'ils seront vieux et polluants dans 10 ou 20 ans.

En conséquence les associations se sont regroupées pour vous demander solennellement de décréter, dans les plus brefs délais, un moratoire sur tous les projets d'incinération de déchets (qu'ils soient à l'état d'étude, en construction, ou n'ayant pas encore atteint le stade de fonctionnement industriel) et la fermeture immédiate de tous les incinérateurs hors normes ou dont la pollution est avérée.

Notre demande de moratoire est motivée par les éléments suivants :

1) la santé des populations est menacée partout sur le territoire national :
Les dioxines ont été reconnues cancérigènes pour l'homme.  Elles font également partie des substances hormone-like (qui prennent la place des hormones), pour lesquelles on ne peut déterminer de dose inoffensive.  Elles sont particulièrement dangereuse pour le foetus chez lequel elles peuvent provoquer des malformations graves.  Chez tous, hommes et animaux, elles perturbent les fonctions reproductrices et le système immunitaire.
Les différents métaux vaporisés plus spécialement par les incinérateurs modernes à haute température sont connus pour leur affinité particulière pour le système nerveux, entraînant des troubles de la motricité, du comportement et du sommeil et une baisse du quotient intellectuel.  Comme les dioxines ils traversent placenta et glandes mammaires, affectant les enfants parfois des années après l'exposition de leur mère  (cf. documents annexe 1)
L'accumulation et la concentration des substances précitées le long de la chaîne alimentaire impliquent une contamination générale et irréversible de la population.

2) l'impact environnemental de l'incinération est de plus en plus reconnu :
Le constat d'une pollution directe par les fumées a conduit à des fermetures précipitées d'installations avec destruction des productions agricoles voisines. 
La convention de Stockolm, signée par la France, demande à tous les pays membres de faire tout leur possible pour stopper la production et la diffusion des Polluants Organiques Persistants dont font partie les dioxines les furannes et les PCB, présents dans les rejets gazeux, les "mâchefers" (cendres lourdes, principal déchet visible de l'incinération, environ 30% du poids initial)  et les résidus d'épuration des fumées.
Contrairement à ce que l'on voudrait nous faire croire, l'incinération n'élimine pas les toxiques existants dans les déchets mais en crée de nouveaux  qu'elle disperse dans l'air (même avec les meilleurs filtres) ou concentre  dans les cendres.  Les "mâchefers" actuellement utilisés en sous-couche routière contiennent de telles quantités de plomb qu'ils ne devraient même pas être enfouis en CET de classe 2!!(cf. documents annexe 2)
 

3) L'incinération s'oppose à la prévention et freine l'indispensable réduction à la source des déchets :
- utilisée généralement pour bruler des ordures brutes (contrairement à ce que prévoit la loi) elle évite de s'interroger sur le contenu de nos poubelles ;
- la capacité nominale d'un four (toujours supérieure aux nécessités initiales du syndicat qui le met en oeuvre) n'est pas modulable en fonction de l'évolution des besoins : une telle installation tire vers le haut la production de déchets (cf. documents annexe 3)

4) l'incinération contrarie le recyclage des déchets à PCI élevé :
Papiers cartons et plastiques, faciles à trier, sont aussi les meilleurs combustibles dans les déchets, donc nécessaires à l'incinérateur pour obtenir dans les fours une température élevée.  Des déchets "trop bien triés" sont impropres à l'incinération.  Partout où cohabitent tri et incinération, le recyclage reste faible, les matières sèches triées étant parfois même stockées en vue de réguler les apports à l'incinération (cf. documents annexe 4)

5) L'incinération détruit une grande quantité de matière organique, qui serait plus utile dans le sol (humus) que dans l'air (gaz carbonique) où elle contribue à l'effet de serre et au réchauffement climatique ainsi qu'à l'émission de dioxines en combinaison avec des produits chlorés (cf. documents annexe 5)
 
6) L'électricité produite par un incinérateur n'est pas rentable :
D'un faible rendement pour un lourd investissement, le prix de revient du kW/h est quasiment au prix de rachat EdF qui est déjà surestimé.  Nous savons en effet qu'EdF s'est engagé à acheter l'électricité issue de l'incinération au-dessus de son cours habituel ce qui est une façon indirecte de subventionner ce type de traitement aux frais du contribuable.
- l'énergie restituée par l'incinération est toujours inférieure à celle nécessaire pour fabriquer la matière première (papier carton, plastique) : le bilan énergétique du recyclage est meilleur, sans compter l'économie de matière première et d'eau (cf. documents annexe 6) .

7) Les prises de décisions pour le traitement des déchets, en particulier le choix de la filière incinération, sont entourées d'une obscurité proportionnelle aux sommes engagées.
Trop souvent, les élus et la population sont quasi dépossédés du contrôle de la gestion des filières, ce service public étant capté par les entreprises privées, en recherche de marges bénéficiaires importantes, qu'y n'ont aucun intérêt à la réduction des déchets ou à la généralisation du tri-recyclage qui génère beaucoup plus d'emplois que de profits (cf. documents annexe 7)

Ce moratoire permettrait de faire une comparaison sérieuse des différentes méthodes de traitement des déchets dans chaque cas particulier en tenant compte des facteurs :
- socio-économiques : création d'emplois, cout réel d'investissement et de fonctionnement, transparence de la gestion et des documents contractuels etc.
- environnementaux : effet de serre, économies de matières premières, pollution de l'air de l'eau et des sols, transports, bilan énergétique, etc.
- sanitaires : cancers, malformations foetales, troubles nerveux, immunitaires et hormonaux,  évaluation des impacts par des enquêtes épidémiologiques... 
Ces études, réalisées par des organismes indépendants dans une totale transparence, permettraient à chacun de se faire une opinion objective, indispensable avant toute consultation sur un type de projet, qui nous engage pour plusieurs dizaines d'années.

Conclusion :
Ce moratoire sur l'incinération pourrait être mis à profit pour prendre des mesures énergiques  de prévention des déchets à trois niveaux : au niveau individuel du citoyen , au niveau des collectivités locales, au niveau industriel et gouvernemental.  Ces mesures obligeraient à une forte réduction des déchets à la source, en toxicité et quantité, avec pour objectif la prévention des déchets ultimes.  Elles favoriseraient en échange la pérennité et la recyclabilité des produits fabriqués.
Lors d'assises nationales courant 2OO3, les associations feront une synthèse de leurs propositions dans ces domaines qui sera exposée ensuite aux collectivités locales et instances nationales
 

Chers Amis,
La presse refusant de faire état de cette situation révoltante, faites de ce texte le meilleur usage. Merci à vous. 
Dany DIETMANN, Maire de MANSPACH, Alsace (août 2002).

      DE L'EXEMPLARITE A L'ABSURDE !

Depuis 1992, cela fait dix ans qu'à Manspach ainsi que dans toutes les communes de la Communauté de Commune de la porte d'Alsace, les citoyens ont été régulièrement sollicités pour trier, composter, réduire la masse de leurs ordures, pour diminuer l'impact environnemental de leurs déchets ménagers, en terme de transports routiers, de pollution atmosphérique, et de pollution souterraine des nappes aquifères.
Dix ans d'efforts bénévoles enfin valorisés par la mise en oeuvre de la pesée embarquée et la chute des couts du service de ramassage pour toutes celles et tous ceux qui s'étaient investis dans cet effort éco-citoyen, dix ans durant lesquels la masse des ordures ménagères est passée de 370 kg par habitant et par an (moyenne nationale) à 77 kg de déchets ultimes par habitants et par an. En réduisant ainsi la masse des déchets non triés par 4, les populations ont donné un superbe exemple de civisme et de respect des générations futures.
Malheureusement, dans un contexte politico-économique où tout est axé vers l'inéluctabilité suicidaire de la croissance, cette réduction d'ordures et de cout de fonctionnement , réduit les gains industriels en terme de transports routiers et de traitement, rend les usines d'incinérations trop grandes pour ce qu'il reste à bruler (9 usines d'incinération en Espagne où le tri est pratiqué et 293 en France !), modifie le comportement des consommateurs devant les rayons de supermarchés, remet en question le marketing des emballages.
Alors que l'écrasante majorité des ménages avait atteint l'excellence civique au meilleur prix, voilà que l'on décide de lui imposer le retour à la médiocrité au prix fort en lui demandant de remélanger les déchets pour augmenter la masse de la pesée embarquée, satisfaire à la croissance du nombre de camions sur les routes, améliorer le remplissage et la combustion des fours des usines d'incinération, augmenter la pollution atmosphérique et l'effet de serre, et comme à Albertville, accentuer la contamination de l'environnement agricole par les dioxines et les furanes cancérogènes, pour ponctionner au final plus d'Euros dans les bourses des ménages; c'est absurde.

                                  Appel pour Manspach
Nous organisons une campagne pour dénoncer ces aberrations et vous demandons de vous y associer. Envoyer nous des E Mails "fedel.ecolo@free.fr" ou lettre de soutien à Mairie de Manspach 68210 et au mail suivant : "dany.dietmann@wanadoo.fr".

 
           LES NON DITS DE L'ABSURDE......
 

Aujourd'hui le traitement des déchets est devenu une activité économique fort lucrative dont les couts sont répercutés directement sur les ménages par le biais de la taxe ou de la redevance. C'est ainsi que les gestionnaires d'usines d'incinération vendent la chaleur produite par la combustion des déchets à des industriels ou des collectivités intéressés, et que dans ce contexte ils n'ont aucun intérêt à voir se réduire le volume des ordures. De même, ils n'ont aucune motivation à faire émerger des filières de recyclage des plastiques plats qui les priveraient du Potentiel Calorifique Interne gratuit de ces matières dont le retrait devrait être compensé par du fioul ou du gaz naturel, réduisant notablement leurs marges bénéficiaires. Cela signifie que nos plastiques plats triés ont une valeur ajoutée qui devrait se traduire au niveau du ramassage par la gratuité de leur collecte. C'est la raison pour laquelle il ne faudrait en aucun cas les remélanger aux déchets résiduels ultimes de la poubelle à puce.

En imposant ce mélange aux habitants, les pouvoirs politiques se placent délibérément contre les intérêts budgétaires des particuliers écocitoyens, et contre l'intérêt d'un environnement pour lequel l'incinération des plastiques génère, partout en France, la dispersion de dioxines de furannes et de perturbateurs endocriniens hautement toxiques. En remélangeant les plastiques on tourne définitivement le dos aux recherches sur le recyclage des plastiques plats ainsi qu'aux emplois générés par ces nouvelles filières; par le refus du recyclage, l'épuisement des hydrocarbures fossiles se trouve accéléré et se conjugue à l'aggravation de l'effet de serre. On atteint là les antipodes d' un développement durable pieusement invoqué en périodes électorales.

VERS 40 000 tonnes/an? Plus localement les 1500 tonnes/an de déchets ultimes des habitants de la com. com. de Dannemarie ainsi que les 8500 tonnes/an d'ordures des structures intercommunales sundgauviennes, devront aller se faire incinérer dans le territoire de Belfort, alors que les 170 000 tonnes/an de déchets divers venant de tout le Haut-Rhin continueront à venir dans le Sundgau, à RETZWILLER. Cela devrait signifier, que dans un soucis d'égalité de traitement entre les Sundgauviens et les autres haut-rhinois, ces 170 000 tonnes/an venant de tout le département ne devraient plus contenir de plastiques, de papiers, de cartons, de métaux, de putrescibles, de verre, de tissus, susceptibles de générer une valorisation énergétique ou matière,
et surtout pas de substances chimiques dont les métaux lourds de mâchefers relèvent de décharges de Classe1.
En appliquant scrupuleusement aux produits arrivant à la décharge de Retzwiller, les contraintes imposées aux sundgauviens, il va de soi que les 170 000 tonnes/an seraient divisées par 4, comme dans la C.C., et il n'y aurait plus alors que 40 000 tonnes/an qui arriveraient à Retzwiller. Serait-ce une aubaine ou une catastrophe ?
 

Ayant fait le tour de quelques entreprises dont les bennes de déchets vont sur Retzwiller, j'ai appris que les entreprises qui acceptaient de séparer les plastiques plats des déchets divers de leurs bennes de chantiers, se voyaient proposer par le collecteur un prix d'enlèvement à la tonne inférieur de 20 ?.. Par contre les seaux plastiques ayant contenus différents produits seront toujours acheminés sur RETZWILLER.de même que les autres résidus. Ce qui tendrait à prouver que chez les prestataires de service de collecte existe une filière plastiques plats non proposée aux habitants de la Com Com... de Dannemarie, et que ce qui n'est pas autorisé aux ménages Sundgauviens, l'est pour les entreprises et les industriels extérieurs au Sundgau.

 
L'IMPACT DES RENTES DE SITUATION......
 

Pour comprendre le système dans sa globalité, il convient de ne pas oublier que la Communauté des Communes de la Porte d'Alsace n'a aucun intérêt de voir se réduire les tonnages de déchets acheminés vers Retzwiller, puisqu'elle touche de la part de SITA une commission à la tonne dépottée au même titre que RETZWILLER et WOLFERSDORF, et que l'importance globale des sommes perçues (4 000 000 de F.) ne stimule pas le souhait de voir fermer cette décharge ou simplement l'envie d'en voir limiter l'activité. Dans un ordre d'idées différent, les habitants de ces communes ne paient pas le service de collecte des ordures ménagères en contre partie des insoutenables nuisances olfactives qu'ils subissent, et ce n'est que justice.

Il n'est donc pas du tout évident que l'excursion Belfortaine des déchets sundgauviens modifie l'ambiance olfactive du site, mais il est certain que les 10 000 tonnes/an de déchets sundgauviens devant aller à l'incinération à Bourogne, représentent pour les gestionnaires de la décharge de Retzwiller un manque à gagner annuel oscillant aux alentours de 800 000 ?, et que dans ces conditions il va bien falloir, pour maintenir le système, qu'une solution compensatoire soit trouvée. Le tri industriel sera-t-il cette solution ? mais alors il faudra demander aux consommateurs de la C.C. de la Porte d'Alsace de mélanger le plastique avec le carton, avec les tetrapacks, avec la ferraille, le papier, les textiles et le reste, pour permettre le fonctionnement d'équipements industriels trieurs dont le cout de fonctionnement sera facturé à tous ces acteurs civiques du tri à qui il sera désormais interdit de trier pour pouvoir leur demander de payer plus. Il semblerait que le projet soit déjà dans le tuyau.

DE L'UTILITE DES ELUS COMMUNAUX.......
 

Alors que ces évolutions rudologiques font la chronique des presses locales, il convient de remarquer que les élus de chaque commune, Délégués du Conseil Syndical de la Porte d'Alsace n'ont toujours pas été appelés à délibérer sur l'opportunité de cette nouvelle organisation et qu'ils se trouvent devant un fait accompli frappant de plein fouet les administrés de leurs communes au sein d'une structure disposant de la compétence d'élimination des ordures ménagères. Est-ce le signe que la démocratie ne peut se conjuguer à l'absurde, ou plus simplement que devant les intérêts occultes d'un système, les élus du peuple sont traités à la marge?

L'avenir nous permettra sans doute de répondre à ces deux questions, car il n'est pas sûr que la population courbe l'échine sous les fourches caudines de l'absurde, et il est encore moins sûr que les élus municipaux acceptent longtemps cette marginalisation de leur fonction au sein d'une structure intercommunale. Cette tentative de lynchage de l'éco-citoyenneté porteuse de bénévolat valorisé au travers du tri à la source et de la pesée embarquée, prouve que pour les décideurs économiques et politiques, l'avenir de l'environnement des générations futures ne pèse pas lourd face à l'extraction immédiate de l'argent des porte-monnaie des consommateurs. Dans le droit fil de cette logique: à quand la transformation du "Centre d'Initiation à la Nature et à l'Environnement" en "Centre d'Initiation à la Net Economy"?


Dany DIETMANN
 

Maire de MANSPACH

nature

http://humains-associes.org      Abonnez-vous gratuitement à la liste d'information SOS-planete

La fièvre de l'organisme Terre

https://www.terresacree.org   Mail, forum, courrier des surfeurs, livre d'or...

Le saviez-vous? Si l'on contracte l'évolution de la vie à une année, l'homme fait son apparition dans les 11 DERNIERES minutes. Vous êtes vivant depuis 3 ou 4 dixièmes de seconde et l'homme a réussi en une seule seconde à détruire des espèces qui ont mis 2, 4, 6 mois, voire plus, à se développer

nature, environnement, écologie, bio, vertAnnuaire de liens utiles   Proposer un site web génial dans notre annuaire vert  

  nature, environnement, écologie, bio, vertJardin

Retour au sommet de la page

 environnement, nature, écologique, bio    Entrez dans le jardin de la base


Vous avez aimé cette page. Partagez-la
avec vos ami(e)s sur les réseaux sociaux

Partager avec vos amis sur le réseau social Google Plus Partager avec vos amis sur le réseau social Linkedin S'abonner gratuitement au fil d'info RSS du vaisseau-mère de Demain l'Homme, ex SOS-planete


   

  











Citations d'Hommes justes

Vous pouvez nous envoyez les phrases
(d'Anciens ou non) qui vous semblent
aller de soi et participer à l'ouverture
des consciences


 

Wiki sur Terre - Sois acteur du changement - Demain l'Homme


 

NEWSLETTER

Abonnement gratuit à la
newsletter bimensuelle
confidentielle de Demain l'Homme

BOX EXPRESS

Transmettez par cette
voie votre récolte d'infos vraies
(lesquelles seront vérifiées)
 


Cet annuaire est mis à jour régulièrement par Cédric, président de l'Association. Il est facile d'y inscrire GRATUITEMENT votre site


Exprimez-vous librement sur ce site



LIVRE D'OR. Expression libre


Suivre le Flux RSS de Demain l'Homme