Yvan Marzin

TOUT EN BAS! Ascenseur expressArnaud Greth, fondateur de Noé Conservation, à propos de la Journée de la biodiversité.

«Laisser un coin de jardin en friche...»

 

 

Vos réactions à ce sujet :

Par Alexandra SCHWARTZBROD, samedi 21 mai 2005 (Libération)

________________________

Ce dimanche, la planète entière est censée célébrer la richesse de la nature à l'occasion de la Journée internationale de la biodiversité. «Une assurance vie pour un monde en changement», tel est le thème de cette année. Une énième journée internationale ? Pour quoi faire ? Arnaud Greth, fondateur de Noé Conservation, une association créée en 2001 pour contribuer à la sauvegarde de la biodiversité, explique pourquoi il est important d'alerter sans relâche l'opinion sur le sujet.

Pourquoi la biodiversité serait-elle une assurance vie ?

Parce qu'au quotidien nous en vivons tous. Notre alimentation et notre santé en dépendent. Plus de la moitié des médicaments proviennent de substances naturelles. Et tout notre système agricole vit de services écologiques basés sur la biodiversité. Exemple, si on n'avait pas d'insectes pollinisateurs, telles les abeilles, on n'aurait plus de fruits ni de légumes. La valeur des biens et des services fournis par les écosystèmes (lutte contre l'érosion des côtes via les récifs de corail, pollinisation...) a été estimée par des scientifiques de l'université du Maryland à 26 000 milliards d'euros, soit deux fois le PNB mondial ! Quand on se lève le matin et qu'on se brosse les dents avec l'eau du robinet puis qu'on enfile un tee-shirt en coton avant de prendre une aspirine parce qu'on a mal à la tête, on ne fait que profiter de ce que nous offre la nature.

Y a-t-il un risque réel d'épuisement des ressources ?

Avec le réchauffement climatique, l'érosion de la biodiversité est un des grands enjeux du XXIe siècle. Selon les experts, 50 % des espèces vivantes pourraient disparaitre avant 2050, c'est-à-dire une espèce sur deux. Exemple : cela faisait des années que les experts se battaient pour préserver les derniers rhinocéros blancs du parc national de la Garamba au Congo. Il en restait quelques dizaines. Dernièrement, les rebelles ou les braconniers ont tué les quatre derniers. Beaucoup d'efforts et des millions de dollars ont été dépensés en vain pendant des décennies. Et nous avons perdu un élément clé de notre patrimoine.

Le phénomène est-il le même en Europe ?

Bien sûr. En France, on parle surtout de l'ours et du loup mais il y a plein d'espèces moins charismatiques qui sont en train de disparaitre dans l'indifférence : la rosalie des Alpes (un petit coléoptère), la tortue d'Hermann dans le Sud-Est, le grand hamster d'Alsace, l'azuré des Mouillères (un papillon des zones humides)... Ce sont, pour certaines, des espèces de notre quotidien que nos petits-enfants ne verront plus. Côté flore, il y a 486 espèces de plantes menacées en France métropolitaine, c'est énorme. Première cause de disparition : la destruction de l'habitat. Exemple, la pensée du Bassin parisien (ou violette de Cry), disparue en 1927 quand on a fait une carrière dans l'Yonne.

En plus, l'homme a tendance à introduire des espèces qui deviennent envahissantes dans le milieu naturel : le ragondin, la grenouille-taureau, la tortue de Floride, l'écrevisse américaine...

La multiplication des colloques et autres journées sur la biodiversité montre-t-elle que la société prend conscience du problème ?

Oui, on commence à le voir dans les mondes de l'entreprise et de la politique. La biodiversité devient un mot à la mode et c'est bien ! Moi, au début, je ne l'aimais pas, un peu technocratique à mon goût, je préférais parler de nature. Maintenant, je l'ai adopté, c'est un mot joyeux et il intègre un concept plus global. Dans biodiversité, il y a aussi la notion de lien entre espèces. La chaine de la vie est si complexe que tout est lié.

Comment faut-il agir ?

De deux façons. A court terme, il faut se mobiliser pour sauver la nature extraordinaire : favoriser les aires protégées, les parcs naturels, les programmes de protection des espèces... A moyen et long terme, il faut faire évoluer nos modes de consommation. On est en train de vivre à crédit sur la planète. La mondialisation ne tient que parce que l'énergie n'est pas chère. Or les ressources naturelles s'épuisent. Les gens doivent changer de comportement vis-à-vis de l'environnement et apprendre à consommer durablement. L'Etat ne se mobilisera que si le citoyen se mobilise.

C'est la vocation de votre association ?

On ne sauvera la nature que si l'on travaille sur le terrain. Or les associations ont tendance à délaisser celui-ci au profit des campagnes de lobbying. Nous souhaitons donc aider les acteurs qui travaillent sur le terrain et nous cherchons des partenaires pour y parvenir. Et nous essayons aussi de sensibiliser les individus en propageant des gestes simples. Exemples : laisser un coin de jardin en friche et observer la vie qui revient (le jardin, c'est le symbole de la nature ordinaire qui nous entoure) ; faucher un ou deux mois plus tard que d'habitude pour permettre à la faune de se reproduire ; faire un compost (20 % de déchets ménagers sont ainsi économisés)... Il ne faut pas culpabiliser les gens, il faut les faire rêver, les associer à l'aventure de la protection de la biodiversité. Un geste simple au départ induit plein de choses pour la société.

http://www.liberation.fr

Anne EsperetLogo crée bénévolement par notre ami Louis Rocquin.environnement, nature, écologique, bio

  Abonnez-vous gratuitement à la liste d'information SOS-planete

https://www.terresacree.org   

Mail, forum, courrier des surfeurs, livre d'or...

 

Biodiversité : l'hécatombe!

Logo d'Helleboid camille : pastorius2000@yahoo.fr

Fil d'info RSS     nature, environnement, écologie, bio, vert  bnature, environnement, écologie, bio, vert    nature, environnement, écologie, bio, vertJardin

Retour au sommet de la page

environnement, nature, écologique, bio   Entrez dans le jardin de la base


Vous avez aimé cette page. Partagez-la
avec vos ami(e)s sur les réseaux sociaux

Partager avec vos amis sur le réseau social Google Plus Partager avec vos amis sur le réseau social Linkedin S'abonner gratuitement au fil d'info RSS du vaisseau-mère de Demain l'Homme, ex SOS-planete


   

  











Citations d'Hommes justes

Vous pouvez nous envoyez les phrases
(d'Anciens ou non) qui vous semblent
aller de soi et participer à l'ouverture
des consciences


 

Wiki sur Terre - Sois acteur du changement - Demain l'Homme


 

NEWSLETTER

Abonnement gratuit à la
newsletter bimensuelle
confidentielle de Demain l'Homme

BOX EXPRESS

Transmettez par cette
voie votre récolte d'infos vraies
(lesquelles seront vérifiées)
 


Cet annuaire est mis à jour régulièrement par Cédric, président de l'Association. Il est facile d'y inscrire GRATUITEMENT votre site


Exprimez-vous librement sur ce site



LIVRE D'OR. Expression libre


Suivre le Flux RSS de Demain l'Homme