hLe 19 septembre 2006 : Un travail b�n�vole de S. M. que nous remercions vivement.

 

TOUT EN BAS! Ascenseur express

La fin du monde tel que nous le connaissons

environnement, nature, vert, �cologie, biologique, plan�te Terre

 

Le 20 d�cembre 2006, un travail b�n�vole de S. M..

S. M., le 19 mars 2007

 

 

Chronique de l'ancien ministre de l'Environnement Yves Cochet, parue sur le site Actu-Environnement (29 mai 2008).

Nous sommes drogu�s au p�trole, nous ne pouvons pas nous en passer, nous sommes pr�ts � tout pour continuer notre addiction. Nous, c'est-�-dire le tiers le plus riche des habitants de la plan�te. Cette situation, � elle seule, aura bient�t des cons�quences d�vastatrices dans tous les domaines, sur tous les continents. La hausse actuelle du cours des hydrocarbures n'est pas un simple choc p�trolier - comme ceux que nous avons affront�s en 1973 et 1979 - c'est la fin du monde tel que nous le connaissons.

Cet �v�nement, dont nous apercevons les pr�misses, provient de la co�ncidence, sur quelques ann�es, de trois facteurs in�dits :

1) le d�clin d�finitif de la production de p�trole (g�ologie) ;

2) l'exc�s structurel de la demande mondiale sur l'offre de p�trole (�conomie) ;

3) l'intensification des guerres et du terrorisme pour l'acc�s aux ressources non renouvelables (g�opolitique).

Ces trois facteurs, se renfor�ant mutuellement, provoquent d'abord une hausse des prix des produits p�troliers, puis du gaz et de l'�nergie, enfin de toutes les denr�es et services qui en d�pendent. Bref, nous entrons dans une p�riode d'inflation, de r�cession, de tensions internationales, de guerres.

1) En 1956, King Hubbert �tait g�ologue � la soci�t� Shell. Il publia un article peu remarqu� affirmant que la production p�troli�re des 48 premiers �tats am�ricains - la plus importante du monde � cette �poque - allait croitre jusqu'en 1970, puis d�cliner inexorablement ensuite. Il fallut attendre un peu plus de quatorze ann�es pour lui donner raison : la production am�ricaine ne cesse de d�croitre depuis 1970. En extrapolant les m�thodes de Hubbert � l'ensemble de la plan�te, on peut estimer que nous avons atteint aujourd'hui - en 2008 - le maximum de la production mondiale de p�trole.

Ceci est un �v�nement exceptionnel dans l'histoire humaine. Pour la premi�re fois, les volumes de la mati�re premi�re la plus indispensable � l'ensemble de l'�conomie mondiale auront cru pendant cent cinquante ans pour diminuer ensuite, sans coup f�rir, ann�e apr�s ann�e. L'image mentale de la � croissance � - du PIB, de la population, du nombre d'automobiles... - se heurte � la d�croissance g�ologique, in�luctable, irr�versible de son plus pr�cieux fluide. La singularit� de cet �v�nement est telle qu'aucun mod�le du monde �conomique, aucune information massive de sensibilisation, aucune politique d'�vitement ou d'adaptation n'auront pr�c�d� son advenue. Cette ignorance est catastrophique.

2) Le second facteur cr�ateur du choc est le croisement actuel de deux courbes. La courbe de la demande mondiale de p�trole et celle de l'offre mondiale, qui a toujours �t� sup�rieure � la premi�re, jusqu'� pr�sent. Aujourd'hui, la demande d�passe l'offre. Cette nouvelle situation d'exc�s structurel de la demande mondiale sur l'offre provoque une tension sur les march�s des cours du p�trole et, finalement, une hausse forte et d�finitive de ces cours. L'inflation des prix des produits p�troliers se propage aux autres domaines, notamment l'agriculture et la p�che, les transports et le tourisme.

Les esprits cornucopiens - croyants en une corne d'abondance �ternelle - estiment tranquillement que le croisement des courbes de l'offre et de la demande ne durera pas, la technologie, le march� et l'ing�niosit� humaine parvenant � prolonger les modes de production et de consommation industriels, et m�me � les �tendre au monde entier.

La consommation d'�nergie ne peut que croitre. L'avenir est radieux, la mondialisation heureuse. Les �conomistes pr�tendent que le prix de l'�nergie doit tendre vers le cout marginal. J'estime, au contraire, que le prix d'une �nergie doit tendre vers le cout de sa substitution �ventuelle, qui est bien plus �lev� que le prix actuel. Autrement dit, � 130 dollars le baril et � 1,50 euros le litre � la pompe, le p�trole n'est pas cher. Nous nous en apercevrons bient�t lorsque le baril sera � 300 dollars et le litre � 3 euros.

3) Hausse des cours du p�trole. Inflation. Augmentation des taux d'int�r�t. Dette. Cr�ation de monnaie. D�valuation. Baisse du pouvoir d'achat, baisse des achats. R�cession. Tensions internationales... Le p�trole en hausse, c'est la guerre.

Les pays gros consommateurs de p�trole n'en poss�dent pas, ou n'en poss�dent plus, ou moins que jadis. La France et l'Allemagne n'en ont pas. Les Etats-Unis importent aujourd'hui plus de la moiti� de leur consommation. La Grande-Bretagne est devenue importatrice en 2004, du fait de la d�pl�tion des champs de la mer du Nord. Favoris�es par la nature (?), les grandes r�gions exportatrices sont le Moyen-Orient, l'Oural-Volga et la Sib�rie occidentale en Russie, le golfe de Guin�e, le Venezuela et le Mexique.

Les pays du Moyen-Orient, qui d�tiennent les deux tiers des r�serves de p�trole et assurent 31 % de la production, ne contribuent qu'� 6 % de la consommation mondiale. Une situation semblable, bien que moins contrast�e, pr�vaut en Afrique (production : 11 % ; consommation : 3 %) et en Am�rique latine (production : 10 % ; consommation : 6 %). � l'oppos�, les r�gions grandes consommatrices sont importatrices : l'Am�rique du Nord (production : 18 % ; consommation : 30 %), l'Europe (production : 9 % ; consommation : 22 %) et l'Asie-Oc�anie (production : 10 % ; consommation : 28 %).

Ce qui fut appel� � d�veloppement � au cours de la seconde moiti� du vingti�me si�cle se r�sume � une qualit� : l'acc�s � l'abondance p�troli�re bon march� pour produire du travail m�canique. C'est pourquoi les Etats-Unis furent et demeurent le premier des � pays d�velopp�s �. Pendant la majeure partie de ce dernier si�cle, ils poss�d�rent, avant et plus que tout autre, cet acc�s au p�trole sur leur territoire et par l'interm�diaire de leurs compagnies transnationales.

Mais les temps changent. D�couvertes en chute, offre stagnante, demande croissante, guerres pour l'acc�s. Telle est la formule de la d�pl�tion p�troli�re qui s'annonce. Le choix des pays industrialis�s est binaire : ou bien ils d�cident leur sevrage imm�diat et rigoureux, ou bien ils continuent leur addiction par la force. La premi�re alternative est la seule mani�re de sauvegarder la solidarit�, la d�mocratie et la paix, mais nous avons choisi la seconde : la guerre (Irak, Afghanistan, Darfour...).

Cette situation n'est pas � la fin du p�trole � ou � la fin des �nergies fossiles �, c'est la fin de l'�nergie bon march� et, cons�quemment, la fin du monde tel que nous le connaissons, c'est-�-dire, avant quinze ans, la fin de la croissance �conomique, la fin du capitalisme, la fin de l'Union europ�enne, la fin de l'aviation commerciale de masse, la fin de la grande distribution...

Les transitions �nerg�tiques des si�cles pass�s - du bois au charbon, du charbon au p�trole - �taient graduelles et adaptatives, le pic de Hubbert sera brusque et r�volutionnaire. La fin du p�trole bon march� est la plus grande �preuve qu'ait jamais affront�e l'humanit� (c'est LE probl�me). Afin d'en repousser un peu la date et d'en r�duire un peu les effets d�sastreux, la seule conduite possible est l'apprentissage de la sobri�t� (c'est LA solution). C'est-�-dire, politiquement, une perspective d'autosuffisance d�centralis�e, par la d�croissance de la consommation, par la d�croissance des �changes de mati�res et d'�nergie, par une mobilisation g�n�rale de la soci�t� autour d'une sorte d'�conomie de rationnement solidaire et d�mocratique.

Dans l'immens�ment complexe cycle du carbone, l'aval du cycle, d�sormais connu sous l'appellation de � changement climatique �, est aujourd'hui l'objet d'une certaine attention, voire de quelques faibles d�cisions (Protocole de Kyoto, Grenelle de l'environnement) destin�es � r�duire ou � s'adapter aux �pisodes climatiques extr�mes qui se profilent. Mais le changement climatique, bien que rapide au regard des temps g�ologiques, est dix fois plus lent que l'amont du cycle du carbone, c'est-�-dire le pic de Hubbert, le � Peak Oil �. Si celui-l� se mesure en d�cennies, celui-ci se mesure en ann�es. Nous ne sommes plus dans la pr�vision, nous sommes dans le compte � rebours.

http://www.yvescochet.net/


De : Yves Cochet
lundi 7 juillet 2008

http://bellaciao.org/fr/spip.php?article68729

Source : http://www.actu-environnement.com/

S. M., le 28 janvier 2007

Bonobo : Qu'est-ce que c'est que ce binz?  Anne EsperetAbonnez-vous gratuitement � la liste d'information SOS-planete

https://www.terresacree.org   

Mail, forum, courrier des surfeurs, livre d'or...vivant12@free.fr

environnement, nature, �cologique, bioLa mort du p�trole, c'est l'occasion d'une nouvelle naissance

environnement, nature, �cologique, bioLe p�trole : les gisements exploitables seront �puis�s en 2050

Energies

environnement, nature, �cologique, bioComment participer au changement dans ma vie de tous les jours?

Fil d'info RSS    environnement, nature, �cologique, bioJardin

Retour au sommet de la page

 Portillon de la base Entrez dans le jardin de la base


Vous avez aim� cette page. Partagez-la
avec vos ami(e)s sur les r�seaux sociaux

Partager avec vos amis sur le r�seau social Google Plus Partager avec vos amis sur le r�seau social Linkedin S'abonner gratuitement au fil d'info RSS du vaisseau-m�re de Demain l'Homme, ex SOS-planete


   

  











Citations d'Hommes justes

Vous pouvez nous envoyez les phrases
(d'Anciens ou non) qui vous semblent
aller de soi et participer � l'ouverture
des consciences


 

Wiki sur Terre - Sois acteur du changement - Demain l'Homme


 

NEWSLETTER

Abonnement gratuit � la
newsletter bimensuelle
confidentielle de Demain l'Homme

BOX EXPRESS

Transmettez par cette
voie votre r�colte d'infos vraies
(lesquelles seront v�rifi�es)
 


Cet annuaire est mis � jour r�guli�rement par C�dric, pr�sident de l'Association. Il est facile d'y inscrire GRATUITEMENT votre site


Exprimez-vous librement sur ce site



LIVRE D'OR. Expression libre


Suivre le Flux RSS de Demain l'Homme