ha  SOS-Pl(at)net, le site de Terre sacrée. Bannière réalisée bénévolement par Frédéric Schoenahl que nous remercions vivement.Sans toi, je ne suis rien. Et toi, Terrien?

Tigre des neiges en voie de disparition

TOUT EN BAS! Ascenseur expressVive la différence

Comment empêcher la disparition d'espèces ?

Source UNESCO

 

Rhinocéros noir en voie de disparitionTamarin lion doré en voie de disparitionL'approche du nouveau millénaire est un bon prétexte pour dresser un bilan global, et inviter l'humanité à se contempler dans le miroir de ses actions passées. Mais si nous pouvons être fiers de bon nombre de nos réalisations, nous avons aussi considérablement perturbé les équilibres biologiques.

A ce jour, les taxonomistes ont identifié quelque 1,4 million d'espèces animales et végétales, dont bon nombre restent à décrire et à répertorier. Mais d'après les estimations, la Terre ne compterait pas moins de 10 à 15 millions d'espèces, dont 80 à 90 % nous sont encore inconnues et dont beaucoup habitent dans les grands fonds marins. Et du fait de la déforestation, rien qu'en Amazonie, 2.000 à 3.000 espèces qui n'ont encore jamais été cataloguées sont d'ores et déjà vouées à l'extinction. Or, sur les 3.000 plantes identifiées comme ayant des propriétés anticancéreuses par l'Institut américain du cancer, 70 % proviendraient précisément des forêts tropicales, lesquelles disparaissent au rythme de 17 millions d'hectares par an en raison de l'activité humaine. D'autres habitats - l'océan, les montagnes, le littoral, etc. - souffrent également d'atteintes irréversibles qui entraînent une réduction permanente de la biodiversité.

C'est pour élaborer un instrument d'intervention globale en faveur de la biodiversité qu'un groupe de travail créé par le Programme des Nations Unies pour l'environnement a rédigé le projet de Convention sur la diversité biologique, qui a été ouvert pour signature le 5 juin 1992, dans le cadre de la Conférence des Nations Unies sur l'environnement et le développement (le "Sommet de la Terre" de Rio). Un an plus tard, ce texte avait déjà été paraphé par 168 signatures. Il est entré statutairement en vigueur le 29 décembre 1993, 90 jours après la 30e ratification.

Effets du changement climatique sur la biodiversité

"Après la Conférence de Rio", déclare Pierre Lasserre, Directeur de la Division des sciences écologiques à l'UNESCO, "nous avons compris que le changement climatique a des effets planétaires que nous ne pouvons décrire, alors que les actions ponctuelles de l'homme ont des répercussions spectaculaires sur les espèces et les écosystèmes, dont la plus évidente est l'extinction des espèces. La disparition est un phénomène naturel, mais elle s'étend normalement sur des centaines de millions d'années. La différence entre cette évolution imperceptible et ce qui se passe maintenant, c'est que l'homme, en modifiant les éléments, exerce une influence directe sur les biosystèmes".

C'est là, explique Pierre Lasserre, l'une des raisons d'être du programme Diversitas - programme international des sciences de la biodiversité créé en 1991, avec l'appui de l'Union internationale des sciences biologiques (UISB), du Comité scientifique sur les problèmes de l'environnement (SCOPE), de l'UNESCO, du CIUS, de Global Change et de Terrestrial Eco-Systems (IGBP/GCTE). Selon lui, pour comprendre comment fonctionnent les écosystèmes, et pour sauver la diversité globale, "il faut disposer d'un observatoire, de cerveaux, de techniciens et d'argent". Diversitas constitue une plate-forme de réflexion sur ces objectifs dans le cadre d'un programme de recherche coordonné.

La multiplicité des espèces est-elle un luxe ?

"Quand on observe des espèces apparemment très proches", indique Pierre Lasserre, "on a l'impression d'un gâchisdes forces de la nature. Il existe une surabondance de solutions, et les différences entre certaines espèces sont souvent marginales. Malgré tout, il existe un fil conducteur génétique en dépit de toutes ces variations. Ainsi, le concombre de mer est l'un de nos lointains ancêtres avec son amorce de colonne vertébrale, une bouche, un estomac et un anus. C'est de lui que descendent les vertébrés qui sont les ancêtres des mammifères et donc de l'homme".

Face à la multiplicité des espèces, on pourrait se dire qu'il n'est pas si grave d'en voir disparaitre quelques-unes. Mais, précise Pierre Lasserre, "il y a une différence entre ce que j'appellerais les espèces clés et les autres. Si une espèce clé de la chaine alimentaire disparaît, c'est toutes les autres qui sont affectées". Or, les espèces clés sont souvent tout aussi vulnérables que les autres. Et quand on sait qu'au moins 80 % du patrimoine biogénétique de notre planète reste à découvrir, qui peut dire quel potentiel génétique nous sommes en train de détruire ?

Ce n'est que tout récemment que les vaisseaux d'exploration abyssale d'IFREMER en France et de l'Institut océanographique Woods Hole ont révélé l'existence de formes de vie marines entièrement originales qui survivent avec très peu de nourriture et sans lumière en supportant les formidables pressions de l'élément liquide à des milliers de mètres de profondeur. Ces formes de vie prospèrent ainsi autour des crevasses hydrothermiques qui libèrent des gaz à 380°. Imprégnées d'arsenic et de radioactivité, des bactéries thermophiles tirant leur énergie chimique de l'oxydation de dérivés sulfureux vivent là en symbiose avec des vers géants (holothermies). Ces bactéries pourraient représenter un pactole annuel de l'ordre de 3 milliards de dollars si l'on parvient à exploiter leur potentiel pour l'élimination des déchets, le conditionnement des aliments, le traitement des hydrocarbures, la fabrication du papier et diverses applications minières et pharmaceutiques. Or, nous aurions fort bien pu les détruire sans même nous en rendre compte.

L'homme et la biosphère

Tout le problème du développement durable consiste à réconcilier le progrès économique, la satisfaction des besoins de la population et la défense de l'environnement. Le Programme sur l'Homme et la biosphère (MAB) de l'UNESCO vise précisément à concilier les exigences de la préservation de l'environnement et du développement des ressources naturelles des écosystèmes terrestres et côtiers. Le programme MAB apporte un appui technique à la Convention sur la diversité biologique et effectue avec Diversitas un travail de recherche et de contrôle de la diversité biologique sur les régions terrestres et côtières, notamment dans le sol et dans les sédiments marins et aquatiques.

Les recherches du programme MAB s'effectuent pour l'essentiel dans les Réserves de biosphère, sites ayant pour vocation de préserver les paysages naturels, les écosystèmes, les espèces et la variation génétique. Chaque réserve s'efforce également de promouvoir un développement économique qui soit culturellement, socialement et écologiquement durable, tout en apportant un soutien logistique à la recherche, au contrôle, à l'éducation et à l'échange d'information. Le réseau mondial des Réserves de biosphère compte plus de 300 sites qui recouvrent la grande majorité des zones climatiques, des écosystèmes et des conditions socio-économiques.

Biotechnologie et biodiversité

Depuis peu, on fait appel au génie génétique pour modifier des organismes tels que les semences ou les bactéries par des "greffes" de gènes, provenant parfois d'espèces très différentes et qui ne seraient normalement pas susceptibles d'hybridation. Cela consiste par exemple à incorporer au génome d'une plante une toxine pesticide provenant d'une bactérie du sol afin de repousser les insectes parasites. Certains chercheurs craignent que ces organismes génétiquement modifiés (OMG), une fois libérés dans la nature, aient des effets imprévisibles sur la biodiversité. Ils pourraient exercer sur des espèces menacées (par exemple certains parasites) une pression très forte susceptible d'enclencher un processus d'évolution aboutissant à des espèces nouvelles bien plus résistantes. Ils pourraient aussi entraîner la disparition de ces parasites ce qui ferait peser une menace sur leurs prédateurs comme les oiseaux ou les guêpes, lesquels pourraient eux-mêmes devenir des mutants à l'évolution imprévisible.

Source : http://www.unesco.org/bpi/science/vf/content/press/franco/11.htm

Le saviez-vous? Chacune des 200 personnes les plus riches du monde détient l'équivalent de la fortune de 1,2 milliards de personnes pauvres environ. Les 3 individus les plus riches de la planète, leur fortune est supérieure au PIB des 48 pays les plus pauvres.

Panda en voie de disparitionEléphant d'Afrique en voie de disparitionBiodiversité : l'hécatombe!

https://www.terresacree.org   

Liste d'information sos-planete.  Jardin de la base

Retour au sommet de la pagenature, environnement, écologie, bio, vertAnnuaire de liens utiles   nature, environnement, écologie, bio, vertProposer un nouveau site  nature, environnement, écologie, bio, vert

  nature, environnement, écologie, bio, vert   nature, environnement, écologie, bio, vertNo frames   nature, environnement, écologie, bio, vert   animal29.gif (329 octets)Jardin

 


Vous avez aimé cette page. Partagez-la
avec vos ami(e)s sur les réseaux sociaux

Partager avec vos amis sur le réseau social Google Plus Partager avec vos amis sur le réseau social Linkedin S'abonner gratuitement au fil d'info RSS du vaisseau-mère de Demain l'Homme, ex SOS-planete


   

  











Citations d'Hommes justes

Vous pouvez nous envoyez les phrases
(d'Anciens ou non) qui vous semblent
aller de soi et participer à l'ouverture
des consciences


 

Wiki sur Terre - Sois acteur du changement - Demain l'Homme


 

NEWSLETTER

Abonnement gratuit à la
newsletter bimensuelle
confidentielle de Demain l'Homme

BOX EXPRESS

Transmettez par cette
voie votre récolte d'infos vraies
(lesquelles seront vérifiées)
 


Cet annuaire est mis à jour régulièrement par Cédric, président de l'Association. Il est facile d'y inscrire GRATUITEMENT votre site


Exprimez-vous librement sur ce site



LIVRE D'OR. Expression libre


Suivre le Flux RSS de Demain l'Homme
Accès aux 150 derniers articles de Demain l'Homme pour mobiles et PC