-Le 19 septembre 2006 : Un travail b�n�vole de S. M. que nous remercions vivement.

 

TOUT EN BAS! Ascenseur expressAmazonie br�silienne : la d�forestation s'aggrave

environnement, nature, vert, �cologie, biologique, plan�te Terre

 

Le 20 d�cembre 2006, un travail b�n�vole de S. M..

S. M., le 19 mars 2007

LE MONDE | 29.02.08

Officiellement, l'objectif du pr�sident br�silien, Luiz Inacio Lula da Silva, est de parvenir � une "d�forestation z�ro" en Amazonie. Mais le Br�sil en est tr�s loin. Les destructions ont repris de plus belle entre ao�t et d�cembre 2007.

Quelque 7 000 km2 de for�ts ont alors �t� ras�s, a constat� en janvier l'Institut national de recherches spatiales (INPE) sur ses relev�s satellites, pour faire place au soja, au b�tail et � la canne � sucre.

Au total, le d�boisement entre ao�t 2007 et juillet 2008 pourrait augmenter de 34 %, alors que les autorit�s br�siliennes se vantaient � la conf�rence sur le climat � Bali, en d�cembre 2007, d'avoir jugul� le ph�nom�ne, les chiffres montrant depuis trois ans un recul des destructions.

Le pr�sident Lula da Silva a r�clam� des mesures urgentes pour inverser la tendance. Aussi la police f�d�rale a-t-elle lanc�, le 26 f�vrier, une vaste op�ration avec 300 hommes, qui seront un millier d�but avril, pour combattre le d�boisement ill�gal dans les Etats du Para, du Mato Grosso et du Rondonia, les plus concern�s.

Pas moins de treize ministres sont responsables de la lutte contre la d�forestation en Amazonie, mais ils ne parlent pas tous le m�me langage. Le gouvernement est �cartel� entre deux d�fis : pr�server la for�t tropicale et favoriser la croissance �conomique.

Deux femmes incarnent ce dilemme au sommet. Marina Silva, ministre de l'environnement, enfant de l'Amazonie, est aur�ol�e de son pass� aux c�t�s du militant assassin� Chico Mendes. Mais elle a souvent c�d� aux pressions. Elle a ainsi autoris� la construction de deux centrales �lectriques sur le Madeira, un affluent de l'Amazone. L'autre est Dilma Rousseff, chef de cabinet du pr�sident

Lula, responsable du Plan d'acc�l�ration de la croissance, �labor� pour multiplier les infrastructures � travers le pays, notamment en Amazonie, o� fourmillent des projets de routes, ports et usines hydro�lectriques.

Apr�s le sombre record entre ao�t 2003 et juillet 2004, o� 27 429 km2 de bois �taient partis en fum�e, Marina Silva a r�organis� la surveillance par satellite, mais sans moyens ni personnel. "Les amendes inflig�es par l'Etat sont
ridiculement basses et le d�boisement se poursuivra", pr�dit l'un des directeurs de Greenpeace-Br�sil, Sergio Leitao. Selon lui, seulement 2 % des contraventions sont pay�es par les destructeurs.

100 000 KM DE VOIES CLANDESTINES

"Les autorit�s con�oivent le d�veloppement de l'Amazonie

sur un mod�le des ann�es 1950", critique Sergio Abranches, sociologue sp�cialiste en �cologie politique. Il cite en exemple les routes con�ues pour �vacuer les denr�es agricoles, la BR 163 Cuiaba-Santarem, � moiti� asphalt�e, et celle � l'�tude entre Porto Velho et Manaus.

Les relev�s cartographiques prouvent que le goudron se transforme en boulevard de d�boisement pour les trafiquants de bois, orpailleurs, aventuriers et agriculteurs. Quelque 100 000 km de chemins clandestins existeraient d�j�.

Marina Silva encourage des activit�s d'"exploitation durable" dans des zones baptis�es "unit�s de conservation", et une gestion surveill�e des for�ts publiques, qui couvrent 40 % de la surface foresti�re. Ainsi les 2 200 km2 de
for�t � Jamari (Rondonia) seront bient�t c�d�s � des concessionnaires priv�s pour une "exploitation propre".

Un d�but

Neuf organisations non gouvernementales (ONG) br�siliennes et internationales ont �labor� un ambitieux Pacte pour la valorisation de l'Amazonie, afin d'�radiquer la d�forestation d'ici � 2015. "Il faut valoriser l'entretien de la for�t sur pied et r�mun�rer ceux qui la prot�gent", plaide Adriana Ramos, de l'ONG Instituto Socioambiental, signataire du pacte.

Le Br�sil veut d�montrer qu'il se pr�occupe de l'Amazonie de crainte d'une internationalisation de la gestion de la plus grande for�t tropicale de la plan�te, dont la d�forestation, par br�lis, contribue � l'�mission de gaz � effet de serre. Dans son ouvrage Br�sil, le capital naturel (non traduit en fran�ais), l'agronome br�silien Mauro Victor se dit convaincu que "si le Br�sil ne freine pas la destruction de l'Amazonie par conviction, il y sera contraint par des pressions ext�rieures, d'abord �conomiques et commerciales, puis politiques, voire militaires".

Les �lections municipales sont pr�vues en octobre. La ministre de l'environnement craint que des maires d'Amazonie ferment les yeux, cette ann�e, sur les destructions ill�gales perp�tr�es par leurs �lecteurs.

PS : Afin de contribuer au respect de l'environnement, merci de n'imprimer ce courriel que si n�cessaire.

 

S. M.

S. M., le 28 janvier 2007

 

Fil d'info RSS    environnement, nature, �cologique, bioJardin

Retour au sommet de la page

Entrez dans le jardin de la base


Vous avez aim� cette page. Partagez-la
avec vos ami(e)s sur les r�seaux sociaux

Partager avec vos amis sur le r�seau social Google Plus Partager avec vos amis sur le r�seau social Linkedin S'abonner gratuitement au fil d'info RSS du vaisseau-m�re de Demain l'Homme, ex SOS-planete


   

  











Citations d'Hommes justes

Vous pouvez nous envoyez les phrases
(d'Anciens ou non) qui vous semblent
aller de soi et participer � l'ouverture
des consciences


 

Wiki sur Terre - Sois acteur du changement - Demain l'Homme


 

NEWSLETTER

Abonnement gratuit � la
newsletter bimensuelle
confidentielle de Demain l'Homme

BOX EXPRESS

Transmettez par cette
voie votre r�colte d'infos vraies
(lesquelles seront v�rifi�es)
 


Cet annuaire est mis � jour r�guli�rement par C�dric, pr�sident de l'Association. Il est facile d'y inscrire GRATUITEMENT votre site


Exprimez-vous librement sur ce site



LIVRE D'OR. Expression libre


Suivre le Flux RSS de Demain l'Homme