Yvan Marzin que nous remercions du fond du coeur pour son excellent travail bénévole (juillet 2002).

TOUT EN BAS! Ascenseur express

Le coton de la colère

 

 

 

 

 

 

Vos réactions à ce sujet :

 

Autre article dans cette page : Le gène Terminator est de retour

 

Paru le Mardi 22 Novembre 2005 par SIMON PETITE http://www.lecourrier.ch/

________________________

 

INDE - Un Etat du Sud de l'Inde vient d'interdire plusieurs variétés
de coton transgénique. Un premier pas vers un moratoire? Les milieux
anti-OGM indiens suivront attentivement le vote des Suisses ce dimanche.

Le gouvernement d'Andhra Pradesh a interdit trois variétés de coton
transgénique. Le couperet est tombé en mai 2005. Les autorités de cet
Etat du Sud de l'Inde - dix fois plus peuplé que la Suisse - ont fini
par perdre patience. Elles réclamaient en vain des indemnisations à
Mayco Biotech, filiale de Monsanto, pour les pertes subies par de
nombreux paysans. Sur le banc des accusés, le coton Bollgard de la
multinationale étasunienne, aussi appelé Bt, du nom d'une bactérie
naturellement toxique. Les chercheurs en ont extrait un gène tuant le
«Bollworm». Ce ver très vorace est le cauchemar des cultivateurs de
coton. Le Bollgard, un produit miracle? C'est en tout cas ce qu'ont
cru des milliers de paysans indiens.

Dès leur introduction en 2002, les nouvelles semences ont bénéficié
d'une intense campagne marketing. Une star de Bollywood a été engagée
pour vanter les mérites du produit. Sur les affiches, on voyait des
cultivateurs tout sourire. A côté d'eux, un tracteur flambant neuf
acquis grâce au coton transgénique.

La section indienne de Greenpeace a voulu en avoir le coeur net. L'un
des paysans modèles était en fait un petit commerçant. Un autre a
déclaré: «Avec les rendements du coton Bt, je ne pourrais même pas
acheter les deux pneus d'un tracteur!»1


Paysans ignorants

«Monsanto a profité du désespoir des campagnes. En Andhra Pradesh, on
ne compte plus les suicides de paysans endettés. Avant la révolution
verte et l'imposition de solutions agronomiques toutes faites, les
gens connaissaient les semences qu'ils utilisaient. La nouvelle
génération ne sait plus rien. Elle est totalement dépendante de
l'information donnée par les autorités et tombe dans le panneau des
publicités mensongères», constate P.V. Satheesh, directeur de la
Deccan Development Society (DDS). L'activiste était récemment de
passage en Suisse sur invitation des oeuvres d'entraide.

De 2002 à 2005, la DDS a rendu visite aux exploitants d'Andhra
Pra desh et comparé les performances du Bollgard avec celles du coton
traditionnel. Verdict: les rendements du coton hybride ont été
inférieurs de 8% et de 35% lors des années sèches. Contrairement aux
promesses, les paysans qui ont opté pour le Bollgard ont utilisé
autant de pesticides. Sur les trois ans étudiés, leurs revenus ont
baissé de 60% et une partie de leurs sols sont devenus trop toxiques
pour d'autres cultures.

La DDS a aussi réalisé un film. Sur fond de plants rachitiques, les
paysans se succèdent devant la caméra, jurant qu'on ne les y
reprendrait plus. On voit aussi des entrepôts de Bollgard incendiés
par une foule en colère. «En Andhra Pradesh, le coton Bt a été
utilisé par au moins 25 000 exploitants», estime P.V. Satheesh.


La contestation anti-Bt enfle

La fronde contre le coton hybride dépasse l'Etat d'Andhra Pradesh. La
semaine dernière, des activistes ont accusé le gouvernement du Mayha
Pradesh (Centre) de passivité. Dans cet Etat, le permis des trois
variétés de coton bannies en Andhra Pradesh a été prolongé pour une
durée de trois ans, rapporte The Hindu, le quotidien de référence du
sous-continent.

Une vingtaine d'organisations indiennes viennent de lancer des
missions d'évaluation dans cinq Etats de l'Inde (Andhra Pradesh,
Pendjab, Madhya Pradesh, Maharashtra et Tamil Nadu). «Nous voulons
mettre la pression sur les autorités pour qu'elles défendent les
intérêts des agriculteurs», plaide Kavitha Kuruganti, du Centre pour
une agriculture durable. Les premiers éléments recueillis lors des
visites sur le terrain sont accablants pour le coton Bt.

Dans les milieux anti-OGM indiens, on suivra attentivement les
résultats du vote de ce dimanche en Suisse. Un «oui» des Helvètes à
un moratoire ferait réfléchir les Indiens, assure P.V. Satheesh. «Ces
dernières années, la classe moyenne indienne a vu son pouvoir d'achat
et son influence augmenter. Elle croit qu'il suffirait d'attirer
davantage d'investissements étrangers dans le secteur agricole pour
avoir le même boom que dans les nouvelles technologies. Les
adversaires des OGM sont considérés comme archaïques. Le choix de la
Suisse bousculera cette conception manichéenne», espère-t-il.

Le même combat en Suisse et en Inde? Sur le sous-continent,
l'agriculture fait vivre 65% de la population. En Suisse, il ne reste
plus que 60 000 exploitants. «Comme le montre l'histoire du coton Bt,
le choix des semences est une question de vie ou de mort», prévient
P.V. Satheesh.

L'activiste se défend d'être un anti-OGM primaire. «Il faut se rendre
à l'évidence: en Inde, le coton Bt ne marche pas. Les parcelles sont
trop exiguës et le gène de Monsanto ne s'attaque qu'à un seul
parasite. Une fois ce dernier affaibli, d'autres prennent la relève.

Des solutions alternatives existent, elles sont utilisées depuis des
siècles. Comme planter des légumes au milieux des champs de coton.
Les vers dévoreront les premiers et épargneront les seconds.»


Ils courent, les OGM


P.V. Satheesh appelle à un moratoire sur les semences transgéniques,
«le temps de faire un état des lieux général». On en est encore loin,
même si la décision du gouvernement d'Andhra Pradesh est
«encourageante».

Mais elle n'empêche pas plusieurs compagnies indiennes d'écouler
divers versions de Bollgard, tout en payant des royalties à
l'inventeur Monsanto. Le géant US, lui, s'est tourné «vers d'autres
marchés comme le Pendjab», révèle Kavitha Kuruganti. I

Note : 1Greenpeace: «Marketing of Bt cotton in India: agressive,
unscrupulous and false...», 20 septembre 2005, http://
www.greenpeace.org/india/press/reports/marketing-of-bt-cotton-in-indi.
Le service de presse de Monsanto n'a pas souhaité livrer sa version
des faits sur le coton Bt.



 

Le gène Terminator est de retour
 

Un brevet pour la très controversée «technologie Terminator» a été
accordé à Delta & Pine, en Europe, le 25 octobre dernier. Outre-
Atlantique, la société étasunienne en détient les droits depuis 1998
conjointement avec le Département US de l'agriculture. Greenpeace a
ensuite découvert qu'un autre brevet avait été enregistré le 11
octobre au Canada. Des pays comme l'Australie, la Chine, le Japon, la
Turquie ou l'Afrique du Sud examinent des demandes similaires, selon
Greenpeace.

«Il s'agit d'un premier pas vers la commercialisation», s'alarme Lucy
Sharratt, membre de la «Campagne pour bannir Terminator». Le gène
qui inquiète tant les organisations écologistes et paysannes stérilise
les plantes.

«Les fermiers doivent être conscients que des compagnies partout dans
le monde sont prêtes à prendre le contrôle de leurs semences par la
manipulation génétique. Ces compagnies contrôleront toute la chaine
alimentaire au moyen du monopole des brevets et de la technologie
Terminator», prévenait le 25 octobre dernier Christophe Then,
spécialiste des OGM chez Greenpeace.

Les partisans du fameux gène voient les choses différemment. Dans
leur bouche, point de Terminator, un terme trop négativement connoté.
Dans la brochure de promotion que nous a fait parvenir Delta & Pine,
on parle de «système de protection technologique - TPS». Le TPS
favorise la biodiversité car il rend possible la cohabitation entre
cultures transgéniques et traditionnelles, lit-on dans la brochure.
Comme les plants ne peuvent se reproduire, le système prévient la
dissémination des OGM, assure Delta & Pine.

Pour Lucy Sharrat, l'argument n'est qu'une diversion. «En obligeant
les paysans à acheter des nouvelles semences chaque année, les
multinationales s'ouvrent de nouveaux marchés», pointe la militante.
Et grâce à Terminator, l'industrie agroalimentaire ne serait plus
obligée de courir derrière les paysans qui ont semé des OGM sans les
payer.1

Greenpeace et consorts appellent à un moratoire international sur
Terminator. Le gène sera à l'agenda de la conférence de l'ONU sur la
convention sur la biodiversité biologique en mars prochain.

Note : 1Lire «La police génétique du géant Monsanto traque les
paysans», notre édition du 4 février 2005.

 

Bonobo : Qu'est-ce que c'est que ce binz?Anne Esperet

environnement, nature, écologique, bio

  Abonnez-vous gratuitement à la liste d'information SOS-planete

https://www.terresacree.org   

Mail, forum, courrier des surfeurs, livre d'or...

 

Le point sur les OGM

Logo d'Helleboid camille : pastorius2000@yahoo.fr

Fil d'info RSS     nature, environnement, écologie, bio, vertbnature, environnement, écologie, bio, vert   nature, environnement, écologie, bio, vertJardin

Retour au sommet de la page

Entrez dans le jardin de la base


Vous avez aimé cette page. Partagez-la
avec vos ami(e)s sur les réseaux sociaux

Partager avec vos amis sur le réseau social Google Plus Partager avec vos amis sur le réseau social Linkedin S'abonner gratuitement au fil d'info RSS du vaisseau-mère de Demain l'Homme, ex SOS-planete


   

  











Citations d'Hommes justes

Vous pouvez nous envoyez les phrases
(d'Anciens ou non) qui vous semblent
aller de soi et participer à l'ouverture
des consciences


 

Wiki sur Terre - Sois acteur du changement - Demain l'Homme


 

NEWSLETTER

Abonnement gratuit à la
newsletter bimensuelle
confidentielle de Demain l'Homme

BOX EXPRESS

Transmettez par cette
voie votre récolte d'infos vraies
(lesquelles seront vérifiées)
 


Cet annuaire est mis à jour régulièrement par Cédric, président de l'Association. Il est facile d'y inscrire GRATUITEMENT votre site


Exprimez-vous librement sur ce site



LIVRE D'OR. Expression libre


Suivre le Flux RSS de Demain l'Homme
Accès aux 150 derniers articles de Demain l'Homme pour mobiles et PC