ha     SOS-Pl(at)net, le site de Terre sacrée. Bannière réalisée bénévolement par Frédéric Schoenahl que nous remercions vivement.

TOUT EN BAS! Ascenseur expressSommaire de la page : Un médecin italien veut cloner un être humain - Deux apprentis cloneurs - Le clonage humain : quand la science touche à l'arbre du bien et du mal - Des chats à neufs vies grâce au clonage - Naissance de Starbuck II - Le cirque ou quoi? - Souris clonées génétiquement instables - Dossier clonage

Un médecin italien veut cloner un être humain

Monde de clones
Etes-vous pour ou contre le clonage reproductif humain?
Résolument contre
Plutôt contre
Plutôt pour
Impatiemment pour
Ne sais pas

Résultats

LE DOCTEUR Severino Antinori, de Rome (Italie), dont les efforts pour aider les femmes ménopausées à avoir des enfants défraient périodiquement la chronique, a annoncé avoir mis sur pied une collaboration internationale privée pour cloner un être humain. C'est son associé, l'Américain Panayiotis Zavos, un spécialiste de la stérilité masculine à l'Université du Kentucky (Etats-Unis), qui a communiqué leur projet à la presse lundi 29  janvier.

Leur projet est de faire se développer un embryon créé en substituant au noyau d'un ovule féminin le noyau d'une cellule du sujet que l'on veut cloner. Le premier être vivant fabriqué ainsi a été la brebis Dolly, née en Ecosse en 1996. A l'époque, les comités d'éthique s'étaient tous élevés contre la possibilité de l'application de la technique aux êtres humains. Depuis, une distinction a été faite entre création de tels embryons pour se reproduire  qualifiée de clonage reproductif  ou pour en dériver des lignées cellulaires à visée thérapeutique – clonage thérapeutique. Le principe de ce dernier a été accepté par le Parlement britannique et figure dans le projet de révision des lois de bioéthique français.

Cette annonce italienne de créer par clonage des êtres humains n'est pas isolée. Elle succède à celles de l'Eglise raëlienne et à celle du chercheur de Chicago (Etats-Unis) Richard Seed. L'Eglise raëlienne annonçait, en avril  1997, la création de la «  première compagnie de clonage humain  », basée aux Bahamas. Un«  service de clonage  »proposait même pour 300  000  francs français l'échantillonnage et le stockage des cellules d'un enfant vivant afin de pouvoir en créer un clone dans le cas de son décès accidentel (Le Monde du 20  janvier 1998).

Ce mouvement, classé comme secte en France, réunit ses adeptes sur la croyance en l'existence d'autres êtres dans l'univers capables d'avoir des liens particuliers avec nous. La motivation affichée par Richard Seed était alors «  de permettre à des couples infertiles de procréer  ». Il proposait même de se cloner lui-même grâce aux ovocytes de donneuses (d'origine non précisée) et de faire porter l'embryon par sa femme.

Réagissant à l'annonce de Severino Antinori, le professeur Pierre Jouannet, responsable de l'assistance à la procréation à l'hôpital Cochin, à Paris, souligne que «  le désir de clonage humain, dont chacun dit qu'il finira bien par être réalisé, procède en partie de l'importance accordée aujourd'hui à la génétique. L'humain privilégie actuellement plus la transmission de ses gènes que l'inscription de ses enfants dans des processus intergénérationnels.  »

Cependant, ces projets ont peu de chances d'aboutir (Le Mondedu 10  mai 1999). «  Malgré des progrès, le succès de ce type de clonage est encore extrêmement faible chez les animaux, rappelle Jean-Paul Renard, directeur du laboratoire de la reproduction de l'Institut national de la recherche agronomique (INRA) à Jouy-en-Josas (Yvelines). Les chercheurs n'ont guère de maîtrise sur la procédure qui conduit, après le développement initial d'un embryon, à environ 50  % d'arrêt de développement in utero, et à des morts à la naissance ou dans les premiers mois après la naissance  ».

Le chercheur a en effet montré la fréquence des anomalies, du système immunitaire en particulier, qui diminuent considérablement la viabilité des clones.

VIDE JURIDIQUE TOTAL

Il n'est pas sans intérêt de considérer l'origine de ces déclarations fracassantes. Les Etats-Unis d'abord, où la liberté d'entreprendre ce type d'activités est totale dans la mesure où les fonds ne proviennent pas de l'Etat. En Italie, «  c'est l'absence de lois consacrées à la bioéthique qui, laissant un vide juridique total, permet toutes les extravagances  », indique le professeur Stefano Rodota, membre du Groupe européen d'éthique, un organe placé auprès du président de la Commission européenne. Il n'a pas encore été possible d'examiner de projet de loi de bioéthique au Parlement italien, tant l'opposition de la Démocratie chrétienne empêche toute discussion sur la procréation.

En revanche, le Groupe européen d'éthique, présidé par Noëlle Lenoir, a condamné de façon explicite, le 14 novembre 2000, tout recours au clonage reproductif humain dans un avis sur «  les aspects éthiques de la recherche sur les cellules souches humaines et leur utilisation  » (Le Monde du 16  novembre 2000). Il a aussi rejeté la possibilité de clonage thérapeutique, jugeant que «  la création d'embryons par transfert de noyaux de cellules somatiques pour les besoins de la recherche sur la thérapie par les cellules souches serait prématurée  ».

Elisabeth Bursaux

Source : Le Monde du 31 janvier 2001. En savoir plus : Un médecin va oser

Liste d'information sos-planete.

Le Japon vient d'interdire le clonage humain.. Toute tentative est désormais passible de 10 ans de réclusion et d'une amende pouvant aller jusqu'à 87000 dollars

Deux apprentis cloneurs prêts à s'attaquer à l'humain
Leurs motivations pour tenter l'expérience restent floues.

Par DENIS DELBECQ

Libération du mercredi 31 janvier 2001

Les aventuriers de la procréation ont encore frappé. Lundi, deux chercheurs ont annoncé leur intention de cloner un être humain «d'ici dix-huit mois à deux ans». Le gynécologue italien Severino Antinori et Panayiotis Zavos, un spécialiste de la stérilité masculine basé aux Etats-Unis.

Jusqu'à présent, les seules déclarations d'intention sur le clonage humain émanaient du physicien américain Richard Seed et de la secte Raël. Cette fois, il s'agit de spécialistes de la procréation. Antinori s'est illustré en Italie pour avoir développé une technique qui avait fait scandale, permettant la grossesse chez les femmes ménopausées: en 1994, une «mamie-mère» de 63 ans avait ainsi donné naissance à un petit garçon. Son acolyte n'est pas un inconnu non plus: outre son activité de recherche universitaire, qui lui a valu une solide réputation, Zavos a créé un business très rentable autour de la stérilité masculine: kits d'analyse de sperme, congélation de cellules à la demande, etc.

Risques. Les deux hommes font peu de cas des problèmes liés au clonage. Des risques soulignés fortuitement hier par le père de la brebis Dolly (1). Chaque expérience nécessite en effet plusieurs centaines de tentatives et, surtout, «plus de la moitié des clones meurent rapidement après leur naissance ou sont mal formés, souligne Bernard Jegou, de l'Inserm, qui s'insurge. Peut-on se permettre cela avec des êtres humains? Il n'y a aucune justification à de tels actes. C'est scandaleux». Et ce ne sont pas les arguments d'un appui aux couples stériles avancés par les deux apprentis-cloneurs qui le feront changer d'avis. Pas plus que le généticien Jean-François Mattei, député, qui juge l'annonce «révoltante».

Zavos et Antinori affirment avoir trouvé un pays d'accueil pour pratiquer leur cuisine cellulaire. Dans un «pays méditerranéen». Pour Bernard Jegou, on «atteint le summum du tourisme procréatif. C'est un ultime avatar de la mondialisation». Il estime que de nombreux pays de la région disposent des infrastructures nécessaires. Notamment l'Algérie, le Maroc, la Tunisie et la Turquie.

Turcs laxistes. Les autorités d'Ankara ont fermé les yeux sur des expériences qui auraient rencontré des obstacles administratifs ailleurs. Notamment la reproduction à partir de spermatozoïdes immatures (spermatides) réalisée en 1999 sous l'égide de Jan Tesarik, conseiller scientifique au Laboratoire d'Eylau à Paris. La Turquie a bien signé en 1998 un protocole du Conseil de l'Europe interdisant le clonage humain, mais elle n'a toujours pas ratifié le texte. Pas plus que la France, l'Allemagne ou la Grande-Bretagne, d'ailleurs. Sur les 42 membres du Conseil, 24 ont signé le protocole qui doit entrer en vigueur en mars. Et cinq seulement l'ont fait ratifier par leur Parlement (Géorgie, Grèce, Slovaquie, Slovénie et Espagne).

Pour Bernard Jegou, il y a urgence pour une interdiction du clonage humain à l'échelle internationale. Mais le chercheur s'interroge sur les motivations réelles d'Antonori et Zavos. «Peut-être s'agit-il d'un coup de bluff. De toute façon, qu'ils tentent l'expérience ou pas, ils rempliront leurs cliniques. C'est l'argent qui les motive».

(1) Dans Nature Genetics de février 2000.

Sommaire de la page

Le clonage humain: quand la science touche à l'arbre du bien et du mal

Jean-Claude Leclerc (Le Devoir)

                                              Le lundi 29 janvier 2001

Bien que le Parlement britannique ait posé des conditions et des limites
au clonage humain, les scientifiques et les éthiciens ne s'entendent
guère sur la valeur et la portée de la recherche dans le domaine -
jusqu'ici inaccessible - de la création de la vie.

Bien sûr, le but avoué de cette entreprise n'est pas de fabriquer des
êtres humains, mais de découvrir les règles du fonctionnement intime de
l'organisme, et de mettre au point des traitements et des médicaments
capables d'enrayer des maladies ou des infirmités ayant résisté jusqu'à
maintenant à la médecine.

Mais plus d'un observateur redoute que ces découvertes n'entraînent des
abominations: l'avortement obligatoire des sujets «tarés», la sélection
d'enfants «supérieurs», l'apparition de «monstres» nocifs, la
fabrication d'humanoïdes voués à l'esclavage ou au transfert
d'organes... Sans parler du commerce de tissus humains.

Des expériences du genre sont peut-être déjà en marche  dans des
laboratoires peu connus des autorités et du public. L'hypothèse en était
évoquée par le doyen de l'école de médecine de Harvard, le Dr Joseph
Martin, lors d'une récente discussion de sommités scientifiques avec
Michael Valpy, ethics reporter au Globe and Mail.

Il est possible que le Canada suive bientôt l'exemple de la
Grande-Bretagne, encore qu'Ottawa semble peu pressé de faire face aux
protestations venues, notamment, des milieux religieux, dont l'Église
catholique, contre ces tentatives de «jouer au créateur» et de passer
outre au caractère sacré de la vie humaine.

                            
  Scientifiques divisés

Il fait peu de doute qu'une fois connu le mécanisme interne de
construction et de rénovation des cellules vivantes, les applications
médicales et sociales, des  plus attendues aux plus redoutées, ne vont
pas tarder à se répandre, à la fois sous la pression de la demande
populaire et la poussée de la cupidité industrielle.

En pratique, l'autodiscipline attendue des scientifiques ne tient guère,
car ils sont divisés sur la question. Pour certains, du reste, c'est aux
parlementaires et au public qu'il revient de définir les limites
éthiques des recherches comme des applications qu'on peut en tirer pour
la santé. À en juger par les réactions populaires à la «vache folle» ou
aux aliments génétiquement modifiés, le clonage humain risque toutefois
de se heurter à un mur, du moins en Occident.

Par contre, depuis qu'on a cloné des animaux et qu'on peut le faire
aussi pour les humains, quel couple ayant perdu un enfant ne va pas
rêver de le retrouver par ce «miracle» de la science? En réalité,
l'ignorance prévaut encore souvent ici. Sait-on qu'il a fallu jusqu'à
300 essais avant de créer Dolly, la célèbre brebis? Les scientifiques
soulignent aussi qu'un enfant est fait non seulement de matière
génétique, mais toute sa vie de mille et un apports culturels.

Plus plausible mais non moins spectaculaire, la sélection d'un embryon
sans défaut et biologiquement compatible a permis au couple Jack et Lisa
Nash, de Denver, de sauver leur fille (et de lui donner un frère qui ne
soit pas frappé de la même anémie mortelle). D'aucuns ont réprouvé cette
expérience, mais quels parents placés en pareille situation voudraient
renoncer à un tel bienfait?

Non moins ambitieuses sont les percées, prédites pour bientôt, dans le
traitement du cancer, du diabète, de la dystrophie musculaire, des
maladies du coeur et des troubles neurologiques... Toutefois, notent
aussi les scientifiques, si plusieurs maladies sont causées par des
failles dans le système humain, elles le sont aussi par des éléments
extérieurs. Pollution de l'environnement, stress social, contamination
alimentaire, par exemple, font partie du problème, et aucun laboratoire
ne sait comment les éliminer.

Personne ne soutient plus que la société telle que nous la connaissons
est naturelle et qu'il ne faudrait pas tenter de l'améliorer. Mais
maintes confessions professent une conception selon laquelle la nature,
elle, serait sinon parfaite du moins achevée dans les espèces vivantes.
(En réalité, les recherches sur la reproduction montrent que la nature
est un laboratoire qui rejette encore presque autant de cellules qu'elle
n'en mène à terme et que ses «produits», surtout dans l'espèce  humaine,
sont encore pleins de défauts.)

                         
     Et les philosophes ?

Le Daily Telegraph de Londres - dans la foulée de la décision de
Westminster et du clonage du singe ANDi en Oregon - a demandé l'avis de
sept philosophes sur la question. Eux aussi sont divisés. Le linguiste
Noam Chomsky, qui craint la «torture» des animaux, entrevoit néanmoins
des avantages pour la santé, mais souhaite davantage de contrôle et
l'évaluation de ces expériences.

Le biologiste Michael Ball trouve que l'expérience faite sur «ANDi» est
injustifiée moralement et inutile au plan scientifique. Son collègue
d'Oxford, Sir Michael Dummet, n'a pas ces scrupules, mais il se désole à
la pensée que les riches aient de magnifiques poupons et que les pauvres
doivent «supporter ce que Dieu leur envoie».

Pour John Harris, bioéthicien à l'Université de Manchester, l'évolution
elle-même produit des changements génétiques, mais sa performance a été
à ce jour décevante. «Elle a laissé plein de maladies, qui ont causé une
misère indicible», dit-il. Aussi ne répugne-t-il pas à cet athée qu'une
résistance nouvelle aux maladies «permette aux gens de vivre des
centaines d'années plus longtemps».

Son collègue philosophe de l'Université Stanford, en Californie, Richard
Rorty, n'a pas peur des scénarios catastrophistes. Pour lui, il n'y a
pas lieu d'arrêter les recherches, même si elles apportent en même temps
que la guérison des virus la possibilité de la guerre bactériologique.
C'est dérangeant, dit-il, mais en science maints changements le sont.

Hésitant à évoquer le spectre du docteur Mengele d'Auschwitz, le
Britannique Roger Scruton, parlant de la nouvelle vague des chercheurs
en médecine, estime néanmoins qu'elle mène ses expériences en rejetant
comme désuètes toutes références à des valeurs absolues ou au
caractère sacré de la vie. Un monde sans jeunes autres que des clones et dominé par des supervieux dévorant les ressources de la planète lui donne des cauchemars.

À mesure que ces recherches et les fonds considérables qui s'y dépensent
vont être mieux connus du public, la question éthique va se poser.
Faut-il dépenser des milliards pour entretenir l'illusion que des
enfants parfaits peuvent être créés, non d'abord par l'éducation et
l'affection, mais en laboratoire? Par contre, la perspective d'éliminer
enfin certaines maladies suscite des espoirs plus justifiables.

À cet égard, le docteur Judah Folkman, chirurgien et cardiologue
américain réputé, soulignait au Globe les percées qui peuvent être
faites quand cliniciens et chercheurs travaillent de concert.

C'est ainsi qu'on a découvert que des tumeurs bénignes temporaires
déclenchent un retard intellectuel chez l'enfant. Mais il rapportait
qu'ailleurs dans le monde, à l'entrée de l'hôpital, on pouvait trouver
le matin une vingtaine d'enfants morts de diarrhée durant la nuit.

Quand des millions de gens, frappés par exemple du VIH en Afrique, sont
laissés sans traitement, la bioéthique apparait comme un luxe. On n'a
pas encore trouvé, en tout cas, le gène qui cause la plaie de
l'indifférence.

Jean-Claude Leclerc enseigne le journalisme à l'Université de Montréal

             ©Le Devoir 2001

http://www.ledevoir.com/chro/2001a/chle290101.html

Sommaire de la page

Un chercheur américain tente de produire un chat génétiquement modifié qui n'entraînerait pas d'allergies à son contactDes chats à neuf vies grâce au clonage


Une compagnie américaine offre un service de congélation d'ADN de chats et de chiens. Bientôt, promet-elle, on pourra s'en servir pour cloner des compagnons disparus. À condition d'avoir un gros budget.

Le jour n'est pas loin où votre chat aura vraiment neuf vies. Tout comme votre chien, d'ailleurs. Une entreprise texane, Genetic Savings and Clone, offre actuellement un service d'entreposage et de conservation d'ADN de chien et de chat. Ses chercheurs travaillent actuellement à mettre au point les techniques de clonage pour ces animaux, de sorte que d'ici cinq ans, on pourra cloner votre toutou décédé et en faire une copie conforme.

L'entreprise est issue d'un projet amorcé à l'Université A&M, au Texas, quand un milliardaire anonyme a offert 2,3 millions de dollars à des chercheurs pour qu'ils clonent Missy, son chien collie. Le projet, appelé « Missyplicity » n'a pas encore complètement abouti, mais on sait maintenant comment conserver des tissus d'animaux congelés en vue d'un clonage éventuel. À la recherche sur les chiens s'est ajouté un projet concernant les chats, « Copy Cat ».

Conserver l'ADN de toutou ou de minou pour la postérité n'est pas donné. Congeler ses gènes coute actuellement de 1 000 à 3 000 dollars, plus des frais d'entreposage de 100 dollars par année. Quant au clonage, il grèvera encore plus sérieusement le budget des amateurs : environ 200 000 dollars au début, un tarif qui devrait se stabiliser à 20 000 dollars après quelques années.

L'inscription à la banque d'ADN peut se faire en ligne, sur Internet. L'échantillon de tissus est prélevé dans la bouche ou dans l'estomac par un vétérinaire, puis expédié congelé. Le prélèvement peut être effectué jusqu'à une semaine après la mort de l'animal. Genetic Savings and Clone, qui fait aussi du clonage de bovins, admet que les futurs clones de chats et de chiens ne seront pas parfaitement identiques à l'original, notamment en ce qui concerne la personnalité de l'animal.
Philippe Gauthier. http://www.cybersciences.com

Sommaire de la page

Clones : le cirque ou quoi?

11 juillet 2001. Ian Wilmut : Non au clonage des hommes ! http://www.cybersciences.com/Cyber Cloner une brebis passe toujours. Mais les humains, pas du tout ! C'est l'inventeur du clonage animal qui le dit. Une entrevue exclusive.

Des humains clonés dans deux mois

Le Parisien , lundi 20 août 2001 :

«LA PRODUCTION d'embryons humains clonés pourrait intervenir dans les
soixante jours à venir. » Le docteur Panayiotis Zavos a lancé hier une
véritable bombe lors d'une interview télévisée aux États-Unis. Ce
professeur américain, qui travaille avec Severino Antinori, le
gynécologue italien qui a fait scandale le 7 août en promettant de
cloner 200 bébés issus de couples stériles, a ajouté que deux
laboratoires travaillaient actuellement sur le clonage humain. Le
scientifique ne craint pas l'interdiction qui pourrait frapper son
initiative : selon lui, « l'interdire en Amérique, ce n'est pas
l'interdire pour le monde entier ». Il affirme également que « le
clonage reproductif se développera inévitablement, que ce soit grâce à
nous ou grâce à quelqu'un d'autre ».

http://www.leparisien.com/

Sommaire de la page

Monde de clones
Etes-vous pour ou contre le clonage reproductif humain?
Résolument contre
Plutôt contre
Plutôt pour
Impatiemment pour
Ne sais pas

Résultats

Clonées a partir de cellules souches,

les souris sont génétiquement instables

S&T Presse USA - BULLETIN ELECTRONIQUE DES ETATS-UNIS

Mission Scientifique et Technologique - Ambassade de France à Washington

Quotidien - numéro 120 - 6 juillet 2001

Genomique

Dans le dernier numéro de Science, des chercheurs du Whitehead Institute for Biomedical Research de Cambridge (Massachusetts) et de l'Université de Hawaii rapportent que des souris clonées à partir de cellules souches embryonnaires individuelles, qui sont dix fois plus faciles a obtenir que les clones produits à partir de cellules de la peau, se caractérisent par une régulation génétique aberrante. En effet, malgré un génome identique, ces

souris montrent une grande variété d'expressions génétiques due à leurs "régulateurs", qui déterminent quels seront les gènes actifs et les gènes mis en veille. Cette variation suggère que le procédé de clonage mène a un dérèglement de ces "régulateurs" et que ces mécanismes sont instables chez cette classe de cellules. Reste à savoir si les cellules souches prélevées chez des adultes sont également instables. Cette variabilité renforce l'argument selon lequel il faudrait développer de multiples lignées de cellules souches pour pouvoir selectionner celles qui seraient efficaces dans le traitement de maladies dégénératives. WP

(Clone study casts doubt on stem cells).

Merci à Thierry RAFFIN pour cette info et merci à Michel pour les accents.

Logo de Terre sacrée. Louis Rocquin. Veuillez cliquer pour l'agrandir.Sommaire de la page

L'actualité des clones

https://www.terresacree.org   

   Entrez dans le jardin de la base

Retour au sommet de la pageAnnuaire de liens utiles - Proposer un nouveau site -

- No frames - Jardin


Vous avez aimé cette page. Partagez-la
avec vos ami(e)s sur les réseaux sociaux

Partager avec vos amis sur le réseau social Google Plus Partager avec vos amis sur le réseau social Linkedin S'abonner gratuitement au fil d'info RSS du vaisseau-mère de Demain l'Homme, ex SOS-planete


   

  











Citations d'Hommes justes

Vous pouvez nous envoyez les phrases
(d'Anciens ou non) qui vous semblent
aller de soi et participer à l'ouverture
des consciences


 

Wiki sur Terre - Sois acteur du changement - Demain l'Homme


 

NEWSLETTER

Abonnement gratuit à la
newsletter bimensuelle
confidentielle de Demain l'Homme

BOX EXPRESS

Transmettez par cette
voie votre récolte d'infos vraies
(lesquelles seront vérifiées)
 


Cet annuaire est mis à jour régulièrement par Cédric, président de l'Association. Il est facile d'y inscrire GRATUITEMENT votre site


Exprimez-vous librement sur ce site



LIVRE D'OR. Expression libre


Suivre le Flux RSS de Demain l'Homme
Accès aux 150 derniers articles de Demain l'Homme pour mobiles et PC