Le 19 septembre 2006 : Un travail bénévole de S. M. que nous remercions vivement.

TOUT EN BAS! Ascenseur express
En Allemagne, une centrale au charbon se veut sans émissions de CO2

environnement, nature, vert, écologie, biologique, planète Terre

 

Le 20 décembre 2006, un travail bénévole de S. M..

S. M., le 19 mars 2007

S. M., le 31 janvier 2007

SPREMBERG (Allemagne) - De l'électricité à base de charbon, sans pollution: le géant suédois de l'énergie Vattenfall a inauguré mardi en Allemagne sa réponse à ce casse-tête, une centrale dont les émissions de dioxyde de carbone seront enfouies.

Mais le projet est décrié par les défenseurs de l'environnement comme un rideau de fumée, et une poignée d'entre eux manifestaient sur le site sans parvenir à troubler la cérémonie, pour laquelle Vattenfall avait invité 400 hommes politiques, industriels et journalistes.

Vattenfall a choisi le site de la "Schwarze Pumpe" (Pompe Noire), à Spremberg (est) pour l'installation de son prototype, un investissement de 40 millions d'euros. Cette bourgade d'ex-RDA, à la frontière polonaise, est un haut lieu allemand de l'extraction et du traitement de la lignite, industrie sale et polluante par excellence.

Le groupe suédois, qui a racheté plusieurs compagnies énergétiques allemandes au début de la décennie, dont la Pompe Noire, aimerait bien la débarrasser de cette image avec sa nouvelle centrale "propre".

"Aujourd'hui s'écrit un chapitre de l'histoire industrielle", s'est emballé Tuomo Hatakka, patron de Vattenfall pour l'Europe centrale.

La centrale-test, installée à côté de la "vraie", marche toujours à la lignite, mais grâce à un procédé de combustion innovateur, baptisé "oxyfuel", seul du CO2 s'en dégage. Celui-ci est ainsi facilement capté, liquéfié, et profondément enfoui dans des caves à gaz naturel ou des formations géologiques hermétiques remplies d'eau, et ce "pour toujours", selon Vattenfall, et sans danger de réchauffement de la température souterraine.

Dans le cas de la "Pompe Noire", c'est à 350 kilomètres de là, dans des caves au nord du pays, que le CO2 disparaîtra. "Le charbon a un avenir, mais pas ses émissions de CO2", a commenté M. Hatakka.

Réchauffement climatique oblige, Vattenfall travaille comme ses confrères depuis plusieurs années à rendre sa production au charbon moins polluante. En Allemagne, premier zone de production du groupe, l'abandon prévu en 2020 de l'énergie nucléaire promet un bel avenir au charbon: la construction d'une vingtaine de nouvelles centrales est déjà prévue.

Justement, si Vattenfall était convaincu des bienfaits de la technologie de captage et de stockage du CO2 (CCS, carbon capture and storage), le groupe en équiperait toutes ses nouvelles centrales, et pas seulement celle de Spremberg, arguent les critiques du projet.

Pour Thorben Becker, porte-parole de l'association écologiste Bund, "Vattenfall parle beaucoup de centrales prétendument respectueuses de l'environnement, mais ils prévoient et construisent toujours des centrales conventionnelles" polluantes, et la modernisation de la Pompe Noire, fêtée avec tambours et trompettes, n'est rien qu'une "feuille de vigne".

Greenpeace n'est pas plus tendre avec le projet. La technologie "oxyfuel" nécessite de bruler plus de charbon pour une même quantité d'électricité produite, ce qui va faire grimper les couts et est un obstacle sérieux à la viabilité des centrales, explique l'association.

Le WWF est plus clément. La technologie CCS "peut servir de transition" avant que soit développée une meilleure solution pour satisfaire des besoins croissants en énergie tout en respectant la planète, déclarait dans les colonnes du quotidien Taz, Regine Günther, experte de l'association.


http://www.romandie.com/





S. M.

Réchauffement climatique : l'Agence internationale de l'énergie plaide pour l'enfouissement du CO2

 

La Tribune.fr - 21/10/2008

 

Bâtir 10.000 sites de stockage du CO2 dans le monde à l'horizon 2050 afin de lutter contre le réchauffement climatique. C'est l'appel lancé le 20 octobre 2008 par l'Agence internationale de l'énergie (AIE) qui souhaite un développement massif du captage et du stockage de CO2 (CSC).

Le captage et le stockage du CO2 est une technologie "essentielle pour des réductions importantes d'émissions", a indiqué Nobuo Tanaka, de l'AIE, le 20 octobre, à l'occasion d'une conférence de presse destinée à promouvoir un ouvrage sur le stockage du carbone. (Retrouvez le communiqué de l'AIE).

Sans équivoque, la nouvelle publication de l'AIE prend le parti du CSC. Selon Kamel Bennaceur, expert sur les questions énergétiques auprès de l'AIE, non seulement «les capacités de stockage dans le monde sont suffisantes pour des centaines d'années d'émissions de CO2», mais se passer du captage et du stockage du CO2 signifierait que «les couts des réductions d'émission nécessaires pour atteindre les objectifs du GIEC augmenteraient de 70%.» Selon l'AIE, au niveau mondial, il serait donc nécessaire d'atteindre les 10.000 sites de stockage à l'horizon 2050.

En matière de stockage du CO2, l'Union européenne pourrait se montrer pionnière en mettant en oeuvre un cadre juridique et règlementaire. Dans son programme «Agir pour le climat», le Commission européenne souligne en effet que cette technique a un «potentiel significatif pour atténuer les effets du changement climatique.»

Mais le CSC est loin de faire l'unanimité. Morgane Créach, du Réseau Action Climat, évoque ainsi «une technologie qui n'est pas prioritaire et une solution de court terme qui ne fait que lisser les externalités des centrales à charbon.» Selon Karine Gavant, de Greenpeace France, «les technologies CSC ne seront pas disponibles avant 2020. Dans l'urgence et afin d'inverser la courbe du réchauffement climatique, il faut en priorité investir dans les technologies disponibles, à savoir les économies d'énergies et les renouvelables.»

Pour les experts les plus optimistes, le développement du CSC dans une phase industrielle peut débuter à l'horizon 2015. L'une des principales incertitudes concerne le cout de la capture, du transport et du stockage du CO2 - conditionné sous forme de gaz comprimé à haute pression. Selon l'AIE, le cout moyen d'enfouissement devrait s'établir entre 50 et 75 dollars la tonne de CO2 pour diminuer au fur et à mesure du développement industriel du CSC. Dans son rapport de 2006, le GIEC estimait déjà que «le cout du transport et du stockage du CO2 pourrait se réduire progressivement à mesure que les techniques mûriront et que l'échelle augmentera.»

Soulignant le manque de moyens financiers engagés dans cette technologie, Nobuo Tanaka enjoint les Etats du G8 à agir dans le CSC, «afin d'assurer un déploiement commercial global d'ici 2020.» Actuellement, les projets d'envergure industrielle restent peu nombreux : seules les activités de Sleipner en Norvège, Weyburn au Canada et In Salah en Algérie ont une dimension internationale. En France, le groupe Total a débuté en 2007 une étude sur le stockage géologique du CO2 dans le bassin de Lacq. L'enjeu de l'ensemble de ces projets de recherche est la mise en place de procédés industriels moins couteux.

Les interrogations autour de la fiabilité du système ne sont pas non plus entièrement levées.

 Technologiquement immature, le CSC doit notamment apporter des garanties quant à sa sécurité. A titre d'exemple, Jean-Bernard Saulnier, chargé du programme Energie du CNRS, évoque «le problème de la tenue à long terme des réserves, à savoir leurs garanties d'étanchéités.» Le GIEC souligne également qu'«il est nécessaire d'affiner les évaluations de stockage à l'échelle mondiale, régionale et locale et de mieux comprendre les phénomènes de confinement, de migration et de fuite à long terme. Pour répondre à ce dernier besoin, les techniques de surveillance et de vérification du comportement du CO2 injectés dans les formations géologiques doivent être perfectionnées.»

Les industriels et les gouvernements ont conscience que le CSC n'a pas bonne presse. Selon l'AIE, «le CSC est mal compris» et il est nécessaire «d'augmenter la sensibilisation et le soutien du public.» Au final, se pose donc la question de savoir si le captage et stockage est une technologie de réduction des émissions de CO2 comme les autres ? Pour Jean-Bernard Saulnier, «le stockage du CO2 pose des dilemmes aussi sérieux que ceux présents dans la gestion des déchets nucléaires.»

Au niveau européen, le CSC fait l'objet de débats dans le cadre des négociations sur le paquet énergie-climat. Selon un document obtenu par La Tribune, la présidence française de l'UE estimerait que «la mise en place du captage et du stockage du carbone doit être fondée sur des bases juridiques et techniques sûres du point de vue environnemental et de la santé humaine. La mise en place de douze démonstrateurs en 2015 devra faire l'objet de financements adéquats, en complément de l'apport du secteur privé.»

 http://www.latribune.fr

S. M., le 23 janvier 2007

Bonobo : Qu'est-ce que c'est que ce binz?Anne Esperet

  Abonnez-vous gratuitement à la liste d'information SOS-planete

https://www.terresacree.org   

Mail, forum, courrier des surfeurs, livre d'or...vivant12@free.fr

Energies propres, énergies sales


environnement, nature, écologique, bioDates d'épuisement des richesses exploitables de notre planète au rythme actuel de consommation

environnement, nature, écologique, bioComment participer au changement dans ma vie de tous les jours?


Vous avez aimé cette page. Partagez-la
avec vos ami(e)s sur les réseaux sociaux

Partager avec vos amis sur le réseau social Google Plus Partager avec vos amis sur le réseau social Linkedin S'abonner gratuitement au fil d'info RSS du vaisseau-mère de demainlhomme.info, ex SOS-planete


   

  











Citations d'Hommes justes

Vous pouvez nous envoyez les phrases
(d'Anciens ou non) qui vous semblent
aller de soi et participer à l'ouverture
des consciences


 

Wiki sur Terre - Sois acteur du changement - demainlhomme.info


 

NEWSLETTER

Abonnement gratuit à la
newsletter bimensuelle
confidentielle de demainlhomme.info

BOX EXPRESS

Transmettez par cette
voie votre récolte d'infos vraies
(lesquelles seront vérifiées)
 


Cet annuaire est mis à jour régulièrement par Cédric, président de l'Association. Il est facile d'y inscrire GRATUITEMENT votre site


Exprimez-vous librement sur ce site



LIVRE D'OR. Expression libre


Suivre le Flux RSS de demainlhomme.info
Vous surfez sur mobiles, cliquez ICI