Yvan Marzin

TOUT EN BAS! Ascenseur expressLe blé en première ligne des tourments biotechnologiques

 

 

Merci à Thibaud FAGUER-REDIG pour cette traduction exclusive.

Vos réactions à ce sujet :

"Le site SOS-planete a obtenu l'Award 2002 pour l'ensemble des points suivants : Charte graphique d'une grande qualité, grande qualité du contenu présenté, rapidité d'ouverture, convivialité, rédaction et articles bien faits. L' ensemble du site est bien construit, original, agréable et mérite l'award 2002 de Web Net Visa Service."

Le site SOS-planete a obtenu l'Award 2002 pour l'ensemble des points suivants : Charte graphique d'une grande qualité, grande qualité du contenu présenté, rapidité d'ouverture, convivialité, rédaction et articles bien faits. L' ensemble du site est bien construit, original, agréable et mérite l'award 2002 de Web Net Visa Service.

Nos autres awards

(Associated Press) - Dimanche 22 février 2004

 ________________________________


Par Roxana HEGEMAN

WICHITA (Kansas) - Plus de 10.000 ans après les premières récoltes de blé
sauvage par des chasseurs nomades, des chercheurs se penchent sur la
possibilité d'intervenir génétiquement dans la composition de la plus
ancienne céréale cultivée par l'homme, parallèlement à ce qui semble être
l'un des derniers combats autour de l'alimentation génétiquement modifiée.


Disposant d'un génome cinq fois plus étendu que celui de l'être humain, le
blé est si complexe qu'il figure parmi les dernières grandes céréales
concernées par la manipulation génétique. Cette branche basique de
l'industrie alimentaire est depuis au centre de la controverse relative aux
OGM.

Le blé génétiquement modifié ne sera mis à la disposition des exploitants
qu'après l'approbation de l'Agence de Protection de l'Environnement (EPA),
le Service des médicaments et de l'alimentation (Food and Drug
Administration) et le Secrétariat américain à l'Agriculture (U.S.
Agriculture Department).

« Pour les anti-OGM, il s'agit de l'ultime combat concernant une grande
céréale », déclare Harold TRICK, chercheur spécialiste du blé et professeur
assistant à l'Université d'Etat du Kansas. « S'ils échouent, il leur sera
difficile de s'en remettre et de repartir ».

Les consommateurs européens et une partie de ceux vivant en Asie redoutent
que les aliments génétiquement modifiés soient malsains et nocifs pour
l'environnement.

La lutte provoquée par les biotechnologies est notamment marquée dans le
Dakota du Nord, où les opposants aux OGM proposent d'organiser un référendum
qui légitimerait le pouvoir du délégué à l'Agriculture de l'Etat d'autoriser
-ou non- les exploitants [du Dakota] à planter cette nouvelle céréale.

Les producteurs, quant à eux, sont essentiellement préoccupés par leurs
perspectives futures d'exportation de blé génétiquement modifié.

Selon le Centre de politique agricole et d'études commerciales (CAPTS) de
l'Université du Nord Dakota, plus de 50% du blé cultivé à travers les
Etats-Unis au printemps est voué à l'exportation, dont environ 47% vers les
pays qui avaient préalablement affirmé qu'ils refuseraient d'importer tout
blé génétiquement modifié.

Quoi qu'il en soit, les passions déchaînées par le blé transgénique ne sont
pas près de se calmer dans l'Etat du Kansas, qui reste le plus gros
producteur de blé du pays.

Le Kansas cultive également des variétés hivernales de blé. L'introduction
de la biotechnologie débutera avec les espèces de printemps, qui sont
principalement présentes dans le Dakota du Nord et du Sud, le Montana et le
Minnesota.

L'entreprise Monsanto Co., basée à St Louis, dit développer une variété
printanière génétiquement modifiée qui, d'ici six ans, devrait permettre aux
producteurs d'utiliser des herbicides sans pour autant tuer la céréale.

Pour David FREY, membre de la Commission du blé du Kansas (KWC), une
modification de ce type ne présente qu'un moindre intérêt pour les
producteurs de variétés d'hiver, qui sèment en automne et récoltent au début
de l'été avant que la plupart des mauvaises herbes ne prenne racine.

La commission KWC, fondée par un groupe de défense des producteurs dont la
mission est de promouvoir le commerce du blé à l'échelle mondiale, finance
une grande partie de la recherche génétique de l'Université d'Etat du
Kansas.

Elle a notamment participé à l'acquisition d'un séquenceur génétique pour
des chercheurs de l'Université, et a cette année débloqué un fonds de 96.737
Dollars US en faveur de la recherche transgénique sur le blé. Ces travaux
pourraient un jour déboucher sur le développement de variétés résistantes à
la sécheresse et aux maladies.

Il y a deux mois, des chercheurs de l'Université du Kansas sont parvenus à
cloner un gène de résistance à la rouille des feuilles, remontant ainsi le
moral des cultivateurs d'un Etat où 100 millions de Dollars ont été perdus
l'an dernier du fait de telles maladies affectant tiges et feuilles.

Un des chercheurs, Bikram GILL, rappelle que jusqu'ici les travaux n'ont pas
été étendus à la reproduction du blé en raison de l'incertitude qui pèse sur
l'espèce génétiquement modifiée.

« Mais les scientifiques espèrent que le savoir supplémentaire qu'ils
acquièrent au cours de telles recherches pourra aussi être mis à profit sur
le terrain, afin de développer de nouvelles variétés issues cette fois des
processus naturels de reproduction », ajoute monsieur TRICK.

À titre d'exemple, leur succès à l'occasion du clonage du gène de résistance
à la rouille végétale leur a fourni une « caractéristique génétique » qui
permet désormais d'identifier les plantes naturellement résistantes à cette
infection.

À l'heure actuelle, l'effort internationalisé de scientifiques désirant
établir la « carte génétique » du blé constitue sans doute le projet en
cours le plus ambitieux : pour les chercheurs, le génome du blé est sûrement
le plus étendu jamais séquencé.

Un groupe de scientifiques de nationalités diverses se réunira l'été
prochain afin de planifier ce séquençage du blé, dont l'achèvement est
espéré pour 2010.


- - -

Ressources consultables sur Internet (anglais US) :

Crop Choice: HTTP://www.cropchoice.com/ 
Environmental Working Group: HTTP://www.ewg.org 
Kansas Wheat Commission: HTTP://www.kswheat.com/ 
Pew Initiative on Food and Biotechnology: HTTP://pewagbiotech.org 
***

---
HTTP://seattlepi.nwsource.com/business/apbiz_story.asp?category=1310&slug=Farm%20Scene

Anne EsperetLogo de Terre sacrée. Louis Rocquin.environnement, nature, écologique, bio

   Abonnez-vous gratuitement à la liste d'information SOS-planete

Le point sur les OGM

nature, environnement, écologie, bio, vertMonsanto perd la bataille du blé transgénique

nature, environnement, écologie, bio, vertCampagne publicitaire contre le blé OGM

nature, environnement, écologie, bio, vertLe blé génétiquement modifié arrive au Canada

Le saviez-vous? Selon le site de la Convention sur la biodiversité, 34.000 plantes et 5.200 espèces animales, dont un huitième des espèces d'oiseaux, sont en voie d'extinction.


Vous avez aimé cette page. Partagez-la
avec vos ami(e)s sur les réseaux sociaux

Partager avec vos amis sur le réseau social Google Plus Partager avec vos amis sur le réseau social Linkedin S'abonner gratuitement au fil d'info RSS du vaisseau-mère de Demain l'Homme, ex SOS-planete


   

  











Citations d'Hommes justes

Vous pouvez nous envoyez les phrases
(d'Anciens ou non) qui vous semblent
aller de soi et participer à l'ouverture
des consciences


 

Wiki sur Terre - Sois acteur du changement - Demain l'Homme


 

NEWSLETTER

Abonnement gratuit à la
newsletter bimensuelle
confidentielle de Demain l'Homme

BOX EXPRESS

Transmettez par cette
voie votre récolte d'infos vraies
(lesquelles seront vérifiées)
 


Cet annuaire est mis à jour régulièrement par Cédric, président de l'Association. Il est facile d'y inscrire GRATUITEMENT votre site


Exprimez-vous librement sur ce site



LIVRE D'OR. Expression libre


Suivre le Flux RSS de Demain l'Homme
Accès aux 150 derniers articles de Demain l'Homme pour mobiles et PC