hautSOS-Pl@net, le site de Terre sacrée. Bannière réalisée bénévolement par Frédéric Schoenahl que nous remercions vivement.

(Pas d'ascenseur)

Sommaire de la page : Le blé génétiquement modifié arrive au Canada - Suisse : Des scientifiques neuchâtelois mettent en garde contre les disséminations de blé génétiquement modifié - L'IPE exhorte Ottawa de dévoiler l'emplacement de cultures transgéniques - Une coalition contre le blé OGM de Monsanto

TOUT EN BAS! Ascenseur expressLe blé génétiquement modifié arrive au Canada
Photo anne.esperet@free.fr Autres oeuvres superbes sur le site .Winnipeg (Manitoba), 31 juillet 2001 - Un groupe de diverses organisations s'associe pour rejeter l'introduction de blé génétiquement modifié au Canada.

Le Syndicat national des cultivateurs / National Farmers Union (NFU) , l'association manitobaine Keystone Agricultural Producers (KAP), l'Association des municipalités rurales de la Saskatchewan (SARM), le Directorat biologique de la Saskatchewan (SOD), la Commission canadienne du blé (CCB), Greenpeace Canada, le Conseil des Canadiens et la Coalition canadienne de la santé demandent au gouvernement fédéral de suspendre l'autorisation de blé génétiquement modifié à moins que soient prises en compte les inquiétudes des producteurs, des consommateurs et des marchands de blé canadien.

« Certains seront peut-être surpris de voir une telle coalition
d'intérêts aussi divers, » remarque Stuart Wells, porte-parole de la
coalition. « Mais si nous sommes ici aujourd'hui tous ensemble, c'est
parce que nous sommes tous inquiets de l'introduction de blé
génétiquement modifié. »

Dans une lettre au premier ministre Jean Chrétien, la coalition exprime
ses inquiétudes. Ce document a reçu l'appui de plus de 210 associations
de groupes d'intérêts, de gouvernements locaux et de groupes de citoyens
au Canada. La coalition a également le soutien de plus de 50 experts et
chercheurs canadiens et de 60 organisations internationales.*

Stuart Wells souligne que les agriculteurs se disent inquiets de
l'impact agronomique d'une telle décision et des risques de perte de
marchés, tandis que du côté des consommateurs les inquiétudes vont de la
sécurité des aliments aux soucis en matière de l'environnement et de
pertinence de la réglementation en la matière. Et Wells d'ajouter qu'il
serait temps qu'Ottawa prête l'oreille.

« Le gouvernement du Canada, ajoutait Wells, doit non seulement écouter
ce que les citoyens ont à dire mais il doit aussi agir dans le sens des
intérêts économiques des agriculteurs : le gouvernement doit suspendre
le processus d'autorisation du blé génétiquement modifié. »

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Commission canadienne du blé
http://www.cwb.ca/

Conseil des Canadiens (The Council of Canadians)
http://www.canadians.org/

Greenpeace Canada
http://www.greenpeacecanada.org/

Sommaire de la page

Suisse : Des scientifiques neuchâtelois mettent en garde contre les disséminations de blé génétiquement modifié

Le transfert de gènes entre du blé cultivé et une plante sauvage est
possible. Des chercheurs de l'Université de Neuchâtel révèlent pour la
première fois l'existence de ce risque en Europe centrale et entendent
donner des réponses plus précises dans le cadre du Pôle de recherche
national Survie des plantes en milieux naturels et agricoles. 2001-09-03

mo/bi. Sur l'ensemble de notre planète, le blé appartenant à l'espèce
Triticum aestivum représente l'une des cultures les plus répandues. On
en produit 21 millions de tonnes par an, ce qui correspond à une surface
totale de 230 millions d'hectares. Mais pour garantir des récoltes
optimales, il faut écarter tout risque d'échange de patrimoine génétique
avec des espèces voisines. En outre, pour préserver l'intégrité de la
flore spontanée, il est important d'estimer, dans le cas de cultures de
plantes transgéniques, les risques de passage de gènes modifiés d'une
plante cultivée à ses parentes sauvages.

Les travaux publiés cet été par le groupe de chercheurs emmenés par
François Felber dans la revue Theoretical and Applied Genetics, démontre
que non seulement le blé se croise avec une cousine sauvage, l'égilope
cylindrique ou Aegilops cylindrica, mais que ces croisements donnent
naissance à des plantes hybrides dont certaines produisent des graines.
De plus, lorsque les hybrides en question se recroisent avec des
individus de l'espèce sauvage, ils engendrent des plantes qui, tout en
affichant la morphologie de l'égilope, gardent des traces du patrimoine
génétique provenant du blé cultivé.

Ces résultats prennent toute leur importance sitôt que l'on songe à la
culture de plantes transgéniques. Comme l'explique François Felber:
"Prenons du blé artificiellement doté d'un gène qui le rend par exemple
résistant aux herbicides. Il y a un certain risque -certes faible, mais
il existe- pour que ce gène se transmette de génération en génération à
l'égilope cylindrique. Cette dernière, qui est en fait une " mauvaise
herbe ", pourrait à son tour devenir résistante à l'herbicide, réduisant
à néant les efforts du cultivateur pour l'éliminer."

Les expériences se sont déroulées dans des champs de la Station fédérale
de recherches en production végétale de Changins, près de Nyon. François
Felber et ses collègues s'étonnent du fait que les croisements
produisent un nombre d'hybrides très variable selon l'origine
géographique des égilopes. "Ces différences montrent qu'il est important
d'évaluer très précisément les risques, même à un niveau régional,
puisque dans cette étude, toutes les plantes sauvages proviennent du
Valais", souligne François Felber.

S'agissant de la Suisse, ces chiffres n'alarment pas trop les
chercheurs, car les égilopes cylindriques ne se trouvent qu'en Valais,
une région à production céréalière modérée. Mais ailleurs en Europe, le
taux d'hybridation pourrait significativement augmenter.

"Malgré la faible fertilité des hybrides, ces risques ne doivent pas
être sous-estimés", avertissent les auteurs de l'étude suisse. Cette
mise en garde vaut surtout pour les Etats-Unis où cette mauvaise herbe a
déjà envahi l'équivalent de 3 millions d'hectares, causant des pertes
significatives dans les récoltes de blé et diminuant sa qualité.

Source:
Communiqué de presse de l'Université de Neuchâtel:
http://www.unine.ch/presse/Communiques/transfertgenes.htm
Résumés de l'article dans "Theoretical an Applied Genetics" Theor Appl
Genet (2001) 103:1-8 de R. Guadagnuolo D., Savova-Bianchi, F. Felber.
Titre: Gene flow from wheat ( Triticum aestivumL.) to jointed goatgrass
( Aegilops cylindricaHost.), as revealed by RAPD and microsatellite
markers.

Informations complémentaires sur ce thème:
Résumé de l'article dans "Theoretical and Applied Genetics" Volume 103
Issue 2/3 (2001) pp 191-196. Titre "Search for evidence of introgression
of wheat (Triticum aestivum L.) traits into sea barley (Hordeum marinum
s.str. Huds.) and bearded wheatgrass (Elymus caninus L.) in central and
northern Europe, using isozymes, RAPD and microsatellite markers de R.
Guadagnuolo, D. Savova-Bianchi, J. Keller-Senften, F. Felber

http://link.springer.de/link/service/
m

Article sur le travail de F. Felber dans Bioweb du 12.1.1997:
Français.

Sommaire de la page

L'IPE exhorte Ottawa de dévoiler l'emplacement de cultures transgéniques

Toronto (Ontario), 27 juillet 2001 - Le ministre de l'Agriculture de
l'Ile-du-Prince-Edouard s'indigne qu'Ottawa refuse de dévoiler
l'emplacement des cultures expérimentales de blé génétiquement modifié
qui poussent quelque part dans sa province. En raison de la
pollinisation croisée, ces cultures pourraient en endommager d'autres,
craint Mitch Murphy.

Dans une lettre que le ministre a reçu en mars dernier, l'Agence
canadienne d'inspection des aliments (ACIA) indiquait que la
multinationale Novartis allait cultiver du blé modifié génétiquement
dans des champs dont l'emplacement serait tenu secret. Novartis est une
compagnie qui conçoit des médicaments et des semences.

« Nous vous demanderions de nous faire part de vos questions à ce sujet
aussitôt que possible », spécifiait la lettre.

M. Murphy soutient qu'il a demandé à l'ACIA où serait semé le blé
transgénique et qui serait responsable dans l'éventualité où des
problèmes surviendraient. On lui aurait répondu que ces informations
étaient confidentielles.

L'ACIA aurait dit au ministre que Novartis ne révélerait aucun
emplacement, la compagnie craignant que les cultures soient la cible
d'espionnage industriel et de vandalisme.

« Nous n'avons pas obtenu les réponses à ce que nous croyions être de
très importantes questions, a déclaré M. Murphy. Je crois que la
province a tout à fait le droit de savoir. »

Source : Presse Canadienne

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Agence canadienne d'inspection des aliments (ACIA)
http://www.cfia-acia.agr.ca/

Sommaire de la page

CANADA : Une coalition contre le blé OGM de Monsanto

07/08/01

http://www.pleinchamp.com/

La firme entend commercialiser le premier blé génétiquement modifié au
monde, résistant au Roundup, à partir de 2003. Une perspective qui
inquiète une l'opinion publique et les fermiers canadiens.

L'introduction du blé génétiquement modifié de Monsanto inquiète au
Canada. Une coalition de 210 organisations comprenant des syndicats
agricoles des Prairies, des élus, des scientifiques et d'autres
organisations de consommateurs et de citoyens a demandé au gouvernement
fédéral de suspendre l'autorisation du premier blé génétiquement
modifié, que Monsanto projette de lancer entre 2003 et 2005. La
compagnie a déjà mené des essais secrets de ce blé de printemps «
Roundup Ready ».

Les agriculteurs s'inquiètent de l'impact agronomique
d'une telle décision et des risques de pertes de marchés. Le Canada est
un des tout premiers exportateurs mondiaux de blé et serait alors
obliger de procéder à la séparation couteuse des récoltes GM et des
non-OGM, car de nombreux clients étrangers exigent des livraisons
garanties sans OGM.

Le Canada n'est pourtant pas un pays exempt d'OGM. On y cultive déjà à
large échelle du colza de printemps génétiquement modifié.

flechhan.gif (4956 octets)

nature, environnement, écologie, bio, vertMonsanto perd la bataille du blé transgénique

nature, environnement, écologie, bio, vertLe blé en première ligne des tourments biotechnologiques

nature, environnement, écologie, bio, vertLe point sur les OGM     nature, environnement, écologie, bio, vertCes OGM existent    Nouvelles Page remise à jour régulièrementNon aux brevets sur la vie (Autocollants à commander via http://www.resistanceisfertile.com)

Menu Flash (portillon de la base)nature, environnement, écologie, bio, vertSommaire de la page

 https://www.terresacree.org    Envoyer un courrier!

du site - Jardin

Retour au sommet de la page   Entrez dans le jardin de la base


Vous avez aimé cette page. Partagez-la
avec vos ami(e)s sur les réseaux sociaux

Partager avec vos amis sur le réseau social Google Plus Partager avec vos amis sur le réseau social Linkedin S'abonner gratuitement au fil d'info RSS du vaisseau-mère de Demain l'Homme, ex SOS-planete


   

  











Citations d'Hommes justes

Vous pouvez nous envoyez les phrases
(d'Anciens ou non) qui vous semblent
aller de soi et participer à l'ouverture
des consciences


 

Wiki sur Terre - Sois acteur du changement - Demain l'Homme


 

NEWSLETTER

Abonnement gratuit à la
newsletter bimensuelle
confidentielle de Demain l'Homme

BOX EXPRESS

Transmettez par cette
voie votre récolte d'infos vraies
(lesquelles seront vérifiées)
 


Cet annuaire est mis à jour régulièrement par Cédric, président de l'Association. Il est facile d'y inscrire GRATUITEMENT votre site


Exprimez-vous librement sur ce site



LIVRE D'OR. Expression libre


Suivre le Flux RSS de Demain l'Homme
Accès aux 150 derniers articles de Demain l'Homme pour mobiles et PC