Le 13 septembre 2006 : Un travail bénévole de Sophie M que nous remercions vivement.

AccueilL'entrepriseenvironnement, nature, vert, écologie, biologique, planète TerreActionsservicesContact

 

 

Tout en bas!2002

Accueil du site

(Ordre chronologique)

Toutes les sources sont citées.

  •  Syngenta met en garde : les mauvaises herbes sont résistantes
    Plus de 70% de toutes les plantes transgéniques sont résistantes à l'herbicide Roundup Ready (RR) de Monsanto. En effet, aux USA les mauvaises herbes résistantes au RR se propagent rapidement. Selon une étude soutenue par Syngenta, les deux tiers des experts interrogés se disent alarmés.
    (Syngenta, 23.12.02)

 

  • USA : un gène responsable du cancer dans la culture et l'élevage
    La firme US Morphotek utilise un gène qui provoque le cancer du colon dans la manipulation d¹animaux, de plantes et de bactéries. En insérant ce gène, on accélère les mutations génétiques. On produit ainsi rapidement un grand nombre de mutants. Mais que se passerait-il si ce gène s'échappait et passait dans notre chaine alimentaire? (Observer, 24.11.02)

 

  • Japon : cosmétiques à base de chenilles transgéniques
    Des vers à soie transgéniques produiraient un principe actif: le collagène. Cette substance est exploitée dans les cosmétiques et dans la fabrication
    des médicaments. (Der Spiegel, 52/2002)
  • Australie : blé résistant à la sécheresse ­ sans génie génétique
    En utilisant une méthode de culture tout à fait moderne, des chercheurs ont mis au point une nouvelle variété de blé résistant à la sécheresse. Cette plante utilise de manière efficace de l'humidité du sol et fait preuve en outre d'une grande résistance aux principales maladies du blé. (CSIRO, 22.10.02)
  • A la poursuite de la rose bleue
  • Au delà des frontières : Bioland sans OGM
    La Carinthie, le Frioul, la Vénétie et la Slovénie entendent créer, jusqu¹en 2006, une zone exempte d'OGM, afin que leurs produits bio ne soient pas contaminés. (Der Standard, 25.10.02)
  • Inde : graves problèmes pour le coton transgénique
    En Inde, ou le coton Bt transgénique est cultivé sur de grandes surfaces, nombreuses zones de culture connaissent des problèmes: invasion de parasites, mauvaises récoltes et contamination en raison de l¹introduction clandestine. L¹avis d'un expert à ce sujet: «ce n¹est manifestement pas une technologie pour les paysans pauvres de l'Inde.» (Nature Biotechnologie, Nov.02)
  • USA : conflit dans l'industrie transgénique pour les «plantes pharmacogéniques»
    Les «plantes pharmacogéniques» servent à la production de médicaments -un marché potentiel énorme. Mais l'industrie alimentaire sonne l'alerte. Elle redoute en effet que les substances actives ne s¹introduisent par inadvertance dans les aliments. Ce qui s'est déjà produit: dans un champ de soja, où il y avait des plants de maïs de l¹année précédente. Ces plants avaient été manipulés dans le but de produire un médicament destiné à l¹être humain. Maintenant la totalité du champ de soja est détruite. (Wall Street
    Journal, 5.11.02, New YorkTimes, 12.11.02)
  • USA : test génétique pour les mélanges de races
    Quel est le pourcentage d¹une autre race dans votre patrimoine génétique? Une firme US propose un test génétique qui met en évidence ces mélanges, ce qui permettrait de «mieux soigner les affections spécifiques à une race». Mais ce test est critiqué pour son manque de précision et comporte un grand potentiel d¹abus. (New York Times, 1.10.02)
  • Bioland 2020 ­ du Mali jusqu'à Muttenz
    A supposer: en 2020, en Suisse et ailleurs, il n'y aurait plus que des exploitations agricoles biologiques variées et modernes. Poisons et génie génétique, des options tombées en désuétude, sont abandonnés... Un débat entre deux experts sur cette vision: Urs Niggli (FiBL, Frick) s'appuie totalement sur la recherche innovante. Nikolai Fuchs (Goetheanum, Dornach) aimerait que l¹agriculture devienne la «culture de la vie». Avec dégustation et vidéos. Le 3.12., 19 h 30, à Bâle, «Unternehmen Mitte» (Blauen-Institut) et le 10.12., 19 h 30, à Berne, «Kornhausforum», (SWISSAID).
  • Bénin : moratoire de 5 ans
    Le gouvernement du Bénin a adopté un moratoire de 5 ans sur l'importation et la commercialisation d'OGM (Min. de l'Agric., Comm. 321/02). Dans l'UE, le moratoire de facto est maintenu. (AP, 10.10.2002)
  • USA : espèces sauvages en meilleure forme grâce à un gène étranger
    Des chercheurs ont étudié ce qu'il se produit lorsque le pollen de tournesols transgéniques s'introduit dans des espèces sauvages de la même famille. Grande surprise: le gène étranger a un tel effet sur leur condition qu'elles produisent deux fois plus de graines ­ effet fâcheux lorsqu'il s'agit de mauvaises herbes! De nouvelles études sont compromises, les trusts agrochimiques refusant de livrer des semences transgéniques. (Seedquest, août 2002; Nature,17.10.2002)
  • Mexique : contamination du maïs indigène
    Une étude réalisée à la demande du gouvernement mexicain arrive encore à la même conclusion: les espèces de maïs indigènes sont déjà contaminées génétiquement. Une situation alarmante dans une région considérée comme le centre mondial d'origine et de diversité du maïs. Ceci a soulevé une controverse politique dans la revue «Nature». (Foodfirst, 24.10.2002)
  • Grande-Bretagne : ADN génétiquement modifiée dans l'intestin humain. Pour la première fois, des chercheurs anglais ont réussi à mettre en évidence que des particules ADN d'aliments transgéniques, modifiées génétiquement, étaient transmises aux bactéries de l'intestin de l'être humain. Ce qui, jusqu'à l'heure actuelle, était vivement contesté. De nombreux aliments transgéniques contiennent des gènes résistants aux antibiotiques. On craint maintenant que ces gènes passent dans les bactéries intestinales, responsables de maladies et les rendent résistantes aux
    antibiotiques. (The Guardian, 17.7.02)
  • Israel - Des poulets transgéniques. En mai 2002, le professeur Avigdor Kahaner, de la faculté israélienne d'agronomie de Rehovat, a annoncé la naissance de poulets sans plumes. Selon le chercheur, "l'animal souffrira moins de la chaleur, sera moins gras et il n'y aura plus besoin de (le) déplumer avant sa mise sur le circuit agroalimentaire." Ce poulet rouge, héritant par manipulation génétique des caractéristiques "d'un petit oiseau à la peau naturellement nue et d'une poule ordinaire", n'en est encore qu'à l'état de projet, puisque actuellement leur taille est encore trop inférieure à celle d'un poulet "traditionnel". (Source Inf'OGM N°32, juin 2002)
  • Oeillets - De nouveaux OGM à corolles
    News du 26/1/2001
  • Une société japonaise vient d'annoncer la sortie de deux nouvelles sortes d'oeillets génétiquement modifiés.

    Les uns voient ainsi leur durée de vie passer de deux à trois, voire quatre, semaines grâce à l'adjonction d'un gène ralentissant leur vieillissement  tandis que les autres offrent de plus grandes corolles, jusqu'à six centimètres contre trois pour les oeillets non modifiés par un gène de pétunia.

    Le Ministère de l'Agriculture japonais a par ailleurs reconnu ces espèces sans danger pour l'environnement.

    Source : www.besok.com

  • Dans la nuit de dimanche 7 à lundi 8 juillet 2002, un groupe s'appelant "les diables rouges" ont détruit un champ de betteraves sucrières d'Advanta. Malgré l'annonce par la firme anglo-néérlandaise de son retrait des OGM, un champ transgénique se trouvait à Verrebroek (Beveren). Cette action fait partie de la résistance mondiale contre le génie génétique. (Source Inf'ogm)
  • Pommes de terre transgéniques : effets secondaires imprévus
    Les pommes de terre, dans lesquelles un gène du perce-neige a été introduit par génie génétique, produisent moins de substances amères, alors que cela n'avait pas été prévu. Or, ce sont ces bien ces substances qui empêchent un certain nombre de parasites de s¹attaquer à ce légume. C'est pourquoi la revue New Scientist écrit: les pommes de terre transgéniques éliminent un insecte nuisible pour en attirer d¹autres. Encore plus étonnant: l'introduction d¹un tout autre gène produirait le même effet. Apparemment, c'est la manipulation génétique en soi qui freine la production de substances amères et l'on sait peu de choses sur les risques. (New
    Scientist, 2.6.02)
  • Industrie transgénique : campagnes fantômes déloyales
    A la fin de l'année dernière, deux chercheurs américains ont annoncé qu'au Mexique des espèces de maïs locales sauvages étaient déjà contaminées génétiquement. Cette étude a aussitôt suscité une grande vague d'indignation. Les recherches entreprises par deux journalistes ont prouvé qu'à l'origine de ces attaques il y avait des agences de RP en relation directe avec l'industrie, et que c'étaient elles qui avaient initiées et orchestrées ces campagnes en se servant de pseudo expéditeurs de mails et groupes fantômes. (The Guardian, 14.5.02 et 29.5.02)
  • Australie : les états instituent des zones »exemptes d'OGM
    Un nouvel accord intervenu entre le gouvernement et certains états permet à ceux-ci d'instituer des zones sans OGM. L'Australie méridionale et la Tasmanie ont commencé, d'autres suivront. (The Australian, 27.5.02)
  • Zimbabwe, Nicaragua : pas de maïs transgénique pour venir au secours de la famine. Pour combattre la famine régnant dans le pays, les USA voulaient envoyer du maïs transgénique au Zimbabwe. Mais comme dans ce pays l'importation d'OGM est interdite, la livraison a été refusée. Au Nicaragua aussi, des voix ses sont élevées pour protester contre l'envoi immédiat d'OGM pour aider le pays. On craint que de cette manière les OGM soient introduits clandestinement. (The Zimbabwe Independent, 31.5.02)
  • Nouvelle observation de longue durée : l'agriculture bio recèle un fort potentiel. L'IRAB (Institut de recherche de l'agriculture biologique) à Frick a réalisé pendant 24 ans une recherche comparée sur la qualité des produits issus de l'agriculture biologique et conventionnelle. Le résultat est impressionnant: l'agriculture bio est plus respectueuse, plus efficace et plus durable que la production intégrée. L'étude est parue dans le magazine scientifique Science. (Science, 31.5.02)
  • Non au café transgénique

    14 mai 2002 : (...) Dans la culture de café transgénique, le processus de maturation de la baie du café est génétiquement bloqué. Puis, il est réactivé grâce à la vaporisation d'une substance chimique sur le plant.

    Autrement dit, la société Integrated Coffee Technologies Inc (ICTI) contrôle artificiellement la production naturelle d'éthylène. Substance qui permet le mûrissement naturel d'un fruit.

    L'avantage de cette méthode, c'est qu'elle permet des récoltes mécaniques et à grande échelle. Puisque les baies de café, ainsi génétiquement modifiées, mûrissent toutes au même moment et de façon uniforme.

    Or, aujourd'hui, la récolte du café demande une grande main d'oeuvre. Car, comme chaque baie mûrit à une période différente, elle doit être cueillie à la main.

    C'est d'ailleurs pour cette raison que le 70% de la production mondiale de café est effectuée dans des petites fermes.

    «Il existe déjà une grave crise du café, lance Bruno Riesen, de Swissaid et président de la Fondation Max Havelaar.
    Le prix du café s'est littéralement effondré, entraînant de nombreux cultivateurs dans le chaos.»

    Et d'ajouter: «avec l'arrivée du café trangénique, de nombreux producteurs qui ont miraculeusement échappé à la crise n'auront pas d'autre choix que de quitter leurs fermes. Pour venir grossir les bidonvilles.»
    http://www.transnationale.org/forums
  • Des chercheurs mexicains confirment la contamination du maïs local par des OGM

    14 mai 2002 : (...) Les résultats ont confirmé la présence de maïs transgénique dans les échantillons, dans une proportion importante atteignant parfois 35%. "Nous avons présenté ces résultats lors d'un séminaire de l'OCDE en Caroline du Nord en novembre, indique Exequiel Ezcurra. Une critique nous a paru pertinente : le marqueur que nous cherchions, le 35 S -une séquence provenant du virus de la mosaïque du chou-fleur-, est très souvent utilisé dans les constructions génétiques, mais il se trouve aussi dans la nature. Il fallait donc le caractériser plus précisément, pour être certain qu'il provenait bien d'un OGM."

    Les équipes de l'INE ont donc décidé de faire réaliser d'autres tests plus robustes que la PCR, toujours par deux laboratoires différents. Elles ont d'abord soumis le matériel végétal issu des grains au test Southern Blot, une méthode d'analyse de l'ADN (la molécule qui porte le génome des êtres vivants) fondée sur l'électrophorèse. Le test Southern Blot est plus difficile d'emploi que la PCR, car il demande près d'une semaine de travail. Il présente cependant l'avantage d'être plus fiable. En l'occurrence, il a démontré la présence du promoteur 35 S non seulement dans les plantes, mais bien dans leur ADN. Les chercheurs ont ensuite réalisé un test immunologique Elisa, permettant de détecter les protéines exprimées par une séquence génétique particulière. Le test a été appliqué pour retrouver les protéines du Bt et du Roundup - propres aux OGM - dans les plantes et a, lui aussi, produit des résultats positifs.

    Enfin, comme troisième contrôle, l'INE a soumis les plantes étudiées au Basta, un herbicide courant : le gène de résistance au Basta est souvent utilisé dans les OGM comme "marqueur" et les plantes qui résistent à l'herbicide démontrent ainsi qu'elles ont bien intégré la construction génétique comprenant le gène du Basta.

    Là encore, les résultats du test ont été positifs. L'INE est à présent en phase finale de vérification des résultats avant de les soumettre à un journal scientifique pour publication. Mais pour Exequiel Ezcurra, le résultat d'ensemble ne fait pas de doute et confirme la contamination du maïs mexicain par des OGM d'origine inconnue.

 

Suite

 

http://www.transnationale.org/forums

Suite

 

  • Poison Bt dans le sol
    Les plantes Bt manipulées génétiquement produisent un poison pour combattre la pyrale du maïs. Une étude récente a montré que ce poison pénètre également dans le sol par l'intermédiaire des racines et s'y concentre, en se liant à différentes particules du sol. Et ce poison reste souvent actif pendant 180 jours. Ses effets sur les organismes du sol sont quasiment inconnus. (Soil Biology and Biochem., Avril 2002, 34, 133)
  • Des corn flakes croustillants grâce au génie génétique
    La firme US Monsanto entend manipuler le maïs afin que les corn flakes restent toujours croustillants. «Nous espérons ainsi créer un avantage direct pour les consommateurs» a déclaré Colin Meritt de Monsanto. (Daily Telegraph, UK, 7.1.02)
  • 3 mars 2002 : Un nouvel ADN. En violant les lois du code génétique, des biologistes et des chimistes ont modifié la machinerie moléculaire de la synthèse des protéines. Ils commencent ainsi à créer des éléments vivants qui, naturellement, n'auraient jamais dû voir le jour sur Terre.
  • Le moment est historique. Pour la première fois dans l'histoire de la compréhension et de la maîtrise du vivant, des scientifiques ont entrepris de créer de nouveaux organismes, des éléments vivants ne correspondant en rien aux règles du code génétique.

    Spécialistes de la biologie moléculaire et de la chimie des protéines, ces chercheurs ont modifié la structure de l'ADN et des différentes molécules qui assurent la transcription des messages que porte ce support de l'hérédité. Ils commencent ainsi à explorer un champ totalement inconnu où les lois qui ont régi l'évolution de l'ensemble des organismes vivants ne sont plus respectées. Lire l'article en entier.

  • Maïs transgénique et contrôle des naissances
    Des chercheurs US ont mis au point un maïs qui agit comme un contraceptif: Ce maïs transgénique produit un anticorps humain qui agit en bloquant les spermes. De tels champs de maïs «protègeront-ils à l'avenir le monde, de la surpopulation", comme l¹écrit le quotidien «The Observer»? (The Observer,
    9.9.01)
  • 14 février 2002 : NEW YORK (Agence Française de Presse) - Une équipe texane a réussi pour la première fois le clonage d'un chat, ouvrant des perspectives pour le marché potentiellement très lucratif du clonage des animaux de compagnie. Lire l'article
  • 11.01.2002 : Les surfaces agricoles consacrées aux cultures transgéniques continuent de croitre dans le monde et ont dépassé pour la première fois les 50 millions d'hectares en 2001 révéle l''International Service for the Acquisition of Agri-Biotech Applications (ISAA) qui vient de publier son rapport mondial annuel sur la commercialisation des plantes transgéniques dans le monde. © Milfeuille Presse
  • USA : premières expériences de dissémination d'insectes transgéniques
    En Arizona des mites transgéniques ont pour la première fois été disséminées dans un champ de coton. De nombreux experts ont exprimé leur réserve à ce sujet: si les choses tournaient mal, il serait trop tard. Une fois libérés,  les insectes transgéniques ne pourraient plus être ramenés dans les laboratoires. (Wired news, 7.12.2001)
  • La biopharmacie à l'origine du clonage.Jeudi 03 janvier 2002 - LONDRES (Agence Française de Presse) - PPL Therapeutics, une société britannique de brebis Dolly, a annoncé mercredi avoir produit des porcelets clonés dont les organes pourront être transplantés sur l'homme.

 

Merci essentiellement à Philippe Onda, Frédéric Prat, Hervé Le Meur, Thierry Raffin, Catherine Roux, Christophe Noisette, Jean Pierre Berlan, Michel Dussandier, Guy Ruiz, Cédric Mercier, toute la liste OGM Danger Inf'OGM et les autres, pour la circulation des infos.

Les militants de la vie vous offrent Proxomitron un petit programme gratuit de 856Ko pour vous débarrasser définitivement des fenêtres de pub sur les pages internes des sites comme Multimania.

Monsanto, ça vous tente? GO!

(at) suivre - Science, elle tourne!

Bannière Flash (50s)

terresacree.org  milite, entre autres, pour l'abolition totale des OGM en agriculture et en élevage. Elle refuse que des brevets soient déposés sur des êtres vivants ou leurs constituants. Elle dénonce le clonage animal et humain (dossier libération) ainsi que l'expérimentation sur les embryons.

Elle encourage la recherche de toute solution alternative à l'agriculture et à l'élevage industriels, à la chimie du pétrole et au nucléaïre. Elle estime que la technologie doit, par éthique, respecter la nature à laquelle l'espèce dite humaine appartient, respecter les peuples et les individus.

Faut-il greffer aux OGM le gène de fidélité du chien pour que leur pollen reste sagement dans les champs ensemencés? Quel futur voulons-nous? Mais, au fait, avons-nous un avenir sur cette planète? - Terre sacrée : Ni parti pris, ni insecte, une simple voix parmi tant d'autres! Les OGM éthiquement et politiquement indigestes... Même s'il n'aboie pas, c'est non au maïs-chien! Non au colza-homme! Non au riz-jonquille! Non au chameau à cinq bosses! Non à la tortue de course... Non à la course folle au profit! Et vive la gén-éthique! - Suite

 

ROBOTS TR(at)QUEURS DE TRANSGENIQUES

Envoyez vos infos à sos-planete(at)terresacree.org

 Deux énormes dossiers :

Le point sur les OGM   L'actualité des clones

Retour au sommet de la page

Brèves    Sommaire rabougri    Groupes militants contre les OGM

   Jardin

Porte du site SOS-pl(at)nete!

Liste d'information sos-planete.  Portillon de la base Entrez dans le jardin de la base


Vous avez aimé cette page. Partagez-la
avec vos ami(e)s sur les réseaux sociaux

Partager avec vos amis sur le réseau social Google Plus Partager avec vos amis sur le réseau social Linkedin S'abonner gratuitement au fil d'info RSS du vaisseau-mère de Demain l'Homme, ex SOS-planete