hautConception et création Yvan Marzin

TOUT EN BAS! Ascenseur expressBataille pour la planète

© Bertrand Charrier

 

La confiance aveugle dans le futur fait place à une attitude de méfiance, de scepticisme et de rejet des solutions proposées par la classe politique. Le chômage, la précarité, l'exclusion, la violence, la difficulté à vivre, les inégalités entre les riches et les pauvres, la dégradation accélérée de l'environnement interpellent tous les acteurs de la société. L'avenir de l'homme dépasse les frontières des pays, il est lié à celui de la planète.

Le sort des générations futures se prépare aujourd'hui. Les habitants de la planète ont un combat commun à livrer contre l'injustice, l'iniquité et la destruction de l'environnement. Comment assurer des conditions d'existence décentes aux 9 à 11 milliards d'habitants de la planète du siècle prochain si le support de la vie, la Terre, est détruit.

La planète est en danger. Le credo n'est pas nouveau. Les écologistes le crient sur tous les tons depuis plusieurs décennies. Les philosophes et intellectuels s'inquiètent de la montée des intégrismes, du recul des droits de l'homme. Les politiciens courent derrière un monde en mutation permanente. Les scientifiques et ingénieurs rejettent toute responsabilité dans les changements du monde. Les économistes tentent de reculer l'heure de la terrible crise. La machine économique libérale fonctionne pour elle-même, s'autoalimente, et détruit toutes les oppositions.

L'observateur vigilant s'aperçoit aisément que les dirigeants politiques et économiques nous cachent la vérité. Le fossé entre les pays industriels et les pays en développement ne cesse de s'agrandir. Les pauvres sont plus pauvres aujourd'hui qu'hier. Un milliards d'habitants n'ont pas accès à l'eau potable, 40 000 enfants meurent chaque jour de faim ou de maladies rendues plus meurtrières par la sous-alimentation de malnutrition, plus de la moitié des 4,1 milliards d'habitants des pays en développement n'ont pas accès à un minimum d'instruction.

De leur coté, les pays industriels poursuivent leur course vers plus de richesse. Productivité et croissance sont les maîtres mots et tiennent d'idéologie. Le nombre des exclus, parmi les 1,3 milliard d'habitants des pays industriels, ne cesse de croitre. La colère gronde. La société à deux vitesses n'est pas acceptable. ? La richesse doit être partagée » clament les laissés-pour-compte.

La chute du mur de Berlin, en novembre 1989, mit fin à trente années de guerre froide. Un immense espoir s'est propagé sur toute la planète. Enfin les centaines de milliards de dollars engloutis chaque année dans des armements devenus inutiles pourraient être utilisés pour le développement humain. Pas si simple. Les gouvernements de pratiquement tous les pays comblent les déficits nationaux et remboursent leur dette avec cette manne. Les exclus des pays industriels et les pauvres des pays en développement attendent toujours une amélioration de leurs conditions d'existence.

Le nouvel ordre mondial, claironné par les tenants de l'ultralibéralisme au début des années 1990 a fait long feu.

La mondialisation des échanges économiques et culturels, l'extrême mobilité des personnes, la rapidité de l'information donnent l'illusion que tous les habitants de la planète vivent aujourd'hui la même aventure. C'est loin d'être le cas. Il existe de nombreuses zones sur la planète qui sont devenues des "Terra Incognita", interdites aux étrangers si grande est la violence. Elles sont à rechercher en Afrique ou en Asie, dans nos banlieues. Les ghettos de toutes les grandes villes du monde offrent le triste spectacle du rejet.

La pollution de l'environnement a changé d'échelle en quelques décennies. La planète toute entière est menacée par la destruction de l'ozone stratosphérique et par les modifications climatiques consécutives au réchauffement de la terre. La non-maîtrise de la croissance de la population conduit le système économique mondial à produire de la nourriture hors de portée des écosystèmes. L'adoption par la planète entière du modèle de surconsommation des pays industriels accélère l'épuisement des ressources naturelles, accroît la pollution mondiale, détourne tous les capitaux disponibles.

L'économie mondiale basée aujourd'hui sur le système libéral n'a pas intégré que les ressources naturelles disponibles sur la planète étaient limitées et que les capacités des écosystèmes à absorber les déchets l'étaient également. Le système libéral n'a aucune vision de long terme. Les ressources énergétiques non renouvelables comme le pétrole et le gaz se raréfient, les gisements de minerais facilement exploitables s'épuisent.

L'avenir de la planète est menacé. Pour les pays industriels, la cause principale est la surpopulation des pays en développement. Pour ces derniers, la menace provient du niveau de surconsommation des pays industriels. L'attitude manichéenne est absurde. La recherche du bouc émissaire est irresponsable. Les 5 milliards et 450 millions d'habitants sont coresponsables du futur de la planète. C'est l'affaire de tous.

Les scénarios catastrophes élaborés, au début des années 1970, par l'équipe de Donella et Dennis Meadows du Massachusetts Institute of Technology à la demande du Club de Rome et réactualisés en 1993 prédisent le pire si le cap suivi n'est pas radicalement modifié. La croissance exponentielle de la population, de la pollution, de la production agricole et industrielle et de la consommation des ressources naturelles conduisent au chaos social et met en danger l'aptitude de la planète à supporter la vie humaine. L'échéance se rapproche inéluctablement puisqu'aucun changement radical n'a été opéré. Les premiers signes de la crise mondiale sont d'ores et déjà visibles. L'écroulement du système planétaire pourrait se produire entre 2010 et 2020.

Des alternatives existent, éviter l'effondrement total est possible. Le futur durable pour tous est à la portée de la main. Il s'agit de ne plus se tromper de priorités et de les affronter toutes en même temps avec la même énergie et détermination.

A l'échelle mondiale, les priorités des réflexions et des actions doivent porter simultanément sur 5 secteurs essentiels, à savoir la production de la richesse, la pollution, la population, les ressources naturelles renouvelables ou non renouvelables, la satisfaction des besoins alimentaires et l'accès à des conditions d'existence décente pour tous les habitants de la planète. Aucun des secteurs identifiés comme essentiels ne doit être traité à part et isolément. Chacun d'eux interagit avec les autres. L'approche globale et intégrée est nécessaire pour élaborer des solutions viables à long terme.

Bien qu'immenses, les défis sont à notre portée, il s'agit de stabiliser le plus rapidement possible la population mondiale et ne pas dépasser les 9 et 11 milliards d'habitants prévus pour le siècle prochain, de changer la contenu de la croissance, de stopper la dégradation de l'environnement, de préserver la biodiversité, de partager les richesses produites, d'abandonner le nucléaire civil et militaire, de satisfaire les besoins élémentaires de tous les habitants de la planète. Le développement humain durable est le défi à l'aube du nouveau millénaire.

La société se caractérise par l'incertitude et la rapidité du changement. La résolution de la problématique mondiale passe par la démystification de l'apparente complexité de la situation. Les décideurs politiques et économiques se réfugient derrière la complexité pour éviter l'analyse et affronter la réalité. Le public et les citoyens demandent des comptes, ils savent que la poursuite du développement actuel conduit à l'impasse. Le débat sur l'avenir de la planète est demandé par tous. Les hommes politiques à chaque élection se contentent d'endormir les électeurs et repoussent ainsi à plus loin le débat sur les dramatiques échéances qui ne font que se rapprocher inexorablement. Les hommes politiques jureraient-ils le public incapable de comprendre les défis du futur ? Ne serait-ce pas plutôt l'inverse, ce qui expliquerait la perte de crédibilité des hommes politiques à travers la monde ?

Rien de durable ne sera possible sans que la paix mondiale ne soit assurée. Les Etats devront accepter de se dessaisir d'une partie de plus en plus importante de leurs prérogatives nationales. La paix est l'affaire de tous et pas uniquement de quelques pays puissants. Il revient aux organisations internationales de préserver la paix, de prévenir tous les conflits qu'ils soient internes aux pays ou internationaux. La paix mondiale durable est une priorité absolue. L'Organisation des Nations unies en se réformant retrouvera l'autorité pour se doter des instruments nécessaires à cette mission. L'ONU s'appuiera sur des entités régionales fortes pour désamorcer tous les conflits. Les entités régionales regroupent les pays partageant les mêmes intérêts économiques et politiques. L'Union européenne est un exemple de ce que seront les futurs regroupements régionaux.

L'une des tâches vitales pour la paix mondiale est d'arrêter les risques de prolifération nucléaire, le nucléaire doit être déclaré illégal.

Des peuples de tous les continents souhaitent mettre en place dans leur pays des régimes politiques établis sur des principes de droit. Parallèlement aux élections qui sont le premier pas vers la démocratie naissent des institutions civiles fortes : syndicats, associations, organisations non gouvernementales, organisations populaires, communautés religieuses, groupes professionnels. Le rassemblement spontané des gens autour d'intérêts communs qu'ils soient sociaux ou économiques, cimentent la démocratie. L'explosion mondiale du désir de davantage de participation aux décisions politiques est favorisée par l'accès à l'information. Ce mouvement est irréversible et sera amplifié par de nouveaux moyens de communication. La démocratie directe est en préparation. Le droit des minorités à exister sera renforcé.

La destinée de la planète est l'affaire de tous. Les habitants de la terre ne souhaitent plus être exclus des décisions fondamentales qui conditionnent leur avenir et celui des générations futures. Réussir la ? Bataille pour la Planète » exige le renforcement des valeurs fondamentales partagées de tolérance, de solidarité humaine, de droits de l'homme et de dignité humaine.

Ce livre est une contribution au débat qui s'amplifie à travers la planète pour l'établissement d'un véritable développement humain durable. Il s'adresse à tous ceux qui s'interroge sur le devenir de la société planétaire, et en particulier aux jeunes.

Référence: Bataille pour la planète

ECONOMICA, 49,rue Héricant, 75015 Paris France.

tél.: (33) 1 45 79 93 56 fax: (33) 1 45 75 05 67

Logo de Terre sacrée. Louis Rocquin. Veuillez cliquer pour l'agrandir. 

https://www.terresacree.org   


CanalClic Société

Annuaire de liens utiles - Proposer un nouveau site

JardinRetour au sommet de la page

Liste d'information sos-planete.  Portillon de la base  Entrez dans le jardin de la base


Vous avez aimé cette page. Partagez-la
avec vos ami(e)s sur les réseaux sociaux

Partager avec vos amis sur le réseau social Google Plus Partager avec vos amis sur le réseau social Linkedin S'abonner gratuitement au fil d'info RSS du vaisseau-mère de demainlhomme.info, ex SOS-planete


   

  











Citations d'Hommes justes

Vous pouvez nous envoyez les phrases
(d'Anciens ou non) qui vous semblent
aller de soi et participer à l'ouverture
des consciences


 

Wiki sur Terre - Sois acteur du changement - demainlhomme.info


 

NEWSLETTER

Abonnement gratuit à la
newsletter bimensuelle
confidentielle de demainlhomme.info

BOX EXPRESS

Transmettez par cette
voie votre récolte d'infos vraies
(lesquelles seront vérifiées)
 


Cet annuaire est mis à jour régulièrement par Cédric, président de l'Association. Il est facile d'y inscrire GRATUITEMENT votre site


Exprimez-vous librement sur ce site



LIVRE D'OR. Expression libre


Suivre le Flux RSS de demainlhomme.info