Accord UE-Nouvelle-Zélande : « l’agneau est sacrifié sur l’autel de la politique »


Imprimer cette fiche Fermer cette fenêtre

Cet événement a été enregistré le vendredi 22 juillet 2022 à 10h02 par Jean Giner.

Description

Date : le

Accord UE-Nouvelle-Zélande : « l’agneau est sacrifié sur l’autel de la politique »

...Grogne dans le monde agricole. Le 30 juin dernier, ultime jour de la présidence française de l’UE, la Commission européenne annonce vouloir signer un accord de libre-échange avec la Nouvelle-Zélande.

En négociation depuis plusieurs années déjà, ce texte doit encore subir un « toilettage juridique » et être soumis au Conseil et au Parlement européens en 2023.

Ce qui coince ? La Nouvelle-Zélande est une puissance exportatrice redoutable, en particulier agricole, qui risque d’inonder nos grandes surfaces de produits moins chers – en particulier de la viande – et ainsi concurrencer le marché intérieur.

Et ce, sans respecter certaines normes sanitaires, sociales et environnementales européennes. Les filières laitières, bovines et ovines, sont donc vent debout contre ce qu’elles considèrent être une
« concurrence déloyale ».

De son côté, l’exécutif européen se félicite de cet accord dont les retombées commerciales seront substantielles (30 % d’échange supplémentaires), et qui, pour la première fois, sera conditionné
au respect de l’accord de Paris.


Pour lire la totalité, cliquer ici



Localisation

Union Européenne; Nouvelle-Zélande