AU BRÉSIL, VOLTALIA RÉCOLTE LE VENT ET SÈME LA TEMPÊTE


Imprimer cette fiche Fermer cette fenêtre

Cet événement a été enregistré le samedi 16 juillet 2022 à 08h18 par Jean Giner.

Description

Date : le

AU BRÉSIL, VOLTALIA RÉCOLTE LE VENT ET SÈME LA TEMPÊTE

Voltalia est une entreprise à mission. Tous les voltaliens (900) ont une idée en tête, c’est d’améliorer l’environnement mondial. On pourrait presque parler de “l’ONG française” Voltalia. Elle est détenue à 71% par la famille Mulliez, propriétaire des marques Auchan, Décathlon, Leroy Merlin, Kiabi et Norauto. Voltalia vend de l’électricité à partir des ressources naturelles que sont le vent, le soleil, les rivières. La planète fonctionne bénévolement au profit de Voltalia.

Au Brésil, la philanthropie de Voltalia soulève des protestations, des questions, des actions en justice et des inquiétudes sur l’avenir des aras de Lear (ou aras cobalt, Anodorhynchus leari, Annexe I) et des autres aras menacés d’extinction.


( . . . )


Le coup d’éclat de Voltalia dans l’Etat de Bahia, c’est le complexe éolien de Serra da Borracha, microrégion de Juazeiro. Voltalia a beaucoup d’affinités avec les aras comme s’ils étaient des guetteurs et des indicateurs de la fréquence et de l’intermittence des vents. A Serra da Borracha, Voltalia veut installer 48 turbines sur les crêtes près des réserves fédérales de Curaçá et de Juazeiro où devraient être relâchés cet été et dans les étés qui suivent des aras de Spix (ou aras à face grise, Cyanopsitta spixii, Annexe I) juvéniles, une espèce qui a disparu du Brésil en 2000 à cause de l’action cumulée du trafic pour les oiseaux de compagnie, de la déforestation et dans une moindre mesure des opossums et des ouistitis.


Pour lire la totalité, cliquer ici



Localisation

Brésil