NON À LA DISPARITION DES ÉLEVAGES «PLEIN AIR» !


Imprimer cette fiche Fermer cette fenêtre

Cet événement a été enregistré le mercredi 29 décembre 2021 à 19h56 par Jean Giner.

Description

Date : le

NON À LA DISPARITION DES ÉLEVAGES «PLEIN AIR» !

Scandale : Les élevages « plein air » voués à disparaître ?


D’après deux arrêtés du Ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation (datant de septembre 2021), les élevages de volailles en plein air sont menacés d’extinction.
En cause : ces élevages favoriseraient la propagation de la grippe aviaire puisque la migration des oiseaux qui survolent les élevages serait à l’origine de ces épisodes d’épizootie.

De grands opérateurs économiques seraient donc en train d’agir en faveur de l’industrialisation des élevages grâce à un « plan bâtiments » qui viendrait supprimer les élevages « plein air », obtenus par dérogation en 2017 grâce à la mobilisation citoyenne.

C’est donc un pas en arrière qu’on ne peut admettre !

Cette nouvelle est un véritable scandale. D’abord parce que l’industrialisation des élevages va totalement à l’encontre du bien-être animal : il permet de mieux répondre aux besoins fondamentaux des animaux (marcher, sentir l’air extérieur, activités sociales et de piquage qui occupent un tiers de leur temps…), loin des minuscules cages où ils sont entassés par milliers dans le noir, et dans des conditions souvent douteuses comme l’ont révélé les nombreuses enquêtes des lanceurs d’alerte de L214.

L’industrialisation représente aussi un non-sens vis-à-vis de la santé animale et humaine puisqu’elle favorise la promiscuité et le stress des individus. Dans ces conditions, les maladies se propagent bien plus vite qu’en extérieur, comme nous l’a d’ailleurs rappelé la crise du Covid-19.


OUI à un élevage « plein air » amélioré

Non seulement nous militons ardemment pour la préservation de la dérogation « plein air », mais nous réclamons également sa démocratisation et son amélioration. En effet, un véritable « élevage plein air » permettrait aux volailles de profiter de l’extérieur toute l’année, durant toute leur (courte) vie, et non pas seulement durant un tiers de leur vie (au plus tard 28 semaines après leur naissance). Rappelons par ailleurs qu’une poule peut vivre jusqu’à 10 ans, alors qu’elles sont abattues à l’âge d’un an seulement car elles ne produisent plus assez d’œufs passé cet âge.

De plus, l’étiquetage « plein air » impose une surface de 4 m² par poule à l’extérieur, ce qui représente un espace ridicule pour une poule, mais immense pour l'exploitant puisque, pour des élevages de plusieurs milliers de volailles, le nombre d’hectares obligatoires représente des surfaces aberrantes. Et ce, d’autant qu’en réalité, les poules stagnent généralement près des portes qui leur donnent accès aux bâtiments : là où se trouve la nourriture. Et les élevages labellisés « bio » ne valent pas mieux…
En réalité, les étiquettes « plein air » et « bio » correspondent bien plus à une opération marketing qu’à un véritable souci de l’environnement, du bien-être ou de la bonne santé.

( . . . )


Pour lire la suite, signer la pétition, cliquer ici



Localisation

Partout en France