Néonicotinoïdes « tueurs d’abeilles » : le passage en force du gouvernement


Commentaires (0)

Cet événement a été ajouté le mercredi 5 janvier 2022 par Jean Giner  et a été consulté 296 fois

Description

Date : le

Lieu : Partout en France

Néonicotinoïdes « tueurs d’abeilles » : le passage en force du gouvernement

Les écologistes sont dépités :
les néonicotinoïdes seront à nouveau autorisés en 2022 dans les champs de betteraves, malgré leur toxicité. Voici pourquoi.

Encore un coup dur pour les insectes : les néonicotinoïdes continueront à polluer les champs de betterave sucrière français cette année. Interdits depuis 2018 en France, ils avaient été autorisés à nouveau en 2021 pour aider les producteurs de ce légume racine à lutter contre le virus de la jaunisse. Et devrait toujours l’être en 2022, malgré l’opposition des défenseurs de l’environnement.
Explication en quatre points :

1 / Les néonicotinoïdes, qu’est-ce que c’est ?
Ce sont des insecticides. Lorsqu’ils enrobent des graines, les « néonics » protègent la plante du semis jusqu’à la récolte. Mais ces produits sont extrêmement rémanents : ils persistent dans l’environnement pendant une longue durée. Solubles dans l’eau, ils se répandent des champs agricoles vers le reste de l’environnement, contaminant toutes sortes de plants, de sols et d’animaux...

2 / Pourquoi ont-ils été réautorisés temporairement en 2021 ?
En 2020, à cause d’un hiver doux et d’une saison printanière chaude, le puceron vert du pêcher (Myzus persicae) a proliféré dans les champs de betteraves sucrières en France, transmettant aux plantes le virus de la jaunisse et provoquant d’importants dégâts. Les parcelles sont devenues jaune citron, les betteraves ont perdu leurs feuilles et n’ont pas assez grandi...

3 / Pourquoi seront-ils reconduits en 2022 ?
Tout porte à croire que les néonicotinoïdes seront encore présents dans les champs de betteraves sucrières cette année. Le conseil de surveillance des néonicotinoïdes – une instance composée d’une trentaine d’acteurs, dont des professionnels de l’agriculture, des représentants des ministères, des parlementaires et des associations de défense de l’environnement – a validé la poursuite de la dérogation en 2022. Un projet d’arrêté a été mis en consultation de la population le 27 décembre...

4 / Des alternatives sont-elles possibles ?
Au mois de novembre 2021, l’Autorité européenne de sécurité des aliments a conclu que le retour des insecticides était fondé scientifiquement, car « aucune substance active alternative aux néonicotinoïdes n’est actuellement autorisée en France sur la betterave sucrière, pour le traitement des semences ». Le ministère de l’Agriculture avait lancé en 2020 un plan national de recherche et d’innovation, doté de plus de 20 millions d’euros pour coordonner les efforts de recherches sur le virus de la jaunisse de la betterave sucrière. « Ce programme compte à ce jour vingt-et-un projets scientifiques dont l’objectif est de trouver des alternatives aux néonicotinoïdes », souligne le ministère. Mais, à l’heure actuelle, aucun n’a abouti. Soulignons tout de même qu’un projet de recherche proposé par l’Institut technique de l’agriculture biologique (Itab) a été refusé...


Pour lire la totalité, cliquer ici


Lire aussi ceci : La betterave, cheval de Troie des néonicotinoïdes



Localisation

Partout en France

Commentaires des internautes

Partagez votre opinion

Aucun commentaire n'a encore été déposé

Ecrire un commentaire

Veuillez utiliser le formulaire suivant pour nous soumettre votre commentaire.

Veuillez noter que pour éviter tout abus, votre adresse IP sera enregistrée lors de la validation de ce formulaire. Nous la conserverons pendant maximum 12 mois.

 Champs obligatoires

@

Acceptez-vous d'être contacté par les visiteurs de Demain l'Homme ?

Recommander cet événement

Le formulaire ci-dessous vous permet de recommander l'événement Néonicotinoïdes « tueurs d’abeilles » : le passage en force du gouvernement.

 Champs obligatoires

@
@