Nous constatons avec joie que c'est la 20ème fois que vous visitez ce fil d'info.

Afin de pouvoir continuer à vous informer, un petit geste d'encouragement de votre part serait le bienvenu.

Nous vous en remercions chaleureusement.

Cliquer ICI

Voulez-vous être prévenu par une petite notification sur votre écran de la publication d'un nouvel article ?

Ce service nécessite l'utilisation des cookies sur votre navigateur, conformément à nos Conditions générales d'utilisation.

Vivre au milieu des radiations - Demain l'Homme

Home

Cet article a été publié le 06/11/2011 à 14h46 par progserv.

vivre-au-milieu-des-radiations

 

Les déchets nucléaires des centrales comme Gentilly-2 ont des demi-vies plus longues parce qu'ils sont formés différemment. Contrairement à une explosion, les réactions nucléaires se produisent en «vase clos».

(Québec) «Dernièrement, dans ce journal, il était question des 75 ans de la bombe tombée sur Hiroshima et des dangers du nucléaire. Je me demandais s'il y avait encore aujourd'hui des radiations sur cette ville, considérant que les réactions atomiques doivent en principe durer très longtemps.

Est-ce que les radiations d'une bombe atomique sont du même ordre que celles d'une centrale atomique qui a des fuites ? Si c'est le cas, comment se fait-il que la ville a été repeuplée et existe toujours, tout comme Nagasaki ?» demande Mario Bélanger, de Rimouski.

Le noyau des atomes est constitué de protons et de neutrons. Ce sont les premiers qui déterminent la nature de l'atome, alors que les seconds jouent en quelque sorte un rôle de figurant. Le nombre de neutrons dans un noyau peut en effet varier sans que cela change le comportement chimique d'un atome.

Cependant, les noyaux ne peuvent pas s'accommoder de n'importe quel nombre de neutrons : seules certaines configurations protons-neutrons sont stables.

Ainsi, le carbone (six protons) est stable avec six ou sept neutrons - on parle alors d'isotopes du carbone, que l'on nomme carbone-12 (12C) et carbone-13 (13C) -; mais avec tout autre nombre de neutrons, les noyaux de carbone finissent toujours par se décomposer au bout d'un temps plus ou moins long. On nomme demi-vie le temps qu'il faut pour que la moitié d'un groupe de noyaux radioactifs se dégrade.

Dans le cas du célèbre 14C, par exemple, la demi-vie est d'environ 5700 ans, mais cela peut être beaucoup plus court (10-22 seconde pour l'hydrogène-4), ou beaucoup plus long (14 milliards d'années pour le thorium-232, ce qui est plus long que l'âge de l'Univers !).

Quand un noyau entame une décomposition, il rejette de la matière (sous forme d'électron, de neutrons ou même de noyaux d'hélium) et émet des rayons gamma, soit une forme de «lumière» extrêmement énergétique. Et ce que l'on nomme radioactivité, ce que l'on redoute parce que cela peut causer le cancer, c'est précisément cela.

 

(...)

 

Pour lire la suite, cliquer ICI

 

Un article de Jean-François Cliche, publié par cyberpresse.ca

 

Lance-toi ! Deviens vite lanceur d'alerte. Rejoins ceux qui ont la rage !

 

Le site étrange qui dérange même les anges !

 

      

 

Merci de PARTAGER les meilleurs posts partout où vous le pouvez, réseaux sociaux et autres.

 


Auteur : Jean-François Cliche

Source : http://www.cyberpresse.ca/le-soleil/vivre-ici/la-science-au-quotidien/201111/05/01-4465013-vivre-au-milieu-des-radiations.php

Lien utile : http://www.cyberpresse.ca/le-soleil/vivre-ici/la-science-au-quotidien/201111/05/01-4465013-vivre-au-milieu-des-radiations.php

Mots-clés déclenchant la recherche interne : Thorium - Radiations

Commentaires

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. .
Vote commentaire devra être validé si nécessaire.

Acceptez-vous d'être contacté par nos visiteurs ?

Aucun commentaire.