Nous constatons avec joie que c'est la 20ème fois que vous visitez ce fil d'info.

Afin de pouvoir continuer à vous informer, un petit geste d'encouragement de votre part serait le bienvenu.

Nous vous en remercions chaleureusement.

Cliquer ICI

Voulez-vous être prévenu par une petite notification sur votre écran de la publication d'un nouvel article ?

Ce service nécessite l'utilisation des cookies sur votre navigateur, conformément à nos Conditions générales d'utilisation.

The Lady -Aung San Suu Kyi-, un film à voir - Demain l'Homme

Home

Cet article a été publié le 27/11/2011 à 16h50 par progserv.

the-lady-aung-san-suu-kyi-un-film-a-voir

 

Arrêtée par la junte militaire en 1989, la fille du leader de la libération birmane fut assignée à résidence jusqu'en 1995, bien que son parti ait largement gagné les élections en 1990.

Aung San Suu Kyi a reçu le prix Sakharov et le Nobel de la paix en 1991. La junte n'a cessé de lui rendre la vie impossible, l'empêchant de rendre visite à son mari mourant ou de voir ses enfants.

À nouveau assignée à résidence de 2005 à 2010, la dame de Rangoon est toujours aujourd'hui leader de l'opposition démocratique.

Aung San Suu Kyi a passé quatorze ans de captivité sur décision de la junte militaire en Birmanie.

Ce film permet de mieux comprendre à quel point sa famille, son mari disparu et ses proches l'ont aidée à poursuivre son combat pour la liberté.

Depuis sa libération en novembre 2010, elle parcourt le pays sans relâche pour défendre sa conception de la démocratie.

 

Bande annonce du film (de Luc Besson) :
 

 

Lance-toi ! Deviens vite lanceur d'alerte. Rejoins ceux qui ont la rage !

Le site étrange qui dérange même les anges !

 

      

 

Merci de PARTAGER les meilleurs posts partout où vous le pouvez, réseaux sociaux et autres.

 

Auteur : Film actu

Visiter ce module par catégories :

Commentaires

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. .
Vote commentaire devra être validé si nécessaire.

Acceptez-vous d'être contacté par nos visiteurs ?

Aucun commentaire.