Nous constatons avec joie que c'est la 20ème fois que vous visitez ce fil d'info.

Afin de pouvoir continuer à vous informer, un petit geste d'encouragement de votre part serait le bienvenu.

Nous vous en remercions chaleureusement.

Cliquer ICI

Voulez-vous être prévenu par une petite notification sur votre écran de la publication d'un nouvel article ?

Ce service nécessite l'utilisation des cookies sur votre navigateur, conformément à nos Conditions générales d'utilisation.

Solana : la centrale solaire qui produit de l'électricité sans soleil - Demain l'Homme

Home

Cet article a été publié le 02/11/2013 à 14h46 par progserv.

solana-la-centrale-solaire-qui-produit-de-lelectricite-sans-soleil

 

C'est au début du mois d'octobre que la centrale solaire thermodynamique à concentration de Solana, implantée dans l'Arizona, est entrée dans sa phase de test terminale. Avant sa prochaine mise en service. Cette installation géante présente la particularité de produire de l'électricité pendant 6 heures après le coucher du soleil.

Les centrales thermodynamiques à concentration produisent de l'électricité grâce à un système de miroirs qui concentrent les rayons du soleil sur un tube absorbeur, en charge de porter à haute température un fluide caloporteur. Ce dernier génère de la vapeur qui alimente une turbine et un générateur électrique. Comme son nom l'indique, cette technologie à besoin des rayons solaires pour fonctionner. Une contrainte dont ont réussi à s'affranchir les concepteurs de la centrale de Solana.

Emmagasiner les fluides pour produire la nuit

Développée par le groupe industriel et technologique espagnol Abengoa, la centrale thermodynamique à concentration de Solana affiche une puissance de 280 MW. C'est au coeur du désert de l'Arizona, sur 77 hectares bordant la localité de Gila Blend, qu'ont été déployés les 2.700 miroirs de cette ferme solaire. « Plus de 340 jours de soleil par an, une radiation solaire d'excellente qualité, sans nuages ni vapeur d'eau pour la filtrer, un terrain plat, la disponibilité en eau et la proximité d'une autoroute et d'une connexion au réseau électrique », bref, l'endroit idéal selon Emiliano García, directeur du projet.

La centrale de Solana possède la particularité de produire de l'énergie même après le coucher du soleil grâce à une technologie qui permet de stocker la chaleur captée pendant les heures d'ensoleillement. La journée, les 32.000 capteurs cylindro-paraboliques concentrent l'énergie solaire sur des huiles synthétiques qui, chauffées à plus de 390°C, alimentent les chaudières qui produisent la vapeur nécessaire au fonctionnement d'une turbine de 140 MW.

Ces fluides, qui contiennent la chaleur résiduelle nécessaire au fonctionnement des chaudières, sont également stockés tout au long de la journée dans 6 réservoirs contenant 125.000 tonnes de sel chauffés à 275°C. La nuit venue, ces réserves sont sollicités pour produire de l'électricité malgré l'absence du soleil.

Une centrale respectueuse de l'environnement

La conception de la centrale de Solana a été faite dans le plus grand respect possible de l'environnement. Composée majoritairement de matériaux recyclables (acier et cristal), sa durée de vie est estimée entre 30 et 50 ans. Chaque année elle permettra de couvrir les besoins en électricité de 72.000 foyers d'Arizona et d'éviter le rejet de 475.000 tonnes de CO2.

Souvent citée comme exemple pour la transition américaine vers les énergies propres, la centrale de Solana consommera également 8 fois moins d'eau que les cultures qui prenaient auparavant place sur le terrain où elle est construite. Développée par l'Etat d'Arizona pour porter la part des énergies renouvelables à 15% de son mix-électrique, elle va permettre la création de 85 emplois.

 

Un article de Yoann Gibert, publié par lenergeek.com et relayé par SOS-planete

 

Il y a pire que le bruit des bottes : le silence des pantoufles ! Max Frisch

Message audiovisuel d'un gosse aux adultes

 

Découvrir ICI la lâcheté de Ayrault, membre mini-stère
face aux vrais héros, citoyens de la Terre

Nouvelles quotidiennes des 30 colibris lanceurs d'alerte de Greenpeace

 

 

Pour la maintenance et le développement du site, merci de glisser ICI 5 euros

Même en ville, même en pantoufles, même 1/4 d'heure par jour, on peut faire sa part

Et il existe dix mille façons de la faire, dont celle d'enrichir cette BOX béton !

L'Actualité vraie sur votre mobile du site étrange qui dérange même les anges !

 

      

 

Auteur : Yoann Gibert

Mots-clés déclenchant la recherche interne : énergie , solaire , soleil , électricité , thermodynamique , radiation , technologie , turbine , fluide

Commentaires

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. .
Vote commentaire devra être validé si nécessaire.

Acceptez-vous d'être contacté par nos visiteurs ?

Commentaire ajouté par le 2 novembre 2013

Oui les centrales à concentration à tour sont plutot moins chères (à puissance égale) que les centrales à cylindres concentrant le rayonnement solaire sur un tube. Problème, ces grandes centrales solaire ne sont pour le moment rentables que dans des zones particulières très ensoleillées. impensable (pour le moment) de les généraliser en France. A la rigueur qqs rares zones au sud. Donc une bonne solution locale et partielle. Une option pas encore exploitée serait la production directe d'hydrogène. La concentration du soleil permet d'obtenir des hautes températures bien adaptées à la dissociation de l'eau. Cela permettrait de stocker l'énergie produite, 100% de l'énergie pour ne fonctionner qu'aux moments requis des pointes de la demande de consommation. Donc une centrale 'normale' pour les besoins courants de jour, et une centrale à hydrogène (production directe soleil + eau -> H2 + O2) pour-quand-c'est-necessaire. bonne vie à chacun

Commentaire ajouté par le 2 novembre 2013

Question énergie, le principal obstacle (outre parvenir à ne pas consommer) est le stockage.On peut aisément s'équiper de capteurs solaire thermique ou PV, d'éolienne hydrolienne. Dans tous les cas le pb ppal est le stockage.Un stockage saisonnier changerait la donne, C'est ce qu'on fait en agriculture, on produit en été pour consommer toute l'année.Si on disposait d'un stockage durable d'énergie, on transformerait le problème. On réduirait considérablement l'importance du rendement, de l'intermittence des sources etc Il resterait les couts investissement maintenance remplacement/recyclage. Les alternatives au carboné-nucléaire deviennent subitement incomparablement plus accessibles car valorisées à 100%. Donc la VRAIE recherche scientifico-techno-ingéniérie devrait se concentrer sur un seul objectif les stockages. Rappel, le soleil fournit largement assez d'énergie, meme captée avec un faible rendement, il suffit de couvrir les toits, les routes de capteurs solaire et d'y associer les stockages ad-hoc et le pb de l'energie est en gros résolu. Donc tous nos efforts doivent se porter (outre ne pas consommer) à l'idée de stockage. Un peu comme on a résolu la conservation des aliments - c'est le meme problème. Les solutions ne sont peut-etre pas dans de la haute technologie, de grosse machines industrielles .. c'est peut etre pas trop compliqué. Si, je rêve un peu, on parvenait à produire un organisme genre bactérie, algue, .. dans de simples capteurs solaires, et que ces bactéries, ou autres, produites en masse étaient ensuite convertibles en énergie aisement disponible, genre huile brulable dans des moteurs ou encore une poudre genre poudre de bois etc ... C'est surtout une question de procédé, probablement pas tellement de haute technologie qui serait de bcp la meilleure solution, car disponible pour tous, répartie ... bonne vie à chacun