Nous constatons avec joie que c'est la 20ème fois que vous visitez ce fil d'info.

Afin de pouvoir continuer à vous informer, un petit geste d'encouragement de votre part serait le bienvenu.

Nous vous en remercions chaleureusement.

Cliquer ICI

Voulez-vous être prévenu par une petite notification sur votre écran de la publication d'un nouvel article ?

Ce service nécessite l'utilisation des cookies sur votre navigateur, conformément à nos Conditions générales d'utilisation.

Seine Maritime : abattage de 50 blaireaux - Demain l'Homme

Home

Cet article a été publié le 16/01/2011 à 9h01 par progserv.

seine-maritime-abattage-de-50-blaireaux

Via un arrêté daté du 10 novembre 2010, la préfecture de la Seine Maritime a autorisé via un arrêté préfectoral daté du 10 novembre 2010 « la capture et la destruction » de 50 blaireaux (voir notre dossier sur cet animal étonnant) dans les massifs forestiers de Brotonne-Mauny.

Qualifiée de « raisons de santé publique », la raison invoquée pour légitimer ce « prélèvement » tient au fait que les blaireaux sont suspectés de véhiculer la tuberculose. Mais le rôle des blaireaux dans la propagation de la maladie n'est absolument pas avéré.

Avec le soutien de la LPO Haute-Normandie (1), plusieurs associations ont mis en place une pétition accessible en ligne jusqu'au 31 janvier prochain (2).

Contredisant le bien fondé de cet arrêté, plusieurs études scientifiques ont démontré par le passé que ce ne sont pas les blaireaux qui transmettent le virus aux animaux domestiques (bovins) mais l'inverse qui se produit, les animaux domestiques contaminant les animaux sauvages. En outre, preuve que l'éradication aveugle ne constitue pas une solution en soi, l'élimination de 12 901 blaireaux entre 1974 et 1992 par l'Angleterre et l'Irlande n'a pas ralenti la progression de la maladie au sein des élevages bovins.

Autre argument invoqué par les auteurs de la pétition, des analyses antérieures effectuées sur des blaireaux morts révélaient un très faible nombre d'animaux infectés. Partageant ce point de vue, l'AFSSA (3) estimait fin 2009 que : « (..) la faune sauvage, dans le département de la Côte d'Or, est victime de l'infection bovine mais ne constitue pas un réservoir à partir duquel les ruminants se contaminent (...) ».

Pour l'heure, des opérations de tirs, de piégeage et de déterrage ont été programmées pour se dérouler entre le 15 novembre 2010 et le 15 janvier 2011. Selon l'arrêté, les blaireaux seront euthanasiés avant d'être remis au laboratoire d'analyse de la direction départementale de la protection des populations.

Pour signer la pétition, cliquer ici

Devenez lanceur d'alertes

Combat pacifique pour la Vie


Auteur : Cécile Cassier

Source : http://www.univers-nature.com/inf/inf_actualite1.cgi?id=4535

Lien utile : http://www.univers-nature.com/inf/inf_actualite1.cgi?id=4535

Mots-clés déclenchant la recherche interne : blaireaux

Commentaires

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. .
Vote commentaire devra être validé si nécessaire.

Acceptez-vous d'être contacté par nos visiteurs ?

Aucun commentaire.