Nous constatons avec joie que c'est la 20ème fois que vous visitez ce fil d'info.

Afin de pouvoir continuer à vous informer, un petit geste d'encouragement de votre part serait le bienvenu.

Nous vous en remercions chaleureusement.

Cliquer ICI

Voulez-vous être prévenu par une petite notification sur votre écran de la publication d'un nouvel article ?

Ce service nécessite l'utilisation des cookies sur votre navigateur, conformément à nos Conditions générales d'utilisation.

Les futurs incertains : Le scénario oublié - Demain l'Homme

Home

Cet article a été publié le 21/05/2012 à 20h10 par progserv.

les-futurs-incertains-le-scenario-oublie

 

1. Les rétroactions
2. Le Protocole de Kyoto

Il est pourtant un scénario qui n'a pas été envisagé par les experts du GIEC. Appelons-le « C », comme « catas­trophe » : les pays du G7 et de Pocde régulent la consom­mation d'énergie fossile à leur profit sans se préoccuper véritablement des pays les moins avancés. Les relations avec des pays émergents puissants comme la Chine se ten­dent en matière de consommation énergétique et de ma­tières premières. C'est d'ailleurs ce qui est en train de se passer.

Des conflits d'impérialismes se font jour, entre les grandes entités géopolitiques qui désormais dominent le monde : les États-Unis et leur immense zone d'influence (qui comprend la plupart des pays d'Amérique du Sud, le Japon et l'Asie du Sud-Est, en passant par Israël), l'Europe, la Russie et la Chine –qui concurrence désor­mais la première puissance mondiale !

Limités dans leur développement par manque d'énergies fossiles, étranglés par le service de la dette et les « ajustements structurels » imposés par le FMI et la Banque mondiale, les pays les moins avancés s'enfoncent et l'Afrique fait naufrage, à l'exception du Maghreb et de l'Afrique du Sud qui surna­gent difficilement.

Partout, les intégrismes et les guerres locales se développent, tandis que les pays les plus arro­gants multiplient les interventions armées sous divers prétextes « démocratiques » ou humanitaires, mais avec toujours les mêmes intentions politicoéconomiques : maîtriser les énergies fossiles et s'approprier les matières pre­mières nécessaires à leur développement. Partout, les iné­galités se creusent : entre riches et pauvres dans les pays avancés, entre pays développés et Tiers Monde à l'échelle de la planète.

 


 

La croissance démographique continue puisque c'est la misère qui engendre la surpopulation et non le contraire. Et dans ce désastre néo-libéral plus que plausible (contrairement à la majorité des scénarios plutôt optimistes du GIEC), le climat ne compte plus pour grand-chose, sinon pour aggraver les souffrances des pauvres, et ce constat n'est pas le moindre paradoxe d'une réflexion initialement centrée sur le changement climatique.

Les rétroactions

Parmi les nombreux cauchemars des modélisateurs, les « rétroactions » se taillent la part du lion.

On se souvient qu'au milieu des années 1980, la menace d'un conflit nucléaire généralisé planait encore sur la planète. C'est l'époque où le président des États-Unis, Ronald Reagan, avait lancé un programme démentiel de « guerre des étoi­les » pour y participer : il s'agissait de mettre en place un système de missiles et de lasers à rayons X hyperpuissants pour détruire dans l'espace les missiles ennemis !

Dans l'hypothèse où l'attaque aurait eu lieu et où les dispositifs de défense n'auraient pas bien fonctionné, tous les scienti­fiques s'accordaient pour affirmer que d'immenses quanti­tés de poussières et de vapeur d'eau seraient rejetées dans la haute atmosphère par les explosions thermonucléaires, et obscurciraient les deux pendant plusieurs mois.

En revanche, c'est sur les effets de ces nébulosités que les experts ne s'accordaient pas. Les uns affirmaient que les nuages piégeraient les infrarouges réémis par la surface ter­restre et que la chaleur moyenne de l'atmosphère augmen­terait considérablement, par intensification de l'effet de serre.

« Non ! » rétorquaient les autres : les nuages empê­cheront le rayonnement solaire de parvenir jusque sous la couverture nuageuse, et c'est à un hiver nucléaire qu'il fau­dra s'attendre. La question des rétroactions était désor­mais sur le devant de la scène en climatologie.
 

(...)

 

Pour lire la suite, cliquer ICI

 

Un article de Samouha, publié par savoir.fr


 

Lance-toi ! Deviens vite lanceur d'alerte. Rejoins ceux qui ont la rage !

Le site étrange qui dérange même les anges !

 

      

 


Merci de PARTAGER les meilleurs posts partout où vous le pouvez, réseaux sociaux et autres.

 

Auteur : Samouha

Mots-clés déclenchant la recherche interne : énergie , fossile , Chine , dette , guerre , inégalité , surpopulation , nucléaire , PMA
Visiter ce module par catégories :

Commentaires

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. .
Vote commentaire devra être validé si nécessaire.

Acceptez-vous d'être contacté par nos visiteurs ?

Aucun commentaire.