Nous constatons avec joie que c'est la 20ème fois que vous visitez ce fil d'info.

Afin de pouvoir continuer à vous informer, un petit geste d'encouragement de votre part serait le bienvenu.

Nous vous en remercions chaleureusement.

Cliquer ICI

Voulez-vous être prévenu par une petite notification sur votre écran de la publication d'un nouvel article ?

Ce service nécessite l'utilisation des cookies sur votre navigateur, conformément à nos Conditions générales d'utilisation.

Les délégués belges indignés : "On minimise les conséquences de Fukushima" - Demain l'Homme

Home

Cet article a été publié le 06/07/2013 à 10h30 par progserv.

les-delegues-belges-indignes-on-minimise-les-consequences-de-fukushima

 

Les discussions se poursuivent au sein de l'UNSCEAR, l'organisme des Nations-unies chargé d'évaluer les conséquences de catastrophes nucléaires et des radiations. Ce comité a préparé un rapport soumis à la discussion des experts de différents pays lors d'une réunion récente à Vienne.

Un rapport qui a suscité l'indignation de la délégation belge : "Tout semble fait et rédigé, disent ses membres, pour minimiser les conséquences de la catastrophe de Fukushima. On revient même en arrière sur les enseignements de Tchernobyl et d'autres études".

La délégation belge comprend plusieurs experts du centre d'étude de l'énergie nucléaire de Mol et de plusieurs universités. Avec ceux de nombreux autres pays, ils ont participé à ces discussions qui se sont tenues à Vienne en mai. L'UNSCEAR doit présenter son rapport à l'assemblée générale des nations-unies, l'automne prochain.

De retour à Bruxelles, le chef de délégation, Hans Van Marcke a livré ses impressions très critiques sur les pré-conclusions de l'UNSCEAR, lors d'un exposé à l'ABR, l'Association belge de radioprotection.

Des propos d'autant plus percutants qu'ils viennent du "milieu" et pas de Greenpeace ou d'opposants au nucléaire.

Selon nos informations, les discussions ont été si tendues et les belges ont été tellement choqués qu'ils menacent de ne pas signer le rapport et que certains pensaient même quitter la conférence.

Après leurs interventions, après aussi celles d'experts anglais, et de certains autres, leurs remarques pourraient être prises en compte dans un nouveau document remanié. Mais le passé a appris que dans ce genre d'enceintes, ce sont le secrétariat et les rapporteurs qui mènent l'agenda et donnent l'orientation finale aux textes, et que la plus grande vigilance est de mise pour voir si les versions finales reflètent bien les débats.

Quelles critiques ?

(...)
 

Les clivages...

(...)
 

Les représentants des autres puissances, tels les chinois ou les indiens ne disent rien, laissant passer les textes de l'UNSCEAR.

Les experts français du CEA et de l'IRSN ne s'expriment guère, alors que pourtant par le passé ils ont déploré la rétention d'information par les japonais.

Suédois et allemands sont silencieux aussi.

Il est évidemment tentant de faire un parallèle entre les résultats de l'UNSCEAR et la géopolitique de l'énergie nucléaire, quoique dans chaque pays différentes tendances puissent se manifester parmi les experts, mais nous parlons ici des représentants officiels.

La fronde est donc venue des experts belges, soutenus par des anglais, et le président australien. Les experts européens qui participent aux réunions de l'Euratom sont aussi plus inquiets des effets des faibles doses que les "minimisateurs" de l'UNSCEAR.

Où est encore la discussion et le doute scientifique dans tout cela peut-on se demander ?

En tout cas ceux qui nient l'impact des faibles doses voudraient bien voir leur position inscrite dans le rapport de l'UNSCEAR et avalisée par l'ONU l'automne prochain.

Pour les autres, dont les belges, ce serait une régression inacceptable sur les progrès récents des connaissances en radioprotection.

 

Pour lire la totalité de cet article très utile, cliquer ICI

 

En ce qui concerne la France, voir plus bas

 

 

Un article de Marc MOLITOR, publié par rtbf.be et relayé par SOS-planete

 

France : Malades de la thyroïde, il y en a davantage à l'Est qu'à l'Ouest ! (Vidéo)

La France et le nucléaire : de la mine aux déchets, tous concernés ! (Vidéo)

 

 

Monsanto - Kolibri (vidéo puissante)

Scandale en Ariège : 450 euro d'amende pour la vente de tomates anciennes non cataloguées !!!

Retrouvez toute l'actualité sur votre mobile

Le site étrange qui dérange même les anges !

 

      

 

Vendredi, 6593 visiteurs

 


Auteur : Marc MOLITOR

Source : http://www.rtbf.be/info/societe/detail_les-delegues-belges-indignes-on-minimise-les-consequences-de-fukushima?id=8042566

Lien utile : http://www.rtbf.be/info/societe/detail_les-delegues-belges-indignes-on-minimise-les-consequences-de-fukushima?id=8042566

Mots-clés déclenchant la recherche interne : nucléaire , Tchernobyl , Fukushima , mensonge

Commentaires

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. .
Vote commentaire devra être validé si nécessaire.

Acceptez-vous d'être contacté par nos visiteurs ?

Aucun commentaire.