Nous constatons avec joie que c'est la 20ème fois que vous visitez ce fil d'info.

Afin de pouvoir continuer à vous informer, un petit geste d'encouragement de votre part serait le bienvenu.

Nous vous en remercions chaleureusement.

Cliquer ICI

Voulez-vous être prévenu par une petite notification sur votre écran de la publication d'un nouvel article ?

Ce service nécessite l'utilisation des cookies sur votre navigateur, conformément à nos Conditions générales d'utilisation.

Le Brésil veut assouplir sa loi sur la protection de l’Amazonie - Demain l'Homme

Home

Cet article a été publié le 27/05/2011 à 16h50 par progserv.

le-bresil-veut-assouplir-sa-loi-sur-la-protection-de-lamazonie

 

Après deux ans de discussions houleuses entre les écologistes et les lobbys agricoles, une révision du code forestier de 1965 a été acceptée mardi par 410 députés.

Seuls 63 d'entre eux s'y sont opposés et 10 se sont abstenus.

« C'est un changement complet de la politique de préservation de la forêt des quarante dernières années.

Les députés encouragent l'expansion débridée de l'agriculture et de l'élevage », accuse Paulo Adario, directeur de la campagne Amazonie menée par Greenpeace au Brésil.

Le nouveau code forestier permet notamment aux fermiers d'augmenter la superficie de forêt qui peut être abattue légalement et exempte les « petits » agriculteurs – dont le terrain ne dépasse pas 400 hectares – de l'obligation de reboiser, si les arbres ont été coupés avant 2008.

L'adoption du nouveau code reviendrait à « amnistier les bûcherons »

 

 

« C'est une vraie amnistie pour les bûcherons, qui va faciliter la déforestation », dénonce Paulo Adario, soulignant que la déforestation a augmenté de 570 % en avril par rapport au même mois de l'année dernière, selon l'Institut national des recherches sur l'espace géographique.

« Les fermiers se sont rendu compte de l'impunité totale que leur accordent les députés et ils en profitent largement », remarque tristement Paulo Adario.

Selon les écologistes, le nouveau code forestier va endommager sévèrement le rôle de l'Amazonie dans la biosphère mondiale.

« Non seulement cela va affecter la redistribution de l'eau des rivières de l'Amérique du Sud, mais en plus, si la forêt diminue, le Brésil ne va jamais réussir à réduire les émissions de gaz à effet de serre, comme il l'avait promis en 2009 lors de la conférence sur le climat à Copenhague », s'inquiète Paulo Adario.

 

 

Depuis quelques années, le Brésil cherche à s'imposer en tant qu'acteur international pour la défense de l'environnement.

En juin 2012, il accueillera le sommet des Nations unies sur le développement durable.

« Mais avec un code forestier inspiré par les intérêts agroalimentaires, comment rester crédible ? », s'interroge l'écologiste. (...)

 

Pour lire la suite, cliquer sur Source ou Lien utile

 

Un article de ANAÏS LLOBET, publié par La Croix

 

Vous aimez notre travail ? Alors merci de nous soutenir

 

Lance-toi ! Deviens vite lanceur d'alerte. Rejoins ceux qui ont la rage !

Le site étrange qui dérange même les anges !

 

      

 

Auteur : ANAÏS LLOBET

Mots-clés déclenchant la recherche interne : Brésil , Amazonie , révision du code forestier , écologistes , déforestation.

Commentaires

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. .
Vote commentaire devra être validé si nécessaire.

Acceptez-vous d'être contacté par nos visiteurs ?

Aucun commentaire.