Nous constatons avec joie que c'est la 20ème fois que vous visitez ce fil d'info.

Afin de pouvoir continuer à vous informer, un petit geste d'encouragement de votre part serait le bienvenu.

Nous vous en remercions chaleureusement.

Cliquer ICI

Voulez-vous être prévenu par une petite notification sur votre écran de la publication d'un nouvel article ?

Ce service nécessite l'utilisation des cookies sur votre navigateur, conformément à nos Conditions générales d'utilisation.

La Bolivie adopte une « Loi de la Terre Mère » - Demain l'Homme

Home

Cet article a été publié le 29/05/2011 à 15h46 par progserv.

la-bolivie-adopte-une-loi-de-la-terre-mere

 

Vu sur le facebook de SOS-planete

 

Le mois dernier, sous l'impulsion des communautés locales andines et du président Evo Morales, la Bolivie a introduit une « Loi de la Terre Mère » qui accorde des droits à la nature, à l'instar des droits de l'homme. Même si cette initiative n'a eu pour le moment qu'un impact limité au niveau international, elle crée cependant un précédent législatif très original en matière de protection de l'environnement.

En quelques mots, la « Ley de Derechos de la Madre Tierra » bolivienne instaure les droits suivants à la Mère Nature :

droit à la vie
droit de perpétuer les processus naturels indépendamment de toute intervention humaine
droit à l'eau et à l'air pur
droit à être exempt de pollution
droit à la diversité et à la non modification cellulaire ou génétique
droit de la nature à ne pas être affectée par des projets d'infrastructure ou de développement qui pourraient perturber l'équilibre des écosystèmes ou des populations en place

Elle introduit par la même occasion un certain nombre d'obligations légales au niveau institutionnel et inscrit le développement durable dans la vie politique locale et nationale. Cette loi s'inspire directement des croyances et des traditions populaires andines, en particulier celle de la Pachamama.

Le culte de la déesse-terre reste très vivant dans les communautés quechuas et aymaras dont l'origine remonte à l'ancien empire Inca (Equateur, Pérou et Bolivie andine, nord du Chili et nord-ouest de l'Argentine).

 

 

Evo Morales est lui-même le premier président Bolivien élu d'origine amérindienne, et il a déjà consacré une bonne partie de son programme économique à renégocier les contrats passés avec les multinationales qui exploitent les ressources naturelles du pays (gaz, pétrole, industries minières).

Dans le même esprit, la Bolivie qui détiendrait la moitié des réserves mondiales de lithium dans la région du Salar de Uyuni préfère pour l'instant ne pas exploiter ces ressources puisque ce territoire mondialement connu attire les touristes en grand nombre.

C'est donc le genre de dilemme auquel le pays se trouve confronté aujourd'hui. En effet, en termes économiques, malgré la richesse de ses ressources naturelles, la Bolivie reste l'un des pays les plus pauvres d'Amérique Latine. Exploiter ses ressources en lithium favoriserait sans aucun doute un redressement de la balance économique.

Mais sous l'angle de cette nouvelle loi de la Terre-Mère, en quoi consiste vraiment la « richesse » d'un pays ? Loi utopique ou vision originale d'un futur durable ? A suivre.

 

Un article de ecolopop, publié par facebook (réseau)

 

Vous aimez notre travail ? Alors merci de nous soutenir

 

Lance-toi ! Deviens vite lanceur d'alerte. Rejoins ceux qui ont la rage !

 

Le site étrange qui dérange même les anges !

 

      

 

Lance-toi ! Deviens vite lanceur d'alerte. Rejoins ceux qui ont la rage !

 

Le site étrange qui dérange même les anges !

 

      

 


Auteur : ecolopop

Source : https://www.facebook.com/notes/ecolopop/la-bolivie-adopte-une-loi-de-la-terre-m%C3%A8re-/10150181120633237

Lien utile : https://www.facebook.com/notes/ecolopop/la-bolivie-adopte-une-loi-de-la-terre-m%C3%A8re-/10150181120633237

Mots-clés déclenchant la recherche interne : Terre mère , Bolivie

Commentaires

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. .
Vote commentaire devra être validé si nécessaire.

Acceptez-vous d'être contacté par nos visiteurs ?

Aucun commentaire.